Participatif, la sélection naturelle N° 126 du lundi 03 février 2020

 

 

separateur-1

N° 126

 

 Salutations ludico-participatives !

► Ho ho ho ça y est ! La déferlante de projets plus intéressants les uns que les autres est bien là. Du  coup, la sélection des campagnes a vous présenter n’en est que plus drastique ! Forcément, la subjectivité qui est la mienne ne peut que laisser de côté certains projets qui auraient pourtant trouvé grâce à d’autres yeux que les miens. Mais j’ai envie de dire : « C’est le jeu, ma pauvre Lucette… » ! À vos commentaires si vous avez envie de partager des découvertes 😉 

 

 Bonne lecture, et à la semaine prochaine (ou celle d’après 😉 ) !

 
 

separateur-1

 

Évolution des campagnes en cours la semaine passée

 
 
 
 apex-theropod-box-art La campagne de Apex : Collected Edition par Outland Entertainment se termine avec un rythme très tranquille, d’une petite quinzaine de contributeurs par jour. Les 2 600 soutiens sont dépassés et on ne peut guère plus qu’espérer un petit coup de mieux grâce au rappel des 48 heures (actuellement 233 000/42 000 $ et 2 670 soutiens. Fin le 06 février).
 
 oath-chronicles-of-empire-and-exile-banniere Celle de Oath : Chronicles of Empire and Exile par Leder Games se porte toujours aussi bien et s’est même permise une petite augmentation de dynamique à l’orée du week-end. Le rappel des 48 heures va être abordé soutenu par plus de 12 000 personnes au compteur avec le myon de dollars dépassé pour un financement à plus de 20 fois. Et on peut être certain que l’on va assister à un joli boost de fin (actuellement 1 013 000/50 000 $ et 12 080 soutiens. Fin le 04 février)

 

return-to-dark-tower-box-artReturn To Dark Tower par Restoration Games continue à casser la baraque avec sa moyenne de plus de 300 soutiens quotidiens et ses plus de 3 300 000 $ de gains. Là encore, le rappel des 48 heures devrait être homérique et les 20 000 contributeurs au final largement dépassés (actuellement 3 607 000/850 000 $ et 20 780 soutiens. Fin le 04 février)

foundations-of-rome-banniere Le plastique fait encore vendre s’il est bien présenté, et Foundations of Rome par Arcane Wonders en est la preuve. Avec une dynamique qui n’est jamais descendue en dessous des 200 contributeurs quotidiens en moyenne, à mon sens il est l’archétype même du jeu qui se vend grâce à son matériel. Les 5 200 soutiens sont dépassés et c’est financé à plus de 14 fois  (actuellement 754 000/50 000 $ et 5 440 soutiens. Fin le 07 février).

 
to-the-moon-artfrÇa y est, To the Moon par Wisdom of Peanut est financé. Ce petit jeu au thème spatial trouve lentement son public, mais faut dire que sur Ulule il en est rarement autrement. Reste encore un peu moins de deux semaines pour faire venir de tortuga-2199-box-artnouveaux soutiens (actuellement 62 exemplaires sur 50. Fin le 15 février).
 
 frLa campagne de Tortuga 2199 par Grey Fox Games avance à un rythme de tortue (désolé…), mais ça avance. Pas autant qu’on aurait pu l’espérer mais les 1 500 soutiens sont acquis, c’est financé à quasiment trois fois, donc le bilan n’est pas mauvais à 10 jours de la fin. À noter que les pledges de la version française par Origames sont disponibles (actuellement 95 500/35 000 $ et 1 520 soutiens. Fin le 14 février).
 
