BILAN SÉLECTIF DE FIN D’ANNEE [2020]

Bonne nouvelle ! 2020 va bientôt se terminer ! :p

Ce qui signifie que l’heure du bilan ludique a également sonné. Difficile cette année de prendre en compte toutes les dernières sorties, trouver des joueurs avec le confinement est un peu antinomique, aussi est-il possible que certains jeux qui le méritent apparaissent dans le bilan 2021. Mais globalement on est contents de nous quand même, et rassurez-vous il y a de quoi faire ! L’objectif est de parler de ce qui nous a vraiment plu, ce qui aura marqué notre année, en tachant d’être éclectique et sans dépasser les 50 entrées. Cette année, une nouvelle entrée, avec les jeux qui nous auront marqués… en mal. Et oui, un bilan n’est jamais que positif ! 

Pour chaque catégorie, vous trouverez à gauche les jeux ayant un petit prix et/ou une complexité abordable et à droite les jeux plus chers/plus complexes.

Tous les jeux listés ci-dessous sont localisés en France exceptés ceux de la catégorie « VO » dédiée aux titres que nous attendons/espérons bientôt en français.

Pour rappel, nous avons des liens d’affiliation (dans la colonne de droite). Si d’aventure vous voulez vous procurer des jeux chez un de nos ludicaires partenaires, n’hésitez pas à accéder à leur site via ces boutons : cela nous aide à financer le site et la production d’articles comme celui-ci.

Alors, 2020, tu donnais quoi ? 

 

Qui n’a jamais joué au Puissance 4 ? Et bien voici son fils spirituel…Et pas que spirituel d’ailleurs ! Puisque l’auteur du jeu est effectivement le fils de l’auteur du Puissance 4 ! On va se retrouver de nouveau dans un jeu d’alignement ultra accessible mais sans doute un peu plus … rebondissant ! Fish Club propose un plateau de jeu vertical représentant un aquarium. Le fun est immédiat, les sessions durent 5 minutes, et l’envie d’enchaîner pour prendre sa revanche révèle qu’il y a plus d’un scénario possible à ses parties. Il est possible d’y aller en douceur et de tenter d’anticiper les trajectoires de vos poissons sautillants ou de forcer les coups en jouant avec plus de peps. Quoi qu’il en soit, les poissons auront souvent des rebonds improbables ce qui permet de lisser les chances, notamment entre enfant et adulte. Fun !

Notre Test ; Article Les Petits Joueurs #6   – Prix : 21€

 

Faut-il encore vous le présenter ? On vous en a parlé toute l’année, il était même dans nos coups de coeur Ludovox en septembre !  
Dans la boîte de base de Fabulia, 10 histoires vous attendent, mais chacune sera différente à chaque fois que vous y rejouez… Comment ? Car c’est vous qui choisirez les protagonistes en fonction de vos préférences, de vos goûts et de vos lubies ! Le jeu offre deux modes : compétitif ou coopératif, pour mieux s’adapter aux envies et au public (dès 5 ans). Aux manettes, Wil et Marie Fort, le couple d’auteurs incontournable, passé maître dans le game design pour les plus jeunes. Cette fois, ils sont édités par la maison russe Lifestyle, qui avait déjà marqué des points auprès des petits l’an dernier avec le chouette Roulapik. On pourrait longuement décrire ses mérites (développe l’imaginaire, l’argumentation, le goût pour la lecture…) mais le plus important à retenir c’est qu’il est beau et fun !

Pour vous en convaincre, le Test, le Just played, et pour voir le jeu en vidéo : Ludochrono.  – Prix : 25€. 
Et Fabulia a même une extension ! Voici son Ludochrono.  

 

Kraken Attack propose à quatre petits moussaillons un véritable Tower defense pas piqué des tentacules. Nos héros vont devoir repousser les assauts du terrible Bikolor, le calamar géant. À son tour, l’enfant va pouvoir utiliser une de ses deux cartes pour déplacer son personnage, tirer au pistolet, au canon, donner des coups de sabre ou réparer la coque avant de sombrer corps et bien. Chacun de nos personnages bénéficie aussi d’un pouvoir personnel, comme Samuel et sa longue vue lui permettant de ne pas tenir compte des terribles faces “oeil de kraken”. Le céphalopode agit toujours avant notre tour et la partie avançant, il devient de plus en plus menaçant (on se retrouve à lancer 2 puis 3 et jusqu’à 6 dès…). Allez-vous résister et renvoyer le Kraken dans les abysses ou bien allez-vous couler par le fond avec votre équipage ?
Kraken Attack est un jeu coopératif dans la lignée d’un Ghost Stories (par le même auteur, qui a travaillé ici avec son jeune fils), mais pour enfants bien sûr, avec un thème plus approprié et une difficulté revue à la baisse pour ne pas effrayer les minots, même si on peut faire évoluer le curseur.

Vidéo Ludochrono, et notre article. – Prix : 28€.  

 

 

Un jeu de pichenettes beau et fun, porté par un corpus de règles simples et assurant une certaine variabilité, bref du tout bon pour jouer en famille ! Dans Clash à l’Olympe, vous devez donner de petits coups d’index bien sentis dans vos jetons pour les envoyer glisser délicatement sur le joli tapis néoprène avec l’espoir de les placer aux bons endroits du monde. Plusieurs points d’intérêt sont clairement déterminés : quatre îles, et surtout leurs cités cerclées de blanc, que vous allez tenter d’atteindre grâce à votre dextérité notoire. Placements et majorités sont de la partie pour marquer un max de points, mais en plus, les joueurs vont voter chaque manche pour une loi qui va modifier un peu les règles en cours. On savait que les Awaken Realms étaient doués pour sortir des gros jeux hors normes, on ne les attendait pas sur un calibre de ce type… mais quelle belle surprise !

Notre article. – Prix : 33€

 

Un titre qui nous a touché, fait rire, ému. Il fait partie de la grande famille des jeux où l’on tente de faire deviner quelque chose à quelqu’un, mais ici, pour la première fois, nous n’allons pas dessiner, ni parler, ni mimer, non… nous allons jouer sur le sens du toucher. En manipulant des objets, choisis avec soin parmi ceux disponibles, pour leur texture, leur poids, leur forme, « dans le creux de la main » d’un autre joueur, qui gardera les yeux fermés. À vous de “tactiler” (mimer avec des objets) une scène de façon à ce que le joueur puisse ensuite retrouver l’illustration correspondante parmi celles qu’on lui propose. Il faudra inventer une séquence, avec du mouvement et un certain sens de l’action et de la sensation pour transmettre notre message. Touchant, le jeu développe toute une histoire autour de la vie d’un grand-père. Ce sont ses souvenirs que nous allons réveiller…

Parmi les jeux qui nous ont le plus séduits lors de notre Spiel@home 2020 (vidéo). Notre article.  – Prix : 29€

 

Sous ses airs tout doux tout mignon, Calico est un titre accessible mais un chouïa cérébral. Faites votre couverture de patchwork en alignant les couleurs pour placer des boutons, en alignant les motifs identiques pour attirer des chats ou en remplissant des tuiles d’objectif… Simple, puisqu’à son tour, on ne fait que jouer une tuile sur son plateau, mais compliqué, parce qu’idéalement, il faudrait faire tout cela à la fois ! Les plus experts décèleront une pointe d’interaction indirecte, puisque vous pouvez bloquer une couleur ou une forme, ou du moins jouer sur les probabilités pour empêcher que la tuile qui débloque tout arrive chez votre adversaire. Bref, du familial simple, du mignon tout plein (même les allergiques aux chats peuvent jouer), de l’effort cérébral qui sait récompenser l’astuce, que voulez-vous de plus ?

