Libellud racheté par Asmodee

À l’heure où l’on annonce qu’il se vend un jeu de société par seconde, le groupe Asmodee, détenu par PAI Partners depuis 2018 (alors valorisé à 1,2 milliard d’euros), poursuit sa politique de croissance externe à coup de rachats ciblés. 

Nous y faisions référence dans l’E.D.I.T.O. de novembre sans pouvoir tout dire à haute voix : suite au dernier Essen, des grands rachats francophones par le géant Asmodee donnaient à beaucoup d’acteurs et d’observateurs un petit goût de « page qui se tourne » non sans une certaine nostalgie. Quelques mois plus tard, nous y sommes. Après le site Tric Trac, puis l’éditeur Repos Prod, voici désormais la maison Libellud qui rejoint le giron du groupe dirigé par Stéphane Carville depuis 2012. 

Aasmodee--NEWS-ENCART--Ludovox-jeu-de-societe-OK

Chez les ludistes, Libellud, fondé en 2008 par Régis Bonnessée, est un nom qui rime avec exigence et originalité, ce depuis leur tout premier titre édité, Dixit, écoulé depuis à plus de 6 millions d’exemplaires à travers le globe. Un succès à la fois fulgurant et pérenne (avec de nouvelles cartes chaque année durant 10 ans) qui resta jusqu’ici, par fidélité, distribué par Paille Edition, pour qui cette vente était d’ailleurs essentiel. Le rachat par Asmodee a donc des répercussions en plusieurs bandes (notre news sur Paille : on fait le point). Cela étant dit, Libellud n’en n’est pas resté à Dixit, loin de là. Mysterium, One Key, Obscurio, Shadows-Amsterdam, Loony Quest, Seasons, Dice Forge, Obscurio… sont autant de jolis succès, tous distribués chez Asmodee.

 

« Asmodee a accompagné depuis nos débuts notre croissance, dans le plus grand respect des valeurs qui sont les nôtres. C’est donc aujourd’hui avec fierté que Libellud rejoint cette grande famille du jeu, avec à la clef le développement de projets toujours excitants. » Régis Bonnessée, fondateur de Libellud

 

Les nominations aux prix les plus prestigieux s’accumulent avec la régularité d’un papier musique. Une patte Libellud se démarque, des gammes se fondent, un genre s’installe, celui des jeux de communication par l’image. En , un studio indépendant de jeux vidéos, Libellud Digital, est également créé. L’an dernier l’éditeur lançait aussi une fondation d’entreprise. La PME attire les meilleurs game designers, graphistes, ingénieurs informatique and co, sur le centre-ville de Poitiers, avec, fait suffisamment rare pour être souligné, plus de la moitié des employés constituée de femmes (parmi elles, vous connaissez probablement Maëva Da Silva, art director, qui a par ailleurs illustré des jeux comme When I dream, Vikings on Board, Deus…). 

cover Libellud fondation news

Le chiffre d’affaires de l’éditeur s’élevait à 9.5 M€ en 2019.

 

Mathieu Aubert à la tête de Libellud

image-Mathieu-Aubert

Mathieu Aubert, désormais à la tête de Libellud

 

Après une trentaine de rachats et un chiffre d’affaires qui a dépassé les 550 millions l’an dernier, Asmodee continue donc de développer son catalogue de grandes propriétés intellectuelles et son panel de forces vives. Comme ce fut le cas pour Repos Prod, ce rachat signe un changement à la direction. Régis Bonnessée s’en va vers de nouveaux projets ludiques dont nous suivrons l’actualité avec intérêt, et Mathieu Aubert, auteur de Shadows Amsterdam (et aux côtés de Régis Bonnessée depuis plus de cinq ans) reprend les rênes de la compagnie aux ailes pétillantes. 
 

À lire aussi : Asmodee et la conquête des autres secteurs culturels 

 

 

   

Laisser un commentaire