PARTICIPATIF, LA SÉLECTION NATURELLE N°154

separateur-1

N° 154

 

Cette semaine, l’ami Gougou ne pouvait pas tenir sa chronique comme il le fait habituellement pour des questions toutes personnelles. Qu’à cela ne tienne, nous avons pris le relai à notre façon !

 

Voici donc un petit tour de l’actu participative, avec une sélection de projets de toutes les tailles et de tous les horizons.

Bonne lecture, à très vite et surtout continuez à bien faire attention à vous !

 

separateur-1

► fr Jurassic Cats

Côté petit projet français, il est à noter qu’il ne reste plus que très peu de temps pour participer à Jurassic Cats, un jeu que nous avions découvert en prototype durant Ludinord 2019 où l’auteur, Aurélien Esteves, avait pu tourner avec nous son propre ProtoChrono

Voici donc un jeu de plis fun et rapide pour 3 à 6 joueurs dès 8 ans, avec des chats dangereux et des dinosaures à capturer. Oui, les chats sont les meilleurs chasseurs du règne animal, comme chacun sait !
Saurez-vous prévoir le nombre de dinosaures que vous pourrez capturer ?… Mais attention, de nombreuses cartes actions sont là pour éviter que les choses ne se passent comme prévu. À vous de vous adapter au mieux !  

Une partie se déroule en trois manches. À chaque fois des dino sont mis en jeu. Puis, les joueurs choisissent un certain nombre de jetons steaks, selon ce qu’ils pensent pouvoir capturer avec leur main de chats. Chaque dino montre une valeur correspondant au nombre de steaks nécessaire pour le capturer.   

Chacun son tour, les joueurs révèlent ensuite un de leur chat. En résumé, celui ou celle qui a le chat de plus grande valeur et de la même couleur que le dino chassé l’emporte. Mais ce n’est pas si simple bien sûr. Certains chats arrivent avec un effet dirons-nous disruptif pour mettre un peu de piment dans l’action (vous pourrez empêcher qu’une carte de la même couleur soit jouée, voler des steak aux autres, rejouer un autre chat, etc). Vous avez capturé des dino ? Bravo, quel chat-sseur ! Mais maintenant il va falloir les nourrir… Avez-vous assez de steaks ? Si vous aviez prévu le bon nombre de jetons viande, c’est bon pour vous. Si vous en avez trop ou pas assez, les dino capturés sont perdus ! Dur… Après trois manches, le joueur avec le plus de dino l’emporte. Un jeu simple et rapide de plis et de paris dispo jusqu’au 15 novembre pour 18€ ( hors frais de port).      

Déjà 8 200 € de rassemblés sur les 5 400€ demandés à l’heure où ces lignes sont écrites, l’auteur doit être satisfait de sa campagne !
Livraison prévue pour ce mois de décembre. 

 

Bardsung  

Sherwin Matthews est développeur interne chez Steamforged Games, il a déjà planché sur Horizon Zero Dawn ou Resident Evil 2 ; Mat Hart quant à lui, a signé Dark Souls the Board game, entre autres. Les deux sont derrière ce nouveau projet porté par Steamforged Games Ltd. baptisé Bardsung, un coopératif med-fan d’exploration de donjons de type RPG assez traditionnel mais plein de figs, pour 1 à 5 joueurs.

Vous commencez avec une seule tuile et une destination. Ce qui se déploie est un donjon labyrinthique ramifié d’ennemis dangereux, de monstres errants, d’énigmes difficiles et de trésors précieux.” peut-on lire. On sent de suite qu’on est dans un porte-monstre-trésor plutôt classique. Chaque tour, les héros pourront réaliser deux actions. Première action possible : explorer une zone adjacente avec placement de nouvelle tuile (si vous êtes dans un couloir, vous piochez une tuile du paquet “pièce”, et inversement) avec une carte “effet” qui ajoute des conditions spécifiques au lieu ajouté. Chaque tuile aura des points d’apparition fixes, pour les emplacements d’ennemis. Autre option, tout simplement, se déplacer, selon les points de mouvement de votre personnage. Enfin et surtout, la possibilité d’attaquer. Si un ennemi est dans une salle, on remélange ce qui forme la piste d’initiative, et c’est parti. Chaque ennemi a sa propre carte d’IA très simple à suivre.

