À QUOI TU JOUES ? SPÉCIAL FIJ 2020 [5] Roméo et Juliette, Genius Square, Dans les Cordes, Mystery House, Ghosted, The Loop, Arackhan Wars, What’s Missing, Dragomino, Reload, Lucky Numbers, Midnight Exchange, Quetzal, Ramen Ink

C‘est le dernier volet ! Mais c’est du fat !

Dans ce cinquième épisode un peu spécial nous allons vous parler de jeux de société édités, mais aussi de quelques prototypes en cours d’édition que notre équipe a pu découvrir lors du dernier FIJ.

Nous vous parlerons ainsi du futur KS de 7th Citadel, le prochain coopératif à suivre avec Roméo et Juliette, le jeu abstrait Genius Square, le jeu de boxe Dans les Cordes, l’escape game Mystery House, le proto prometteur Ghosted, The Loop qui divise, le jeu d’affrontement Arackhan Wars, le jeu de dessin What’s Missing, du petit Kingdomino avec Dragomino, le futuriste Reload, le retour des Lucky Numbers, encore du Wil et Marie Fort avec Midnight Exchange, mais aussi Quetzal qui se prépare chez Gigamic, et enfin, pour les amateurs de cuisine asiatique, Ramen Ink.

 

 ROMEO ET JULIETTE ⭐⭐⭐

Par Fouilloux

Quoi ? Un jeu à deux dans lequel il va falloir que Roméo et Juliette se rencontrent pour faire triompher l’amour à la place de la haine !

roméo-et-juliette-boite-ok

 

Comment ? Dans ce jeu coopératif pour deux joueurs, chaque joueur va diriger une des deux familles : les Capulet ou les Montaigu. À chaque tour, chaque joueur choisira secrètement de déplacer un personnage sur un des lieux du plateau. Si Roméo et Juliette sont sur le même lieu, l’amour progresse, mais si des personnages des deux familles se rencontrent et c’est alors la haine qui progresse. Bien sûr, les lieux et les personnages auront des effets spéciaux, et on aura la possibilité de communiquer, un tout petit peu, pour se mettre d’accord.

romeo-et-juliette-jeu-de-societe

Alors ? L’édition de toute beauté du jeu n’est pas là pour masquer un jeu moyen. Le jeu dans son intention me semble tout à fait coller au thème : les deux joueurs vont devoir se coordonner, mais sans vraiment se parler ouvertement. Il va donc falloir se mettre à la place de notre partenaire pour deviner quel déplacement il peut faire ce tour-ci, et même quel serait le meilleur…
Bien sûr, les joueurs ne seront pas toujours d’accord avec la stratégie à adopter, mais pas facile de débattre quand on ne peut échanger que quelques mots. On retrouve un peu l’ambiance et les sensation Kreus du même auteur Julien Prothière (qui a travaillé ici avec Jean-Philippe Sahut), mais avec encore moins de communication.
Le jeu propose plusieurs niveaux, je recommande aux joueurs chevronnés de ne pas commencer par le premier qui sera peut-être trop facile pour eux.

Un jeu de Jean-Philippe Sahut, Julien Prothière
Illustré par David Cochard
Edité par Sylex édition
Distribué par ATALIA

 

7TH CITADEL ⭐⭐⭐

Par Fouilloux & Shanouillette

Quoi ? La “suite” du 7ème continent. On garde grosso modo la même mécanique au centre du jeu, mais cette fois nous partons sur un jeu d’aventure plutôt qu’un jeu de survie. On aura donc désormais une carte à explorer, mais aussi une gestion de campement et un arbre de compétences. 

cover_7thcitadel_news

 

Comment ?  Il va s’agir d’un jeu dans lequel nous allons explorer un paysage qui va se découvrir devant nous petit à petit, avec des cartes qui vont former progressivement le territoire du jeu sous nos yeux.
On incarnera chacun un personnage qui vient avec son paquet de cartes uniques (en gros on a tous les mêmes options, mais selon notre perso on est meilleur dans telle ou telle action), il y aura quelques énigmes (gare aux sombrecourges !), des rencontres, etc. Les actions sont pilotées par une mécanique de prise de risque qui nous fera nous fatiguer plus ou moins vite selon les risques que l’on prend. Parfois le jeu nous amène vers des choix, des embranchements. Chaque scénario, appelé Menace, est présenté par un livret qui raconte nos péripéties. Parfois on va pouvoir interagir de manière différente avec les personnages, ou le terrain, et on résout la situation en lisant un chapitre sur un petit livret à la façon d’un livre dont vous êtes le héros. Vous aurez même des dialogues à lire au cours desquels des choix impactants devront être faits. Le titre recèle plein d’autres surprises dont on reparlera à l’occasion. 😉