Ludochrono pour une présentation en vidéo.  – Prix : 29€ 

 

Malgré la thématique annoncée, Spy Club n’est pas réellement un jeu d’enquêtes, nous sommes plus dans un jeu de coopération et de collection de cartes avec de la déduction et un côté « puzzle game » très prononcé. Une mécanique assez proche de Pandemic finalement, mais avec ses twists bien à lui. Nous avons chacun notre tour 3 points d’actions à dépenser et il nous faut collecter des cartes de couleur pour l’emporter. Oui mais Spy Club propose quelques idées bien senties, comme ce Suspect qui se promène sur nos cartes et déclenche des effets indésirables. Un problème qui peut partiellement être anticipé. Il faut donc prévoir vos mouvements, et communiquer avec ses partenaires pour faire les bons choix. La grande force du jeu réside indubitablement dans son mode campagne, composé de cinq parties, chacune proposant plusieurs modules pour renforcer le jeu. Au total, il existe plus de 40 modules différents : vous ne verrez pas tout en une seule fois ! Du puzzle game cérébral mais pas brise-neurones, de la coopération, de l’optimisation, et un soupçon de narration avec une rejouabilité conséquente.

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous en parlions dans le Just Played et le Ludochrono est ici.  – Prix : 30€. 

 

C’est le jeu improbable de non-mimes. Ou plutôt du mime furtif ! Un jeu d’ambiance d’une simplicité enfantine, d’ailleurs jouable à partir de 8 ans : Vous devrez mimer une carte (une danseuse, la tour de Pise, une machine à laver, un avion, un verre de vin…) de façon à ce que vos copains devinent votre carte… tous, sauf un. Autant dire qu’il va falloir la jouer subtile. Evitez les trop grands gestes, ou au contraire, embrouillez le message en en faisant trop, il y a plusieurs techniques possibles. Le tout c’est d’avoir un mime clair pour la majorité et complètement flou pour un des joueurs qu’il faudra tenter de feinter ! Heureusement pour nous il est affublé de grosses lunettes qui gênent un peu sa vue. En bonus, ça lui donne un drôle d’air. Du mime revisité de bien fraîche manière. 

Par écrit, on vous en parlait ici, et le Ludochrono est là.  – Prix : 15 €

 

Un party game qui a vraiment fait mouche cette année, indubitablement ! Le joueur-capitaine pose une question, et chaque joueur devra y répondre par une phrase dont l’intensité se rapporte au numéro inscrit (de 1 à 10) sur une carte reçue secrètement. Le capitaine devra ensuite remettre les propositions par ordre croissant. Tout le génie de Top ten tient dans ses cartes de propositions. Le jeu sait mettre en place des situations qui enflamment l’imagination, qui surprennent, qui se renouvellent aussi (500 thèmes différents !). Chacun pourra s’exprimer à sa façon, à travers le jeu. Comprenez, nul besoin d’être à l’aise à l’impro pour s’amuser ici, ni de faire du trash, mais si c’est ce que vous cherchez, c’est également possible. C’est là la très grande force fédératrice de ce coopératif d’ambiance qui sait même ouvrir des discussions intéressantes. Un très bon moment.  

Pour le découvrir en article, et en vidéo, allez voir notre petit Ludochrono.  – Prix : 20€

 

Un vrai coup de cœur cette année, d’ailleurs le jeu fait partie de… la short list de nos coups de cœur officiels, ça ne s’invente pas ! 

Kosmopolit est un jeu de communication coopératif chronométré, basé sur les langues du monde. Il prend place dans un restaurant, le resto le plus cosmopolite que vous puissiez imaginer ! Le jeu se joue avec une application, laquelle vous permettra d’entendre les commandes passées dans des langues enregistrées à travers divers pays. Chaque joueur a un rôle propre, certains tentent de prendre des notes et de restituer les commandes, les autres essaient de comprendre et de retrouver les plats pour les préparer à temps. Mais arriverez-vous à suivre la cadence ? Le resto est bondé de clients, et personne ne parle la même langue ! L’idée de faire vivre le coopératif dans l’expérience du rush des cuisines est toujours efficace et diablement drôle. Mais ici, la proposition est encore plus originale, puisqu’on vous ouvre les esgourdes et le cœur sur toutes ces langues, dont certaines ne sont pratiquement plus pratiquées… Un party game hors normes, une ouverture sur le monde made in France, par la maison éco-responsable des Jeux Opla. Si les restau vous manquent, c’est une belle option pour compenser 😉

Vidéo Ludochrono ; le Test ; notre article.  – Prix : 25€

 

Un jeu de dilemmes moraux et de meurtres ! Deux équipes s’affrontent à grands coups de mauvaise foi et d’arguments totalement fallacieux : voilà le palpitant du jeu ! Le point de départ pose le ton : Un joueur va devoir décider qui écraser à bord de son trolley de la mort. À vous de dégainer les meilleurs arguments pour sauver votre équipe. Attention, voilà le genre de soirées où vous pourriez bien vous retrouver à défendre l’indéfendable ! Nul doute que certains échanges vont rester durablement dans les mémoires…  

Explications rapides en Ludochrono, on en parlait aussi dans cette vidéo sur les jeux d’ambiance que nous avons joués lors de notre « Essen à la maison ». – Prix : 25€

 

La reine Gymnax a ordonné la conquête des terres du nord et elle a besoin de vous pour l’aider à cartographier le pays ! Nous voilà avec notre fiche et notre crayon. Et oui, nous sommes ici dans un flip and write où nous allons tous simultanément dessiner la forme (polyomino) illustrée sur la carte que nous tirons. À chaque manche, une nouvelle façon de compter les points est imposée ; nous suivons donc ces conditions évolutives pour tirer notre épingle du jeu, en coloriant tel ou tel endroit… Mais bien vite, des dilemmes se poseront, sans compter que nos adversaires pourront parfois venir nous mettre des bâtons dans les roues directement sur notre fiche. En bonus, le jeu fonctionne très bien tout seul, avec son mode solo. Ce titre n’est pas vraiment passé inaperçu, malgré la quantité de jeux à cocher parus cette année. Faut dire qu’une sélection au Kennerspiel, ça fait toujours couler de l’encre… On vous conseillera d’y jouer avec des crayons de couleur pour rendre l’expérience nettement plus agréable !

Pour aller plus loin : Test ; article ; analyse du jeu en solo   – Prix 20€

 

Avec Trek 12 un petit vent de fraîcheur souffle. Qu’importe les hauteurs, pourvu qu’on ait l’Everest 🙂 Partons à l’ascension des sommets enneigés dans ce roll and write original. Nous allons cartographier les lieux ou faire des chemins de cordes tout ça à l’aide de nos dés. Et que le meilleur gagne ! Vous pouvez jouer en ascension express et franchir une des montagnes proposées, ou bien partir en expédition et gravir les trois sommets… mais c’est surtout une aventure au long cours : vous allez débloquer des Assistants qui vont vous donner des petits coups de main ou des bonus. Le jeu étant évolutif, de nouvelles contraintes s’ajoutent peu à peu. Une force pour ce Trek 12 qui n’est pas que pour les premiers de cordée qu’on se le dise !

Une petite envie d’évasion ? Notre article.   – Prix : 25€

 

Demeter nous propose de coloniser une planète, mais on va y colorier… des dinosaures ! Mais aussi des laboratoires, des observatoires… Bref, il faudra garder l’esprit et l’œil ouvert ! Du flip and write où l’on choisit tous une des cartes proposées, à l’instar de Welcome to. Oui, mais Demeter se démarque dans le côté combinatoire totalement jouissif : certaines actions déclenchent en bonus telle ou telle autre et l’on peut même planifier quelques coups. De l’optimisation (12 tours seulement), de la combo en chaîne, un flip and write pour gamer, avec un vrai goût de reviens-y. Ça tombe bien, si nous avons une feuille de marque dans la boite, l’éditeur en propose une nouvelle tous les 3 mois, disponible en print and play. Belle idée pour une rejouabilité accrue !