 

glorantha-the-gods-war-box-artfrGlorantha, The Gods War (Reprint & New Expansion) par Sandy Pertersen Games n’aura pas excité les joueurs et les joueuses longtemps. Deux jours en fait. Et depuis le cinquième, la campagne est à l’arrêt total, frôlant le négatif à chaque journée qui passe. this-war-without-an-ennemy-box-artAlors, OK, c’est financé à quatre fois et demi par plus de 1 600 soutiens, mais ça n’ira certainement pas beaucoup plus haut (actuellement 234 300/50 000 $ et 1 665 soutiens. Fin le 05 février).

fr Le wargame moderne (dans les mécaniques, pas le thème) de Nuts! Publishing, This War Without An Enemy, poursuit son petit bonhomme de chemin. C’est bientôt financé à trois fois par près de 300 contributeurs et comme le rappel des 48 heures devrait avoir sonné lorsque vous lirez ces lignes, on est en droit d’en espérer quelques-uns en plus (actuellement 20 500/10 000 $ et 325 soutiens. Fin le 04 février).

 

 

separateur-1

 

Les projets qui ont le plus attiré mon attention (en bien comme en mal)

 
 

rocketmen-box-artfrcoeur rougeLorsqu’un auteur reconnu, Martin Wallace en l’occurrence, se met en tête de créer un jeu autour d’un thème à la mode en ce moment, à savoir la conquête spatiale, cela donne Rocketmen par Phalanx. Il s’agit d’une course au cours de laquelle il faudra remplir des missions distribuées aléatoirement, et ce grâce à des mécaniques de deck-building, de gestion de ressources et de stop ou encore.

Chaque joueur débute la partie avec un deck de cartes identique pour tous. Ensuite, au cours de quatre phases de jeu, les actions possibles sont : acheter de nouvelles cartes (avec activation de leurs effets le cas échéant) ; utiliser des cartes pour préparer des missions ou un lancement ; ou effectuer un lancement si le nombre de points requis est atteint. Pour cette dernière option, seront piochées une à une des cartes Succès (dont le nombre maximum est indiqué sur la carte Mission concernée). Le nombre de points qu’elles indiquent, associés à d’éventuels bonus récoltés auparavant, devra permettre d’amener son pion à l’emplacement dans l’espace visé.

Il sera tout de même possible de faire avorter une mission que l’on subodore mal barrée, avec une petite sanction à la clé mais bien moins importante que si l’on pousse la chance un peu trop loin et que l’échec en est le résultat probant. La partie prend fin si le score est atteint (variable en fonction du nombre de joueurs) ou si toutes les missions sont remplies.

La direction artistique est parfaite pour ce style de jeu (par Bartek « bartosy1 » Jędrzejewski). D’un style moderne, elle est épurée et lisible. Les illustrations en elles-mêmes ne sont pas extraordinaires, mais elles font le travail. Le grand plateau de jeu plonge indubitablement les joueurs dans l’ambiance. Trois pledges sont proposés, du plus basique (le jeu plus une miniature de fusée et deux jetons métal) à 46 £ au plus luxueux (avec en plus tapis de jeu géant et plateaux joueurs en néoprène, pack de figurines) à 89 £.

Comme souvent pour les jeux édités par Phalanx, Asyncron est de la partie pour la version localisée en français  (actuellement 132 400/40 000 £ et 2 720 soutiens. Fin le 05 février).

 
 

D.E.I. (Divide E Impera)frAprès avoir vu sa campagne annulée en novembre dernier malgré un financement à plus de deux fois, et ce par la faute des Early birds temporels qui l’avaient stoppée net dès leur fin, D.E.I. – Divide Et Impera par Ludus Magnus Studio nous revient dans une très nette meilleure forme.

Si le jeu n’a bien évidemment pas changé (vous avez d’ailleurs une vidéo Ludochrono pour vous faire une idée en quelques minutes), l’offre en elle-même a été révisée. En effet, les pledges ont été modifiés en contenu et en prix avec l’apparition d’une offre avec Meeples en lieu et place des figurines, pour 20 $ de moins, mettant ainsi le pledge d’entrée à 59 $.

