Eminent Domain : Microcosm, l’univers explose dans votre tête

cartesEminent Domain c’est un peu un jeu légendaire pour moi. Il a beau être moche au possible, les mécanismes mis en œuvres me plaisent énormément. Malheureusement, le jeu n’est plus édité et est plutôt introuvable maintenant. Dommage, c’est LE cadeau que je cherche à faire à ma femme, qui adore aussi.

Je vous dit tout ça parce qu’un matin, Shanouillette nous a envoyé une photo avec une pile de jeux à tester. Bon, j’avais déjà pas mal de jeux en réserve, et je n’y ai jeté qu’un coup d’œil distrait. Mais une toute petite boîte a quand même attiré mon attention. Et là paf, les mots Eminent Domain ont fait tilt et je me suis rué sur mon téléphone pour inonder Sha-man de messages à base de « aaaahhhh Eminent Domain je veux le tester vite, sinon je vais en mourir arggggg !!! ». Croyez-le ou non, mais cette approche en douceur a fonctionné. Bon, c’est ce pauvre Umberling qui a ensuite dû subir mon avalanche de messages pour qu’on se croise et que je récupère le jeu. Oui, on l’a fait souffrir, la team Ludovox.

Bref, tout ça pour dire que j’ai enfin pu mettre la main sur ce petit jeu à deux, et que j’ai enfin pu l’essayer il y a deux jours. Après Tides of Times, j’étais serein face à autre jeu avec seulement 18 cartes à jouer. Ahahahah, fou que j’étais. Voyons ça en détail, en décortiquant le titre.

« Micro », parce que la boite est toute petite, et les règles aussi

mise en placeMoi qui râle que les boites de jeu sont la plupart du temps à moitié vides, là je vais avoir du mal à me plaindre de ça. Vous voyez les boîtes de cartes à jouer traditionnelles ? Et bin voilà. Dedans on trouve donc ? Oui des cartes, super y en a deux qui suivent.

Avant de trouver les cartes du jeu, on tombera sur des cartes additionnelles pour Eminent Domain (le jeu de base), Battlecruisers et Dungeon Roll (tous les deux inconnus au bataillon pour moi). Bon je ne suis pas très fan de cette pratique. Je me retrouve avec une dizaine (14 exactement) de cartes dont je ne sais pas quoi faire, dont certaines pour un jeu que je voudrais bien avoir mais que je ne peux pas acheter car l’éditeur ne l’imprime plus. Je suis à peut prêt certain que la convention de Genève a des choses à dire concernant ce genre de pratiques.

Bon, ensuite on a des cartes pour le jeu ainsi que la règle du jeu la plus mal foutue de tout l’univers. Oui, et c’est le mec qui a dit la même chose sur Naruto il y a quelques jours. (Ok, Stronghold est peut être pire). Non mais là on est sur un jeu aux mécaniques simplissimes : ça devrait être être compris en deux minutes. Mais non, les quelques détails importants ne sont pas expliqués et on rame à comprendre comment certaines cartes fonctionnent. Je me suis dit que ça venait peut-être d’une maîtrise pas assez grande de la langue des gens-étranges-sur-l’-île-là-bas, mais un petit tour sur quelques forums me laisse à penser que ce n’est pas que ça. Le fait qu’il y ait des gens ayant écrit un livret de règle clarifié par exemple indique que je ne suis pas le seul à avoir buté là-dessus.

« Eminent Domain », parce que …

C’est toujours aussi moche. Non mais ok, là, on est sur du subjectif hein. Mais quand même, c’est pas franchement une réussite. Alors certainement que les aliens utilisent pas les mêmes gestes que nous pour faire passer des messages, mais la main de celui-ci ressemble quand même (de loin) à un geste terrien à signification universelle :

resarch

Bon, il y a d’autres points communs avec Eminent Domain, notamment les planètes à coloniser ou à conquérir, avec des actions semblables. Mais on va regarder ça un peu plus dans les détails dans le chapitre sur :

« Cosm », pour Cosmos

Parce que vous avez intérêt à utiliser votre cosmos pour atteindre le 7ème sens si vous voulez gagner. Oui moi cosmos ça m’évoque les chevaliers du Zodiaque, c’est comme ça. Bon, allez plongeons nous dans les règles du jeu voir comment ça marche.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire dans mon paragraphe sur les règles, celles-ci sont plutôt simples. Déjà, le but du jeu est de marquer le plus de points. Bon, gardez ça en tête, je vous explique à la fin comment on marque lesdits points.