Notre article et notre Test après 50 parties.    – Prix : 25.50€

 

Vous serez ravis d’apprendre qu’il existe une réponse à apporter aux nostalgiques de Cluedo. The Key est un jeu de déduction compétitif sur un thème d’enquête où tout le monde joue en même temps. En une vingtaine de minutes, vous allez fouiller parmi les cartes éparpillées sur la table les témoignages qui vont vous permettre, en recoupant bien les infos ainsi obtenues, de discriminer les criminels, les armes, et les lieux de crimes ainsi que le moyen de fuite du vilain. Pour aller plus loin dans les déductions, il y a aussi des cartes Labo qui sont des micro jeux d’observation. La sagacité sera plus récompensée que la rapidité ici, ce qui permet aux parents de jouer avec les enfants (d’au moins 8 ans) qui pourront prendre leur temps pour réfléchir. Trois boîtes de difficultés et d’univers différents sont sorties cette année, sur le même principe. S’il vous manque un argument pour vous laisser tenter, sachez que c’est Thomas Sing, l’auteur de The Crew qui est derrière tout ça.

Pour en savoir plus : Notre article.  – Prix : 22 €

 

Voilà un OLNI qui a vite su trouver son public ! Un jeu coopératif entièrement basé sur un principe à la fois archi-connu mais encore jamais vu développé de la sorte, bref le cocktail parfait pour être joué par un max de monde et faire un joli buzzz. Voilà une expérience pêchue comme un coup de pelle ! Oui, il va y être question de crimes, parfois un peu trash, dans cette ville où le vice ne dort jamais… Le 10 ans et + est donc mérité. Mais question règles, n’importe quelle personne connaissant le principe du fameux Où est Charlie ? pourra s’attabler et commencer à jouer en moins d’une minute. En cherchant les personnages de votre enquête dans cette grande carte de la ville (75cm x 110 cm), vous pourrez remonter peu à peu le fil de l’histoire : qui a commis le crime, comment, pourquoi…? Si c’est trop facile, jouez sans les cartes qui dirigent l’enquête. 16 histoires vous attendent (ouvrez l’œil vous en découvrirez peut-être d’autres ?). Sortez votre loupe et donnez vie à cette incroyable carte !

On en parlait ici, et votre Ludochrono est      – Prix : 25€

 

Issu du tout premier Spiel des Jahres, ce volet des aventures holmésiennes vous sort des souliers du Dr. Watson pour vous mettre dans ceux des Francs-Tireurs, ou irréguliers. Bref, vous jouez la bande de gosses et d’indics qui aident Holmes dans ses enquêtes… et cette fois-ci, c’est à vous que l’on confie des affaires ! Armés de votre annuaire de Londres et du journal du jour, vous parcourez Londres et ses environs (via un fiacre ou un train) pour élucider de menus (ou pas) mystères… Au programme, des histoires reprenant les concepts de base du jeu, mais avec des twists : fins alternatives, checkpoints qui vous permettent de changer ce qu’un personnage vous dit en fonction de ce que vous avez découvert, histoires plus personnelles concernant les Francs-Tireurs eux-mêmes… Bref, si vous êtes amateurs de belles enquêtes, ce Sherlock Holmes Detective Conseil n’a décidément pas dit son dernier mot, et si vous ne connaissez pas encore (quoi ?! Allez donc voir le Ludochrono d’une des boîtes précédentes, non mais !), cet opus recèle d’enquêtes parfaites pour se lancer ! –  – Prix : 47€

 

 

 

Hum… comment décrire Carro Combo, un jeu de défausse de cartes tout simple qui mélange du pli et du Uno avec un twist central ? En effet, nous ne pouvons jouer que des cartes qui sont placées les unes à côté des autres dans notre main. Pas toujours facile pour surenchérir n’est-ce pas ! Ici, on ne cherche pas à gagner, mais à ne pas perdre. Petit à petit, en jouant on comprend les subtilités et ça devient addictif. Quand on se retrouve acculé, on doit prendre des risques pour s’en sortir. Un jeu malin qui demande un peu de calcul et procure des étincelles dans les yeux.

Notre article  – Prix : 16€

 

Comment ? Vous n’avez pas entendu le bruit autour de Die Crew depuis un an ? Vous étiez confiné mais tout de même ! Kennerspiel, Deutscher Spiele Preis, Meeples’ Choice, Golden Geek Best Cooperative, Coup de Coeur Ludovox… Bref, voici ”the” localisation de chez Iello, le jeu de plis coopératif qui ira dans les abysses l’an prochain (news).
Pour seulement 15€, vous aurez ce petit bijou d’aventure spatiale entre les mains. Oui, oui, c’est un jeu de plis avec un thème madame monsieur ! Vous êtes des astronautes, et 50 missions – de plus en plus corsées – n’attendent que vous. Par contre, dans l’espace personne ne vous entendra communiquer… C’est pourquoi vous aurez quelques restrictions de ce côté-là. Si vous n’aviez pas encore joué à du pli coopératif, c’est normal, c’est chose rare, mais ne vous laissez pas déstabiliser, vous pouvez le faire !

Notre article pour mieux comprendre et le Ludochrono qui va bien par monsieur Thomas (qui va bien aussi, merci pour lui).  – Prix : 15€ (faut suivre)

 

Dans Atlantes nous allons explorer les mondes sous-marins fantastiques, recruter de nouveaux personnages, et acquérir de nouveaux lieux. La mécanique est simple, c’est celle de Concordia avec sa gestion de main, nous jouons une carte et appliquons son effet. Puis, les cartes jouées ne sont récupérées qu’avec l’aide d’une carte ou d’effet bonus. Et des bonus on va pouvoir en déclencher à foison ! Chaque joueur a un plateau où il va pouvoir glisser à l’intérieur ses cartes lieux gagnées. Celles-ci ont des effets que l’on va pouvoir déclencher, ce qui donnera un aspect « jeu à moteur ». Oui mais ici le moteur on le déconstruit petit à petit (pour marquer des points, on n’aura pas bien le choix). L’interaction réside dans la course aux objectifs même si quelques cartes permettent quelques fourberies. Des objectifs différents sont offerts, d’ailleurs à ce propos, ne pas commencer par la version courte, un peu fade, il vaut mieux au contraire partir sur la version avancée. Atlantes est plutôt une bonne surprise, une mécanique originale avec ce système de cartes que l’on glisse, de la combo en chaîne et sa gestion de main agréable.

À lire : notre Just played – Prix : 45€

 

Reprenant le concept d’Évolution mais l’affinant, Océans vous propose de créer des espèces aquatiques et de leur conférer des traits. Une peau résistante, des bancs insaisissables, des comportements grégaires… le monde est à vous. Tout ceci pour manger du poisson, qui devient la population de votre espèce. Mais les espèces vieillissent et vous permettent ainsi de sécuriser des points. Certaines espèces pourront se nourrir en bouffant les autres (même chez vous !) et il faudra prendre gare à ces prédateurs… et attention à la surpopulation, ravageuse ! Une fois que vous avez entamé le jeu arrive le tournant de l’explosion cambrienne : non seulement la partie s’accélère, mais en plus, vous pouvez jouer des cartes uniques aux effets ultracool. Bref, c’est un peu comme Évolution, mais en bien mieux !