 

 

Alors ? Je n’ai pas trop aimé le 7th Continent. Voilà, c’est dit. Et bien je vais jeter un œil à celui-ci lorsqu’il sera en financement. En effet, la plupart des défauts que je reprochais au précédent opus semblent ici gommés : plus de die and retry, plus de survie. De l’aventure cette fois. De la vraie coopération, puisque chacun aura un personnage vraiment différent, des interactions avec d’autres personnages et surtout une aventure qui ne nous fera pas recommencer à zéro parce qu’on a perdu, ce qui me gênait beaucoup dans le jeu précédent.
Ah, et le thème. Celui-ci déroule un monde fantastique imaginé de toutes pièces, assez sombre, mais, nous dit-on, avec un focus sur le thème de la renaissance… De l’espoir donc. Est-ce que ça fait pas un peu plaisir pour une fois ?

7th-citadel-jeu-carte
Ce monde est visualisable grâce à la map qui rappelle nos meilleurs livres med-fan – et bourrée de références. Il sera possible d’envoyer des éclaireurs pour aller explorer telle ou telle zone de la carte. Si nos éclaireurs reviennent, nous ajouterons la connaissance acquise de ces lieux grâce à de nouvelles cartes mises en jeu. À côté de ça, il sera possible d’établir des campements, qu’il faudra défendre et entretenir. Vous vous en doutez, ces campements serviront de points de départ pour nos explorations. Autre nouveauté, un arbre de compétences généreux qui permettra à nos personnages de développer de nouvelles habiletés au fur et à mesure de la campagne.
Bref, ce 7th Citadel est un jeu mécaniquement très inspiré de 7th Continent tout en étant une proposition différente, axée sur l’exploration, avec plus de narration.
On va suivre ça de près !  En attendant, vous avez l’itw de l’un des auteurs qui vous présente tout ça par ici.  

Un jeu de Bruno Sautter, Ludovic Roudy
Edité par Serious Poulp
Langue et traductions : Anglais, Français
Date de sortie : 2021

 

THE GENIUS SQUARE ⭐⭐

Par MeepleCam

Quoi ? The Genius square est un jeu 100% abstrait. Ne cherchez pas un thème, il n’y en a pas. On est sur une variante de Tetris où on va placer des formes sur une grille le plus vite possible. 

Genious Square

 

Comment ? Chaque joueur dispose d’une grille, sur laquelle tout le monde va bloquer les mêmes cases selon des abscisses et des ordonnées. Tout le monde joue avec la même grille de départ et les même formes tetris-like. Le premier qui remplit sa grille gagne la manche. 1,2,3, partez !

Alors ? The Genius square est le genre de jeux qui s’explique en quelques secondes (voire qui n’a pas besoin d’explication, on comprend rien qu’en visualisant le matériel), et qui est complètement addictif. Mes joueurs se sont rués sur les places libres autour du jeu, et, une fois les grilles définies, c’est parti pour quelques minutes où chacun essaie frénétiquement de finir sa grille en premier. Le tout avec des “Ah non, il me reste une place et elle ne rentre pas”, “Mais je me suis trompé”,”Finniiiiii, prem’s !”.

the-genius-square-ludovox-jeu-

Une fois terminé, on recommence une fois ou deux avant de reprendre son chemin vers un autre jeu, mais avec une bonne envie de remettre ça un peu plus tard. Le jeu parfait “d’entre deux parties d’autre chose”.

