[Salon du jeu de société de Montréal] Petit festival deviendra grand !

Montréal est une belle et immense métropole (près de 5 fois la superficie de Paris pour 2 millions d’habitants) qui connaît depuis quelques années un énorme élan ludique avec de très nombreux joueurs, clubs de jeux et bars à jeux sur l’île. Étant maintenant local de l’étape, je vous invite à plonger dans la fraîcheur Montréalaise…

 

Le jeu à Montréal

Ici, le jeu est arrivé comme un rouleau compresseur et le milieu pro s’en remet doucement, voyant une croissance du nombre de boutiques en dur impressionnante, malgré une densité de la ville plutôt faible.

La situation géographique et linguistique de Montréal n’aide pas. En effet, les jeux français importés d’Europe arrivent en petite quantité, et à des prix souvent chers. Au contraire, les jeux en anglais produits aux US sont beaucoup plus nombreux.

Il en résulte la présence sur place de plusieurs éditeurs locaux qui relaient les sorties françaises sous leur logo pour les distribuer en français à des prix plus abordables.

Ainsi, en boutique, vous trouverez de tout, des sorties françaises en import à des prix 50% plus chers par rapport à la France (sans compter les taxes…), d’autres sorties locales moins chères qu’en France (merci la conversion euro – dollar canadien), et beaucoup plus de jeux américains à un bien meilleur prix qu’en Europe. Un constat plutôt logique qui façonne néanmoins les joueurs du coin.

En effet, par exemple les Santorini, Burgle Bros, Lords of Waterdeep ou autres Spirit Island difficilement trouvables actuellement en Europe sont ici des jeux communs et peu dispendieux ! Tandis que les jeux allemands, eux, arrivent souvent très chers, en import, au compte goutte, plusieurs mois après leur sortie… C’est donc pas gagné de ce côté là, sauf pour les heureux élus qui peuvent se payer un aller-retour à Essen… (On m’a déjà 2 fois demandé d’où je tenais ma copie d’El Dorado en Français !).

 

salon

#MTL

salon2

Le festival du jeu de Montréal lui aussi en est encore à ses débuts et s’étend années après années pour accueillir plus de joueurs pendant une fin de semaine.

Pour cette édition, c’était la première fois que le salon passait à un modèle payant. Modèle qui a démontré son succès. Le public était franchement au rendez-vous, et malgré la foule, on n’avait pas le sentiment d’être trop serrés, ce qui n’était pas le cas lors de la précédente édition. Cela fut rendu possible grâce à un espace un peu plus grand cette année. 

L’organisation a eu la bonne idée de réaliser un pass ludique avec la place à 10$ pour le Week-End, permettant d’obtenir des rabais chez plusieurs éditeurs présents, histoire d’adoucir la note et stimuler les achats sur place.

Les retours que j’ai glanés à ce sujet furent bons et les éditeurs ont pu vendre pas mal de boites grâce à ce pass. Nombreux aussi profitaient du salon pour ne pas faire payer les taxes habituelles de 15%. 

 

Exposants

Le salon accueillait donc une bonne vingtaine de stands d’éditeurs, de distributeurs, de boutiques.

  • La place la plus grande était indéniablement celle des éditeurs et distributeurs locaux.

 

Je citerai notamment Le Scorpion masqué qu’on ne présente plus et Sphere Games l’éditeur de Fourmidable qui avait investi chacun un bel espace.

scorpion

Un bel espace pour le Scorpion Masqué

 

fourmidable

 

  • Côté distributeurs, peu sont connus en France évidemment, FoxMind et ILO307 présentaient différentes sorties internationales telles que Meeple Circus, 7 Wonders Duel, ou la dernière version de Manhattan.

 

foxmind

 

ilo

 

  • Il y avait bien sûr plein de petits stands éditeurs locaux dont la production se limite au Canada. Beaucoup de production de jeux d’ambiance dans ce domaine.

 

 

  • Les boutiques n’étaient pas en reste avec le GameKeeper, le valet de cœur, Ludold (plus axé sur la location de jeux) mais aussi les pub ludiques comme le Randolph, et la Récréation !

 

gamekeeper

randolph

valet

 

  • Enfin, Asmodée était présent dans un petit coin du Salon avec quelques tables des dernières nouveautés telles que Azul.

 

asmo

 

  • À noter qu’un espace était dédié aux prototypes, pour que les auteurs puissent rencontrer le public. Une belle initiative, d’autant qu’il y avait pas mal de belles choses à essayer !

 

proto

Un jeu éducatif tout en bois

proto2

Un jeu de dextérité malin

 

Une petite Game ?

J’ai eu l’occasion de tester 3 grosses sorties qui n’étaient pas abordables à Essen.

► Azul chez Asmodée Canada

azul

Rien moins que le top du Geekbuzz de tous les derniers salons, Essen y compris. Eh bien, si Altiplano, le numéro 2, m’a laissé de marbre, ce numéro 1 en a sous le capot !

Avec Mickael Kiesling aux manettes et une direction artistique de haute voltige, nous voici dans un jeu de tableau building particulièrement intelligent. L’interaction est indirecte mais absolument pas anodine et il faudra jouer contre les adversaires autant que pour soi.

