LE TEST DE BETRAYAL LEGACY
betrayal-legacy-cover-box
Un jeu de Rob Daviau
Edité par Avalon Hill
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 2018

A partir de 12 ans

Thèmes : Aventure, Exploration, Horreur
Mécanismes : Coopératif, Figurines, Legacy, Narratif, Role-play
Nombres de parties jouées : 11
Configurations testées : joueur(s)

Introduction

Betrayal Legacy est un jeu proposant aux joueurs d’explorer une maison hantée pour laquelle chacune de leurs familles se bat. En explorant, ils dévoilent ses secrets et son histoire trouble (voire franchement glauque). Se jouant en campagne, cet opus vous permet de personnaliser nombre d’éléments de jeu.

Contexte

J'ai testé Betrayal Legacy à trois joueurs, en campagne. On trouvait simplement plus simple de s'organiser à trois plutôt qu'à quatre, mais je pense que le jeu aurait été un poil meilleur (et un poil plus long) à quatre. Cependant, la partie s'allongerait sûrement un peu trop à notre goût, nous n'avons donc pas rajouté de quatrième une fois le prologue terminé.



ACCESSIBILITE DES REGLES
15
Clarté du livret de règles
Livret correct, sans plus
Clarté des explications. Pertinence, quantité, et précision des exemples
Règles claires et sans erreur, exemples concrets et pertinents
Erreurs de règle, questions sans réponse après lecture, points flous
Sensation de compréhension correcte
Besoin de retour aux règles, facilité à retrouver l'info. Clarté et pertinence des aides de jeu
Assez peu de retours aux règles. Bonne aide de jeu

Bon livret de règles, même si peu exemplifié. On y reviendra de temps à autres pour vérifier des points particuliers, notamment concernant les monstres. Mais globalement, on ne s'en plaindra pas ; il réserve même quelques surprises.

En revanche, du côté du tome de survie et du tome du traître, on a parfois un poil d'imprécision sur certaines hantises. Pas qu'elles soient erronées, certes non, mais leur présentation manque parfois d'organisation malgré un soin particulier apporté à l'ergonomie.

QUALITE DU MATERIEL
14
Organisation de la boîte. Éléments de rangement fournis
Rangement bien pensé et organisé
Qualité des éléments et des matériaux
Qualité du matériel acceptable
Ergonomie des éléments de jeu. Facilité de manipulation des éléments de jeu
Clarté visuelle. Manipulation adaptée
Qualité des illustrations
Correct


Pour un jeu legacy, avoir un matériel un peu moins solide ou qualitatif que pour un jeu en dur ne me dérange pas. Le fait est que Betrayal Legacy peut se poursuivre après la campagne ! Les cartes sont correctes mais sans plus, les tuiles aussi. On sent l'économie de moyens à droite et à gauche mais le matériel est tout de même abondant. Au menu des désagréments, les fiches de personnage souffrent un peu de la campagne (les curseurs pour ajuster les statistiques éraflent un peu trop le papier), les figurines pré-peintes sont très moches et un peu distordues. Au menu des surprises agréables, en revanche, on remarque que les trois livrets sont cousus plutôt qu'agrafés, leur conférant une solidité bienvenue.

THEME
16
Objectifs du jeu clairs
Chaque choix a une explication thématique
Histoire racontée par la partie. Evolution dans la thématique.
On a envie de raconter sa partie aux gens au club de jeu
Cohérence des mécanismes et de la thématique
Peu d'éléments sonnent faux
Cohérence du thème
Thème fouillé

L'expérience thématique proposée par Betrayal Legacy est très forte : chaque hantise a ses règles, son thème propre, et on finit par s'habituer à la variabilité entre les parties (la maison "bouge" de partie en partie). Cependant, l'immersion liée à la campagne est bien là. On brûlera telle salle qui sera remplacée par "la salle brûlée", on note chaque mort dans une pièce pour indiquer la présence de fantômes, les servants et animaux de la maison vivent et meurent... et on dévoile un mystère petit à petit, par bribes (pas trop subtil non plus, le mystère, hein). 

