Sélection Ludovox 2014-2015 – les jeux incontournables

Amateurs de jeux en tout genre, soyez les bienvenu.e.s !

Devinez quoi. C’est l’hiver quelque part, et qui dit hiver dit bilans annuels. L’an dernier, on vous présentait nos 25 jeux favoris de 2014. Cette année, on fait de même, avec quelques titres de plus. Parce que dans le millier de sorties qui a paru depuis janvier, il y a des jeux qui brillent un peu plus fort que d’autres. Et, étrangement, on éprouve le besoin de classer un peu. Un peu comme nos ludothèques ou le contenu de nos boîtes de jeu.samourai

Cette sélection est bien entendu subjective, et ne veut pas du tout dire que les titres qui n’y sont pas déméritent. Nous voulons simplement vous dire ce qui nous a marqué cette année. Quand je dis nous, je parle bien entendu de la rédaction proche, mais aussi de notre super équipe de testeurs. (Love sur vous tous et toutes, testeurs et testeuses.)

Junior : fiesta et bougies sans kubenbois

Certes, nos testeurs ont plutôt des goûts d’expert. Mais certains d’entre eux ont de la petite famille. Et à votre avis, qu’est-ce qu’ils recommandent pour les têtes blondes ? Oui, des jeux, vous avez bien deviné. En même temps, vous vous attendiez à quoi ?

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux pour les juniors
 
Les anniversaires, c’est trop rare. Alors chez Gigamic, on s’est dit que souffler ses bougies plus souvent, ce serait cool (on nous en a parlé à Essen). S’adressant à des 4 ans et plus, ce jeu plutôt malin permet de s’exercer plusieurs fois par an. On l’a testé, et c’est la fête ludique pour les petits !
 
Dans Splash, on construit d’instables tours au dessus de l’eau. C’est tout bête, mais il ne faut pas se tromper ! Facile à apprendre, Splash est édité dans plus de dix pays ! Et, cocorico, les auteurs sont les mêmes que ceux d’Happy Party. Par contre, les joueurs vont devoir jouer d’adresse et de stratégie : c’est assez fin, et ça se joue à partir de 6 ans. Regardez en action ici.
 Cacher des monstres puis les chercher en temps limité, voilà de quoi il s’agira dans Monstre-toi. Vous allez donc pouvoir coller des autocollants chez vous (mais rien de permanent, rassurez-vous) figurant les monstres. Et pour les plus aguerris, on le fera de nuit, car les créatures sont phosphorescentes ! Bien entendu, ces stickers sont repositionnables à l’envi, et il y a un petit système de jeu et de gages à la clef.
 

 

Voilà ! est une œuvre du prolixe et décidément inventif Roberto Fraga. L’auteur nous plonge ici dans un cirque où il faudra faire preuve de dextérité et de discernement (à vrai dire, il s’agit de stop ou encore). Plus qu’un simple jeu pour enfants, Voilà fédère la famille, chacun trouvant son bonheur dans le jeu, quelles que soient ses attentes ludiques. On est conquis : on l’aime bien (beaucoup).

À l’apéro, on joue pas au loto

Entre deux conversations éduquées sur les derniers morts dans Game of Thrones ou sur l’omniprésence du beurre dans la cuisine bretonne, en passant sur « qui est devenu végétarien ? », on sort un p’tit jeu pour se détendre. (Et apaiser ceux à qui ont a spoilé la mort de machin, qu’on a trollé avec de l’huile d’olive, ou encore apaiser les esprits échauffés par l’épineuse question du carnisme et de son contraire.)

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux d'apéro / d'ambiance

Dans Codenames, des équipes d’espions s’affrontent avec un cocktail assez explosif de communication à demi-mot, de déduction acharnée et de liens sémantiques bizarres. Le tout chapeauté par les dieux ludiques de chez Czech Games Editions, par l’immense Vlaada Chvatil. Ça sortait lors de la Gencon 2015, on y a copieusement joué, on le recommande assez sûrement. Et ça sort en français en 2016. (On vous donne le droit d’être très impatients.)

Encore des espions ! On a dit bonjour aux gens de Cryptozoic Entertainment qui portaient ce jeu de la Russie (d’où il provient) jusqu’aux terres du maccarthysme lors de la Gencon dernière (encore). Et, au contraire de Codenames, c’est sorti en France !

Dans Agent Trouble, chaque joueur a une carte (espion ou lieu). Les lieux sont identiques pour chacun, sauf l’espion qui ne sait pas où il se trouve. C’est alors que commence un mortel jeu de question-réponse : l’espion doit rester dissimulé tout en essayant de deviner de quel lieu il s’agit quand les autres joueurs doivent le débusquer… Attention, fun garanti.

On a tous joué aux cow-boys et aux indiens, gamins. Ou presque tous. Si ce n’est pas le cas, courez le faire, là, maintenant.

Vous pouvez remettre le couvert avec Flick ’em up!, qui vous met dans la peau de deux équipes de pistoleros qui s’affrontent dans moult scénarios. Ça sortait à la Gencon 2015 sur le sol américain, et ça arrivait un peu plus tard en Europe. On voit ici que certains membres de l’équipe sont nuls en jeux d’adresse. Quand on vous dit que ce rendez-vous devient incontournable ! Une extension, Stallion Canyon, ajoute d’ores et déjà du matériel et des règles (ainsi que des histoires additionnelles). Non seulement le jeu est super bon, mais en plus, l’édition est vraiment super classe.
 

C’est pas une blague. Pas besoin d’avoir à se déplacer jusqu’à la patinoire ou de porter des chaussures inconfortables pour jouer à son sport préféré. Compact Bowling et son copain canadien Compact Curling sont de vraies tueries. On parle de versions mini avec des quilles lestées, une bonne glisse et un plateau sur lequel on peut écrire les scores au marqueur. Vraiment très pratique, et ça change du Mollky (que vous ne pratiquerez pas dans votre salon, en sus). Regardez-nous y jouer avec l’excellent Matthieu de chez iello.

