Au cirque Fraga ce soir… Voilà !

« Le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté »

                                                             Charles Baudelaire (ou pas)

Qui ne connaît pas Roberto Fraga ? Si je vois quelqu’un lever la main, ça va barder. Non, mais sérieusement, « Allô, quoi ? Ça a des enfants et ça joue pas aux jeux de Roberto Fraga ? Non, mais allô, quoi ? ».

Oui, bon, vous aurez de suite remarqué que je vis à l’étranger depuis un bon moment en lisant ces quelques lignes. Ce que je voulais exprimer, de façon certes très maladroite, c’est que Roberto Fraga est sans doute, sans conteste et sans nul autre pareil, l’auteur de jeux pour enfants par excellence. On trouve de tout dans sa ludographie : du Haba, avec la Danse des Œufs, le Trésor des Mayas, sans oublier le dingo Trötofant (d’ailleurs Roberto, si tu me lis et que tu as encore un exemplaire à m’envoyer au Japon, ma fille et moi serions les idiots ludiques les plus heureux du monde !), du Selecta (oh que j’aime cette collection !) avec Mare Polare, du Ravensburger avec les désormais célèbres Où va-t-il ?, du Huch / Iello avec Kaboom !

Mare Polare chez Selecta, les Inuits à la plage !

Mare Polare chez Selecta, les Inuits à la plage !

 

Et voilà !

Cette année est tout simplement exceptionnelle avec Pingo Pingo, la réédition de Squad Seven chez Iello, Dr Eureka chez Blue Orange et le jeu dont je vais vous parler aujourd’hui Voilà, chez Brain Games, une maison d’édition aux cultures mixes (Estonie, Lithuanie et Lettonie).

 

Pingo Pingo, Squad Seven chez les Pingouins royalistes des mers du sud.

Pingo Pingo, Squad Seven chez les Pingouins royalistes des mers du sud.

 

J’ai découvert le jeu lors du salon d’Essen 2015. J’avais entendu parler de Dr Eureka et nous avions déjà joué une bonne dizaine de fois à Pingo Pingo lorsque j’ai mis les pieds dans le stand de Brain Games.

Après quelques péripéties, que la photo ci-dessous vient prouver… j’ai directement acheté le jeu !

 

Mon ami Eric et moi-même, acrobates improvisés porteurs d'Harlequins

Mon ami Eric et moi-même, acrobates improvisés porteurs d’Harlequins

 

Voilà ! De quoi ça parle ?

Le cirque est arrivé. Les signes qui confirment sa présence au centre de notre petite ville ne trompent pas : les acrobates en tenue d’Harlequin se lancent à droite à gauche, se sautent sur les épaules et retombent comme des feuilles d’automne sur le sol trempé, la fanfare résonne avec son tuba joué à pleins poumons, et c’est comme si les studios de la Warner avaient ouvert les portes de leur réserve à déguisements et objets.

Nous allons enfin pouvoir assister au spectacle que nous attendions depuis le début de l’été ! Le cirque est arrivé et cette année, on annonce un programme complètement fou, avec des épreuves de rapidité et des cascades inédites…

Y a quoi dans la boîte ?

La qualité du matériel est irréprochable.

La qualité du matériel est irréprochable.

 

Le matériel est de bonne facture avec des morceaux de bois, ni trop lourds ni trop légers, permettant aux enfants comme aux adultes de réaliser les exploits acrobatiques sans problème. On trouve aussi une planche d’autocollants, des cartes, un sac en toile, des gemmes, un sablier, des tuiles ainsi qu’une aide de jeu ! Au format Carcassonne, la boîte est bien pleine.

Les cartes sont de bonne qualité et mis à part le douloureux moment où on essaie de poser les autocollants représentant les acrobates sur les morceaux de bois, un souci très personnel qui n’a d’égal que mon incapacité à utiliser des ciseaux pour couper droit, le jeu est mis en place en moins de temps qu’il n’en faut pour dire Voilà !

Comment ça se joue ?

Comme souvent pour les jeux de Roberto Fraga, c’est très simple. On place d’abord les tuiles carrées en cercle au centre de la table. On place le sablier ainsi que les acrobates à portée de main. De même, le petit sac en toile contenant les gemmes de couleur rouge, bleue et jaune est laissé à proximité.

