up-7-kingok

7 Kingdoms : Gary Kim, le roi de la carte

Encore un autre petit génie ludique dont Meeple-Toi-Même aurait pu parler dans son billet, tiens ! L‘ami Gary Kim est vraiment quelqu’un de prolifique. Tandis que le Lièvre et la Tortue et Souk viennent d’arriver sur vos tables, le gentilhomme prépare Abraca…What ? inspiré d’Hanabi (Hanabi dont mon ami Umberling vous parle ce matin dans son article sur les jeux coopératifs), et il sort aussi Choson (je vous en avais causé ici), et donc, 7 Kingdoms. Voilà, il y a déjà des article sur tous ces jeux, ne manquait plus que 7 Kingdoms !

Donc si vous allez du côté d’Essen, stand 3-R111, vous pourrez tomber sur les coréens de Deinko (à l’origine de Patchistory qui sera édité par Iello chez nous très bientôt, la preview ici) avec ce fameux 7 Kingdoms (en anglais et en coréen), disponible pour moins de 20€.

Mais qu’est-ce que c’est donc ? Un petit jeu de cartes ? Qui se joue de 2 à 4 en 20 minutes ?

Et bien voyons cela.

Vous êtes des agents royaux qui cherchez des followers, un peu comme sur twitter. Oui, des disciples, des partisans quoi. Faut vivre avec son temps ! Bon bref, le thème c’est un peu le prétexte là, mais les illustrations ont l’air plutôt réussies.

Vous avez surtout 49 cartes, divisées en 7 types. Chaque type comporte 7 cartes avec une plage de valeur à elles rien qu’à elles : le roi va de 1 à 7, l’évêque de 8 à 14, jusqu’à paysan (43-49).

Chaque plage numérique compte 7 cartes, avec, pour chacune, une couleur associée et un blason de cette couleur. Chaque joueur commence avec 3 cartes en main, et on installe une carte blason de chaque type en ligne, avec une carte face visible en dessous de chaque blason. Jusqu’ici tout va bien, rien d’insurmontable. On a même une photo.

Et comment que quewa qu’on joue après ?

Chaque tour, les joueurs retournent chacun leur tour des cartes de leur main face visible devant eux, puis résolvent les cartes de la plus haute à la plus basse. Celui qui a joué la plus haute la place en face de la carte de blason la plus à gauche, et prend une à quatre cartes de celles à disposition devant les blasons, en fonction de la carte jouée. Ensuite, le joueur avec la seconde carte la plus haute résout sa carte, etc. Toutes les cartes non récupérées sont placées à droite des cartes jouées, puis la rangée est remplie de cartes du paquet jusqu’à ce que sept cartes soient de nouveau visibles. Comme souvent chez l’ami Gary (je l’appelle comme ça mais c’est parce que ça sonne bien, je le connais pas en fait, pas vu, pas pris, jurée crachée je suis innocente), comme souvent chez l’ami Gary, le principe parait un peu complexe quand on l’explique mais en fait quand on y joue, c’est limpide et pris en main en deux secondes. Continuons.

Pour chaque carte récupérée, le joueur peut l’ajouter à sa main (pour un maximum de 3 cartes en main toujours) ou la placer dans sa pile de score.

Tu me fais de l’effet

Et oui les cartes ont des effets bien sûr ! Les rois, par exemple, permettent de prendre 4 cartes au choix, tandis que les généraux permettent de prendre 3 cartes contiguës, les princesses permettent de prendre 2 cartes au choix, et les paysans vous permettent de prendre une carte parmi deux qui se situent dans des endroits spécifiques.

La subtilité c’est que les cartes faibles vous permettent de prendre en premier, mais sont plus restrictives, ou vous font récupérer moins de cartes. L’évêque marque des points avec lui-même, comme un grand, puis vous permet de placer un des deux jetons « bonus » sur le blason le plus à gauche, de révéler un autre jeton bonus, et de récupérer une carte. Tout ça.

Lorsque le paquet est épuisé, ou que chaque blason a un marqueur bonus, la partie se termine et les joueurs marquent les points des cartes qu’il leur reste. Chaque carte récupérée vaut un point, sauf les rois, qui valent 2, et celui qui a le plus de cartes avec un blason gagne le bonus posé sur ce blason, ce qui lui fait gagner des points supplémentaires non négligeables.

Un jeu de gestion de main délicat où vous jouez des cartes pour gagner des cartes pour peut-être ensuite les rejouer pour ensuite gagner des cartes que vous avez joué avant ! Oh wait, de quoi ?? 

>> La fiche du jeu

2 Commentaires

  1. Photo du profil de tartopom
    tartopom 02/10/2014
    Répondre

    Donc c’est un jeu où qu’on joue des cartes. Pour gagner des cartes qu’on va jouer après avoir gagné des cartes en jouant des cartes. Si je ne me trompe pas bien. 

    T’façons, ce qui compte, c’est les valeurs. 

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 02/10/2014
      Répondre

      Non mais attention, les règles de base c’est super simple. À la gagne, il y a que trois possibilités :
      Soit vous faites votre sirop de huit, vous dites « beau sirop » et on recompte, soit vous faites votre sirop de quatorze, vous dites « beau sirop, sirop gagnant » et on vous rajoute la moitié,
      soit vous faites votre sirop de vingt-et-un et vous dites « beau sirop, mi-sirop, siroté, gagne-sirop, sirop-grelot, passe-montagne, sirop au bon goût ».
      Sinon, moi, j’aime bien les règles originales mais c’est trop compliqué.

Laisser un commentaire