Commençons par vous montrer un peu en détail une carte action :

 carte detail bmp
     

Le jeu est constitué de 18 cartes actions.

3 sont visibles à chaque tour.

Les joueurs commencent avec une main vide.

Chaque joueur à sont tour doit :

  • Piocher une carte parmi celles visibles (et alors il la remplace) ou la première du paquet de celles restantes.

  • Jouer une carte de sa main ou ramener dans sa main autant de cartes de sa défausse qu’il le souhaite.

 

Dans les premiers tours, on va donc surtout piocher une carte et la jouer immédiatement.

Quand la dernière carte c’est piochée, on fini le tour et on compte les points.

Vous voyez c’est facile non ? En fait c’est un peu subtil.

Il y a 3 grandes actions principales dans la jeu, chacune en 4 exemplaires.

  • Rechercher : permet d’acquérir une des 5 cartes recherches, qui donnent des bonus pour les autres actions ou aident à marquer des points. Cette action permet aussi d’enlever une recherche à un autre joueur.

dévellopement

Une recherche fournissant un symbole colonisation

 

  • Coloniser : je ne vous en ai pas encore parlé, mais il y a aussi trois tas de cartes planètes, face cachée. Chaque tas correspond à un coût de colonisation 0, 2 ou 3. Alors comment paye t-on ce coût ? D’abord, lorsque l’on joue une carte colonisation, on peut prendre une des planètes coûtant 0 (qui devient alors une colonie). Bon, et pour prendre celles coûtant plus cher, il faudra « révéler » des symboles colonisation. On peut les révéler en montrant différentes cartes portant ces symboles : des cartes de notre main, des recherches que l’on a acquises ou des planètes que l’on a déjà colonisées.

 

colonize

 

 

planète face visible

dos planete expliqué

  • Conquérir : Comme pour coloniser, à quelques nuances près : on utilise pas les mêmes ressources (évidemment), les coûts de conquête ne sont pas les mêmes dans chaque tas et surtout, on peut conquérir les colonies de nos adversaires. Une autre différence majeure réside dans le fait que les planètes conquises ne deviennent pas des colonies mais des butins de guerre. On ne peut plus nous les prendre, mais les symboles qu’elles portent ne nous servent à rien non plus.

 

warfare

 

Les 6 actions restantes sont toutes différentes et permettent en gros de gêner l’adversaire et de manipuler les différents decks/défausses.

Bon, et maintenant comment on marque les points ? Facile : chaque carte action donne une façon de marquer des points. Par exemple 1 point par recherche, 1 point par colonie, 1 point par cartes d’une couleur donnée, etc.

Chérie, on a dix minutes, on essaye ?

partie

Ma main en milieu de partie

Bon, après avoir bien dégrossi les règles et avoir cherché un peu des explications complémentaires, on s’est lancés. La première partie a vraiment servi à essayer de bien comprendre le fonctionnement, mais on a immédiatement voulu en faire une autre.

C’est assez difficile de résumer des parties d’un jeu court comme ça. Lors de la première, on a un peu tout fait en même temps, et on a eu des scores assez moyens.

Lors de la deuxième, je me suis focalisé dès le début sur la colonisation, au dépend du reste. C’est une stratégie qui semble assez forte, car elle s’auto-alimente. Ma femme est restée moins spécialisée. Le résultat est qu’avec plus de planètes à la fin, j’avais plus de choses rapportant des points, ce qui m’a permis de l’emporter. On est bien sur un jeu de conquête, il faut donc bien garder en tête que c’est important de récupérer des planètes. Que ce soit la conquête ou la colonisation, ces deux actions semblent au coeur du jeu.

colombinepartie

La défausse et les colonies de ma femme en milieu de partie

 

Au final ça donne quoi ? L’univers dans votre tête

Alors les règles, bien que mal écrites, sont en fait assez simples, mais le jeu est très très profond. Rien que dans le choix de cartes à piocher, il faudra faire attention à :

  • La façon dont elles rapportent des points

  • Les symboles qu’elles possèdent

  • La couleur à laquelle elle appartient

  • Ah oui l’action qu’elle permet quand même

  • Est-ce que mon adversaire en aurait pas hyper besoin ?