 

DANS LES CORDES  ⭐⭐

Par Atom

Quoi ? Dans les cordes est un jeu de cartes pour deux joueurs qui nous propose d’incarner deux boxeurs : Lewise et Karpentier. Il faudra se battre le temps d’un round rythmé par le gong ou par KO si l’on arrive à descendre les points de vie de l’adversaire à zéro. L’ami Morlock en parlait déjà ici

 

Dans les cordes chevre edition ludovox

 

Comment ? Nous avons notre carte personnage avec nos marqueurs d’énergie et de vie à fond. Quand c’est notre tour, nous pouvons jouer des cartes (et dépenser de l’énergie) pour exploser le pif de l’adversaire, mais il peut, s’il a une carte de riposte, soit parer soit contre-attaquer. Mais bien entendu tout coûte de l’énergie. Sans énergie on ne peut plus rien faire et le KO n’est jamais loin. Heureusement on peut cracher c’est-à-dire jeter des cartes pour remonter son énergie.

Chaque tour on devra donc soit temporiser pour reprendre un peu d’énergie, soit engager les hostilités, mais quand on commence à maîtriser le jeu on sait qu’il faut garder un peu d’énergie pour éviter le KO. On sait aussi garder quelques cartes puissantes pour les asséner au meilleur moment. On arrive très rarement au bout des 3 gongs, la plupart du temps c’est le KO qui survient. 

jeu-dans-les-cordes

Alors ? Dans les cordes est un petit jeu de cartes qui ne paie pas de mine, mais qui s’avère efficace et sait aller à l’essentiel. Les illustrations de Mickaël Ravin sont de type manga et me font penser à Ashita no Joe (illustrations de Tetsuya Chiba), elles sentent la sueur et l’effort ! Idéal pour jouer dans les transports, sur une tablette de train par exemple.

Un jeu de Léo Blandin
Illustré par Mickaël Ravin
Edité par La Chèvre
Distribué par MAD Distribution

 

MYSTERY HOUSE ⭐⭐

Par Fouilloux

Quoi ? Une sorte d’escape game en « 3D ». Vous avez 60 minutes pour sortir du manoir hanté. 

mystery house jeu cranio

 

Comment ? J’ai déjà tout dit, non ? 😉 Il s’agit d’un escape game, dont le support est une maison en 3 dimensions, calée dans la boite du jeu. Ouvrir une porte voudra dire enlever une languette qui vous bloque la vue, pour découvrir de nouvelles « pièces ». Vous pouvez voir à quoi ça ressemble dans cette vidéo ou lire le retour de Shan par ici
Une application nous permet de rentrer les codes et les réponses aux énigmes, et nous guidera pour savoir quels sont les éléments que l’on fouille et que l’on assemble. Si vous faites un mauvais choix, l’application vous sanctionne avec une pénalité de 30 secondes. Deux scénarios dans la boîte de base, mais d’autres sont déjà prévus.

Mystery House JEU

Alors ? J’ai essayé un scénario de démo, avec 3 inconnues qui ont été très sympathiques. Bon, je suis assez séduit par l’idée, le côté 3D me plait pas mal, ça apporte un plus en matière d’immersion. Par contre, je suis plus dubitatif sur les énigmes, pas très fouillées et pas forcément cohérentes. Il y avait également des erreurs de traduction dans l’appli. Sur un scénario présent dans la boîte du jeu, j’aurais été très sévère. Dans ce cas présent, je réserve mon avis avant d’avoir joué à un des scénarios “réel” et non une simple démo. Bientôt un article plus complet sera dispo sur le site, par l’ami Grovast. 

Un jeu de Antonio Tinto
Illustré par Alessandro Paviolo, Daniela Giubellini
Edité par Cranio Creations

 

GHOSTED ⭐⭐⭐

Par Atom

Quoi ? Un prototype en impression 3D imaginé par Amine Rahmani et Phil Vizcarro, où les joueurs sont des petits fantômes qui doivent traverser la chambre (le plateau) pour aller de l’autre côté. Attention à ne pas être vu à travers le trou de la serrure, pouf on serait renvoyé chez nous. Mais on peut se cacher derrière les meubles qui parsèment le plateau de cette chambre sacrément en bazar… Le but du jeu est d’être le premier à atteindre les 7 points de victoire. 

ghosted02 

Comment ? Chacun notre tour nous lancerons les 4 dés, 3 qui permettent de déplacer nos fantômes et 1 qui permet de déplacer un des meubles (soit pour nous cacher, soit pour au contraire révéler la place d’un adversaire… gniark). Un fantôme qui arrive de l’autre côté c’est 1 pt, mais vous gagnerez 3 points si vous fusionnez deux fantômes en un seul (et qu’il arrive au bout). Chaque fin de manche un joueur pourra déplacer la serrure et regarder à travers pour découvrir les fantômes.