Pour toucher, vous lancerez un d20 en essayant de dépasser la classe d’armure de l’ennemi. Bien sûr, vous pourrez bonifier votre valeur obtenue via la caractéristique de votre perso. Vous touchez ? Lancez un second dé pour définir vos dégâts (d4, d6, d8, selon votre perso). Si vous faites la valeur de “mort” de l’ennemi, celui-ci est tué sur le champ. Sachez aussi que certaines situations ajoutent des bonus ou du malus à votre résultat (par exemple s’il y a une majorité de héros sur la tuile c’est plutôt cool pour vous).

Bref, un système très inspiré des jeux de rôles classiques d20. Malgré ce manque d’inspiration manifeste, le jeu a déjà su réunir 245 948€ via 3 330 contributeurs à l’heure où ces lignes sont écrites. Fin de la campagne d’ici le 27/11/2020. Attention, pas de VF pour le moment en tout cas !

 

Burncycle

Et si on vous dit Chip Theory Games, ça éveille en vous de bons souvenirs de Too many Bones ? Ça tombe bien, le même duo d’auteurs, Josh J. & Adam Carlson, est une fois encore réuni pour ce nouveau projet nommé Burncycle. Il s’agit d’un jeu d’infiltration pour 1 à 4 joueurs, qui vous met aux commandes d’une équipe de robots dans un futur lointain.

Dans Burncylce, vous travaillez en coopération en tant que robots contre un certain nombre d’entreprises, infiltrant ces lieux étage par étage, évitant les pièges, dans le but d’aller défaire le vilain PDG humain (et surtout récupérer vos codes d’intelligence artificielle volés !). 

Devant vous, votre tapis néoprène perso symbolise votre interface.
Chaque étage du building est constitué de salles particulières (représenté également sur un tapis néoprène), et pour chaque étage un objectif intermédiaire vous sera fixé pour pouvoir passer à l’étage suivant (par exemple, atteindre l’ascenseur). Attention, ce n’est pas un parcours de santé les enfants : il y a un niveau de menace qui va augmenter à chaque étage, quand des gardes vous verront, quand vous débloquerez des portes ou si on vous attrape sur le réseau… et si le niveau de menace monte trop haut, tout le monde a perdu. Avant cette fin tragique, il y a des seuils auxquels des événements seront déclenchés. Il faudra donc jongler entre explorer plus de salles et gagner plus d’équipements pour vos robots, et progresser jusqu’au dernier étage avant de déclencher le niveau de menace ultime. 

Chaque joueur joue un robot qui aura des capacités uniques. Vous aurez d’ailleurs la possibilité d’améliorer vos pouvoirs et vos dés d’action utiles durant la partie. En effet, vous débutez avec 10 petits pions Pouvoir, signifiant que vous avez un certain nombre de dés d’action. Mais dépenser ces pions permet d’améliorer vos dés d’action pour les rendre plus fiables. Alors vos actions, vous en voulez beaucoup, ou vous en voulez des plus puissantes ? À vous de choisir. On peut aussi dépenser ces pions Pouvoir pour débloquer des capacités histoire de gagner en efficacité sur la carte du bâtiment ou sur le réseau. Mais attention, ces petits pions représentent aussi votre durabilité ! Ainsi, si vous les dépensez trop, vous devenez plus faible… Il y a donc là encore un équilibre à trouver entre ce que vous dépensez pour vous booster en capacités et ce que vous gardez au chaud pour durer plus longtemps. 

