upafallArticleok

Ce week-end, ils ont joué à SeaFall

SeaFall, je vous en parlais il y a déjà un an, Dio Mio que le temps passe ! Souvenez-vous, je vous présentais le système « legacy » (emprunté à Risk Legacy  de Chris Dupuis et Rob Daviau), un concept ludique épique selon lequel chaque partie et chacun de vos choix dans vos parties engendrent des conséquences à long terme sur le jeu, modifiant les règles et les frontières du monde connu. Chaque boite vivra ainsi son histoire authentique. Depuis, il y a eu l’annonce de Pandemie Legacy, dans le même genre, et avec le même co-auteur, Rob Daviau.

Et bien SeaFall c’est cela, sauce 4x (eXploration, eXpansion, eXploitation, et eXtermination). Ici, le tout prend place dans un univers au cours de l’an 1501 où la technologie maritime est au centre des préoccupations.

Pourquoi est-ce que j’y reviens aujourd’hui ? Le jeu est prévu pour 2015, donc on a encore le temps. (Quoique…). Oui, mais il y a du neuf, comme je vous le disais hier (Regnum Angelica : la surprise de la BGG.CON), il y a eu ce week-end la BGG.CON, et justement, ils ont joué à SeaFall. Hein heeeeein. Ils en parlent par ici mais c’est en anglais.

pic2320142_md

Rob Daviau en haut à droite. Photo BGG

 

Décodage

Ce qu’on apprend, en gros, c’est que chaque partie durent « plusieurs années » (chaque « année » dure un certain nombre de tours) et à la fin de chaque partie, on compte les points en regardant nos positions sur les 4 guildes, qui sont axées sur l’exploration et le commerce. Selon si vous avez perdu ou gagné la partie, vous n’aurez pas accès aux mêmes améliorations ou aux mêmes coups de pouce pour la suite de la campagne. Chaque joueur verra peu à peu le monde différemment.

Au départ, vous incarnez un chef de village désireux d’explorer les îles visibles dans les eaux à proximité. Vous souhaitez acheter et vendre des biens pour alimenter la croissance économique et la construction de votre ville, voire pourquoi pas, lancer des raids sur les cités adverses et voler leurs ressources. Vous êtes assez libres de faire vos choix stratégiques en fait. Si les joueurs décident d’explorer sans cesse, cela peut se passer ainsi, et il n’y aura peut-être pas d’agression du tout.

Br5x__3CMAAifut.jpg large

Vous êtes pourvus de bateaux à voiles et d’un peu de fonds pour alimenter vos actions. Les actions sont liées aux guildes, et elles ne sont pas faciles d’accès – il faut remplir des conditions pour les activer et cela prend du temps. Certaines vous permettent d’améliorer vos navires, d’autres offrent des bénéfices constants.

« La nuit dernière, lors d’une séance de playtest, nous nous sommes aperçus que Rob s’était vraiment surpassé. Nous sommes liés par un accord qui nous interdit de parler publiquement d’un certain nombre de détails, mais je peux certainement vous dire que l’homme poursuit une série d’innovations brillantes avec ce jeu, nous emmenant encore une fois sur un territoire ludique complètement nouveau » – Bob Wilson. Houhou, tant de suspens, c’est insoutenable, bande de vilains chuchoteurs ! Bwarf. On aura bien le temps d’en savoir plus quand ils voudront qu’on y joue… En tout cas, nous sommes bien contents de voir que le projet avance (il devait sortir en 2014 à la base) et que Plaid Hat Games tient le cap !

>> La fiche du jeu

0 Commentaires

  1. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 25/01/2016
    Répondre

    La bête approche… Si on en croit le tweeter de l’auteur en tout cas !

     

    tweeterImage Enlarger

Laisser un commentaire