L’anticipation étant reine, le jeu sera évidemment plus stratégique à 2 et plus chaotique à 4 joueurs, mais le pari est réussi et le public est au rendez-vous. Un futur sélectionné du Spiel ? Il a tout pour plaire…

La partie fut une découverte pour moi et une défaite cuisante face à des connaisseurs qui m’ont bien prouvé la présence d’une courbe de progression réelle dans la maîtrise du jeu.

Azul : à tester absolument si vous ne vous y êtes pas encore essayé.

 

 

 

► Manhattan chez FoxMind

manhattan1

Ce vénérable ancien revient sur le devant de la scène dans un habillage chatoyant !

Si le jeu possède des règles terriblement simples, il n’en est clairement pas dénué d’intérêt aujourd’hui.

La mécanique de majorité n’a pas vieilli pour un sou. Le jeu connait un début de partie un peu poussif où l’on ne sait pas comment se placer, mais rapidement, les opportunités se créent et on essaie de reprendre la main tout azimut. Difficile de tenir tous les fronts !

Le jeu a un petit aspect king-making sur le dernier tour, dans certaines configurations. J’ai aussi regretté un matériel sur lequel on ne voit pas très bien la taille des buildings.

Le rendu final est par contre superbe et le finish, toujours serré, lui promet une belle seconde vie.

 

► Meeple Circus chez ILO307

meeplecirLe jeu d’ambiance qu’il fallait essayer à Essen ! Oui, sans conteste une belle réussite des éditions Matagot. Une grosse dose de meeples de toutes les formes, un matériel coloré dans le thème du cirque qui donne tout de suite envie d’empiler des pions… D’autant que les défis sont très variés et les 3 manches sont très bien calibrées pour la durée de partie de 20-30 minutes.

Nous avons bien rigolé, et à la fois bien concentré nos efforts pour faire de belles figures à base de tas d’hommes sur des chevaux, de Clown rebondissant et d’applaudissements à chaque pose de pièce !

Seul bémol à mes yeux, le prix un peu excessif pour le cœur de cible du jeu. Mais franchement, quelle réussite !

meeplecircus

 

Comme vous le constatez, il y avait de nombreuses sorties toutes fraîches sur le salon et il était facile de trouver une table les matins. Un vrai plus pour les visiteurs qui ne se sont pas privés de jouer pendant les deux journées du matin au soir, et du soir au matin !

 

Vous reprendrez bien une tournée de prix ludique ?

Qui dit salon, dit prix ludique. Résolument tournées vers le public familial, les 5 catégories ont permis de récompenser 4 jeux.

palmes

 

palmares

 

Dans un cadre bon enfant, ces prix symbolisent la volonté du salon de cibler un public dit familial plus que jamais friand de jeux de société.

 

 

Le salon avait à coeur de promouvoir les productions locales, ou tout du moins les productions présentes sur le salon !

  • Christian Lemay, du Scorpion Masqué, le local de l’étape que vous connaissez peut-être le mieux, a remporté 2 prix avec l’excellent Mot pour Mot (meilleur jeu d’ambiance et meilleur jeu conçu au Québec) ainsi qu’un prix avec La légende de Wendigo (meilleures illustrations) ;
  • Kingdomino a attrapé un nouveau prix aussi, récupéré par ÎLO307 ;
  • Enfin, le meilleur jeu éducatif a été attribué à Little Action de chez Djeco, distribué par ILO307 (que je vous conseille vivement pour les petits !).

 

 

Enfin, pour terminer sur ce joli salon de Montréal, je voudrais mettre en lumière cet exposant de matériel pour ranger ses jeux, non pas en bois mais tout en imprimé 3D : Crazy-games 3D. Il propose aussi plein d’idées pour personnaliser nos expériences ludiques autour des jeux de plateaux, wargames et jeux de rôle. Ça vaut le coup d’oeil !

 crazy3d 

 

À l’année prochaine !

Voilà un sympathique salon sans prétention qui grandit à son rythme et n’aura pas de mal à trouver un public acquis à la chose ludique, particulièrement nombreux au Québec. Voilà comment résumer ce salon agréable qui vous donnera peut-être encore un peu plus envie de venir à Montréal !

 

 

Pub Tipeee grand format copie

 

5 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 18/12/2017
    Répondre

    On me souffle dans l’oreillette que les boutiques le Randolph et Le valet de cœur sont aussi distributeurs d’un certain nombre de jeux au Québec.

    Une notion inexistante en France que je n’avais pas saisie !

    Merci à Elisabeth pour la précision.

  2. bgarz06 18/12/2017
    Répondre

    Merci pour ce reportage ^^

    Je note pour Azul…

  3. Marc Beaudoin 19/12/2017
    Répondre

    Bonjour,

    Petite correction. Kingdomino de Blue Orange est distribué au Canada par ÎLO307 et non Asmodee Canada.

    Merci.

  4. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 19/12/2017
    Répondre

    Notez que Le Scorpion masqué vient de faire une belle rétrospective de son année 2017, y évoque ce salon, et surtout y évoque sa vision des différents marchés Européens et québécois. Une lecture très intéressante !
    https://www.facebook.com/notes/scorpion-masqu%C3%A9/scorpion-2017-des-chiffres-et-des-jeux/10156940141097571/

Laisser un commentaire