La famille, c’est pas que la mafia

C’est aussi des jeux. Alors pour que tout le monde joue, on n’a pas recours à des usines à gaz, mais à des jeux aux mécanismes plus légers. Et cette année, on en a eu de très bons. Pas de quoi se plaindre, bien au contraire !

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux familiaux

Piratoons est un jeu qui marche vachement bien avec les jeunes. Construire un bateau pirate, c’est quand même mieux qu’un bonhomme de neige. Et quand ça s’allie à un peu de discrimination visuelle et de combinaisons, ça y est, c’est la fête ludique. La rédac trouve ça très bon, que ce soit après un peu de parties ou à tête reposée. Et un des auteurs nous expliquait ça au festival de Cannes dernier.

Surfant sur la vague de l’accessibilité, Siggil emprunte au séculaire Mah-Jong tout ce qui fait son sel : la découverte de cartes/tuiles, le blocage de l’adversaire par l’accumulation de mêmes valeurs ou pictogrammes. Mais ça parle de quoi, au juste, me direz-vous ? Eh bien dans cette petite boîte se cache un truc assez zen. Vous incarnerez des chamanes voulant capturer des esprits prisonniers d’un sceau. Seul souci, pour capturer les esprits… il faudra rompre ledit sceau. Alors, à choisir, il faudra que vous lisiez dans la tête de l’autre pour savoir sur quel esprit il mise et, si vous vous sentez en jambe, vous pourrez le lui capturer. Pour avoir des impressions plus complètes, on vous renvoie sur le just played, mais au cas où ça vous parle, l’auteur traîne dans le coin.

D’accord, les magiciens sont avides de pouvoir. Mais quand ils le sont un peu trop, ils perdent la boule, et ça donne Abracada… quoi ?. Le fameux Gary Kim a pondu un jeu de déduction et de mémoire dans lequel il faudra jongler avec des sorts dont la répartition vous est connue. Et plus le sort est rare, plus il est puissant ! Par contre, il faudra veiller à ne pas trop se tromper… Gare ! Non seulement on l’a testé, mais on y a aussi joué avec une technologie un peu inédite, qui vous permet de voir la partie sous tous les angles possibles et imaginables. Vraiment bath.

Si je vous parle de renard et de fromage, vous allez me dire Jean de la Fontaine ! Et moi, je vous dirai, les yeux fermés : « oui, mais c’est aussi Fred Vuagnat et son Maître Renard. » Donc, des renards malins, certes, et voleurs, je vous l’accorde. Mais pas que ! Rapidité et précision sont de mise pour récupérer tous les bons produits que les renards désirent. Seulement… Les participants à cette petite sauterie le feront les yeux fermés. Ou en tout cas, masqués. Et attention au serpent qui rôde ! Nous, on a trouvé ça très chouette.

Casual suspects

Parfois, on se dit que les parties de 3h30, c’est un peu superfétatoire, comme les mots à plus de 3 syllabes. Alors on préférera jouer à des jeux plus sobres dans leurs mécanismes et leurs règles, sans pourtant qu’ils soient en-dessous du lot en termes d’intérêt. Donc, pour ça, voici une sélection de jeux accessibles même pour des non-joueurs, avec une durée avoisinant une heure.

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux pour joueurs occasionnels

Les jeux de construction de ville sont certes légion, mais peu peuvent se targuer d’être aussi aisés à enseigner. New York 1901 nous met dans la peau d’entrepreneurs qui rénovent le quartier financier de New York en construisant des gratte-ciel toujours plus hauts. Les tours sont très fluides, le jeu très équilibré, et pousse à l’interaction sans pour autant frustrer : il est tout à fait possible de s’extraire des conflits pour essayer de gagner autrement (même si c’est plus difficile). On y a joué à Cannes après que Timothée nous l’ait présenté, puis on a retesté ça tranquillement en live, avec un bon debriefing post-partie (sur cette vidéo après la victoire à 1h10).

Lewis & Clark avait été un grand succès à son époque, et Cédrick Chaboussit, l’auteur dudit succès, a décidé de remettre le couvert sous un autre jour. Discoveries est donc un jeu tout à fait différent sur le même thème. En parcourant l’Amérique d’Est en Ouest, on essaie d’écrire un journal comportant le plus de découvertes possible. Seulement, il faudra s’allier à des tribus indiennes, même si elles sont méfiantes… Mais une fois qu’ils sont ralliés à nous tout devient plus aisé – car eux connaissent les secrets de la terre.

Discoveries propose de gérer des dés représentant autant d’actions, et si l’éditeur nous l’a présenté sur un salon parisien, on y a copieusement joué, que ce soit en live ou en dur chez nous. Encore un jeu frais et agréable, où l’on fait des combinaisons logiques, mais pas forcément évidentes. Le tout avec peu de texte (en fait, quasi aucun) sur le plateau et les cartes. Du coup, c’est accessible très tôt, mais ça prend son essor quand un joueur rompu au système pilote une stratégie bien ourdie.

La thématique médiéval-fantastique a beau être épuisée jusque dans ses moindres recoins, il faut bien avouer que Taverna fait souffler un petit vent de fraîcheur dessus. En tant que tavernier, on essaie de récupérer le plus de prestige possible pendant un festival. Choisissez les clients qui vont vous arranger : les ripailleurs qui consomment tellement qu’ils vous enrichissent, les férus de magie qui vous alimentent en sortilèges, etc. Mais pensez à favoriser le peuple élu du roi, à ménager les notables et à acheter des parts dans les tavernes les plus bankable ! De la haute voltige, nous dit-on, mais tout en gardant un côté si logique et accessible qu’on n’a pas l’impression de gérer des choses trop complexes. On suivait le projet depuis (au moins !) Cannes dernier, et l’auteur a bavardé avec nous à Essen.