Ghosted01

Alors ? Ghosted est un jeu pour enfants (et grands enfants) très amusant, on essaie de se planquer derrière les objets du quotidien, une étagère, un lit, une baignoire, etc. Mais d’où va venir le regard scrutateur ? Dois-je prendre le risque de fusionner ? Qui va bouger la serrure ? Est-ce que je suis bien caché ? Pour le moment ce n’est qu’un prototype avec du matériel en impression 3D. Nous l’avons essayé entre adultes, mais j’ai hâte de voir une version finale et d’y jouer avec les enfants. Pour moi (et pas que moi) un coup de cœur du salon.

Un jeu de Amine Rahmani, Phil Vizcarro

 

THE LOOP  ⭐/⭐⭐

Par MeepleCam

Quoi ? The Loop est jeu coopératif de Théo Rivière et Maxime Rambourg qui en est encore au stade de prototype, quoique très avancé. Les joueurs incarnent des voyageurs spatio-temporels qui vont tenter de contrer l’infâme docteur Foo, en fermant des brèches d’espace-temps, détruisant des clones pour finalement réduire à néant la machine de ce machiavélique docteur.

Comment ? À chaque tour, les joueurs doivent jouer une carte de leur main pour faire des actions sur le plateau de jeu. Ces actions consisteront à se déplacer, déplacer les clones ennemis en vue de les détruire, et réussir les objectifs permettant de fermer des brèches. Bien sûr, rien de cela ne sera facile car des calamités arriveront avant le tour de chaque joueur, grâce en particulier, à une tour à cubes qui répartira sur le plateau nos prochaines épreuves. Nos explorateurs seront aussi limités par leurs cartes : Une à choisir parmi trois en main seulement. Il faudra vite récupérer des cartes plus efficaces, permettant de faire quelques combos salutaires.

The Loop

 

Alors ? (MeepleCam) D’ordinaire, j’aime les coop experts, mais je ne suis pas du tout rentré dans ce jeu-là. Ni dans le thème, ni dans la mécanique. Le jeu se veut justement très mécanique, orienté joueurs confirmés, avec une gestion de main de cartes à maîtriser. Mais je ne me suis jamais senti l’âme d’un voyageur spatio-temporel, ni n’ai eu l’impression de voyager dans différentes époques. Or l’immersion dans le thème m’est très importante, particulièrement dans un jeu coop de cet acabit. Les illustrations cartoons, mais old school ne m’y ont pas aidées. La mécanique ne m’a pas parlé non plus, même si on sent une courbe de progression évidente. Se déplacer, enlever du clone, mettre des cubes à droite à gauche m’a laissé une impression de froideur. La limite des 3 cartes en main, restreignant mes actions, a achevé ma frustration. On ne peut pas tout aimer.

Alors ? (Natosaurus) : Grosse pression pour empêcher le Dr Foo de détruire l’espace temps dans ce card driven coopératif. Heureusement, on sait comment faire : il suffit tout simplement de renvoyer les clones du Doc dans leur époque. Faire un ‘loop’ (réactiver des cartes) pourrait bien être fort utile. C’est tendu, mais les règles sont fluides, les cartes que l’on va récupérer dans les différentes époques sont marrantes (attention à la Currywurtz périmée quand même), l’univers graphique aussi fou que le thème. Qui n’a pas envie d’aller réparer l’espace-temps à coup de sparadrap ?

Un jeu de Maxime Rambourg, Théo Rivière
Edité par Catch Up Games

 

ARACKHAN WARS  ⭐⭐

Par Atom

Quoi ? Un jeu de cartes d’affrontement en un contre un. Chaque joueur possède son deck de cartes avec ses forces et faiblesses, le but du jeu étant d’avoir le plus de contrôle sur la zone du jeu au bout des 9 rounds que constitue la partie.

arckhan

Comment ? Chaque joueur va constituer sa main de départ, et puis va dans l’ordre du tour de jeu, poser ses cartes sur la zone de jeu, toujours de manière adjacente à une carte déjà présente. Puis, on révèle les cartes et le joueur dont c’est le tour possède l’initiative et peut déclencher les hostilités et jouer ses cartes dans l’ordre de son choix. Deux cartes adjacentes vont se combattre : les unités ont une valeur de force et une valeur de bouclier, pour détruire une unité il faut donc dépasser la valeur du bouclier.

