Gagnez avec le coup du héron dans Onitama

Quand je réfléchis aux différents jeux auxquels je jouais enfant, je me rends compte que les échecs tiennent une sacrée place. Du coup, j’ai toujours un petit faible pour les jeux d’affrontement à deux, plus ou moins abstraits. En particulier, Siam est un des petits favoris de ma ludothèque. Du coup, quand j’ai découvert Onitama un peu par hasard, j’avoue avoir accroché assez vite. Ce petit jeu qui nous vient du pays du soleil levant, signé Shimpei Sato, a été publié à l’origine par Conception, puis repris l’an passé par Igiari qui le rend facilement trouvable en France. Voyons voir s’il saura vous séduire aussi.

boite

La boîte, distinguée

 

Simple et élégant

« Simple et élégant » c’est le début du « sous-titre » du jeu (on y reviendra), c’est effectivement comme cela que l’on va décrire le jeu. Le terrain d’affrontement est un plateau de 5 cases par cases, et chaque joueur a 5 pièces dans son camp. L’une d’elles, le Maître, est un peu plus importante que les autres, car elle est intimement liée à la victoire ou à la défaite, mais sinon toutes se jouent de la même façon.

La victoire et la défaite justement : pour gagner, deux moyens (et donc deux moyens de perdre). D’une part, si vous « prenez » le Maître adverse (c’est-à-dire que vous amenez un de vos pions sur sa case), d’autre part, si vous amenez votre Maître sur la case de départ de celui de votre adversaire, c’est la victoire. Simple, non ?

Vous savez déjà presque tout sur les règles du jeu, à part comment on se déplace sur ce damier. En début de partie, on piochera 5 cartes parmi les 16 de la boîte. Les autres ne seront pas utilisées pour cette partie. Chaque joueur reçoit deux cartes et la cinquième est mise entre les deux joueurs.

Lorsque c’est son tour de jouer, le joueur actif choisit une des deux cartes devant lui, qui indique comment déplacer une de ses pièces. Chaque carte comporte une case noire qui montre le point de départ et des cases de couleur qui indiquent les destinations possibles. On déplace alors la pièce choisie sur une des destinations proposées. On échange la carte choisie avec celle placée entre les deux joueurs.

 cartes

Pendant la partie, les déplacements possibles vont donc passer d’un joueur à l’autre et, vous l’avez compris, utiliser une carte impliquant aussi qu’on la passera à notre adversaire. On y réfléchira toujours à deux fois lorsque l’on fera notre choix.

 

Ah, mon petit mot sur le matériel et le thème

La boîte est d’un format assez surprenant, fine et allongée, et plutôt compacte. Dans l’ensemble le style graphique est sympa et travaillé, donnant une identité au jeu, et j’aime beaucoup le fait d’avoir un tapis en néoprène comme plateau.

Par contre, je suis beaucoup moins fan des pièces, pas très jolies selon moi. Mais bon, les goûts les couleurs, tout ça… L’autre petit point gênant pour moi, c’est le côté « too much » des textes du jeu. Par exemple, la catchphrase ou le slogan si vous préférez : « Un jeu simple et élégant qui capture l’essence des arts martiaux ». « Un jeu simple et élégant » m’aurait semblé suffisant. Et on retrouve cette patte un peu partout dans la règle. Est-ce que je pinaille ? Oui. 

 

plateau

 

Pour ce qui est du thème, on essaie de nous faire passer une idée d’affrontements d’arts martiaux, notamment avec les textes dont j’ai fait mention plus haut. Je dois dire qu’il ne marche pas spécialement, mais ce n’est pas forcément très important. Le jeu pourrait être totalement abstrait, ce serait pareil. Bon, le tout permet quand même d’offrir une identité graphique sympathique, sans être transcendant, mais qui fait le taff’ comme on dit.

 

Des échecs en concentré ? 

Onitama-Couv-Jeu de societe-ludovoxJe vous le disais, les échecs ont une place importante dans mon « histoire » ludique. Ils ont un défaut important néanmoins, c’est qu’il est un peu long et difficile de s’y mettre. Les différences de niveaux sont vite importantes. Et c’est probablement ce qui me plaît dans Onitama, c’est que l’on trouve des sensations proches des échecs, mais de façon beaucoup plus accessible et avec des parties nettement plus courtes aussi. Attention, je ne suis pas en train de dire qu’on a là un jeu de la profondeur des échecs ! D’autant que ce serait une déclaration précipitée vu mon nombre de parties jouées. Ce qui rapproche les deux jeux, ce sont les sensations, la réflexion, le fait de prévoir X coups à l’avance, le contrôle du terrain. Les retournements de situations sont en plus tout à fait possibles, grâce aux deux modes de victoire.

La tension est très présente, car faire un mouvement avantageux, comme par exemple le Tigre qui permet d’avancer de deux cases, le rend disponible à notre adversaire, et il faudra être certain que l’avantage qu’on en tirera ne sera pas plus important pour l’adversaire. Il est ainsi possible de bloquer l’autre joueur en lui interdisant certains mouvements, mais au prix d’une diminution de nos possibilités. Parfois, battre en retraite est le meilleur coup qui s’offre à nous.

Il est à noter également que pour un joueur d’échecs, un des aspects du jeu qui peut déstabiliser est le fait que les « protections » sont temporaires. Je m’explique : je peux placer un de mes pions dans une position dangereuse, mais qui, s’il est pris par l’adversaire, entraînera immédiatement le fait que je prendrais à mon tour le pion adverse. On fera juste un échange au final, sauf que si jamais je joue la carte qui me permet de réaliser la carte pour un autre mouvement, mon pion n’est plus protégé et risque de se faire prendre. Encore un autre aspect à prendre en compte.

Le jeu aura à mon avis une bonne durée de vie. Les parties sont relativement courtes (15-20 minutes), et on aura envie de les enchaîner. De plus, les cartes sont suffisamment variées pour que chaque partie ait une physionomie particulière. Et si vous n’en avez pas assez, il existe une extension qui rajoute des cartes (mais non traduite à l’heure actuelle).

Bref, j’ai vraiment été séduit par ce jeu, que je recommande très chaudement.

 

Pub Tipeee grand format copie

 

 

1 Commentaire

  1. morlockbob 27/02/2018
    Répondre

    très bonne surprise et de suite une bonne place dans les jeux abstraits pour deux

    moi aussi j ‘aurais aimé des fig en bois (j’ai mis des krosmaster, c’est plus drôle)

Laisser un commentaire