Également, la page de campagne a été refaite de fond en comble. L’actuelle est infiniment plus claire et met bien plus en avant les différentes offres et les atouts du jeu.
Pour finir, la différence la plus notable avec la première campagne est la disparition des fameux Early birds. Il aura fallu à Ludus Magnus prendre une grosse claque pour enfin comprendre leur forte nocivité potentielle. Fort de tous ces changements, l’éditeur s’est même permis de demander un financement supérieur à celui de la campagne précédente.

Ces changements, qui ont très certainement nécessité un gros travail, n’ont pas été effectués en vain. Le jeu a été à nouveau financé « day one », avec une dynamique équivalente sur les premières quarante huit heures, et malgré l’absence de ces fameux Early birds la dynamique s’est tout de même écroulée au troisième jour. Depuis, elle reste aux alentours de la grosse cinquantaine de soutiens quotidiens, ce qui est toujours mieux que lors de la première campagne. Au moins celle-ci ne sera pas annulée, on imagine que Ludus Magnus a envie de passer rapidement à autre chose (actuellement 227 700/40 000 € et 2 110 soutiens. Fin le 06 février).

 

it's-a-wonderful-world-ascension-box-artcoeur bleufrJe ne vous ferai pas l’insulte de vous présenter It’s A Wonderfull World, le jeu vedette de Frédéric Guérard co-édité par La Boîte De Jeu et Origames. Sa récente nomination à l’As d’Or de Cannes dans la catégorie « Expert » l’a remis, s’il en était besoin, sur le devant de la scène. Heureuse coïncidence, est en cours actuellement la campagne de sa première extension It’s A Wonderful World : Ascension dont Umberling vous parlait dernièrement

Il s’agit donc d’une extension, et pas d’une nouvelle campagne. Celle-ci a ceci de particulier que la cinquantaine de cartes qui la compose ne vient pas s’ajouter à celles de la boîte de base ou Héritage, mais constitue une pile de cartes Développement bien à part. Au lieu des sept cartes du jeu d’origine, en seront distribuées seulement cinq auxquelles viendront s’ajouter deux autres de ce nouveau deck d’extension. Le tout sera drafté comme à l’accoutumée. Ces nouvelles cartes peuvent être construites ou recyclées, comme toutes les cartes Développement d’origine.

Mais quelle est la particularité de ces nouvelles cartes ? Et bien, leur coût de construction est aussi élevé que les gains qu’elles procurent, en ressources ou en points de victoire. Mais certaines d’entre elles permettent de scorer différemment. Elles se voient ainsi affublées d’un gros multiplicateur à double condition. Il faut donc avoir construit des cartes de deux catégories différentes pour faire pleuvoir les points de victoire en fin de partie. Facile à dire, certainement pas à faire !

Cette extension apporte aussi la possibilité de jouer à six joueurs. Personnellement je ne m’y risquerai pas au vu de la longueur potentielle de la partie avec des joueurs une peu trop… optimiseurs, dirons-nous. Également, et surtout, elle est entièrement compatible avec les deux campagnes existantes, et sera même personnellement un excellent prétexte à les rejouer.

Je passe rapidement sur la direction artistique et les illustrations (toujours d’Anthony Wolff) exactement similaires, et c’est heureux, à ce que l’on connaît déjà. Comme d’habitude avec La Boîte De Jeu, l’offre est adaptée pour ne pas léser les boutiques. Vous pouvez donc sans problème acheter la boîte de base chez votre crémier habituel et avoir grâce à cette campagne l’intégralité de ce qui existe pour le jeu, stretch goals et « KS Exclus » de la première inclus. L’extension Ascension seule est à 22 € avec possibilité de retrait gratuit en boutique.

Et la campagne dans tout ça ? Ça va pas trop mal, merci de vous en inquiéter. Ça va même plus que bien en fait, toute financée qu’elle a été en à peine vingt minutes. 2 600 backers le premier jour, plus de 1 100 le second, on a vu démarrage plus poussif. Actuellement, plus de 3 200 soutiens ont pris le pledge de l’extension seule. À mettre en parallèle avec les 4 600 contributeurs de la première campagne et avec le fait que, pour une extension, arriver à en vendre 20 % du nombre de boîtes de base est considéré comme un succès.