Sapiens n’est pas un jeu de brutes, contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord. Non, étendre votre tribu dans la vallée pour gagner nourriture et abris ne sera pas si aisé qu’il y parait. Entre dominos et jeu de combinaison, il faudra réfléchir soigneusement. Profiter de la présence d’ours et de mammouths pourrait vous donner un coup de patte, mais pourquoi pas lorgner du côté des forêts et des bassins d’eau claire ? Ou des autels de pierre ? Plus subtil qu’il en a l’air au premier abord, Sapiens s’ouvre petit à petit. Pas compliqué à apprendre, mais une fois que c’est fait, on a plusieurs niveaux de lectures du jeu. Clément nous l’expliquait au Palais des Festivals de Cannes…

L’année du duel

2015 a été marquée de plusieurs pierres angulaires en ce qui concerne le jeu à deux. Et ça, c’est quand même génial ! En couple, mais aussi en soirée jeux quand on est vraiment en retard et que tout le monde est lancé dans un jeu de gestion. Limite, ça vous donne une excuse pour être à la bourre tellement ces jeux sont géniaux.

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux à deux

Tout le monde ou presque a joué à 7 Wonders. Des centaines de milliers de boîtes vendues à travers le monde, bref, c’est LE jeu qui, avec Hanabi, a propulsé Antoine Bauza au firmament. Et Bauza-san a fait équipe avec l’auteur phare de 2014 (Bruno Cathala, donc). Tout ça pour nous pondre 7 Wonders Duel : un jeu de civilisation et de draft court, spécifiquement pour deux joueurs. Attention, on ne parle pas d’une extension pour 7 Wonders mais bien d’un titre unitaire qui se place, quelques semaines après sa sortie, sur le podium des jeux à deux. Les gens de Repos Prod nous avaient déjà mis au parfum et défié dans un sanglant duel qui s’est mal fini.

On retrouve Bruno Cathala, accompagné d’un Bruno Faidutti lui aussi au sommet de son art. Avec Raptor, ils nous livrent un titre asymétrique fort. Une équipe de scientifiques contre une maman raptor enragée qui protège ses petits telle une laie pour ses marcassins ? Deal, ça me va. Un des Brunos nous en parlait d’ailleurs à Paris est Ludique devant un des prototypes de démo. En tant que fan d’asymétrique, je dois vous avouer que ça m’a mis la larmichette à l’œil tellement c’était bon. Test en cours.

Déjà, un jeu qui s’appelle Patchwork, ça ne peut que vous émoustiller : un thème neuf dans le jeu de société ! Le but étant de faire le plus beau patchwork, de bloquer l’autre tout en douceur. On paie en boutons, coud des pièces disparates. Bref, c’est original et frais. Et conçu, de surcroit, par Uwe Rosenberg, qui assure la qualité ludique. On l’a testé une fois à chaud, puis à froid… Bon, on vous laisse, on retourne coudre.

Star Realms est un jeu de deckbuilding un peu atypique : d’abord parce que c’est du duel, et ensuite parce que c’est un tout petit jeu. Les travers habituels du genre sont de ne pas beaucoup interagir avec l’autre… mais ce ne sera pas le cas ici. Affrontement frontal sans merci, empires galactiques et vaisseaux surarmés, voilà le cocktail que présente Star Realms. À noter qu’il existe une version iOS qui semble tout à fait faire son job. (Sinon, Star Realms est noté meilleur jeu à deux des Golden Geeks 2014.)

Pour ceux qui apprécient le concept et qui voudraient jouer jusqu’à quatre, c’est possible avec plusieurs extensions ou avec Cthulhu Realms, version rethématisée et épurée, tout à fait dénuée de texte, disponible chez Tasty Minstrel Games que nous avons rencontrés aux States (en import, donc, mais il n’y a pas de texte sur les cartes).

Les jeux de gestion : compliqués, efficaces

Pourquoi faire simple ? Oui, je vous le demande aussi.

La gestion est un type de jeu qui ne meurt jamais, et qui semble avoir le vent en poupe depuis toujours. C’est quand même ironique quand on voit que les férus de ce genre ne gèrent absolument pas l’espace dans leur ludothèque. Quoi qu’il en soit, l’année fut prospère dans ce domaine, avec des réussites qu’on se fait un plaisir de sortir de l’étagère.

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux de gestion

Montez votre pièce de théâtre en six jours. Voilà le défi que vous propose Shakespeare. Le hic, c’est que vous partez de rien, ou peu s’en faut. Votre troupe, c’est nada, niet, elle en est encore au stade de « ne pas être ». Montez-la donc, votre troupe. Et puis écrivez votre script, répétez avec vos comédiens (ou des figurants !). N’oubliez pas de gérer vos finances, aussi ! L’éditeur, Cyril Demaegd, nous le disait : c’est le retour d’Ystari vers le jeu de gestion. Et nos premiers tests s’avèrent concluants : le thème fonctionne bien, et le jeu – de placement d’ouvriers – est une franche réussite. (Ou du moins une réussite anglaise !)

The Voyages of Marco Polo nous remet sur la Route de la soie et dans l’aube du commerce international. Plutôt pas dégueu, pour un jeu de gestion, et en plus, les mécanismes qu’il emploie sont plutôt connus et éprouvés, mais justement : on les mélange avec bonheur pour trouver une saveur toute particulière, celle de l’interaction indirecte. Poussée assez loin, celle-ci vous amènera dans des abysses de calcul mental. Pas aussi compliqué que d’autres de sa catégorie, il n’en reste pas moins exigeant et profond. Et dixit notre amoureux de jeux de gestion, Grovast, c’est quasi un sans faute.

Malheur, la grande conférence de science a lieu dans une semaine ! Et nous autres Alchimistes sommes des têtes en l’air et avons oublié de publier nos théories les plus fumeu… je veux dire, fameuses ! Ici, la pierre philosophale n’est qu’un élément parmi d’autres : nous n’incarnons pas de vulgaires apothicaires mais des alchimistes de renom qui essaieront de surnager dans la jungle intellectuelle de l’université de sciences occultes.

