Fuji en VF : Retour de Warsch le prolixe en 2019

Super Meeple s’est lancé dans l’édition de jeux de société en ressortant du formol des grands classiques un peu oubliés comme Mexica, Tikal ou Java (sous le nom plus andin de Cuzco), avec des éditions grand luxe : meeples spécifiques, pyramide en résine et jeux en relief…
En 2018, la firme a commencé à localiser des jeux plus actuels comme Deckscape, les escape games sauce italienne de chez DV Giochi.
Il semblerait que 2019 soit l’année où l’éditeur continue cette stratégie de diversification : le malto-grec Pursuit of Happiness, le simulateur de vie de Artipia Games, nous en avions parlé dans ce Just played. Toujours de chez Artipia, A Thief’s Fortune (cf notre itw avec mister Konstantinos) devrait voir le jour dans nos contrées via Super Meeple également. C’est une bonne nouvelle car il s’agit d’un très bon jeu de combos de cartes (d’ailleurs Wraith nous en a parlé dans À quoi tu joues spécial Essen).

Mais ici, nous allons parler de leur tout prochain jeu. Une création de Wolfgang Warsch a qui l’on doit les Charlatans de Belcastel, le Kennerspiel 2018, Très Futé, l’incroyable The Mind, le psychédélique Illusion ou Subtext (qui sort d’ailleurs chez Act In Games cette année).

Fuji, sur l’île de Honshū…

Abordons donc Fuji. Dans ce jeu coopératif, nous incarnons un groupe d’aventuriers qui fuient une coulée de lave. Le mont Fuji est entré en éruption, et nous allons devoir sauver notre peau. Il nous faut rentrer au village pour remporter la partie. Si un seul d’entre nous se fait roussir le fessier, c’est terminé…

Le maître mot est la communication – maîtrisée ou limitée. Chaque joueur lance ses 5 ou 6 dés derrière un paravent, puis le groupe va planifier et discuter de ce qu’il souhaiterait faire ce tour-ci où chaque joueur va déplacer son meeple, mais on n’a pas le droit de dire les valeurs que l’on a sur nos dés.

Fuji_Jeux_de_societe_ludovox01

 

Chaque carte de terrain demande un résultat spécifique – une valeur ou une couleur. En sus, il n’est possible d’accéder à cette carte que si l’on remplit cette condition mieux que ses voisins de gauche et de droite. Sinon ? On restera sur place. Comme on ne connaît pas les résultats de ses camarades, il pourrait y avoir quelques surprises.

Avant de se lancer dans le grand bain, on peut éventuellement relancer quelques dés.

Bien sûr, vous allez pouvoir vous aider du pouvoir de votre personnage et de votre équipement. Grâce au « compas » il est possible de transformer un 6 en 1 par exemple. Certaines cartes d’arrivée permettront de gagner un nouvel équipement qui, à n’en pas douter, sera très utile pour survivre.

Les joueurs ont également leur propre jauge d’énergie ; si vous êtes trop épuisé, vos déplacements seront limités et c’est le drame. Car la lave, elle, s’écoule inexorablement à chaque fin de manche et si un meeple se fait engloutir par la coulée, ça sent le sapin – ou le meeple brûlé, allez savoir.

 

Fuji-Feuerland-Boardgame-WebersonSantiago1

 

Les illustrations sont signées Weberson Santiago, que nous avons déjà pu découvrir dans L’Auberge Sanglante, mais aussi Art of War. À la rédaction, nous aimons beaucoup son style peu commun.
Fuji est annoncé pour 2019 probablement en mars. Nous vous en reparlerons dès que nous en saurons un peu plus.

 

► Pour aller plus loin : le site de l’illustrateur de Fuji, Weberson Santiago.

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

2 Commentaires

  1. Ludema 09/01/2019
    Répondre

    Merci pour l’info. Cela m’a l’air intéressant comme jeu.

    Alors que je déteste les dés dans un jeu, celui là me donne très envie d’y jouer. 🙂

  2. Abysse Hobby 09/01/2019
    Répondre

    alors nous on a testé et on adore !!!!! C’est beau est ludique comme on l’aime, mais c’est un point de vu non objectif de distributeur 😉

Laisser un commentaire