C’est dire si le jeu s’est bien vendu en boutique grâce au bouche à oreille, et donc grâce à ses qualités. Autre grosse satisfaction, un tiers des soutiens sont de nouveaux arrivants qui ont pris un all-in. It’s A Wonderfull World semble bien parti pour devenir un jeu qui s’installe et la poule aux œufs d’or de La Boîte de Jeu et Origames. Manquerait plus qu’il obtienne l’As d’Or et ce serait le pompon (Shanouillette, puisque tu me lis… :-P) ! (actuellement 238 000/20 000 € et 5 110 soutiens. Fin le 13 février).

 

the-rival-networks-banniere-ks

Le backer avisé jettera un coup d’œil à The Rival Networks par Formal Ferret Games, la version pour deux joueurs de The Networks, un jeu financé sur Kickstarter en 2015 dans lequel les participants sont les propriétaires d’une chaîne de télévision qu’ils doivent faire prospérer. Les retours sont plutôt très bons sur le jeu de base (voir notre Just played).genotype-a-mendelian-genetics-game-box-art Malheureusement, c’est du « full english » (actuellement 29 000/20 000 $ et 790 soutiens. Fin le 15 février).

Autre campagne à regarder de près, celle de Genotype: A Mendelian Genetics Game par Genius Games. Si vous aimez les jeux « intelligents », vous allez être servis. Sur un thème scientifique (des chercheurs qui font des recherches en génétique des plantes dans les traces de Gregor Mendel) les joueurs vont tenter d’obtenir les meilleures récoltes sur des mécaniques de placement d’ouvriers et de draft de dés. Direction artistique simple et épurée, prix des pledges corrects au vu du matériel et encore une fois uniquement en anglais (actuellement 126 600/20 000 $ et 2 400 soutiens. Fin le 15 février).

migration-mars-box-art

L’espace est à la mode, Mars encore plus, aussi si cette association est votre kif, vous regarderez avec attention Migration : Mars par Enhance Product Development. Vous allez devoir être le premier à créer la plus grande colonie viable sur Mars. Il va falloir construire des structures, générer et gérer des ressources et faire face à divers événements et aux sournoiseries de vos concurrents. Le on-tour-box-artmatériel est sympa, le prix très correct et les frais de port (relativement) raisonnables (actuellement 112 600/10 000 $ et 2 580 soutiens. Fin le 20 février).

 Si vous aimez les roll and write et que vous avez raté la campagne de l’excellent On Tour par BoardGameTables, sachez que son reprint est en cours, accompagné de son extension et d’un autre jeu, d’enchères celui-là, dont je n’ai jamais entendu parler et nommé QE. Le tout est en anglais, mais pour On Tour les règles sont disponibles en français en PDF fan-trad sur BGG (actuellement 87 000/10 000 $ et 2 260 soutiens. Fin le 20 février).
 
 
 
 separateur-1

Ils débarquent cette semaine

 
 
 
► Grey Eminence par Dragon Dawn Productions – le 02 février
De 3 à 6 joueurs adoptent le rôle d’éminences grises travaillant à leurs propres conditions de victoire. Argent, pouvoir, influence : à vous de les utiliser au mieux pour manipuler ceux qui serviront le mieux vos objectifs.
 
 
the-lost-worlds-of-josh-kirby-box-art► The Lost Worlds of Josh Kirby par BARD Games – le 03 février
Un jeu de conquête S-F très basique qui ressemble plus à un prétexte pour utiliser quelques illustrations de Josh Kirby pour lesquelles ils disposent des droits.
 
