Gale Force Nine annonce Dune: Betrayal, un jeu de déduction sociale

Frank Herbert était-il joueur ? En tout cas, cette année, on peut dire que l’industrie ludique pense bien fort à lui. Et oui ! Encore un nouveau jeu dans l’univers de Dune vient d’être annoncé, du côté de Gale Force Nine, l’éditeur à l’origine du retour du jeu de société culte Dune*, le seul jeu sur la saga auquel on a eu droit durant des décennies, et encore, difficile à trouver. Maintenant que la licence est exploitable, on peut dire que le retard est en train d’être bien rattrapé. Après tout, l’épice doit couler. 

(et de son spin-off simplifié)

 

Aux manettes créatives cette fois-ci, Don Eskridge, fan de Dune au demeurant, auteur spécialisé dans les jeux de déduction sociale, en particulier connu pour The Resistance, sa suite Avalon

Êtes-vous loyal envers la noble Maison Atreides ou un agent secret de la perfide Maison Harkonnen ?

Voici donc, dans la même veine, Dune: Betrayal où 4 à 8 joueurs incarneront des personnages de la saga, qu’ils soient de la Maison Atreides ou de la Maison Harkonnen, avec chacun une capacité particulière et unique. Dans Dune: Betrayal les joueurs de la Maison Atreides tentent de trouver les agents secrets Harkonnen cachés dans leurs rangs, et doivent attaquer et éliminer leurs adversaires avant que leurs propres nobles ne soient éliminés par les traîtres. À vous de percer à jour l’identité des autres joueurs, de vous protéger de leurs attaques, et de vous allier aux bonnes personnes. « Dans les derniers rounds de la bataille, vous devez faire confiance à votre instinct » peut-on lire sur la description officielle du jeu.

Le gameplay est donc proche en termes de sensations des précédents hits Resistance & Avalon, mais l’auteur assure qu’il propose plus de tactique : « Dune: Betrayal comporte une tonne de déduction sociale, mais avec beaucoup plus de tactique. Le joueur doit prendre des décisions plus petites mais importantes à chaque tour, et chaque décision affecte indubitablement l’issue de la partie. Dans Resistance/Avalon, le résultat du jeu se résume à quelques moments de confiance ; dans Dune, vous devrez prendre une demi-douzaine de décisions, voire plus, qui auront toutes une incidence sur le résultat. Chacune d’entre elles est importante, et c’est à vous de convaincre (ou de piéger) vos amis de prendre la bonne décision. » explique-t-il dans une interview donnée à dunenewsnet.com. 

 

« J’étais et je suis toujours un fan de la série originale ! J’ai lu les six livres de Frank Herbert il y a des années, et j’ai été fasciné par l’univers depuis. La possibilité de créer ce jeu, de plonger dans un univers complet et en pleine expansion, plein de bizarreries et d’inspiration, est géniale. J’aime que la série évolue de façon si étrange à chaque livre ; les personnages changent, et l’univers aussi. J’espère qu’en s’engageant dans Dune: Betrayal, les joueurs trouveront des évolutions similaires dans leurs tactiques et leur stratégie. » déclare-t-il. 

Dune: Betrayal sortira aux US en octobre au prix de 25 $, aux alentours de la date de sortie du film de Denis Villeneuve qui donne les illustrations au jeu. Comme toujours, nous vous tiendrons au courant de sa potentielle localisation dans une mise à jour de cette news. 

 

 

   

2 Commentaires

  1. Fritz the Cat 06/08/2021
    Répondre

    En fait, il eu aussi, en plus du vieux jeu de société d’Avalon Hill, un jeu de rôle (chez Last Unicorn Games) qui n’eu que le bouquin de règle (la boite a coulé lors de sa sortie) et un jeu de carte à collectionner (du même éditeur), tout deux jamais traduit et très difficile à trouver. C’est cool que la licence revive enfin, espérons qu’il n’y aura que du bon =^-^=

Laisser un commentaire