Placement d’ouvriers hyper thématisé, Alchimistes fonctionne avec une application très pratique (remplaçable, à défaut, par un joueur qui n’aura pas forcément le plus grand plaisir à jouer) et propose des parties dans lesquelles on déduira quelle combinaison d’éléments fait quoi. C’est à la fois simple et compliqué, et la micro-gestion vous amènera vite à des plans de grande ampleur qui seront certainement contrariés par vos adversaires. Qui a publié cette fausse théorie, hein ? Je vous le demande bien. Chez nous, on apprécie ce titre, en tout cas.

Unifier la Chine, voilà ce qu’on vous demande. Rien que ça. Et si la tâche vous semble titanesque, les moyens le sont aussi. Dans ce jeu de gestion de main et de gestion tout court, savoir dans quelle direction partir est une gageure. Et c’est pour le plus grand plaisir de nos testeurs les plus aguerris, qui s’avouent même un peu dépassés par la première partie de ce titre du poids-lourd de la catégorie, nommément l’éditeur What’s your game?

La durée de vie clairement très bonne va vous garantir des bonnes soirées d’hiver à patrouiller sur la Grande Muraille, je vous le dis… Test en main !

Les experts : Extreme Boardgaming

Certains jeux nécessitent un public averti, voire expert. Et ce n’est pas tant au niveau du thème que de leur complexité et de l’investissement qu’ils demandent. Si vous vous sentez prêts à réfléchir pendant de nombreuses minutes, cette section est là pour vous !

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux pour joueurs experts

Battlecon: Devastation of Indines est peu connu, mais il a complètement bouleversé la vie de certains de nos testeurs. Jeu de combat sans hasard et sans aucune concession, il vous donnera des sensations digne des plus grands jeux vidéo de combat. Car oui, c’est bien de ça dont il s’agit. Et entre variantes, différents personnages et matériel aux petits oignons, rien n’échappe à cette insoutenable perfection. En plus, c’est court et intense : 30 minutes de pur bonheur à chaque fois. On en devient complètement fou. On aurait très certainement pu le basculer dans la catégorie des jeux à deux avec Ashes… mais c’était déjà trop plein.

Assaut sur l’Empire ou dans la langue de Shakespeare Imperial Assault, autant vous le dire tout de suite, c’est du Star Wars mélangé à Descent. C’est à dire qu’un maître du mal tente d’arrêter un bon groupe de héros dans leur mission. Et le maître du mal est humain, bien entendu. Faudrait pas que ce soit trop mécanique ou trop artificiel, non. Le méchant va établir une tactique démoniaque pour vous mettre des bâtons dans les roues. Qu’à cela ne tienne ! En quelques coups de pistolet à blaster, de sabre laser ou de judicieuses utilisation de la Force, vous allez mettre une raclée à tous ces Stormtroopers qu’on ne saurait voir. On a eu le bonheur de jouer à ça avec le youtuber Zerator. C’est visionnable ici, pour les règles détaillées c’est , et la revanche, c’est . Une grosse extension, Retour sur Hoth, est d’ores et déjà dans les viseurs de tous.

Blood Rage, c’est une histoire de Ragnarök. De terre détruite par l’apocalypse. Alors, tant qu’à faire, on rassemble sa tribu et on fait un petit pillage. L’auteur nous donne un superbe aperçu du jeu en images ici, et devinez quoi… ça boîte sévère. On parle d’un jeu bien ficelé à l’asymétrie cultivée. On s’éloigne des autres au fur et à mesure de sa progression. On renforce sa tribu, on la pousse vers l’excellence et dans quel but ? La gloire, mes bons amis. La gloire, le Valhalla et l’hydromel des dieux.

Si c’est la fin des haricots, ce n’est certainement pas la fin de nos querelles de joueurs…

Ashes: Rise of the Phoenixborn, c’est d’abord un design graphique sans faille. Coloré mais épuré, cohérent mais plein de bonnes idées, il séduit dès les premiers coups d’œil. Mais sous son allure très engageante, la boîte en a dans le ventre. Jeu de cartes simulant un affrontement de magiciens, Ashes est à la croisée entre le meilleur de Magic: l’Assemblée et de Netrunner. Autant vous dire que dans mon petit cœur de tapeur de carton, l’attente était haute. Le jeu se révèle intraitable avec les erreurs et la construction de deck offre une liberté presque inégalée. Une grande réussite, pour un jeu qui brûle les doigts par son génie. Et puis l’auteur est super cool.

peintre

Le jeu, c’est de l’art (bientôt dans la loi).

Coopération : la main dans la main, dans vos faces !

Eh ouais, y’a pas que la compétition dans la vie. Parfois, ça fait du bien de s’épauler pour lutter contre une menace commune ! Ça renforce les liens d’amitié, de couple ou d’équipe si vous faites du teambuilding au boulot. (Sauf si quelqu’un rate : là, c’est la foire d’empoigne.)

Cliquez ici pour voir notre sélection de 4 jeux coopératifs

Dans X-COM, une agence de valeureux héros fait front à une invasion alien. Eh ouais, va falloir défendre la planète ! Et au delà de la traditionnelle projection Mercator sur laquelle apparaissent les vilaines soucoupes, on va même pouvoir les dégommer depuis l’espace, pour faire en sorte que les continents ne cèdent pas à la panique généralisée. Chaque joueur a son rôle : scientifique, intendant, maître de la communication, militaire. Et tour à tour, guidés par une application en temps réel, vous allez faire face à cette pluie d’aliens qui feraient mieux de rentrer chez eux. Voyez ce qu’on en pense, et ce qu’on a joué devant les caméras.