Pour en savoir plus, le Ludochrono est là, bien entendu.  – Prix : 50€

 

On continue le voyage ! Kitara vous emmène sur les terres d’une Afrique légendaire. L’Empire Kitara, autrefois resplendissant, a été morcelé entre ses héritiers qui se livrent une guerre de territoires acharnée pour unifier les royaumes… Tel est le pitch de ce jeu pour 2 à 4 joueurs (mais plus savoureux dans la config 3-4) signé Eric B. Vogel et illustré par l’incontournable Miguel Coimbra. L’originalité du titre tient en sa gestion de cartes qui nous donnent diverses capacités tout en ayant un coût d’entretien. Dès que vous savez lire et exécuter une carte, vous savez jouer ! On fera de la prise de territoire, certes avec force, mais sans tuer d’unités ennemies (on les fait fuir), tout cela pour contrôler des savanes, qui permettent de maintenir nos cartes, ou des forêts, qui font marquer des points. Le tout dans une boîte compacte, et avec deux sets de cartes pour plus de rejouabilité. Épuré, propre, sympa, interactif, nerveux… vous attendez quoi, en fait ? Le Ludochrono ? Fallait demander ! – Prix 31€

 

Un jeu de Cohle Wehrle (l’auteur de Root) et Phil Eklund (connu pour ses “Bios”) qui se situe dans l’Afghanistan du 19e siècle aux prises avec les luttes de pouvoirs entre chefs de tribus… Vous êtes des dirigeants qui vont profiter de ce chaos ambiant pour développer votre influence en réalisant des coalitions avec les Russes, les Afghans ou bien les Britanniques, en plaçant sur le plateau les armées de votre coalition, en utilisant vos espions, ou en jouant plutôt sur l’économie. Une mécanique finalement simple puisqu’à notre tour nous avons deux actions : jouer nos cartes ou acheter des cartes sur un marché, et puis déclencher les effets de nos cartes. Oui, on pourrait dire qu’il s’agit d’un jeu de gestion de cartes, mais aussi de contrôle, Pax Pamir nécessitera en tout cas plusieurs parties pour en maîtriser toutes les arcanes. Avec cet angle si fort et si particulier qu’est son fond historique travaillé, ce Wehrle-Eklund sort indiscutablement la tête du troupeau.

Pour en savoir plus en quelques minutes : Ludochrono  – Prix – 75€

 

Basé sur le jeu mobile free-to-play du même nom, Fallout Shelter vous propose une expérience de pose d’ouvriers simple et rafraîchissante avec un matériel sympa et une licence hyper porteuse. Sincèrement, on n’y attendait pas, mais on a accroché ! L’alchimie fonctionne, les tours sont fluides, la prise en main rapide même pour les moins habitués à l’exercice qui trouveront ici une super porte d’entrée pour le genre. À vous d’optimiser vos actions et de saisir les opportunités pour l’emporter dans ce compétitif post-apo. Bref, une jolie petite surprise. Une petite envie de bunker pour le prochain confinement ? 😉 

Sha-Man vous parlait lors du Spiel@home, notre article est quant à lui à lire par ici.  – Prix 39€

 

Mais si ! vous vous êtes toujours demandé comment vous auriez fait pour survivre au temps des mammouths. Beaucoup de dangers dans les forêts, les rivières, les montagnes… Heureusement, nous jouons ensemble contre ce monde hostile. Chaque membre de la tribu choisit pour lui, mais en se concertant avec les autres, parmi les trois prochaines cartes de son deck. Mais on ne connaît que le dos des cartes derrière lesquelles se trouvent probablement des ressources, qui à force de survie et d’idées, nous permettront de peindre une fresque de mammouth pour remporter la partie. Le risque et la surprise derrière chaque carte font le piment et la narration du jeu ce qui le rend cohérent – l’auteur Peter Rustemeyer étant archéologue, on imagine le soin qu’il a porté à la chose. Des modules de jeu de plus en plus difficiles vous feront un bon stage de survie en milieu sauvage !

Ludochrono – Prix 43€

 

The Artemis Project nous invite à coloniser Europa, la lune gelée de Jupiter. Sous ce pitch SF, nous avons affaire à un jeu de gestion et de pose d’ouvriers avec des dés, de la construction de bâtiments octroyant soit des points soit un moteur de jeu. Rien que du très classique, vous nous direz, et vous aurez un peu raison… sauf que. Le jeu propose une interaction assez forte, avec des possibilités un peu vicieuses où l’on rendra inefficaces les dés des adversaires. Les fortes valeurs permettent de prendre plus de ressources, mais l’on se sert en dernier ! Il est donc possible qu’il ne reste plus rien… The Artemis Project a en plus pour lui un matériel agréable, un gameplay à la fluidité assez impressionnante… bref, sans renouveler le genre, il s’agit là d’un excellent jeu où négociation et anticipation sont de mise.

Pour en savoir plus, un Just Played et un Ludochrono ? Oui oui oui, on a tout ça. Et on en parle même dans notre débrief d’Essen at home sur les Eurogames ! –  Prix : 45€

 

Dans l’Antre du roi de la montagne, n’en déplaise à Grieg, on ne fera pas de musique, mais on creusera des galeries pour déterrer et adorer des statues. (Et engranger les points de victoire, faut pas déconner non plus) Tout ceci grâce à un système de trolls qui génèrent des ressources dès qu’un nouveau troll se pose dessus pour les encoura fouetter. On va établir avec cette pyramide une véritable chaîne de production qu’il faut mettre à profit, et ainsi on creuse ensemble la montagne. L’interaction s’avère plus vacharde qu’on pourrait le croire, puisqu’on peut non seulement interdire certains scorings, mais également précipiter la fin de la partie ou piquer des sorts sous le nez des adversaires. La boîte comprend un mode solo et un mode coop, pour ne rien gâcher.

Le Ludochrono vous montre un peu le matériel et explicite le fonctionnement du jeu. Prix : 50€.

 

 

Du haut de ces pyramides des siècles vous contemplent ! Ne perdez pas vos moyens pour autant, vous allez devoir construire les trésors architecturaux de l’Egypte, mais aussi gagner des pierres, augmenter la force de vos ouvriers, récolter des champs pour les nourrir et construire les monuments… Oui, tout ça, via une mécanique simple : vous placez une de vos felouques sur le Nil et réalisez l’action correspondante, mais attention vous ne pourrez jamais remonter le cours du Nil… Choisir c’est renoncer ! Gestion de ressources, planification, avec une interaction douce amère subtile. Egizia devient un classique que l’on est heureux de voir rééditer.

Notre article  – Prix 47€

 

Voilà un autre jeu qui méritait bien cette nouvelle – sublime – réédition ! D’autant qu’elle n’est pas qu’esthétique. L’ajout de la version 2 joueurs, son plateau qui s’adapte au nombre de participants, le rangement GameTrayz tip top, et les exploits : autant de petites pensées qui rendent cette édition ultra attrayante. Mais le gameplay reste le même, et on s’en félicitera : il nous plaisait beaucoup en 2009, et il nous plaît toujours autant en 2020. Dans Endeavor, il n’y a pas de temps morts. Un Euro avec un système de jeu fortement imbriqué, lisible, et d’une belle richesse d’options possibles. L’interaction est bien présente même si cela reste rarement violent. Il est à noter que le thème du colonialisme traite de l’esclavage de manière appropriée en incluant ses conséquences dans le jeu.  

Pour découvrir le gameplay, voici le Ludochrono de la première édition, et voici Grand gamer Guild qui nous parle de cette nouvelle édition dans cette itw tournée à Essen 2018.  – Prix : 65€ environ 

 

C’est un grand classique de Mac Gerdts qui revient ! De la gestion de ressources et du placement avec une règle en 4 pages qui s’explique en 15 minutes et une mécanique de gestion de main centrale très intéressante. Chaque carte a son effet, construire des comptoirs, acheter de nouvelles cartes, vendre ou acheter des ressources, en produire, mais quand on produit dans une région cela profite à tous les joueurs qui ont des comptoirs dans le coin. Une fois qu’une carte est jouée, on ne peut plus la récupérer qu’avec la carte du Tribun. Voilà vous savez déjà presque jouer ! Dans cette nouvelle version, Venus, on peut aussi jouer en équipe. Nous nous plaçons en face à face et nos actions vont profiter à notre coéquipier, bien entendu on ne peut pas communiquer, seule une carte permet d’indiquer à son binôme la carte que l’on prévoit de jouer au prochain tour. Un jeu à découvrir absolument !

