Port Royal Big Box en boutique !

Stop ou encore ! J’adore cette mécanique :elle est immédiatement accessible et on se laisse griser par l’appât du gain. C’est l’effet casino, je continue ou j’arrête ? Je sais que je dois arrêter, sinon je vais tout perdre, mais l’appât du gain est trop fort, à moins que ça ne soit la curiosité… Allez, si je continuais … Argh, je savais que je n’aurais pas dû !

C’est une mécanique intéressante et souvent rapidement intégrée par les joueurs. Si bien qu’on peut la proposer assez facilement à des débutants.

Port Royal est sorti en 2014, et il a connu plusieurs rééditions chez plusieurs éditeurs. Jusqu’à cette Big Box qui arrive en boutique distribuée par Funforge. Elle comprend différentes extensions. 

 

 

Souquez les artimuses !

Partons en expédition dans les Caraïbes, afin de ramener de l’or que l’on va investir dans de l’équipage, et réaliser des missions qui vont nous donner du prestige. La partie se termine quand un joueur atteint les 12 points de prestige.

À son tour, un joueur va tirer une carte de la pioche et la placer dans la rivière de cartes. Nous avons trois types de cartes : des bateaux qui rapportent de l’argent, des membres d’équipage, et des expéditions qui donnent des points de prestige.

La mécanique est simple, si jamais à mon tour je révèle deux bateaux de la même couleur, mon tour s’arrête et je ne passe pas à la phase suivante. Mais alors pourquoi continuer ? Et bien, si j’ai plus de trois bateaux différents, je pourrai prendre deux cartes dans la rivière au lieu d’une seule, c’est tentant de prendre ce risque.

 

 

Dans la phase suivante, je peux ainsi prendre une ou plusieurs cartes que j’ai placées dans la rivière. Avec les bateaux, j’aurais de l’or que je pourrais dépenser dans de l’équipage, qui me donnera des bonus en plus de points de victoire. Certains membres me permettront même de défausser des navires en les repoussant, et de prolonger le plaisir en continuant à piocher des cartes. 

Chose amusante, l’or n’est pas matérialisé avec des jetons, mais avec le dos des cartes.

Une fois que j’ai réalisé mon tour, les autres joueurs peuvent, s’il en reste, prendre une des cartes de la rivière, mais devront me payer une pièce d’or.

Pour réaliser des missions, il faudra avoir engagé des membres d’équipage spécifiques, comme un prêtre, un capitaine ou un colon. Ces cartes Expédition rapportent des points de victoire, et je rappelle que la partie se termine quand on atteint 12 points.

 

 

Un port dans chaque pays

Cette Big Box vient avec plusieurs extensions. L’une d’elles : « Port Royal met les voiles » permet de jouer plus rapidement, la partie se terminant dès que l’on atteint 8 points de prestige. Pas d’expédition dans cette variante, il faudra juste engager l’équipage qui donne le prestige.

Si au contraire vous avez déjà bien poncé le jeu, vous pourrez ajouter l’extension « Pour un contrat de plus » qui comme son nom l’indique, intègre des cartes Contrat qui donneront plus de sous et de points de prestige à ceux qui les réalisent en premier. Il est à noter que ce module peut être joué de manière compétitive ou coopérative (et évidemment en solitaire).

Enfin, avec “l’aventure commence”, nous avons une mini campagne qui nous emmène en mer pour cinq parties successives. Comme dans un legacy, nous intégrerons des cartes au jeu de base, quand le jeu nous l’indiquera.

Les illustrations vieillottes et ternes ont été ripolinées par le studio Fantasmagoria créative, sur la base des illustrations d’origine de Klemens Franz.

Port Royal Big Box sort en ce moment en boutique au prix de 25 €. Nous reviendrons dessus plus longuement dans un Test en bonne et due forme. 

LUDOVOX est un site indépendant !

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don sur :

Et également en cliquant sur le lien de nos partenaires pour faire vos achats :

acheter port royal big box sur magicbazaracheter port royal big box sur philibertacheter port royal big box sur espritjeu

5 Commentaires

  1. Morlockbob il y a 18 jours
    Répondre

    C est le moyen de récupérer l extension coop qui change vraiment le jeu et lui permet d être autre chose qu un simple stop ou encore.

  2. elniamor il y a 17 jours
    Répondre

    Le premier jeu référencé en fin d’article (de 2000) a-t-il un rapport avec le jeu d’A. Pflister ?

    • atom il y a 15 jours
      Répondre

      Non rien à voir, c’est le probléme des homonymes, j’avais pas fait attention en « taggant » le jeu. Merci c’est modifié.

  3. Tihro il y a 15 jours
    Répondre

    Mais, moi j’aime bien le fait que le jeu ait une petite boite. Je vais garder ma version « small box » 🙂

    • atom il y a 14 jours
      Répondre

      Je te comprends tout à fait, même si j’aime bien les Big Box avec toutes les extensions d’un jeu incluses 🙂

Laisser un commentaire