Egizia Shifting Sands : Voyage sur les terres nourricières d’Egypte

Egizia est une création de Virginio Gigli, Antonio Tinto, Flaminia Brasini et Stefano Luperto, un groupe d’auteurs italiens surnommé Acchittocca. Le jeu est sorti en 2011 et puis il a disparu des boutiques sans pour autant qu’un éditeur s’intéresse à son cas. Enfin, ce jusqu’à l’année passée où Stronghold Games lance un kickstarter avec une nouvelle version, un nouveau visuel et un nouveau plateau : Egizia Shifting Sands que l’on peut traduire par « les sables mouvants » en français. Cette version est annoncée en français chez Matagot pour la fin de l’année.
Nous vous parlions déjà de Egizia premier du nom dans ce Just Played et même dans le test.

cover_egizia_shiftings-sands

Admirons cette jolie cover où nous apercevons notre felouque avec nos équipes d’architectes qui voguent sur le Nil fertile en direction des monuments de l’Égypte antique. Elle nous invite au voyage, non ? 

Dans Egizia, nous sommes des architectes du Pharaon et nous allons construire les célèbres monuments de l’Egypte antique. Pour cela, nous allons faire évoluer nos équipes d’architectes et placer des pierres dans les monuments. La mécanique est simple, nous sommes dans de la pose d’ouvriers ou plutôt de felouques, ces bateaux égyptiens.

 

Numérobis c’est quoi le plan ?

Mais le twist c’est que l’on pose nos bateaux en suivant le Nil qui traverse la plateau, et on ne peut jamais le remonter, par conséquent si l’on descend chercher une carte intéressante assez basse en aval on va renoncer aux cartes en amont. On retrouve cette mécanique dans le très surproduit Francis Drake et plus récemment Le Bien et le Malt (c’était le moment name dropping ^^). Ce système est très malin car en avançant rapidement on refuse les potentialités plus en amont : chaque choix est très impliquant. On joue aussi sur le tempo. Il y a 3 zones de construction et pas assez de place pour tout le monde. 

 

Egizia_Shifting_Sands_Jeux_de_societe_Ludovox (2)

 

Augmenter la force de nos équipes, monter sur les pistes de blé ou de pierre, récupérer des cartes de ressources… tout est important. À la fin de la manche, on produit nos pierres, on nourrit nos équipes (attention : ne pas les nourrir vous expose à la honte suprême, enfin, surtout on perd des points de victoire).

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox-(13)

Dans ce nouvel opus, monter sur le marché du blé peut permettre de transformer son surplus de nourriture en points de victoire 🙂

Poser sa pierre à l’édifice

La base du jeu reste tout de même la construction des monuments. On va tous y participer et celle-ci se fait quand tout le monde a posé tous ses bateaux : dans l’ordre d’arrivée des bateaux sur chaque chantier, premier arrivé premier servi. C’est là que la force de nos équipes est primordiale : nous en avons 3 et pour chaque chantier on pourra utiliser une de nos équipes pour construire une ou plusieurs pierres ; on peut éventuellement utiliser notre chef de chantier pour nous donner un coup de main.
Sur chaque élément est indiqué le nombre de pierres qu’il faut dépenser, ce qui correspond à la force de notre équipe, simple non ? C’est aussi comme cela que l’on gagne les points de victoire.

 

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox-(11)

 

Dans le premier chantier, on pourra construire les colonnades et éventuellement gagner deux bonus plutôt intéressants. Sur l’obélisque on pourra monter sur un des deux marchés pour chaque pierre posée.

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox (9)

Sur le deuxième chantier, on participera à la construction de la pyramide ainsi qu’aux statues qui nous donneront des points en fin de partie selon une condition. La pyramide est un peu particulière puisqu’il y a une course à la majorité : sur chaque ligne de construction, celui qui a placé le plus de briques à sa couleur marque autant de points que de briques – attention quelque soit le monument on démarre par le commencement et on progresse en suivant.

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox (8)

Enfin, le dernier chantier est un peu spécial lui aussi puisqu’on participe au Sphinx ! En réalité on pioche des cartes qui sont des objectifs secrets qui nous poussent forcément à dévier de notre stratégie initiale. Sur le Sphinx, plus on dépense de force et plus on pioche de cartes, mais on en gardera qu’une (le reste est converti en points).