Le sac est l’élément central du jeu. A son tour, le joueur actif plonge sa main dans le sac et en retire une gemme. Selon la couleur de la gemme, il devra réaliser des acrobaties, pointer du doigt un objet, chercher d’autres gemmes…

Son tour se joue en temps limité. Le sablier est confié au joueur à sa gauche, qui le cache derrière la paume de sa main, empêchant le joueur actif de savoir précisément combien de temps il lui reste…

Bon, les détails maintenant : si à son tour, le joueur actif pioche une gemme jaune, il la pose sur le côté et plonge de nouveau sa main dans le sac… Accumuler plusieurs gemmes jaunes pendant son tour permet de déclencher un bonus de points de victoire. Pour chaque paire de gemmes jaunes ainsi gagnées pendant son tour, le joueur pourra tirer une carte de la pioche et gagner les points de victoire indiqués sur ces cartes.

 

Partie en cours

Partie en cours

 

Lorsque le joueur tire une gemme rouge, il doit réaliser l’action ou la figure représentée sur la carte qu’il pioche. Jusqu’ici tout va bien… C’est lorsque le joueur tire une gemme bleue que tout risque de partir en popcorn. En effet, dans ce cas-là, il doit piocher deux cartes de la pioche ! Evidemment, il est obligé de réussir les deux défis. Pas question d’en laisser un sur le côté. Il a malgré tout la possibilité de choisir l’ordre dans lequel réaliser les deux défis.

 

Même partie !

Même partie !

 

Le joueur peut s’arrêter à tout moment mais il doit rester dans les limites de temps du sablier. Si le sablier est écoulé et que le joueur est encore en train de se produire sur scène, le public le boude et il ne remportera ni gloire ni repas du soir. Il repart bredouille. Si le joueur décide de s’arrêter avant la fin du sablier, il gagne les points de victoire indiqués sur les cartes qu’il a piochées.

 

Oui... toujours la même partie !

Oui… toujours la même partie !

 

Chacun des participants effectue trois tours et la partie se termine.

Voilà ! C’est comment ?

Ben c’est bien ! Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ? C’est un jeu de Roberto Fraga, avec un matériel sympa, un thème assez rarement exploité et des mécaniques simples qui feront rire les adultes et les enfants pour des heures de jeu familial intense ! On y travaille sa dextérité, une gestion du sablier difficile mais qui permet de s’entraîner à la perception changeante du temps…

C’est un stop ou encore (quand s’arrêter ? Continuer et gagner plus ou risquer de tout perdre ?) saupoudré de jeu de vitesse (qui sera le premier à pointer du doigt l’objet demandé ? saurez-vous trouver les gemmes demandées rapidement ?) et d’agilité (parviendrez-vous à reproduire la figure représentée sur la carte ? à poser des gemmes sur leurs têtes tremblantes ?).

Mélange de mécaniques certes classiques, le jeu réussit parfaitement la mission qu’on lui confie : amuser, pousser au risque, faire suer parfois !, intéresser… On dit qu’il n’y a pas de recette pour réussir de bons jeux… Je pense que Roberto Fraga est l’un de ces rares alchimistes capables de faire jouer les enfants peu importe les conditions météorologiques, peu importe l’époque et peu importe l’intérêt premier que ces derniers portent ou connaissent des jeux de société.

Et là, je me dis… que cela ne va pas être facile de chroniquer Dr Eureka, que j’envisage de présenter dans un prochain Just Played.

Roberto, je ne te remercie pas ! Je ne suis pas habitué à faire l’apologie des auteurs. Ou en tout cas, pas plusieurs fois de suite !

> Voilà ! la fiche

Un jeu de Roberto Fraga
Illustré par Reinis Pētersons
Edité par Brain Games
Distribué par Brain Games
Langue et traductions : Anglais, Français, Russe
Date de sortie : 2015
De 2 à 6 joueurs
A partir de 6 ans
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes
Durée d’une partie entre 30 et 30 minutes

 

 

 

2 Commentaires

  1. Photo du profil de madtranslator
    madtranslator 04/11/2015
    Répondre

    Euh M. Izobretenik vous vous êtes trompé de section ! VOus n’êtes pas en train de chroniquer un jeu Asiatique là ! C’est quoi ce bazar ! 🙂

    Bon allez j’arrête de t’embêter, merci pour cette review de Voilà ! as tu eu l’occasion de tester les autres jeux de nos amis Lettons de chez Brain Games (Sly Dice et Game of Trains)?

  2. Photo du profil de Izobretenik
    Izobretenik 05/11/2015
    Répondre

    Salut Mad,

    Voilà ! m’a de suite intéressé parce que c’était un jeu de Roberto Fraga. Game of Trains, je l’ai essayé et j’ai vu quelques vidéos en parlant, histoire d’en savoir plus sur Brain Games. Je pense que mon Just Played serait négatif. Mais vu que je ne l’ai pas ramené, il échappera à ma vindicte. 🙂

     

Laisser un commentaire