On vous parlait de Concordia Venus ici (jeu de base + extension équipe), et de Concordia jeu de base par là.   – Prix : 65€ environ 

 

 

Pour la reine lance une nouvelle collection de jeux narratifs intitulée “For the story”. Le message est clair : on est là pour se raconter une belle histoire. Quand on découvre le principe, on se dit “ok, ça n’a pas l’air bien révolutionnaire tout ça” … Mais une fois en jeu, on se rend compte qu’on est plongés en plein jeu de rôles sans avoir eu besoin de se mouiller la nuque. Derrière le minimalisme, le concept nous emmène sur des terrains narratifs insoupçonnés. Bien sûr, mieux vaut avoir des joueurs qui aiment raconter des histoires et qui recherchent une expérience ludique sortant des machines à points de victoire ! Le jeu donne le cadre, à vous de trouver votre direction. Bien des rôlistes vont plonger tête la première ! Et pour le tarif, ils auraient bien tort de se priver.

On vous en parlait plus en détail ici.  – Prix 17€

 

L’équation est simple. Game of Thrones x Reigns = Le Dilemme du Roi. Au Royaume d’Anclisse, les familles de nobles tirent les ficelles du pouvoir, le Roi (ou la Reine) n’étant qu’un pantin. Et ça tombe bien, ces nobles, c’est vous ! On aurait peut-être pu mettre ce jeu avec les Legacy, car l’intrigue se déroule sur une quinzaine de parties (souverains) et vous prendrez des décisions pour le royaume en votant, en influençant les opinions des uns et des autres. Faites trop pencher la balance, et le royaume flambe. L’histoire du royaume d’Anclisse se dessine peu à peu, au gré des dilemmes et des complots, et le jeu en vient à déployer un univers med-fan des plus agréables (quoique noir). Il y a quelque chose de subversif à se glisser dans la peau d’un de ces nobles pourris, à jouer avec les limites du pouvoir, et les parties s’avéreront riches en interactions et dialogues entre les joueurs. Le tout porté par des mécanismes plutôt simples, mais pas simplistes non plus : du vote, de l’enchère, et beaucoup de petits twists…

Pour en savoir plus : Just Played et Test !  – Prix : 78€

 

Nemesis propose lui aussi des parties extrêmement (extrêmes… on pourrait s’arrêter là en fait) narratives, et immersives. Dans Nemesis, vous êtes grosso modo dans un épisode de Alien. Survivez, ensemble… ou pas ! Le but de l’équipage est de trouver ce qui cause la défaillance du vaisseau et de remédier à la situation pour revenir sur Terre en toute sécurité. Mais l’un d’entre vous est mort et manifestement, le vaisseau n’est pas tout à fait vide. Ça sent pas très bon tout ça. Bluff, trahison, survie, grosse ambiance SF… Le cocktail semi-coopératif versus l’IA agressive (le tout prenant place dans un vaisseau pété) est bien explosif. Toutes les parties ne se valent pas, mais certaines vous marqueront durablement.

On vous en dit plus dans ce Test.  – Prix : 120€   

 

Et encore Awaken realms ! Tainted Grail, c’est une expérience coopérative un peu hors-normes. On est plusieurs à jouer des campagnes à la rédac, et on est tous soufflés par la prouesse accomplie. Vous incarnez des personnages cassés dans un Avalon post-apocalyptique. Les Chevaliers de la Table Ronde sont en ruine, Arthur est mort et une brume magique délétère, le wyrd, s’infiltre partout. À vous de ranimer des menhirs dressés par les peuples anciens, afin de repousser le wyrd et d’explorer tout Avalon… Jeu d’exploration complexe entre un 7th Continent et un TIME Stories, monde ouvert, lorgnant sur le jeu de rôles, Tainted Grail propose une campagne démentielle de 15 chapitres très fortement portés par l’histoire où vos choix auront des conséquences sérieuses.
Vous devrez survivre, vaincre les horreurs rôdant dans le wyrd et démêler des intrigues de cour… La narration arthurienne, avec son twist, est séduisante et profonde. Les combats et rencontres diplomatiques proposent un système de chaînage de cartes, qui certes interrompt la narration, mais on peut souvent s’y mettre à plusieurs et améliorer nos decks. L’aura de mystère qui se dégage du jeu, l’étendue de la narration, l’exigence du titre en font une expérience incontournable de 2020. Un vrai tournant. Nous y reviendrons bientôt sur le site !

À noter qu’il existe également une version numérique en accès anticipé, que nous avons pu essayer, et qui est fort prometteuse (et qui se décompose en un rogue-like et un jeu en campagne).

Just Played à venir !  Prix : 125€ environ

 

Chassés de l’école, les zombies ont établi une base dans les égouts et sèment la pagaille dans toute la ville ! On retrouve avec grand bonheur l’ambiance de Zombie Kidz Evolution qu’on avait tant aimé avec ce deuxième opus où il va nous falloir récupérer quatre caisses d’ingrédients dispersées dans la cité pour créer un antidote anti-zombie. Ici, la coordination tactique entre les actions des joueurs sera réellement la clef pour optimiser chaque coup et parvenir à nos fins malgré les petits obstacles qui ne manqueront pas de changer nos habitudes à chaque partie. Et oui, le jeu est évolutif : tout le long de la campagne, les challenges vont changer subtilement de physionomie. Votre groupe saura-t-il s’adapter ? Sachez que cette suite est tout à fait autonome mais les deux boîtes peuvent fusionner.

Pour vous faire une idée garantie sans spoil, Ludochrono !  – Prix : 25€

 

Jeu familial par excellence, Minivilles aura marqué notre année 2020, qui l’eut cru ? Et oui, mais cette nouvelle version Legacy sait approfondir son sujet et renouveler les défis avec plaisir. S’adressant idéalement aux familles avec enfants vers 9-10 ans, ce Machi Koro prévoit 10 sessions qui donneront ensuite lieu à une version ultra rejouable de Minivilles. Chaque scénario nous invite à ouvrir une nouvelle petite boîte mystère qui recèle de matériel et de nouveaux éléments pour accroître les options de jeu. Un voyage mignon qui vous apprendra comment optimiser vos chances de tirer le meilleur des dés ! 

Pour aller plus loin : Test ; on vous en parlait aussi en vidéo durant le Spiel@home   – Prix environ 45€

 

Pandemic Legacy, c’est un peu l’explosion du Legacy dans nos contrées : n’existait auparavant que Risk Legacy. La saison 1 de PL “ouvrait les concepts”, la saison 2 est un immense coup de cœur sous tous rapports… et la préquelle, la saison 0, qui vient de sortir, nous plonge dans une ambiance CIA vs KGB laquelle s’avère (étonnement) très bien fonctionner dans les mécanismes de Pandémie. On montera des équipes pour accomplir des objectifs, on stoppera la présence des agents soviétiques qui se répandent sur le monde, avec des points chauds bien connus (Cuba, Paris, Berlin Est…). Mais pourquoi fait-on ça ?! Eh bien parce que les Russes, ces satanés rouges, développent une arme biologique, le projet MEDUSA. À nous de l’arrêter ! Bien entendu, des modifications de règles sont à prévoir petit à petit dans le jeu : votre panel d’action ira grandissant, et la difficulté se corsera petit à petit. On notera la possibilité de se créer des alias comme avatars, avec des faux passeports et des postiches allant de rocambolesques à ridicules, mais cela ne fait qu’ajouter au charme du jeu : les auteurs ont fait bien attention à préserver le décorum en tous temps.