Mais ce n’est pas tout, chaque joueur aura des cartes qui donneront un bonus aux cartes adjacentes du joueur. Ou bien des malus à l’adversaire. À nous de bien les disposer. Comme Magic nos cartes ont des mots-clés : mouvement pour se déplacer, initiative pour prendre l’initiative, vol, des attaques à distance, des attaques groupées…

jeu-AracKhan-Wars

Alors ? On ressent immédiatement la filiation avec Magic The Gathering, les mots-clés, l’attaque, la défense… mais là où ce titre se démarque, c’est sur le fait que nous jouons sur un plateau et que le placement est aussi important que les cartes elles-mêmes, un peu comme dans Summoners Wars, l’aspect contrôle de territoire est central.
On tente des coups de bluff, parfois des coups de force pour éviter que l’adversaire se développe, ou au contraire on va préparer une stratégie de long terme. Il existe 4 decks avec chacun ses particularités, le deck rouge est très agressif, le bleu plutôt défensif, le vert propose quelques mécaniques de contrôle, etc. J’ai beaucoup aimé, j’aimerais bien retenter l’expérience ! Si l’aventure vous tente, vous pouvez essayer la bête sur Tabletopia.

Un jeu de Mickaël Bour, Robert Palmer
Edité par Nothing But Dreams

 

WHAT’S MISSING ?  ⭐⭐

Par Fouilloux

FR_WHATSMISSING_Box3DRight_Final-1024x1024

Quoi ? Un jeu de dessin où l’on dessine tout, sauf ce que l’on cherche à faire deviner.

Comment ? Chaque joueur pioche une carte sur laquelle est représentée ce qu’il va devoir faire deviner. Il va la placer sous un calque et dessiner tout ce qu’il y a “autour”: pour un chien par exemple, on fera la niche, une écuelle, son maître avec sa laisse, etc. Puis, on enlève la carte, on ne montre que le calque et les autres joueurs devront deviner la carte en question.

what-s-missing-jeu-ludovox

Alors ? On a là un petit jeu de dessin sympathique et original, sans être transcendant non plus. La phase de déduction qui se déroule en simultané ne m’a pas trop convaincu. Mais si vous aimez les jeux de dessin genre Esquissé, aucune raison que cela ne vous plaise pas ! Si on me le propose j’y jouerais avec plaisir, mais sans le proposer moi-même. Avec le bon public, vous devriez passer un moment sympathique. 

Un jeu de Florian Sirieix
Illustré par Shanshan Zhu
Edité par Ludonaute
Distribué par Blackrock Editions

 

DRAGOMINO ⭐⭐

Par Natosaurus

Dragomino jeu de societe j2s enfant

Quoi ? Simplification à l’extrême du jeu Kingdomino afin de le rendre accessible dès 5 ans.

Comment ? Une fois Kingdomino épuré, il reste un jeu de dominos sans contrainte de pose. On choisit parmi les 4 dominos tirés, on le pose comme on veut, mais si les paysages correspondent bien, on obtient un œuf de dragon de ce type de paysage que l’on choisit mais face cachée. Soit c’est un dragon et ça fera 1 PV, soit c’est un œuf cassé, pas de PV mais on devient premier joueur (et on replace l’oeuf face cachée).

dragomino-jeu

Alors ? Les règles sont très faciles : tu choisis un domino et tu le mets où tu veux. Voilà, joueur suivant. Un moment l’enfant comprendra que s’il place son domino de façon à ce que les paysages s’assemblent il en gagnera quelque chose. On apprend à jouer mieux par le circuit de la récompense. Des règles simplissimes ne veut pas dire jeu simplet ! On retrouve bien dans ce jeu l’efficacité que l’on apprécie tant chez leurs auteurs. Le trio Bruno Cathala & Wilfried et Marie Fort fait de ce Dragomino un titre pour les plus jeunes et très agréable à jouer pour les parents aussi. Le jeu devrait arriver fin mai. 

