up-iello-cnj-ok

Rentrée Iello au Centre national du jeu

L’éditeur Iello nous a gentiment invités à sa journée pro, qui se tenait lundi 29/09/14 au Centre National du Jeu de Boulogne-Billancourt, et on les en remercie bien. Dans cette journée, les professionnels du jeu pouvaient découvrir les nouveautés des éditeurs distribués par Iello  et de Iello lui-même.

Les éditeurs sur place assuraient explications de règles et, à partir de la fin d’après-midi, on a même pu jouer et tester des protos. Alors, qu’est-ce qu’on a vu de prometteur ? Ben pas mal de choses, hein, même trop pour écrire sur chacune.

Les deux premiers jeux de la gamme minimaliste de Iello, En route vers les Indes et Héros à Louer. Cette gamme va viser dans la boîte à moins de 15 euros, avec un prix annoncé aux alentours de douze, et insistera sur un matériel minimaliste tout en dispensant un jeu digne d’intérêt pour les gros joueurs.

On ne peut que saluer cette initiative : personnellement, les jeux de cinq kilos m’énervent un peu – surtout quand je dois les trimballer, en fait – et je me dis que c’est un créneau qui n’existe pas ailleurs. On attend Héros à Louer pour début novembre, et quant à En route vers les Indes, vous retrouverez la preview de Shanouillette ici.

Côté Iello, on a bien évidemment vu King of New York. On avait déjà vu KoNY à la GenCon, mais j’ai pu constater la variété des nouveaux mécanismes. KoNY est un King of Tokyo pour joueurs avertis, proposant des choix tactiques bien plus fins et plus cornéliens, tout en préservant l’esprit brutasse de King of Tokyo.

Et puis Patchistory, ce jeu de civilisation coréen, avec des enchères vraiment vicieuses et des mécanismes de gestion complets et agréables. Dans le genre pose d’ouvriers, on a aussi Un monde oublié, de Ryan Laukat, avec son style graphique très personnel et ses mécanismes assez originaux (l’héritage des soldats m’a pas mal surpris).

Voyez les impressions de Shanouillette ici. Mais également un Festival de Kingsport, un Theseus et une Bataille des Cinq Armées.

Bien entendu, les jeux familiaux nétaient pas en reste, avec Ugo, Robin, Konito Musik, Paf Muraille et autres.

Côté éditeurs distribués par Iello, il y avait profusion ! Impossible d’être exhaustif, encore une fois.

On a revu Fleet Commander, sur lequel nous avions fait une Pause de Midi, avec des figurines finales plus fines et plus classieuses que la version que nous avions testée… De toute beauté, vraiment. Mais Capsicum nous avait réservé une surprise en apportant Speakeasy ! L’ambiance Années Folles est toujours au top.

Mushroom Games nous a remontré son impitoyablement jouissif Time Masters, et un proto plutôt sympa à base de plateau tournants et de dés de combat.

On a aussi pu jeter un coup d’œil à l’extension Confrontation pour Titanium Wars, qui affine le jeu, et on a parlé avec l’éditeur de l’extension suivante, qui apportera des alliances cachées. Sans oublier son futur Clash of Clans ! Merci Euphoria Games !

Blue Cocker était dans la place avec son Medieval Academy (là aussi, Pause de Midi à l’appui) et un proto à venir au nom fort éloquent : Casting, autrefois connu sous le nom de Stéréotypes et Préjugés, lauréat du FLIP. On espère bien vous en reparler. À noter, Blue Cocker a sorti un goodie de son sac : un plateau supplémentaire pour Medieval Academy, avec une Galanterie alternative, et une face à rajouter : la Sorcellerie.

Origames présentait le reboot de Shaan, Shaan Renaissance, qui présente un univers de SF avec des shamans. Ouais, et le système de jeu aussi a l’air sexy.

Superlude porte vers nous un jeu de bluff japonais, Kobayakawa, dans lequel il faut être le plus faible, ou le plus fort, mais pas entre les deux.

Un nouvel éditeur faisait son apparition : Yoka Games. Issu des figurinistes de chez Tsume, les représentants de Yoka nous montraient un prototype de jeu coopératif dans l’univers du manga Naruto Shipuuden. On espère vous en parler bientôt !

Vraiment, on aura passé une super journée, découvert plein de jeux. Impossible de parler de tout ! On a hâte d’en tester plus !

King of New York était un peu le roi de la fête…

Laisser un commentaire