Steffanie Yeakle et Marie Chaplet : rencontre avec Les Fées Hilares

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous faire découvrir deux véritables fées du jeu de société, un duo d’autrices, Steffanie Yeakle et Marie Chaplet. Ce binôme a vu son premier jeu édité par Goliath en 2011 mais vous l’avez peut-être croisé dernièrement autour d’une partie de Charlie Detective, bel opus coopératif paru chez Loki, conçu avec Théo Rivière (notre article).

Steffanie et Marie se sont initialement rencontrées autour d’une partie de Power, jeu édité par Spears Games/Mattel à l’époque, qui les a conduites à travailler ensemble et surtout à devenir amies. Depuis, le succès de Barbecue Party, suivi de Trap’TartineMalo Chiko, ou les livres-jeux Disparition à Paris/Venise/Londres, la création ludique est pour elles devenue une activité à temps plein, avec pas moins de 58 jeux ou livres déjà édités ou actuellement en cours de développement. 

Retour sur une carrière ludique déjà bien remplie et sur leurs futurs titres ! 
Voici les Fées Hilares.  

les fées hilares

Bonjour les fées hilares !

Bonjour Marilyne, ou devons-nous dire Shanouillette ?


Je réponds aux deux 🙂 ! mais parlez-moi de vous, quels sont vos parcours ? 

Steffanie : “Peu après mes études, j’ai décroché un poste en développement de produits pour Habourdin, au moment du lancement d’Atmosfear. J’y ai vécu des aventures incroyables, qui ont scellé mon amour pour ce métier et les gens qui le font. J’avais du mal à croire que j’étais payée pour aller à des salons jouer à des jeux. Sinon, j’ai une grande famille recomposée qui couvre une belle palette d’âges pour les tests, et les plus grands ont acquis un précieux sens critique. Quand je suis seule, j’aime lire de la SF ou de la fantasy, jouer aux jeux vidéo ou faire des choses de mes mains. Quoique par les temps qui courent il m’arrive de doomscroller.”

Marie : “J’étais partie pour être psychologue, et puis, en 5 ème année, au moment où j’allais me lancer dans cet univers de travail-là, je suis tombée sur cette formation des “Sciences du jeu” que proposait la fac de Villetaneuse à l’époque. J’ai eu cette espèce de flash, le truc qui te dit que c’est cette route là qu’il faut prendre. Alors j’ai commencé à travailler dans diverses ludothèques, à faire des animations terrain sur des festivals de jeux. J’étais là pour les premiers festivals de Cannes, où mon pire souvenir, ça a été d’animer “Déconnaissance”, le jeu de l’émission TV de l’époque ! Fallait être convaincue pour attirer le chaland sur de la grosse blague salace ! »   

 

Quand sa maîtresse lui avait demandé ce que je faisais comme métier, il a répondu : « Elle colle des gommettes avec sa copine. » (Marie)

 

Comment êtes-vous tombées dans le monde du jeu ? 

Steffanie : « Gamine, j’adorais les jeux. Après des études littéraires et un premier boulot en marketing, je cherchais du travail et cette petite annonce qui cherchait quelqu’un qui aime jouer et qui ait de l’habileté manuelle m’a parlée. Je n’ai pas hésité à parler de la semaine de vacances que j’avais investie à fabriquer une maquette de la Cathédrale de Chartres en papier. Cela m’a permis de décrocher l’entretien, mais je crois que c’est ma langue maternelle anglaise qui m’a permis d’avoir le poste. » 

Marie : « Petite dernière d’une fratrie de quatre, je saoulais tout le monde pour faire des parties de tout et n’importe quoi – à l’époque, il y avait peu de jeux édités, on jouait souvent, très souvent aux mêmes jeux. Après mon épisode ludothèques qui a duré 7 ans, je suis rentrée chez l’éditeur Mattel, grâce à Steffanie, où j’ai gravi tous les échelons du marketing. »

 

Quels sont vos jeux fétiches ? 

Steffanie : “Des jeux familiaux et faciles à sortir, en ce moment L’Auberge des Pirates, Dice Forge, Splendor, Codenames, les Escapes sous toutes leurs formes. Un jeu d’impro hilarant que j’avais kickstarté, Someone Has Died. Nos jeux ! Au feu les pompiers, Barbecue Party et Malo Chiko, Le Prince de Motordu ou même Shanghai Mahjong qui est sorti dans l’obscurité. Surprise au Poulailler, la chouette course coopérative éditée l’année dernière chez Nathan. Nos prochains jeux à sortir chez Loki, Janod ou Deux Coqs d’Or sur lesquels on a mis beaucoup de temps et d’amour.”

surprise-au-poulailler

Marie :”La belote, et surtout la coinche depuis que j’ai épousé le Sud. Beaucoup joué à Mysterium et Time Bomb ces derniers temps. Splendor aussi. Les jeux tournent pas mal chez nous. Et puis il y a Paul et la Lune, édité chez Haba en 2014, qui parle de mon fils, il est aujourd’hui trop grand pour y jouer, mais dès qu’un petit se pointe chez moi, on le sort avec plaisir ! »

paul et la lune jeu

Quelles sont les rencontres les plus marquantes que vous ayez faites dans le monde ludique ?