 

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox (1)

 

Embouteillages sur le Nil

Egizia a beau être un jeu à l’allemande, il n’est pas dénué d’interaction : en premier lieu dans le positionnement sur le Nil, car les places sont chères et tout est intéressant, mais aussi avec un peu de majorités, par-ci par-là, celui qui aura le plus participé à la pyramide remporte 5 points en fin de partie, il peut donc y avoir un peu d’embouteillage. Idem sur les colonnades où le premier remporte 5 points et les suivants 3, 2 et 1 point(s). Mais surtout, chaque zone de construction doit se construire dans un ordre et il arrive que la zone que l’on voulait construire a été prise par l’adversaire et qu’il nous manque une pierre ou bien un peu de force dans une de nos équipes.

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox (3)

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox-(12)

 

Mais l’interaction peut devenir plus vicieuse avec la crue du Nil : en effet nous allons produire du blé à chaque fin de manche, et cela est fonction de nos champs, si le marqueur est tout en haut, tous les champs produisent même les rouges qui sont plus arides, mais si quelqu’un descend ce marqueur, il se pourrait que l’on ne puisse nourrir toutes nos équipes… et là c’est le drame. Une perte sèche de 1 à 3 points en fonction de notre avancée sur le marché du blé. N’espérez pas trop que ce marqueur reste haut, à moins que tout le monde ait pris des cartes blé rouge. Evidemment l’intérêt commun prévaut sur les intérêts personnels !

 

Balade au fil de l’eau 

Cette nouvelle édition est plus chatoyante, avec des couleurs  plus vives. Sobriété contre flamboyance, c’est à vous de choisir ! Personnellement je me suis fait à ce nouveau choix esthétique. 10 ans ont passé et cela a permis d’améliorer des petites choses, par exemple les phases d’une manche sont rappelées sur son plateau joueur, pratique pour expliquer le jeu ou pour le reprendre en main quand on n’y a pas joué depuis quelque temps.

 

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox (10)

La configuration pour deux joueurs n’est pas la meilleure et l’ADN du jeu n’a pas été modifié donc cette configuration reste jouable, mais il est préférable de jouer à trois ou quatre joueurs. Cependant, il y a quelques changements notables : le verso du plateau comprend une version deux joueurs avec un Nil plus court, des monuments plus petits et les cartes comportent un petit 3+ pour pouvoir les enlever dans cette configuration. Par contre le petit 3+ est riquiqui et il n’est pas rare qu’on réalise que l’on a mis en jeu une carte que l’on ne devrait pas avoir. Dommage aussi que le décompte de fin de partie ne soit pas rappelé sur le plateau ou sous forme d’aide de jeu (il faut reprendre les règles). Personnellement, j’ai fabriqué une petite aide de jeu qu’il vous suffit d’imprimer si vous le souhaitez (elle est disponible sur la fiche du jeu).

 

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox (5)

Pyramide pour 2 joueurs

La mécanique de cette nouvelle édition reste la même, mais désormais avec les colonnades on obtient un pouvoir que l’on peut activer à chaque manche ou bien une fois dans la partie, ce qui ajoute un petit peu de planification.
Les statues proposent une forme de pari : il faudra 3 tours pour les construire, chaque pierre posée sur la statue ne rapporte pas de points, mais en fin de partie on peut en gagner jusqu’à 10 points si on a été jusqu’au bout.

On reprochait au jeu originel un trop grand opportunisme. Pour mémoire vous pouviez tout à fait avoir une carte qui vous demande que la pyramide soit entièrement construite à la fin de la partie, sans avoir posé une seule pierre à votre couleur, ici ce n’est pas le cas, les objectifs concernent toujours vos créations. Idem sur les cartes du tour 5, je me souviens de deux cartes qui faisaient bien couiner car sans rien faire (juste récupérer la carte) elles offraient autant de points que de pierres dans un édifice ! Dans Shiftings Sands elles existent encore, mais cela concerne là encore que vos pierres. Petits ajustements bienvenus. 

 

egizia_shiftings_sands_jeux_de_societe_ludovox (2)

 

Bref

Egizia est un jeu que j’apprécie beaucoup et cette nouvelle mouture me permet de découvrir ce titre sous un nouvel angle. Je regrette juste une chose, c’est qu’ils n’aient pas mis la version classique avec le jeu (ça, c’est pour ceux qui ont participé au KS). Egizia reste un grand jeu avec de la planification et de la gestion de ressources et de la construction. Contrairement à beaucoup de titres à l’allemande, il propose une interaction douce-amère tout à fait délicieuse. Le jeu garde son écosystème : on jouera en fonction des joueurs et pas la tête dans le guidon. Bref, il y a de la vie dans ce jeu. Il laisse un sentiment d’accomplissement que l’on gagne ou non, car on aura participé aux chantiers. Un très bon choix de réédition.

   

1 Commentaire

  1. Jeannot_la_pinte il y a 27 jours
    Répondre

    Ou comment augmenter mon impatience. Merci pour ce bel article !

Laisser un commentaire