Tout ceci est bien entendu exacerbé par un certain degré de personnalisation : on vit avec son personnage, avec les héritages familiaux (on collera des gommettes sur des objets pour indiquer qu'ils sont "à notre famille", gagnant un bonus spécifique), on retracera souvent l'histoire de notre lignée, retrouvera de vieilles photos... Que de très bonnes idées qui s'appuient sur les réussites de Pandemic Legacy et des bonnes idées de Seafall. Loin de vouloir servir un mécanisme (Pandemic) ou un genre (Seafall, avec peu de succès), Betrayal Legacy veut servir son thème avant tout et sait s'y prendre.

DUREE DE VIE
15,5
Facilité à sortir : durée, profil de joueur, configurations de joueurs.
Il faut un peu de temps, sur quelques configurations.
Renouvellement : modularité des composantes de jeu / évènements aléatoires décisifs
On apprécie la diversité des parties
Contenu additionnel
Variantes très réussies
Essouflement du jeu
On ne sait pas à quoi s'attendre

La phase d'exploration de la maison est assez routinière sans devenir complètement monotone – certaines règles viennent saler l'ensemble, et la maison est différente à chaque fois – mais c'est lors des hantises que la diversité du jeu brille : de la possession de corps à celle des objets, des apparitions aux chasses aux sorcières, on a bien des situations qui présentent chacune leur lot de spécificités. C'est ainsi que Betrayal Legacy parvient à toujours surprendre, se renouveler (grâce à des tuiles "monstre" au graphisme indigent). Et, chose intéressante pour un Legacy, il sera rejouable, ce qui permettra de faire les hantises / histoires qu'on aura loupées, ou qu'on aura préférées. Après, je ne suis pas certain d'y remettre les pieds immédiatement... mais pourquoi pas.

MECANISMES
12,5
Fluidité du tour
Très clair
Interaction et implication pendant le tour des autres joueurs
Interaction souvent présente
Équilibre : viabilité des stratégies, martingale / retard irrattrapable, fin de partie, Kingmaking.
Du choix dans les stratégies
Contrôle sur le déroulement : équilibre opportunisme / planification
Du mal à contrôler la partie

S'appuyant sur Betrayal at the house on the hill, sorti en 2004, Betrayal Legacy nous fait un numéro mécanique de funambule. Certains mécanismes (l'attaque, l'exploration à base de cartes événements) semblent un peu datés quand d'autres semblent plus modernes. Ne basculant jamais dans le trop lourd ou dans le trop léger, Betrayal Legacy propose un système intuitif à base de 1 déplacement par tour, plus une action de chaque mot-clé possible (une action manger, une action attaquer, une action parler, etc). Pour autant, l'exploration avant le début de la hantise manque de chien, de tension. On fait la course à l'équipement et les aléas de la découverte de tuiles (objet ou événement ? Événement positif ou négatif ?) peuvent (trop) fortement influer sur le cours de la partie. Nous avons commencé certaines hantises en sachant pertinemment qui allait gagner.

Cependant, certains mécanismes (The Helm !) viennent changer la perception du jeu, et ritualisent chaque session. Vraiment intéressant !



15
14
16
15,5
12,5

Photo du profil de Umberling

83%

L'avis de Umberling

Testeur Ludovox.fr

Publié le 26/09/2019

Surfant sur les traces de ses aînés, Betrayal Legacy propose une expérience thématique très forte. Le système de jeu, très accessible, manque à certains endroits de modernité, mais a le mérite d'être pliable à toutes les règles des hantises. Ces hantises sont véritablement le clou du spectacle de Betrayal, souvent surprenantes, toujours tendues. On passe "d'un bête jeu d'exploration" à de la confrontation, de la coopération, de l'espionnage. Rien que pour ces hantises, Betrayal Legacy vaut le détour, et si l'on est aficionado de fantômes et autres diableries de Nouvelle-Angleterre, on adorera très certainement l'expérience. Pour ma part, c'est une franche réussite que voilà, et que je me désespère de voir en français un jour.


  • Rejouable après la fin
  • Le côté expérience sociale
  • La thématique très fouillée
  • Customisation de l'expérience

  • Graphismes parfois pauvres
  • Matériel pas hyper qualitatif
  • La partie exploration qui ronronne
L'AVIS DES JOUEURS

0 avis pour ce jeu

Lire les avis

Connectez-vous

--%