Le jeu propose un système de bonification des actions appelé « Burncycle ». Cinq jetons actions sont piochés de façon aléatoire au début du jeu (et à chaque « reboot » comme nous le verrons). Ces jetons d’actions existent en trois types : Physique, Utilité, Tech. Les actions Physiques servent par exemple à se déplacer, les actions Utiles servent notamment à interagir avec des terminaux, les actions Tech peuvent quant à elles servir à naviguer sur le réseau par exemple. Ces jetons d’actions iront se placer sur les emplacements de la piste “Burncycle”. Vous pourrez désormais agir (soit sur la carte du building, soit sur la map du réseau) si possible en utilisant un par un et dans l’ordre les jetons d’action précédemment placés, et si vous y parvenez de façon synchronisée, votre action sera boostée par un bonus. Le jeu est souple : il vous est possible par exemple de jouer une action Tech alors que vous êtes sur une action type Utilité sur le Burncycle, mais en ce cas, vous ne bénéficierez tout simplement pas du bonus. Ainsi, quand vous jouez une action, vous dépensez un certain nombre de dés et ajouterez le bonus du burncycle si vous avez bien synchronisé votre action. À la fin de chaque tour, un des jetons action sera bloqué : on le retourne, il est désormais inutilisable, adieu le bonus. Vous pouvez donc décider de procéder à un reboot : remettre tous les jetons dans le sac et en retirer cinq. C’est bien beau mais quand vous faites cela… le niveau de menace augmente. Quand continuer à jouer même avec des actions non bonifiées, et quand décider d’augmenter le niveau de menace est donc un choix important à faire ensemble. 

Côté campagne KS, reste peu de temps pour se décider puisqu’elle prend fin d’ici le 20 novembre. Mais le jeu n’est pas en français, qu’on se le dise. Le ticket d’entrée est fixé à 115 US$ auxquels il faut ajouter les 20$ de frais de port. Déjà plus de 315 000€ sont rassemblés autour de ce projet sur les 42 480 escomptés, on peut parler de beau succès. Livraison prévue pour août 2021.

 

 Rift Knights [annulé]

Si on vous dit Ryan Laukat, normalement vous situez le bonhomme : auteur, illustrateur et éditeur de ses créations. Mais pas ! Il lui arrive d’être aussi illustrateur et éditeur sur des jeux qui ne sont pas de lui. C’est le cas avec ce Rift Knights, un titre signé T. Alex Davis monsieur avec lequel Laukat avait déjà travaillé, à l’occasion du jeu Deep Vents (2020).   

Rift Knights est un jeu de plateau asymétrique qui se joue en équipe (de 2 à 6 joueurs) le tout situé dans une ambiance med-fan. En haut d’une colline, un monastère recèle un portail ouvrant sur un monde dangereux d’où tentent de percer de terribles démons… Heureusement, de valeureux chevaliers se portent volontaires pour calmer leurs ardeurs. D’un côté, une équipe jouera donc des chevaliers sacrés qui tentent de protéger et servir ^^ et de l’autre, une équipe joue les démons assoiffés de sang en tentant de briser les sceaux du monde souterrain avant l’aube. Au cours du jeu, vous choisissez un chevalier ou un démon unique, chacun disposant d’une variété de pouvoirs spéciaux, comme la capacité du Chevalier de la Flamme à entourer ses ennemis de feu, ou le pouvoir du Broyeur d’os à invoquer des squelettes. Sympathique. 

Il s’agit avant tout d’un jeu avec de la gestion de main : vous jouez donc des cartes pour effectuer des actions à chaque tour (avancer, attaquer, user de vos pouvoirs spéciaux), et chaque carte peut être utilisée de trois manières différentes. Côté plateau, un ensemble de tuiles à emplacement unique vous permet de créer le monastère avec une disposition différente à chaque partie.