Steffanie : « Nous fréquentons ce monde depuis 30 ans, donc on a la chance d’avoir rencontré beaucoup de belles personnes. Une rencontre qui m’a marquée, c’est Isaak Volynsky, à l’époque responsable innovation pour Mattel. Spear était racheté depuis peu et je travaillais sur quelques jeux Barbie. J’imaginais le développement sur la poupée inintéressant : on lui change les tenues chaque année et hop. Et là, je rencontre ce monsieur, ingénieur aéronautique soviétique venu mettre son savoir au service de la poupée, avec des matériaux souples pour sa taille, des tissus qui changent de couleur au froid, etc. Si jamais j’ai dit “Barbie isn’t rocket science” eh ben je le regrette car ce monsieur est littéralement un rocket scientist. J’adore les horizons si divers d’où viennent les participants à notre univers. »

 

Avez-vous vu une façon particulière de travailler ensemble ? 

Steffanie : « À distance depuis toujours, ne partageant pas de bureaux, nous passions une journée par semaine ensemble jusqu’à ce que Marie épouse le Sud. » 

Marie : « Mon fils Thomas a très bien défini notre façon de travailler ensemble. Quand sa maîtresse lui avait demandé ce que je faisais comme métier il avait répondu “Elle colle des gommettes avec sa copine.” Tout était dit. »

barbecue party sculpt

« Barbecue Party, avec ce que j’avais sculpté pour briefer les légumes à l’illustratrice, comparé à la version de production » (Steffanie)

 

Avez-vous des approches complémentaires ?

Steffanie : « Nous sommes très complémentaires. L’une échafaude une idée tarabiscotée. L’autre essaie de la coucher sur le papier, d’en tirer du concret. On démolit. On rebâtit. L’une prototype pour tester déjà avec notre famille, l’autre teste avec les écoles et centres autour de nous. Et puis on présente à un ou plusieurs éditeurs. »

 

Comment s’est passé le développement de Détective Charlie avec Théo Rivière ? Comment est né le jeu ?

Steffanie : « Super bien, il faut le dire. C’est notre premier projet avec Loki et nous avons été bluffées par le soin qu’ils apportent à leurs jeux. Concrètement, nous avions un projet à l’examen chez Loki – qui a abouti et part bientôt en production pour une sortie au printemps 2021 – et au cours d’un rendez-vous nous avons partagé notre plus récent ouvrage, le livre-jeux “Disparition à Paris” qui combine une trépidante histoire et plus de cent énigmes (ont suivi Disparition à Londres en 2018 et en octobre 2020 Disparition à Venise !). Et lorsque Théo Rivière et Loki ont eu envie de faire entrer des personnes sur le projet pour écrire des scénarios, la cheffe de projet nous a proposées.

detective charlie jeu boite ludovox


Nous avons proposé la liste d’animaux avec leurs métiers, et les lieux pour créer l’univers. Et nous avons été très heureuses de voir qu’avec Théo nous étions 100% sur la même longueur d’ondes d’un univers positif et inclusif. Nous avons eu une très grande liberté sur les histoires que nous avons écrites, la contrainte c’était vraiment celle des capacités d’un enfant jeune lecteur. »

Marie : “LE vrai bonheur, c’est d’avoir pu monter une histoire entière autour de tailles de slips.”

histoire de slips

Une carte Détective Charlie qui illustre cette histoire de slips !

 

Pouvez-vous nous parler des phases de tests avec les enfants ? 

M & S : « Loki en a conduit beaucoup, ils ont d’excellentes relations avec les écoles. De notre côté, nous avons aussi testé, Steffanie par exemple à l’R de Jeux et Marie en ludothèque et en école. Au-delà de l’attrait pour le jeu, nous voulions surtout tester que les énigmes étaient “faisables” et que le niveau de langage et la quantité de texte étaient les bons pour un enfant de 7 ans. Donc nous avons écouté beaucoup d’enfants de 6 à 8 ans lire nos textes. »

 

Splash lama, Barbecue party… Comment naissent vos idées d’action games et comment les travaillez-vous ? 