 
 
 
 
 

wishland-box-art► Wishland par Lost Games – le 04 février

Carlos Michàn (Medieval Realms) change de thème et revient en début d’année 2020 avec Wishland, un jeu de placement d’ouvriers dans lequel les joueurs doivent gérer un parc d’attraction.

 
 
 
 

aeon's-end-outcasts-box-art► Aeon’s End : Outcasts par Indie Boards & Cards – le 04 février

Nouvelle année, nouvelle extension pour Aeon’s End.

 

 

 

vampire-the-masquerade-chapters-box-art► Vampire The Masquerade : Chapters par Flyos Games – le 04 février

En partenariat avec Paradox Interactive, un jeu de plateau de type legacy / narratif / RPG. On pourra jouer jusqu’à 4 joueurs (ou solo), chacun représentant un des principaux clans de la Kindred (Brujah, Toreador, Gangrel, Ventrue, Tremere, Malkavian, Nosferatu, Caittif) dans Montréal après l’apparition de la Deuxième Inquisition et la chute du Sabbat.

 

 

enchanters-east-quest-bandeaufr Enchanters : East Quest par GIndie – le 04 février

Chaque année, un peu plus de bonheur. Et cette année, gros bonheur en vue avec l’annonce d’une édition en français conjointement avec Mythic Games.

 

parks-nightfall-box-art► Parks : Nightfall par Keymaster Games – le 04 février

Extension pour le sublime Parks.

 

 

 

frutticola-box-artfrFrutticola par Giochix – Sur Giochistarter – le 05 février

 Vous avez toujours rêvé de devenir le magnat de la confiture ? Ce jeu est fait pour vous !

 

 

kanban-ev-box-art► Kanban EV par Gryphon & Eagle Games – le 06 février

Edition Deluxe, identique niveau règles mais rethématisé « fabrication de véhicules électriques ». Atom vous en cause ici plus en détail. 

 
 
 
 
 
 
 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge: Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu: Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr: Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

€ : Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2: Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif
  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

   

7 Commentaires

  1. Ytrezius 03/02/2020
    Répondre

    Migration Mars… Du porteur de projet « Enhance Product Development » qui a un autre projet KS à son actif: le « Vabroom », un balais aspirateur révolutionnaire ma ptite dame!

    https://www.kickstarter.com/projects/enhancepd/vabroom-the-original-smart-broom-with-built-in-vac/description

    • Gougou69 03/02/2020
      Répondre

      Ha ben oui tiens, ça m’avait échappé. Mais bon, on ne va pas lui faire un procès à charge parce-qu’il propose des projets dans des domaines totalement étrangers l’un à l’autre.

      • Ytrezius 03/02/2020
        Répondre

        Sans faire de procès, faut juste être conscient que ce n’est pas une entreprise spécialisée dans le développement de j2s… Et si vous êtes intéressez, il est encore possible de pré-commander le balais Vabroom dans leur pledge manager :p

  2. Julien 03/02/2020
    Répondre

    QE c’est un jeu d’enchere super chelou ou on peut encherir tout ce qu’on veut. Il suffit de le noter sur son calepin. Encherir 8$? Sur. 798$? Pas de soucis. 100,003$? Pas de probleme. 3 trillion ? Peu de chance qu’on perde l’enchere.

    Le « truc », puisqu’il y en a un evidemment, est que le joueur qui a depense le plus perd automatiquement la partie.

  3. znokiss 03/02/2020
    Répondre

    A noter le passage à 7 joueurs pour It’s A Wonderful World. Yay.

  4. Kyojin 04/02/2020
    Répondre

    On tour m’a l’air un sympathique roll & write et comme c’est un reprint, on peut s’appuyer sur le succès et les avis qui circulent.

    • Shanouillette 09/02/2020
      Répondre

      On l’aime bien par ici, il a un thème sympa et une édition luxueuse qui donne envie de le sortir, une expli fluide, et la partie fait souvent couiner tout le monde autour de la table, c’est assez drôle ! ;p

Laisser un commentaire