De base, vous aurez des standees en carton pour les chevaliers et les démons mais des figurines en bon vieux plastique vous attendent dans les stretch goals pour les créatures. Un choix qui divise. Le jeu peut être livré en Europe, mais ne prévoit pour le moment pas de règles traduites. Comptez 50 $ le jeu plus les frais de port à 18$ tout de même.
[MàJ] La campagne une fois arrivée à 44 000€ sur 25 000€ a été annulée. La dynamique n’était pas à la hauteur des attentes, il était peu probable que de nombreux stretch goals soient atteints, et les commentaires répétés autour du choix de mixer figurines et standees en particulier a fini par l’emporter. Un reboot aura lieu. 

 

fr Kajué

Retour côté petit projet français, on attirera votre attention sur cette campagne Ulule baptisée Kajué. Le jeu part d’un triste constat : De plus en plus d’animaux sont en voie de disparition. Votre mission est d’accueillir un max d’entre eux dans de bonnes conditions parmi les 7 espèces proposées. Pour y parvenir, il faudra maintenir en bon état vos enclos, bien nourrir vos protégés, assurer leur survie par le biais de naissances, et enfin garantir leur réinsertion dans la nature.

Le jeu se compose de 12 tours de jeu durant lesquels vous aurez quatre actions obligatoires (parmi : recevoir 8 or, jouer les événements, nourrir les animaux et entretenir les enclos) et 6 facultatives (parmi : recueillir un animal, agrandir un enclos, jouer une carte, vendre une carte, améliorer un milieu, ou acheter une carte). Si vous avez un couple d’une même espèce dans un enclos, il vous sera possible d’avoir un bébé (à certains tours de jeu uniquement !). Attention à ne pas avoir trop d’individus dans un même enclos et à bien gérer votre réserve. Encore 5 jours pour participer si le cœur vous en dit, mais sachez que la campagne a d’ores et déjà complété son objectif, de justesse cela dit.

La campagne permettra de rendre le jeu dispo dès janvier. Sachez que le jeu est fabriqué en France avec des labels certifiés PEFC et pour chaque boîte vendue, 1€ est reversé à l’ONG Wildlife Angel.      

 

fr Shogun no Katana

Shogun no Katana est un Eurogame stratégique avec des figurines colorés qui vous transportera dans l’atmosphère du Japon féodal. Le tout est lancé sur KS par la maison Post Scriptum depuis le 27 octobre dernier. Aux manettes ? On retrouve P.S. Martensen (Florenza X Anniversary Edition, voir notre news à ce sujet) & Federico Randazzo encore inconnu au bataillon. 

Collectez des ressources pour améliorer votre artisanat et créer des décorations, faites entrer les membres de votre famille dans les salles les plus stratégiques du palais du Shogun pour obtenir les privilèges de leur rang… et enfin créez le beau shogun no katana ! This is the way!

Pendant la partie, vous obtiendrez des ressources, en visitant le marché ou le palais entre autres. Chaque joueur dispose de sa propre Forge où se déroule toute la fabrication des fameux katanas. En activant une ligne ou une colonne, vous pouvez ajouter des ressources à tous les katanas correspondants, en les déplaçant en conséquence sur la grille. Mais attention avoir beaucoup de Katanas sur la grille signifie que vous pouvez accomplir plus avec moins d’actions, mais cela augmente aussi le risque qu’ils se gênent les uns les autres… Vous devrez construire votre moteur de façon optimale pour maximiser vos tours.

 La VF est présente dans ce projet et les règles en anglais sont téléchargeables sur la page du projet. Déjà 82 000€ de récoltés sur l’objectif de 30 000€ au moment où ces lignes sont tapées (sans violence), c’est donc a priori plutôt une bonne campagne pour la maison PS. Le premier pledge est à haute de 59€ avec tous les stretch goals débloqués, et le second pledge s’élève à 89€ pour une édition Deluxe du jeu (pièces en métal, etc).  Livraison prévue pour septembre 2021. Fin de la campagne le 19/11/2020

fr Vabanque

Vabanque est en ce moment sur Kickstarter par l’entremise de l’éditeur français Igiari. Un jeu de Bruno Faidutti et Léo Colovini qui date de 2001 et n’est jamais sorti en français. Bonne nouvelle, vous pouvez voir notre Ludochrono ici.