Encore des aliens, mais cette fois-ci à la sauce deckbuilding. Xenoshyft est donc un jeu où il y a des extraterrestres, mais cette fois-ci, ce sont les humains qui débarquent sur une planète inconnue et réveillent le truc un peu mal embouché de son hibernation. Dommage, humains. Vous étiez bien partis et il a fallu que vous creusiez trop profond. Le jeu est assez accessible pour les joueurs pas hyper aguerris, comme on le dit ici. Et ce jeu profite de son thème fort, de ses mécanismes astucieux, pour se glisser dans la sélection des chaumières d’hiver.

Les jeux Opla nous proposent cette fois-ci un titre qui sent le cuit, voire le cramé. Il s’agira donc d’endiguer la fonte des glaces, pour le bien de tous ! Écolo, oui, et on a rencontré l’auteur-éditeur à Paris est Ludique. Loin d’être un prétexte pour surfer sur une licence de film, le jeu est à la fois accessible et exigeant. Et compact. Et éco-conçu. Ça fait pas mal de bons points, quand même.

Semi-triche : Dead of Winter n’est pas purement coopératif. Dans ce jeu où l’hiver malmène les existences, des zombies sont là pour mettre encore plus de barda. Tout le monde devient paranoïaque et si la survie est un but commun envisageable, chaque joueur a également un objectif personnel. C’est bon, c’est certainement un peu méchant, et c’est très bien foutu. On le recommande si vous voulez une expérience à l’aune de Battlestar Galactica. Bref, attention aux couteaux dans le dos.

Les OLNI : the future is now

Vous êtes dans le jeu de société de demain, ou du moins dans les expérimentations improbables. C’est ici que se trouve la crème de la crème en termes d’innovation. Car oui, le jeu évolue : il se digitalise, invente de nouveaux mécanismes, se renouvelle. Et, parfois, un objet ludique non identifié pointe le bout de son nez…

Cliquez ici pour voir notre sélection de 3 jeux innovants

Time Stories a fait couler de l’encre, des pixels et (probablement) pas mal de sueur chez les Space Cowboys. Il s’agit d’un jeu d’aventure non-linéaire dans lequel les joueurs remontent le temps pour résoudre des anomalies temporelles. On ne vous en dira guère plus pour ne pas vous divulgâcher quoi que ce soit, mais sachez que c’est plutôt de la bonne, et que le fait de répéter et d’enrichir son histoire est une expérience qui vaut le coup d’être vécue. Test à l’appui. (On a d’ailleurs préféré le scénario de l’extension The Marcy Case à celui de la boîte de base.)

En quelques mots… F. Friese a ici produit un jeu modulaire. Vous pourrez mélanger différentes composantes des règles du jeu pour jouer à 504 jeux différents. A noter que le livret de règles s’adapte également pour vous expliquer comment jouer en très peu de pages. Ce jeu modulaire à l’allemande mérite amplement toute l’attention qu’il attire. C’est de l’art ludique, tout simplement. Une petite interview par ici pour vous en convaincre.

Pandémie n’est pas tout nouveau, mais on a en 2015 cette chance de revivre Pandémie sous un tout nouveau jour. Pour rappel, Pandémie vous met dans la peau de scientifiques qui combattent des pandémies à l’échelle mondiale. Dans la lignée de Risk Legacy, qui proposait une campagne avec effets de permanence, Pandémie Legacy vous propose de vous forger une expérience unique. Un personnage qui meurt ne pourra être utilisé dans les parties ultérieures. Une ville se fait raser de la carte par une épidémie ? Devinez quoi : y’a plus. De quoi mettre la pression et un bon vent de fraîcheur sur ce jeu coopératif maladif !

Coup de cœur de la rédac

C’est Mysterium qui décroche la palme chez la rédaction : ses mécanismes originaux ont tout de suite séduit les testeurs et l’équipe. En plus, il se dégage de ce titre une atmosphère et une fraîcheur bien appréciables. Et ça se joue jusqu’à 7, même si c’est un peu long quand on arrive à ce nombre-là.

Cliquez ici pour voir le coup de cœur de la rédaction

Ah, Mysterium ! Cela fait longtemps qu’on en parle, qu’il titille les curiosités. Un jeu pleinement coopératif, mais aussi asymétrique pour éviter l’effet leader. Chacun a son but. Un fantôme essaie de communiquer sur sa mort dans la maison qu’il hante à des médiums. Les médiums, quant à eux, cherchent à identifier un lot « personne-lieu-arme du crime ». Le hic, c’est que les souvenirs du fantôme sont en pagaille et qu’il ne communique qu’à l’aide de visions un peu folles. Plus de précisions dans notre Just Played. Entre Dixit et Cluedo, empruntant le meilleur aux deux jeux cultes, Mysterium est donc l’incontournable de cette année 2015. En à peine un gros mois, il s’est hissé au firmament de cette année, et tous les testeurs l’ont plébiscité quand je les ai interrogés pour faire cette sélection. Pour toutes ces raisons… on se replongerait bien dans l’atmosphère poisseuse de ce manoir à l’abandon.

 

Nous sommes certains d’avoir oublié un ou deux jeux super cool : on est des machines, mais nos scanners peuvent rater des trucs. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous faire part de vos coups de cœur dans les commentaires !

40 Commentaires

  1. Photo du profil de Fred la loutre
    Fred la loutre 16/11/2015
    Répondre

    Merci pour la selection de Maitre Renard, ca fait bien plaisir !

    Bien pratique cette liste pour voir si l’on a raté quelque chose.

    J’avais un doute sur NewYork 1901, j’avais peur que la communication excessive que BO avait fait cache un jeu moyen, mais si vous le recommandez, il va vraiment valoir que je l’essaye.

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 16/11/2015
      Répondre

      C’est très bon, mais ça reste du gateway 🙂

      N’hésite pas à jeter un œil au replay du live.

      • Photo du profil de Fred la loutre
        Fred la loutre 16/11/2015
        Répondre

        Je cherche justement de bons gateways, car c’est ce que je joue avec la pluspart de mes amis et membres de famille. J’attends Sabordage l’année prochaine qui colle parfaitement dans l’esprit que je cherche « simple mais pute » ^^

  2. Photo du profil de El Gringo
    El Gringo 16/11/2015
    Répondre

    Sympa comme liste, bien exhaustive et tout. Les fêtes de noël vont coûter cher, car on a eu une belle fin d’année !