Il y a ensuite le choix de jouer ou récupérer sa main.

On voit donc vraiment deux phases dans le jeu : une où l’on pioche et on joue tout de suite, et où on fera surtout attention aux actions, mais viendra un moment où on ramènera tout ça dans notre main, et il faudra avoir réussi à prendre les symboles qui vont bien. Le moment où l’on va faire le basculement est également très important, car on « perd » un tour sans faire d’action, il faut être sûr que cela en vaudra la peine. Mais sans cela, on ne pourra pas jouer des actions puissantes.

Eminent Domain Microcosm 6_md

Bref, le jeu est un vrai casse-tête. Les 10 minutes écrites sur la boîte me font vraiment rigoler. Le jeu demande de beaucoup réfléchir et je pense que chaque partie a duré bien 20 minutes.

Le jeu est donc assez difficile, mais très riche. Il fait par certains aspects penser à Tides of Time : 18 cartes, chaque carte indiquant comment marquer des points et rapportant des ressources. Mais on a là un jeu beaucoup plus profond que l’opus de Kristian Čurla.

Je n’ai que deux parties à mon actif, mais j’ai le sentiment que ce jeu va vraiment devenir un de mes préférés. Malgré son côté hyper minimaliste, j’ai la sensation qu’il va beaucoup se renouveler, et qu’il offre une belle courbe de progression. Bref, je suis un peu moins déçu de ne pas avoir le jeu original finalement !

> La fiche de jeu

Un jeu de Seth Jaffee
Illustré par Ariel Seoane
Date de sortie : 2014
De 2 à 2 joueurs , Optimisé à 2 joueurs
A partir de 13 ans
Durée moyenne d’une partie : 15 minutes  

   

10 Commentaires

  1. Photo du profil de 6gale
    6gale 09/12/2015
    Répondre

    Très bon jeu, en effet.

  2. Photo du profil de Achéron Hades
    Achéron Hades 09/12/2015
    Répondre

    Totalement d’accord avec l’analyse sauf le coté moche, je trouve au contraire qu’elles sont relativement bien illustrées ces petites cartes. Effectivement les règles sont vraiment « confusing » mais une fois passé sur les forum et ayant moi meme posé des questions directement aux auteurs, tout devient clair et les parties fluides. Mon seul regret, que ma compagne déteste ce genre de jeu (qui plus est en anglais). Et les autres personnes se sont trouvés un peu confus sur la façon de faire des points. Il est riche, très riche en terme de combo et de choix (même si le warfare me parait un peu moins payante comme stratégie). Bref un petit jeu que j’adore mais qui prend la poussière faute d’adversaires? Mais je sais que je le resortirai un jour 😉 A titre de comparaison, dans les jeux de ‘cartes de l’espace’ je le place devant Star Realms (que je possède aussi) mais derrière Race for the galaxy (qui reste mon coup de coeur éternel ;). Ha oui , aussi, il vaut absolument rien, moins de 10 euros (avec possibilité de revendre les bonus cards;) . Enjoy ayez l’univers dans votre poche.

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 09/12/2015
      Répondre

      Ah les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Je plusoie aussi Star Realms et Race For The Galaxy.

  3. Photo du profil de Cyrus
    Cyrus 10/12/2015
    Répondre

    Merci pour cet article et ce ressenti sur ce jeu.

    Pour info, Eminent Domain peut encore être trouvé dans certaines boutiques en lignes, par exemple dans une boutique strabourgeoise 😉

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 10/12/2015
      Répondre

      Ah ouais? Poussez vous de mon chemin!

      • Photo du profil de fouilloux
        fouilloux 10/12/2015
        Répondre

        Rhoooo mais t’a raison en plus! Si on se croise un jour, rappel moi de te payer une bière! (j’étais sur d’avoir vérifié pourtant. Bah, c’est cool comme ça)

  4. Enic Lapointe 22/01/2016
    Répondre

    Grâce a vôtre article et vidéo, j’ai acheté ce jeu et je ne le regrette pas du tout.  Recommandé!!!

Laisser un commentaire