Dans Vabanque, votre but est de devenir le plus riche et quoi de mieux que de faire des paris pour y arrive je vous le demande ? Mais bon, il se pourrait bien que les autres joueurs vous mettent quelques bâtons dans les roues… Vous avez seulement quatre manches pour faire un max de blé. À chacune d’elles vous placez des mises sur les tables du casino. Puis, vous jouez des cartes sur les tables pour doubler vos gains, ou ajouter une petite dose de chaos, semer le doute. Chaque manche on recommence, mais on augmente les mises et on joue de plus en plus gros.

Nous en parlions plus en détail de ce jeu de bluff et de pari dans cette news

L’éditeur demande 20 000 € pour financer le jeu, il a obtenu 7 600 euros à l’heure où nous écrivons ces lignes. Si le jeu atteint les 21 000€ il se parera de jetons de poker qui donnent un certain cachet il faut le dire. Alors, envie d’y jeter un œil ? La campagne prend fin dans 20 jours. 

 

Rapidement, quelques autres projets à regarder :

fr Chronicles of Waral: Revolt in Heldenheim va se terminer d’ici quelques heures après une belle campagne bien menée. Dans ce jeu, les joueurs interagissent les uns contre les autres pour prendre le contrôle de quartiers et pourquoi pas, de la cité elle-même, ce avec leur cartes personnages et d’autres petits tours cachés dans leurs bottes bien entendu. Un jeu made in France qui devrait être livré d’ici décembre pour être au pied du sapin ! Vous avez un Ludochrono sous la main et les règles en français sur la page. Et pour info, un pledge groupé a été mis en route du côté de Cwowd.

 

fr Avant de se quitter, un dernier mot, on vous en parlait en détail par ici, l’illustratrice Christine Alcouffe propose en ce moment ses illustrations réalisées à l’occasion de l’évènement Inktober sur cette page Ulule. C’est la boutique éphémère et il reste 18 jours pour participer !

 

fr Enfin, pour conclure pour de vrai cette fois-ci, on vous en parlait déjà dans cette news, Endless Winter Paleoamericans est proposé en VF via Matagot dans cette campagne KS qui cartonne (504 000€ sur 25 000€ demandés).
Plus que trois jours pour pledger si le cœur vous en dit…

 

 

 

Et vous, vous avez soutenu des projets cette semaine ?

 

   

7 Commentaires

  1. amblonyx il y a 16 jours
    Répondre

    Merci pour cette revue !

    Une petite coquille dans Vabanque : « Un jeu de Benoît Faidutti et Léo Colovini » au lieu de *Bruno 😉

  2. Jean-Michel il y a 16 jours
    Répondre

    Merci Shanouillette !

    Je me permets de signaler ce chouette projet qui cartonne et dont le KS arrive à son terme: Chronicles of Waral

    https://www.kickstarter.com/projects/moskito-games/chronicles-of-waral-revolt-in-heldenheim

     

  3. anono il y a 16 jours
    Répondre

    Rift Knights vient d’être annulé

  4. Shanouillette il y a 16 jours
    Répondre

    Updated pour Rift knights et ajouté un petit coup de projo pour Waral !

  5. Kyojin il y a 16 jours
    Répondre

    sympa d’avoir ajouté Chronicles of Waral à postériori. Pour le premier projet de cet auteur français, Alsacien de surcroit, qui mène une communication incroyable en anglais et français. 

  6. Unfriendly Games il y a 10 jours
    Répondre

    Dommage notre jeu Virus War n’est pas dans la liste.

    Je vous mets le lien si vous voulez y jeter un petit coup d’oeil :

    https://www.kickstarter.com/projects/viruswar/virus-war

     

     

     

Laisser un commentaire