    Un bémol tout de même : je trouve dommage d’y retrouver des jeux qui ne sont pas sortis en Francais, comme 504 ou Code Names. Ces jeux auront tout le temps de faire parler d’eux l’année prochaine. Par exemple en Olni, remplacer 504 par Loony Quest; et code names par Targets ou Couadsous par exemple.(ca reste des avis personnels bien entendu).

    Sinon ca fait un peu liste 2014-2015-2016.

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 16/11/2015
      Répondre

      C’est vrai.. mais de toute façon il y a toujours un petit décalage parce que les jeux sortis en fin d’année apparaissent difficilement dans les bilans de l’année en cours (il y a des bons jeux qui vont sortir en décembre…) donc au final c’est toujours un peu des bilans glissants sur trois années… Dernière chose, on va faire un top familial de tous les temps pour Noël où Loony Q., Targets et Couadsous auront leur place.  😉

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 16/11/2015
      Répondre

      Pour être précis, on a fait d’Essen 2014 à Essen 2015. Pour les jeux en version non-française, Codenames s’est déjà imposé comme un must have un peu partout dans le monde. Certes, l’installation dans le paysage ludique français est minimale, car il s’agit d’un jeu de langage et les non anglophones auront des difficultés. Mais sa puissance ludique (je mesure mes mots) fait qu’on a été obligés de le traiter. Si tu remarques bien, on parle de temps en temps de jeux d’import sur le site, un peu comme on pourrait parler de films repérés à l’étranger avant leur sortie en salle en france, ou de livres dont la traduction est en cours. (c’est ma came, faut bien que je défende mon bout de gras 😀 )

      • Photo du profil de El Gringo
        El Gringo 16/11/2015
        Répondre

        En effet, cela dépends qui vous voulez toucher avec cette liste.

        Les joueurs pointus s’y retrouveront bien. Le badaud qui passe peu souvent, et qui cherche des jeux pour noel pourra être perturbé de ne pas les voir dispo en Francais.

        Même si en effet, ces pépite méritent que l’on s’y intéresse grandement. Pour ma part j’attends la VF de code names pour essayer, et voir si ça fait pas doublon avec Link que j’ai déjà. Et 404, la performence est geniale, mais trop abstrait pour moi, j’ai besoin que le jeu m’envoie dans un vrai univers bien cadré.

  3. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 16/11/2015
    Répondre

    Euh, Stefan Feld pour 504 ?!

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 16/11/2015
      Répondre

      La main d’Umberling a ripé 😉 c’est corrigé

      • Photo du profil de Umberling
        Umberling 16/11/2015
        Répondre

        Comme quoi même après moult relectures, on se rend compte qu’on a écrit des boulettes !

        • Photo du profil de Zuton
          Zuton 16/11/2015
          Répondre

          J’avais aussi lu « la boulette » qui m’a d’abord fait réagir en me disant : « tiens, un nouveau Feld sur lequel je suis passé à côté : cool ! »… fausse joie ! Je me dis d’ailleurs qu’une série d’article sur les auteurs de jeux les plus prolifiques et respectés par leurs bonnes productions ludiques pourrait être intéressant. Je pense à F. Friese, S. Feld, U. Rosenberg, A. Bauza, B. Cathala, R. Dorn, M. Gerts, M. Wallace, E.M. Lang, Donald X. Vaccarino, M. Elliot, Ignacy Trzewiczek, V. Chvatil, M. Rieneck… et j’en oublie certainement d’autres…)

  4. Photo du profil de atom
    atom 16/11/2015
    Répondre

    En coopératif j’y glisserais tout de même les Poilus, qui paie pas de mine, mais qui est terriblement émouvant et respecte bien son thème. En gateway Cacao me semble un bon challenger. et enfin pour les enfants La cigale et la fourmi c’est top.

  5. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 16/11/2015
    Répondre

    atom a déclaré
    En coopératif j’y glisserais tout de même les Poilus, qui paie pas de mine, mais qui est terriblement émouvant et respecte bien son thème. En gateway Cacao me semble un bon challenger. et enfin pour les enfants La cigale et la fourmi c’est top.

    C’est vrai que j’ai oublié d’en parler lors de ma contribution, mais c’est vrai qu’il serait dommage de passer à côté.

  6. Photo du profil de Zuton
    Zuton 16/11/2015
    Répondre

    Merci et bravo pour cette belle liste qui, bien classée en catégories pertinentes, ne devrait pas laisser indifférent les joueurs avides de nouveautés approuvées par la rédaction. Du pain béni pour déterminer les choix d’achat pour toute ludothèque partagée (ludothèque communale, clubs de jeux, CE,…) afin de contenter tous les types de joueur.

    Je me demande si Alchimistes ne devrait pas plutôt figurer dans la liste des OLNI, laissant la place à un autre gros jeu de gestion, comme par exemple Orléans (sur lequel je fais un peu une fixation en ce moment, je l’avoue).

    Parmi les jeux cités non encore essayés et bien tentants :

    Zhangho qui fait décidément bien parler de lui en ce moment (Vin d’Jeu 2015), le test de Grovast achevant de me convaincre, je vais lire les règles…

    Patchwork pour le côté jeu à 2 dans un thème rafraichissant

    504 pour son côté intriguant : l’intérêt sera-t-il à la hauteur de sa modularité ?

    La glace et le ciel : à découvrir (je ne connaissais pas du tout)

    Pandémie Legacy pour vivre une expérience inédite d’une aventure humaine sur plusieurs parties

    Taverna qui semble prometteur

    J’aimerais aussi renouveler l’expérience sur Ashes après une première partie découverte décevante de mon côté : paradoxalement,  je voudrais aimer le jeu alors que je ne suis pas fan du même style de jeu comme Magic, Netrunner et Cie.