On ne va pas vous dévoiler grand-chose de plus car ce serait empiéter sur l’expérience de ce superbe Legacy, mais une chose est sûre : vous pouvez y aller les yeux fermés. On y reviendra bientôt sur le site !

Pour en savoir plus : le Ludochrono, bien entendu 😉  – Prix : 75€

 

Tentez de collectionner plus de cartes Zombie que vos adversaires, sans être trop gourmand(e) ! Ce tout petit jeu familial est composé de cartes dont la valeur représente la rareté (1 seule carte de valeur 1 jusqu’à 10 cartes de valeur 10). À votre tour, piochez une carte, puis placez-là dans dans votre collection ou dans la Horde, au centre de la table. Si vous l’avez déjà, vous devrez la placer dans la Horde, où les joueurs suivants pourront se servir. Si elle est déjà à la fois dans la Horde et dans votre main, vous êtes éliminés de la manche ! Alors il faudra se coucher au bon moment pour conserver les points accumulés pour la prochaine manche. Lointainement inspiré du Black Jack, Zombie Life est un excellent petit jeu de stop-ou-encore dans sa plus pure essence, dans lequel on aura toujours envie de mettre au défi ses adversaires. Aussi malin que dynamique, ce petit titre fera un carton aux pauses de midi et sur n’importe quel coin de table, de 3 à 6 joueurs. Bonus : On aime ces toutes petites boîtes métal qui s’emmènent partout ! 

Le Ludochrono et la chronique Small is Beautiful sont à votre dispo !   – Prix : 10 €

 

La Marche du crabe, c’est d’abord une chouette et drôle BD d’Arthur de Pins, sur les crabes de l’estuaire de la Gironde, qui seraient incapables de tourner, “parce qu’ils sont trop cons”. Mais c’est aussi un jeu de la gamme BD des Jeux Opla (éco-conçu, imprimé en France) : ici, jeu coopératif où les joueurs incarnent deux crabes empilés (et oui), et dans lequel les joueurs doivent retrouver leurs camarades emprisonnés par les objets laissés par ces vilains humains, allant du pneu à la bouteille de crème solaire. Bien entendu tout cela sans communiquer autrement que par les actions de jeu (vous avez déjà vu un crabe parler ? Non ? voilà) et en évitant tourteaux et homards. Ce serait déjà pas mal, quoi qu’un peu limité, s’il n’y avait un mode campagne de onze parties, rajoutant quelques petites règles à chaque fois ; des cailloux qui vous font vous arrêter, des soles qui vous obligent à tourner (youpi mais pas youpi), et autres surprises qu’on vous laissera découvrir. Joué, adopté !

Pour en savoir plus : Just played bien sûr, Ludochrono aussi bien sûr (si vous en avez marre de lire).   – Prix : 12€.

 

Observer les étoiles, en voilà un joli hobby ! Jeux à deux exclusivement, Stellar ne doit pas vous tromper. Certes c’est enchanteur, ces paysages célestes et nocturnes, mais ça va surtout vous cramer le cerveau. Vous allez créer votre paysage nocturne en jouant deux cartes par tour, l’une dans le ciel, et l’autre dans votre carnet d’observation – votre scoring. Autant dire que vous pouvez bloquer l’adversaire dans ses collections, marquer des points de plein de façons différentes : de quoi vous occuper pendant les onze tours que durera la partie ! L’affaire est bien plus studieuse que fun de l’extérieur, mais vos cerveaux vous remercieront de l’exercice mental : une saine et amusante gymnastique. 

Pour vous faire votre idée : le Ludochrono et la chronique Small is Beautiful dédiée. – Prix : 16€

 

On a un truc avec les renards, il faut le savoir. On avait déjà bien aimé la version pas duo qui se jouait à deux, mais la version coopérative qui s’appelle duo (comment ça c’est pas clair ?) s’avère franchement convaincante aussi… si ce n’est plus ! Un jeu de plis coopératif pour deux, donc. Pour gagner, il faut réussir à récolter un certain nombre de gemmes en 3 manches maximum, ce qui met une certaine pression. Les pouvoirs ne nous permettent pas d’interagir avec les cartes : Il faudra donc s’y prendre autrement pour obtenir des informations, sachant qu’il n’est pas possible de communiquer avec son partenaire sur les cartes que l’on a en main, évidemment. Ce Duo offre la possibilité de complexifier le niveau du jeu en proposant un plateau recto/verso et des conditions de départ qui compliquent d’entrée de jeu les choses. Avec ses illustrations toutes belles, voici un petit titre truffé d’intelligence. Ne dit-on pas rusé comme un renard ? 

Notre article et Ludochrono    – Prix 16€

 

Improbable mais vrai : il est possible de faire des jeux qui se fondent sur un mécanisme pas fun (la bataille), d’intégrer du deck-building et d’en faire un vrai truc marrant et malin. Et ça, c’est cool. Tea for Two relève le défi avec brio : on deck-builde pour créer un paquet intéressant et synergique, avec, si possible, la victoire en bout de course, mais l’initiative est déterminée par un jeu de bataille. On remporte la partie en détruisant des cartes (adverses, à nous, du marché), en accomplissant des objectifs. Et tout cela avec une fin assez maîtrisable : vous allez pouvoir la déclencher en vidant certaines piles. Frontal, Tea for 2 propose une recette épicée, qui décape un peu. Allergiques au hasard et à l’interaction, s’abstenir. Pour le reste, eh bien, nous avons été pas mal séduits par cette expérience ludique originale !

Pour en savoir plus : comme d’hab, Ludochrono et Just Played !  – Prix : 22€

 

Watergate est un scandale, vous le savez certainement. À vrai dire, c’est un scandale qu’on ne parle pas plus du jeu aussi. 😉 Ce titre asymétrique fait incarner l’administration Nixon à un joueur et le corps journalistique à un autre. Nixon censure quand le journaliste monte des dossiers pour lier les contacts de Nixon éclaboussés par le scandale. Tout ceci se fait avec des paquets de cartes, spécifiques à chaque joueur, et un système de tir à la corde pour récupérer des jetons (pour censurer ou révéler). Bien documenté, bien thématisé, profond sans être trop compliqué, Watergate rappelle de bons souvenirs d’Android Netrunner avec notamment les différents axes de victoire (mais en simplifié, tout de même). On apprécie le mécanisme de sacrifice de cartes, qui oblige à réfléchir posément à sa stratégie et à s’y engager. Si vous avez aimé 13 jours et Iron curtain, c’est de la bonne ! 

Pour aller plus loin, le Ludochrono vous éclaire le gameplay et le Small is Beautiful de Morlockbob livre des impressions élogieuses.  – Prix : 25€

 

Dans Fort, nous sommes une bande de copains qui aiment partager des moments forts (haha), que ce soit un jeu, des pizzas ou même construire des cabanes, et surtout… un Fort. Le but du jeu étant de construire son Fort ou de gagner des points de victoire avec nos combinaisons de cartes. Dans ce deck-building nos cartes jouées vont dans notre défausse et celles non utilisées dans notre jardin, une zone où les adversaires pourront se servir. Eh oui, si vous abandonnez vos cartes potes ils deviennent disponibles pour tout le monde ! Cruel dilemme. Un deck-building efficace et malin de Grant Rodiek avec des illustrations de Kyle Ferrin (Root) édité par Leder Games (l’éditeur de… Root). Une vraie petite surprise qui n’est pour le moment pas annoncée en français et c’est bien dommage.