Marie : « Nous essayons de trouver des objets / moments du quotidien : Barbecue Party ou le petit déjeuner avec Trap’Tartine ou des moments importants du développement de l’enfant comme la peur du loup avec Malo Chiko. Ensuite, on bricole des maquettes avec des ficelles et de la pâte à modeler pour trouver la mécanique. Barbecue Party, au début, c’était un Mikado avec des nouilles souples. Puis c’est devenu un culbuto, avec une maquette faite d’une assiette en carton sur une demi-sphère en papier alu et des pinces à cornichon, avec des légumes en fimo light, avant de finir avec cette grille posée en équilibre instable sur un ressort pour laquelle un maquettiste anglais a fait le prototype. Parfois Steffanie travaille en 3D sur Tinkercad, un logiciel super simple. Parfois, on a travaillé avec des fabricants de maquette en Chine. »

 

marie fées hilares

« Marie explique l’un de nos jeux au salon de Choisy-le-roi »

 

 

Un mot pour les autres femmes du monde du jeu ? 

M & S : « Nous ne nous sentons pas légitimes pour délivrer un message aux autres femmes du monde du jeu. Nos carrières en entreprise se sont déroulées dans un univers très masculin, mais nous n’avons pas forcément ressenti que notre genre nous empêchait d’avancer. Aujourd’hui, en tant qu’autrices nous avons suffisamment de jeux édités voire à succès pour être reçues par les éditeurs que nous voulons rencontrer. Mais notre porte est ouverte à tous ceux et toutes celles que nous pouvons aider, particulièrement d’autres femmes du monde du jeu. » 

 

Quels sont les jeux dont nous sommes les plus fières ?

M & S : « Nous n’avons pas d’enfant préféré ! On est super fières du boulot qu’on a fait sur Détective Charlie et à chaque fois qu’on lit une critique qui apprécie l’univers ou les histoires, ça nous réchauffe le cœur. Mais ce n’est pas notre concept. Forcément, on a été très fières de nos deux Grand prix du Jouet avec Trap’Tartine et le Prince de Motordu.

Disparition-a-Paris

Livre-jeu paru chez Deux Coqs D’or

 

Les trois livres Disparition à Paris, Londres et Venise nous en sommes super fières aussi parce que nous avons dû nous réinventer, faire des trucs qu’on ne savait pas faire, sauter dans l’inconnu. Nous n’avions jamais écrit de roman, pourtant nos histoires paraissent suffisamment vraies pour que des ados nous demandent s’il y a réellement une trappe au pied de l’Obélisque place de la Concorde ! Et on a créé à chaque fois des énigmes au maximum logiques avec l’histoire. D’après les critiques sur les sites marchands, les gens semblent aimer !

Prince de Motordu

Ce projet est né le jour où Deux Coqs d’Or nous a contactées, ayant vu notre travail sur le jeu du Prince de Motordu (un autre projet qui nous tient bien à cœur). Et si nos clientes chez Nathan nous ont demandé de faire un jeu Prince de Motordu, nous imaginons que c’est parce qu’elles étaient contentes du travail que nous avions fait pour elles sur la gamme de jeux de cartes : Blanche Neige, La revanche du Chaperon Rouge, Au Feu les Pompiers, etc (nous en avons fait douze pour cette gamme, plus deux jeux éducatifs en 2019 : Sel ou Piment et 1, 2, 3.. Tomate !).

au-feu-les-pompiers

Nous travaillons régulièrement à partir de commandes d’éditeur, et nous avons l’impression que ce que les gens apprécient c’est que nous avons à la fois un grain de folie et très peu d’égo. Est-ce notre côté fées plutôt que princesses ?

En fait, c’est de ça que nous sommes les plus fières, que des éditeurs et des éditrices nous fassent confiance et nous passent commande de jeux, de livres et de concepts qui restent encore à inventer, et nous, on est au taquet pour les faire ! »         

 

Et que préparez-vous justement ? 🙂 

M & S : « Maintenant que Détective Charlie est en magasin (en lui souhaitant un très beau succès !), nous regardons vers le printemps prochain quand est programmée la sortie de deux de nos projets chez Loki. Team Story, le jeu pour construire une histoire à plusieurs, mais où il faut bien écouter pour gagner ; et Magic Market, une brocante pour acheter et vendre des objets magiques. Les derniers détails sont en train d’être finalisés et c’est vraiment un plaisir de travailler avec cette équipe. Le processus de développement montre bien l’amour et le respect qu’ils ont pour les projets, pour l’illustration, pour les joueurs et les auteurs. »

 

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ? 

M & S : « Les joies de l’amitié et beaucoup d’autres jeux édités, avec ou sans slips. » 

 

Merci pour votre temps ! 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

   

2 Commentaires

  1. morlockbob 22/09/2020
    Répondre

    sympathique comme tout ce genre de mise en lumière

Laisser un commentaire