    Mysterium mérite son titre mais attention à ne pas trop y jouer souvent avec les même personnes, au risque de créer une certaine lassitude. Mais quel plaisir de le découvrir et le faire découvrir (un hit certain pour Noël) !

  7. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 16/11/2015
    Répondre

    la glace et le ciel, découvert jeudi avec L’auteur/éditeur. C’est très bien, ne passez pas à côté!

  8. Photo du profil de Seb Catch-Up
    Seb Catch-Up 16/11/2015
    Répondre

    Très contents d’être là aussi avec Sapiens, merci! Etre retenus pour une liste en aussi bonne compagnie générale, c’est que du bonheur pour nous

  9. Photo du profil de Djinn42
    Djinn42 16/11/2015
    Répondre

    Jolie liste de noël. En partie dans ma wishlist.

  10. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 16/11/2015
    Répondre

    Mysterium, déjà eu plein de fois l’occasion de l’essayer, mais je n’ai jamais voulu.

    Je suis totalement hermétique à Dixit, donc je doute que ça me plaira.

    Enfin, à l’occasion, juste par curiosité…

  11. Photo du profil de reveur81
    reveur81 16/11/2015
    Répondre

    Excellente liste, vous me donnez envie d’acheter plein de trucs :).

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 16/11/2015
      Répondre

      Je te dirais bien que je suis désolé, mais bon : on te recommande du bon jeu, alors ce n’est que du bonheur.

  12. Photo du profil de Florent M.
    Florent M. 16/11/2015
    Répondre

    Moi je dis, il y a quand même pas mal de Lyonnais là dedans!
    C’est cool!

  13. Photo du profil de M3th
    M3th 16/11/2015
    Répondre

    Comme pour la plupart, j’en ai déjà quelques uns. Et depuis cet article beaucoup plus à acheter! Au moins cela va me permettre de prioriser.

  14. Photo du profil de Cycnos
    Cycnos 16/11/2015
    Répondre

    Belle sélection ! 🙂

    Pour ma part, j’aimerais tester (avant d’en acheter certains ?) les jeux suivants :
    Taverna, Sapiens, Raptor, Alchimistes, Zhanguo et Ashes.
    J’espère pouvoir en tester certains à « la triche » très prochainement… 😉

  15. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 17/11/2015
    Répondre

    Je suis personnellement en grand desaccord avec cette selection, bien fade a mon gout… un max de jeux pas folichons par ici selon mes gouts. (Abracada quoi, siggil, Sapiens, 504, NY 1901…)

    Mis a part Dead of Winter, Pandemy Legacy, Mysterium et Discoveries (il y a bien 4-5 boites que je n’ai pas testees dans le lot tout de meme)

    Les gouts et les couleurs sont dans la nature…

    Moi je citerai

    Qui paire gagne en Ambiance
    Aquasphere, en gros
    Les poilus l’excellent coop
    Les Taxis de la Marne ou le coop pur familial
    Roll for the Galaxy, tant qu’on y est, oui il sortira en Francais en 2016 mais comme Codenames 😉

  16. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 17/11/2015
    Répondre

    Merci pour ton retour ! 🙂 et bien oui tous les goûts sont dans la nature en effet ;p

    Pour expliquer un peu comment est née la sélection : il faut bien se rendre compte qu’il y avait initialement une liste beaucouuup plus longue de jeux. Et oui, beaucoup de jeux sortent je suppose que vous avez remarqué 😉 L’idée d’une sélection c’est de tenter d’extraire quelque chose de bon, de cohérent, qui plaise au plus grand nombre, tout en restant lisible et surtout concis. Exercice compliqué. 😉

    Nous avons compté démocratiquement le nombre de voix pour chaque jeu, et trier, parfois avec douleur. Comme nous le disons d’ailleurs en conclusion de l’article, ça ne se veut pas exhaustif, c’est une grille comme tant d’autres, relative. Tous les sites ludiques dignes de ce nom font leur bilan de l’année, il y a de quoi faire si celle-ci ne parle pas à certains 😉

    Mais pour défendre un peu nos choix, je dirais que RFTG est en effet très chouette mais est-il suffisamment original pour apparaître alors qu’il y avait déjà Discoveries dans le genre (et en VF) – côté gestion de dés cette année on a été archi servis…  Codenames n’a pas d’équivalent, c’est pour ça qu’il peut prétendre à la sélection. Tout comme 504, qui par sa nature extraordinaire mérite d’être salué. Les Poilus a bien buzzé oui, mais à deux joueurs il nous a énormément déçu : incontrôlable. Les Taxis n’es pas ressorti du tout, gentillet, plat… Qui paire gagne et Aquashpere sont vraiment pas passés loin d’être présents !

    Siggil et Abracaquoi sont des jeux hyper accessibles, fillers jouables entre habitués ou avec des Madame Michu ou des Minis de 5 ans sans perdre une once de tension ludique ! NY1901 ne vaut peut-être pas un Ticket to Ride mais il demeure une alternative agréable et intéressante dans cette gamme, encore assez dénuée jusqu’ici. Sapiens a une double lecture (jouable en mode expert ou casu) qui en fait un titre profond et fédérateur, qui, pour citer notre test, a « de bonne chance de vivre au delà des modes ». En tout cas, c’est notre avis en on le partage 😉

  17. Photo du profil de TSR
    TSR 17/11/2015
    Répondre

    J’aime beaucoup la sélection, même si je n’ai pu y participer (ma faute).

    La seule incongruité est à mon sens 504… C’est un magnifique exercice de style, qui prouve la maitrise mécanique du concepteur, mais de là à proposer à des non hardcore-gamers de se le procurer…

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 17/11/2015
      Répondre

      bah pour le coup , il n’apparaît pas dans la catégorie familial ni même casu, mais au rang des incongruités chez les OLNI parmi je cite « les expérimentations improbables ». Je pense pas que Madame Michu se fasse avoir. 😉

      De plus, si le concept est novateur, et gonflé, pour autant le jeu n’est pas « core-expert » en terme de difficulté. 