On en parlait déjà un peu ici, mais on revient dessus prochainement !  – Prix 32€

 

Coup de cœur évident de l’équipe cette année, ce jeu de deck-building et de négociations aux faux-airs coopératifs mené d’une main de maître par le jeune studio IV nous aura fait passer de belles soirées entre rires, marchandages, compromis, un brin de fourberie et du vrai deck-building exigeant. Ici les alliances ne sont que temporaires, il faudra néanmoins vraiment compter dessus pour l’emporter. Mais sans un deck sérieusement solide, impossible de remporter les cartes Contrats les plus difficiles qui vous apporteront les crédits nécessaires à l’amélioration de votre vaisseau et les précieux points de Prestige qui déterminent le gagnant. En bonus, ce deck-building à la patine sociale renforcée jouit d’une superbe édition SF avec une identité singulière et soignée. On espère qu’un éditeur français se penchera sur le sujet car aujourd’hui il est difficilement trouvable !   

Envie de partir pour le prochain vol ? Notre article

 

Il était une fois un univers de fantasy générique mais bien illustré, et des envies de jeu de gestion, mais avec de l’interaction (beaucoup). Les auteurs et éditeurs ont secoué tout cela bien fort, et en a résulté Dwellings of Eldervale. Ce jeu de gestion eurotrash nous invite à poser des ouvriers sur un plateau en vue de récupérer des ressources, mais aussi de construire des bâtiments. Vous pouvez aussi dépenser vos ressources pour acheter des cartes qui viendront se poser devant vous afin d’augmenter vos options. Et lorsque vous êtes à sec, vous pouvez tout retirer et activer les cartes précédemment acquises grâce à vos ouvriers encore vivants… car, OUI, ça va bastonner. Entre les monstres (dont le socle fait ROOOOAAAR avec l’édition légendaire, inutile donc indispensable) et les autres joueurs qui viennent vous tataner la bouche, on ne va pas se mentir, ça castagne dans les chaumières. Entre le plateau qui se construit et se remplit, le moteur qui se forge, et les inimitiés qui commencent à gronder, on se dit qu’on a là un jeu de pose d’ouvriers singulier, fort, et suscitant une certaine envie de remettre le couvert. Le jeu est tout de même un patapouf bien balaise, ne vous attendez pas à avoir bouclé vos parties en 30 minutes chrono. Ah, et l’édition est impeccable (même si les règles sont un peu touffues).

Nos retours d’Essen at home sont évidemment consultables ! C’était même le coup de cœur de Sha-man.

 

Res Arcana, c’est du très très bon. As d’or 2020, sélectionné ou lauréat de bien d’autres prix… on vous laisse visiter la fiche et ses multiples contenus, dont des interviews de l’auteur, Tom Lehmann. Bon, et cette extension, alors ? Elle vient tout simplement ajouter au jeu de base du nouveau contenu. Un peu de tout : nouveaux personnages, nouveaux monuments, nouveaux lieux de puissance, nouvelles tuiles de début de tour, et, surtout, de nouvelles cartes avec un nouveau type de bestiole : les démons. La variété et les combos sont toujours plus folles, l’alchimie (haha) marche toujours aussi bien, à l’exception des Parchemins que nous aimons un peu moins (un peu trop lourd). Mais pour tout le reste, Lux et Tenebrae est une extension all-stars, renouvelant le jeu pile ce qu’il faut sans pour autant tout bousculer. – Prix : 18€

 

Sid Meier’s Civilization une nouvelle aube Terra Incognita : Le jeu de base transposait l’un des plus grands succès du jeu vidéo en jeu de stratégie sur plateau avec une mécanique simplifiée parvenant à transmettre ce sentiment unique de développement d’une civilisation à travers l’histoire en 90 minutes environ. Aucune stratégie ne domine ici, à vous de faire vos preuves. La richesse de l’extension permet vraiment de rendre un jeu bon en jeu encore meilleur, un chouïa plus complexe. Une dimension tactique, avec les militaires, qui manquait au jeu de base, des nouveaux types de cartes priorité, et surtout le gouvernement et les districts qui permettent des spécialisations nouvelles, sans oublier de nouveaux dirigeants. Pour amateurs de civ, un must have.

On vous parlait du jeu de base ici ; on revient prochainement plus en détail sur cette extension !  – Prix 42€

 

7 Wonders Duel, c’est un monument du jeu à deux joueurs. Un système de draft ouvert, des dilemmes à chaque instant, et une interaction forte avec un double couperet, soit la victoire scientifique, soit la victoire militaire. Agora est la deuxième extension (après Panthéon) du titre. Cette fois, tout l’enjeu réside dans l’assemblée : à vous d’influencer les votes avec les sénateurs pour gagner des bonus (les décrets) et les majorités. Mais en plus vous allez pouvoir intriguer et préparer quelques complots qui, déclenchés au bon moment, peuvent faire la différence. Ames sensibles s’abstenir car les cartes complots permettent les pires fourberies et risquent de faire couiner. Agora sublime l’aspect confrontation du jeu, tout en gardant une bonne dose de stratégie.

On vous en parle en bien par ici, et lors de notre Spiel@home ici  – Prix : 20€

 

Oh tiens ! Voilà une proposition rigolote ! Une grille de 25 mots, et il ne doit en rester que trois à la fin. Pour éliminer tous les autres, on va suivre deux chemins de suite de mots en mode selle de cheval – ch’val de course- course à pied… Un jeu de calembours qui nécessitera des retours en arrière afin que les Ricochets arrivent jusqu’au bout du chemin. Si on se débrouille bien, les mots qui restent forment un rébus (« Lire-Lard-Aigle »). Une petite grille quotidienne pour se faire plaisir, 30 énigmes à résoudre se succèdent. Si on n’y jouera qu’une fois chacune, on pourra se passer le mot à plusieurs, ça pourrait être utile pour déjouer les pièges et niveaux de plus en plus difficiles. Comme une sorte de Codenames solo !

Pour en savoir plus  – Prix 20 €

 

La cité de Gravehold reste le dernier bastion du Monde Qui Fut. Puissant magicien, vous lutterez pour la défendre contre les Sans Noms et leur horde dans un dernier combat épique. Ce jeu de deck-building pur destiné à un public amateur, est une extension stand-alone d’Aeon’s End, pouvant donc être jouée seule. Il est directement inspiré de la mécanique de Dominion qui met en avant la construction de votre paquet de cartes. Vous devrez l’optimiser en achetant ou détruisant des cartes, puis bien gérer le timing du lancement de vos sorts. Le jeu est fluide et très plaisant à jouer. Un lot de 8 héros et de 4 Nemesis à difficulté croissante vous assurera une certaine longévité et de gros défis. 

Le Just Played, ainsi que l’article solo et le Ludochrono dédiés à Aeon’s End premier du nom. – Prix : environ 45€

 

Dans les Caraïbes du XVIIe siècle, vous êtes un(e) navigateur(trice) en quête de gloire et de fortune. En mode solo, vous devrez battre Jean, votre rival automa, sur la piste de points. À vous de gérer au mieux votre main, votre plateau Navire et votre équipage, pour saisir les meilleures opportunités qui s’offriront : commercer avec les cités locales, combattre pour le compte de nations colonisatrices, explorer les terres intérieures, accomplir des quêtes diverses… Maracaibo peut être considéré comme LE jeu solo de l’année 2020 dans la gamme Expert Euro. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire un jeu plaisant, addictif et avec une longue durée de vie. 5 niveaux de difficulté sont proposés et une campagne « historique » vous permettra de varier vos parties, en ajoutant ou retirant des tuiles sur le plateau. Un must !