  18. Fieffé Fiefeur 18/11/2015
    Répondre

    Pfffff il manque l’excellent Fief France 1429 dans cette liste pourtant assez large. Stun jeu français, réédité pour la 4ème fois en 2015 via kickstarter, et qui s’est classé juste derrière Sapiens dans le sondage du Grimoire de l’Alchimiste.

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 18/11/2015
      Répondre

      Lol en voyant un compte « Fieffé Fiefeur » (avec une photo de profil de Fief) s’inscrire sur le site, je m’en n’attendais pas à moins 😉

      C’est un excellent jeu oui. Mais ça on le sait depuis 1981 ;p

  19. Photo du profil de eolean
    eolean 20/11/2015
    Répondre

    Bon, alors je m’inscris en faux ! C’est quoi ce titre de rubrique « jeux de gestion : compliqué, efficace » ! Il faut pas confondre compliqué et complexe ! Vous allez faire fuir le chaland didiou !!! J’aurais préféré « jeux de gestion : complexe Et efficace » 🙂

    Plus sérieusement, j’aurai juste inversé Taverna (qui peut quand même s’avérer complexe à appréhender et parfois retors) et Alchimiste (qui, une fois passé la découverte du matos et de l’application, se révèle être un jeu de déduction bien plus familial selon moi). Mais ça reste que mon humble avis.

    Sinon pour le reste, je trouve que c’est une sélection qu’elle n’en est bien ! J’aime bien le fait qu’il y ait différentes rubriques et qu’il y en ait pour tous les goûts. Juste, ça pourrait être un poil plus clair si on ajoute une page qui résume le tout, sans texte à la fin, histoire d’avoir une vue d’ensemble. Mais bon, je sais le temps que ça demande et le boulot que ça représente de compiler tout ça alors juste bravo et merci.

    • Photo du profil de atom
      atom 23/11/2015
      Répondre

      C’est pas pour contredire pour contredire, mais pour le coup, autant Taverna j’ai réussi a le sortir a des public différent, autant Alchimistes j’ai jamais réussi ni même osé car la première partie même avec des habitués il faut bien rajouter une heure de jeu et oui quand on a l’habitude c’est plus simple je te l’accorde bien volontiers, mais faire passer le cap a un type de joueurs c’est presque impossible.
      Tu aurais du voir comment ils ont décrit les jeux de gestion sur le catalogue asmodée, c’est un véritable repoussoir.

      • Photo du profil de eolean
        eolean 23/11/2015
        Répondre

        Oui, la première partie d’alchimie peut être déroutante les 2 premiers tours, le temps de comprendre le système de potion, je suis d’accord avec toi. Par contre, après, c’est juste un «  » »bête » » » jeu de déduction, genre mystère à l’abbaye :p (bon oui d’accord, j’exagère un peu mais c’est presque ça), le coup du mobile, pour des nouveaux joueurs ça pourrait même être didactique… Quand j’ai joué à Taverna, j’ai trouvé que l’interaction et le déplacement des notables (notamment ce rundjudju de notaire), pouvait bien mettre la pression. Sans compter les sortilèges et les contre-sortilèges. De plus, tu es obligé d’avoir une vision à long terme et d’anticiper ta ligne de PV de fin de partie… Je le trouve bien plus costaud pour ma part. Après c’est sûr qu’il faut voir à qui on le sort, ça change tout aussi

        • Photo du profil de Wraith75
          Wraith75 24/11/2015
          Répondre

          C’est marrant parce qu’Alchemists m’a fait l’effet d’un Mastermind+ (bon, là, je suis dur), et je n’ai vu que des gamers s’y intéresser, alors que Taverna, je l’ai vu joué dans des salons (LudiNord entre autres) par des publics très très variés, même familiaux.

          Mais je suis d’accord pour dire que Taverna est plus « lourd » qu’il n’y paraît.

  20. Photo du profil de Umberling
    Umberling 27/11/2015
    Répondre

    Martin @Vidberg fait un top qui n’est pas dissemblable au notre !

    • Photo du profil de Cycnos
      Cycnos 15/12/2015
      Répondre

      Bon Fouilloux, c’est bientôt Noël ! Et un lutin du Pôle Nord m’indique que ce serait bien que vous achetiez certains jeux de cette Sélection à la « Triche » ! Au hasard, Taverna, Sapiens, Raptor, et Alchimistes  ! ^^

      • Photo du profil de fouilloux
        fouilloux 15/12/2015
        Répondre

        Tu devrais aller sur le forum de la triche pour demander ça, y’a un sujet dédié. Je n’ai pas mon mot à dire sur l’achat des jeux, c’est le groupe jeux qui s’en charge.

        Cela dit, on a déjà Sapiens et Alchimistes.

  21. Photo du profil de liero
    liero 09/01/2016
    Répondre

    Devastation of Indines ca fait très envie !!! Mais le prix sur Philibert (75€ je crois) refroidit pas mal surtout si on n’a pas l’occasion de jouer avant pour essayer.

    J’ai vu qu’il y avait un Fate of Indines beaucoup moins cher et décrit comme un starter. Est-ce qu’il vaut le coup ?

  22. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 09/01/2016
    Répondre

    Fate est une version « d’accès » à BattleCON pour ceux qui n’ont pas envie de se plonger directement dans une grosse boîte comme Devastation ou War, mais je ne crois pas que le système soit simplifié pour autant (dans le bon sens du terme).
    Le mieux pour découvrir BattleCON est le print and play gratuit avec 4 personnages. Il est dispo ici, il suffit de s’inscrire sur le site.

    • Photo du profil de Wraith75
      Wraith75 09/01/2016
      Répondre

      Dans la section « downloads », j’ai oublié de préciser.

      • Photo du profil de liero
        liero 11/01/2016
        Répondre

        Merci ! Je vais aller m’imprimer ça rapidement

Laisser un commentaire