L’article dédié au mode solo et le Just Played. – Prix : environ 60€

 

Les chevaliers de la Table Ronde et le Saint Graal ont été perdus. Une étrange brume envahit peu à peu les terres d’Avalon, et l’équipe de héros pressentis envoyés à leur recherche ne donne plus de nouvelles. Il semblerait que ce soit à vous, simple citoyen de Cuanacht, de lever le voile sur ces disparitions. Tainted Grail, jeu d’aventures et de survie, est un mastodonte de 2020. À la manière de 7e Continent, Vous explorerez les contrées d’Avalon en dévoilant les cartes Lieux, et en y interagissant grâce à un livre de scripts. Il revisite le Livre Dont vous Êtes le Héros, en vous faisant incarner un des quatre personnage de la boîte. Un système de deck-building vous permettra d’améliorer vos paquets de cartes Combat et Diplomatie entre les aventures. Les phases de rencontres seront résolues avec une mécanique originale d’enchaînements de cartes. Le contenu est immense, et vous n’en parcourrez qu’une partie à travers les dizaines d’heures de jeu que constitueront la campagne. Sans oublier qu’il vous faudra collecter les ressources nécessaires à votre survie et à votre progression dans l’histoire. Un must pour les amateurs du genre, qui n’auront pas peur des épreuves corsées !

– Prix : environ 115€

 

Dans la catégorie ils nous ont déçus : Bear in barrels. Le principe de ce genre de jeux, c’est de faire une proposition qui engage immédiatement les joueurs, qui leur donne envie d’essayer, de persister, car le concept est rigolo et original. On aura pourtant insisté, pour tenter de comprendre où était le fun, pour parvenir à quelque chose en fait. Mais rien. Reste un jouet qui fait mal aux doigts. Et si on jouait à Ice cool plutôt ? 
On en causait ici aussi.   

 

Sûrement perçu chez nous comme “le” Rosenberg dispensable de l’année, ce jeu à deux promet une belle promenade féerique, un duel de tuiles, rapide et malin… Mais très vite, le problème d’illisibilité nous a fait déchanter, sans parler du manque cruel d’enjeux. Sans doute un jeu qui a paru trop vite. Mais un auteur moins bankable aurait-il sorti un tel jeu ? Nous adorons Uwe, mais la question se pose… 
Ludochrono pour vous faire votre idée. Et notre
article.

 

Rome & Roll est un roll & write de gestion qui pouvait se passer de la partie “write”. Un peu dommage, car le jeu n’est pas non plus sans qualités ludiques, à vouloir nous faire occuper les sept collines de Rome, à vouloir nous faire développer un moteur… mais la production semble avoir dirigé le game design (il faut que ça soit un roll & write, c’est tendance !) même si cela n’apporte rien de bon. On aurait pourtant voulu aimer ! Mais vouloir coller aux modes n’est pas toujours une bonne idée… 
Ludochrono pour plus de détails et impressions après notre Essen chez nous. 

 

 

Et voilà pour 2020, une année qui a bien chamboulé nos plans et notre quotidien !
Avec quasiment aucun festival, fort peu de soirées jeux « en vrai » (en dehors du cercle restreint de la famille proche évidemment), la fermeture des cafés ludiques, le recours au print and play et aux jeux en ligne…

Et pourtant, les sorties n’ont cessé de pleuvoir (si ce n’est le ralentissement lié aux fermetures d’usines au début de la pandémie). Le jeu de société, valeur refuge, a bonne presse, et trouve son public plus que jamais malgré la crise globale. On se retrouve donc avec de bons voire d’excellents titres (comme cette sélection aura tenté de le démontrer) mais aussi des produits qui nous ont parus franchement dispensables et dont on a peiné à saisir l’intérêt, semblant sortir pour occuper le terrain ou pour surfer sur des tendances. Nous sommes heureux de pouvoir vous parler sans fard de nos coups de cœur mais aussi de ce qui nous plait moins !  

Bref, 2020 fut pour le moins une année riche à sa façon, pleine de rebondissements, avec des règles toujours changeantes, tel un bon vieux Legacy. Mais on ne serait pas contre un 2021 plus serein ! En attendant, toute l’équipe de Ludovox vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, avec, on l’espère, de bons jeux pour accompagner vos soirées.

Prenez soin de vous ! 

 

Vous en voulez encore ? À lire ► Les coups de coeur Ludovox avec Brass, Gloomhaven, Oriflamme ...

 

 

Shanouillette, Atom & Mat tiennent à remercier Groule et Natosaurus pour leur participation à l’écriture de cet article fleuve.

 

   

10 Commentaires

  1. Groule 18/12/2020
    Répondre

    Bravooooo superbe boulot pour finir l’année en beauté !

  2. TheGoodTheBadAndTheMeeple 18/12/2020
    Répondre

    Beautifoule pendant qu’on y est 😀 (il n’y a qu’un L a la fin)

     

    Tres belle selection ! On y voit meme le grand Concordia, loue soit Mac Girdt 😀

    L’excellent Aeons end

    Le fascinant petit cartographers, 3 des hits de mon annee !

  3. MATHIEU 18/12/2020
    Répondre

    2020, l’année du Print & Play…

  4. elniamor 19/12/2020
    Répondre

    Bravo pour cette sélection ! J’aime le choix des catégories que vous avez fait qui change des poncifs habituels, et le fait que vous n’avez pas l’air de vous être limité à un certain nombre de jeux : il y en a beaucoup et c’est tant mieux car il en faut pour tout les gouts !

  5. Flemeth 19/12/2020
    Répondre

    Merci, une belle sélection. Pour ma part les 3 qui sortent clairement du lot sont The Crew, Top Ten et Micromacro city. Bonnes fêtes à tous !

  6. nemo 19/12/2020
    Répondre

    vous avez tellement aimé Tainted grail que vous l’avez mis dans deux categories ? (narratif et solo is beautiful) 😀

    la silhouette noire (petite fille qui saute) presente sur le coin superieur gauche de certaines boites de jeu, c’est pour marquer vos top-top-coup de coeur ?

    • atom 20/12/2020
      Répondre

      Oui, la petite Ludogirl  (c’est son petit nom) indique le jeu qui nous a le plus marqué.  Le macaron coup de cœur, fait référence à nos coups de cœur (de Juillet 2019 à Juillet 2020). Quand à Tainted Grail il a marqué la plupart des membres de l’équipe, mais il a aussi marqué Groule qui écrit en alternance avec Keltys pour son mode solo. 🙂

  7. -Nem- 20/12/2020
    Répondre

    Très belle sélection !

    Perso dans les extensions j’aurais rajouté celle de Terra Mystica « marchand des mers » qui est vraiment top !

  8. Frédéric Ochsenbein 21/12/2020
    Répondre

    Super sélection.

    Je regrette toutefois le « ils nous ont déçu ». Je comprend bien l’idée de cette rubrique mais quand on sait tout le travail que représente la création d’un jeu, se retrouver dans un tel rubrique ca doit être un sacré coup dur. Je trouve plus positif de mettre en avant ce que l’on aime et de taire ce qui a pu être pour nous une déception (mais qui ne le sera pas forcément pour d’autres).

    Merci pour tout le travail que vous avez accompli malgré le contexte compliqué ^^.

    • fouilloux 21/12/2020
      Répondre

      Hum, on a un peu la position contraire: si on ne parle que de ce qui nous plaît, alors chaque jeu ne reçois toujours que des critiques positives. Et donc quand on cherche à se renseigner, le seul élément que l’on aura c’est que le jeu est bien. Quel différence ainsi entre un jeu que l’on a pas essayé et un jeu que l’on a pas aimé. Après, il est important d’expliquer pourquoi on a pas aimé et ce qui nous a gêné.
      Imagine t’on des critiques de cinéma ne parler que des films qu’ils aiment et jamais de ceux qui leur déplaisent?

Laisser un commentaire