Un jeu de Bruno CathalaMarie FORTWilfried Fort
Illustré par Christine DeschampsMaeva Da Silva
Edité par Blue Orange Games

 

RELOAD ⭐⭐

Par MeepleCam

Reload jeu de societe kolossal ludovox

Quoi ? Un proto, signé chez Kolossal, imaginé par François Rouzé & Jean-Marc Tribet. Dans un monde futuriste, les arènes de combats et leur gladiateurs sont de retour. Pour la plus grande joie d’un public maintenant télévisuel, des combattants vont s’affronter dans une grande zone de combat. Que le meilleur gagne. Ou le plus fourbe. Ou le plus rapide. Ou le plus malin. Bon, bref, on veut du sport ! Et de la violence. Surtout de la violence. Tout cela saupoudré de “Like” de la foule en délire.

Comment ? Chaque joueur va incarner un avatar qui aura ses propres capacités spéciales, de celui qui évite les obstacles à celui qui pose des bombes. Les combattants vont arriver sur un plateau constitué de différentes zones (montagne, village, forêts, etc). Et c’est parti pour le fight ! Grâce à un système malin de priorité de dés, les joueurs vont choisir leur action (se déplacer, combattre au corps à corps, tirer, etc) pour satisfaire les besoins primaires du public en délire.
À la clé, grimper sur l’échelle d’applaudimètre et être le plus populaire. Si vous êtes mis hors jeu par un adversaire, vous êtes “reload” et vous revenez sur le terrain pour en découdre de nouveau. Tant qu’à faire, allez chercher une arme dans une des caisses régulièrement larguées dans ce pandémonium ! Mais ne tardez pas, car le terrain va se réduire progressivement pour un affrontement de plus en plus rapproché… De nombreuses stratégies sont possibles, ainsi que des modes de jeux différents, comme dans un FTS (First Person Shooter).

 

Reload

 

Alors ? Si vous êtes fan du film Hunger Games, ou si vous voulez ressentir les sensations des jeux vidéo populaires à la Fortnite, ce jeu est fait pour vous ! C’est sûr qu’il ne faut pas être réfractaire à la violence gratuite, mais les sensations “sportives” ressortent très bien sur ce jeu. Le système de priorisation de dés n’est pas évident à appréhender au premier abord, mais il permet de combiner un mélange hasard/planification intéressant. On sent qu’une courbe de progression va être nécessaire pour maîtriser notre personnage et qu’il ne faut pas se baser que sur la chance pour espérer gagner. Il a un petit goût d’Adrenaline (jeu sorti en 2016 mais qui n’avait pas convaincu), mais avec plus de potentiel.

À noter que Reload est à l’heure où j’écris ces lignes un prototype en cours de conception, bien avancé, mais encore en cours d’affinage. Des équilibrages sont encore à faire, ainsi qu’une vraie question autour du game design : Faut-il que le jeu soit sombre et obscur à l’image de la violence qui en ressort ? Ou plus fun et cartoon pour un public plus large ? La réponse sera sûrement quelque part entre les deux…
Une campagne KS sera lancée dans les prochains mois. Un projet à suivre assurément, et qui, on espère, aura le même succès que le précédent jeu “Room 25” d’un des deux auteurs.

Un jeu de François RouzéJean-Marc Tribet
Illustré par Jacqui Davis
Edité par Kolossal Games

 

LUCKY NUMBERS ⭐⭐

Par Natosaurus

boite de jeu ludovox lucky numbers

Quoi ? On va classer les nombres, 2 à 4 joueurs (10 min).

Comment ? Une grille de 4 x 4. En début de partie, on tire 4 nombres que l’on place au hasard sur la diagonale. Puis, à chaque tour, on tire un nouvelle tuile « trèfle » face cachée que l’on révèle. Elle porte un nombre entre 1 et 20, que l’on doit placer sur sa grille, à un endroit où sera respecté l’ordre croissant autant en ligne qu’en colonne.
On peut reposer la tuile tirée face visible, qui pourra être prise par un joueur. Le premier à terminer sa grille est vainqueur.

lucky-numbers-jeu--1

Alors ?  Ce jeu de Michael Schacht existait déjà (2012) dans une version Ravensburger ‘maison de retraite’, celle-ci illustrée par la talentueuse Christine Alcouffe nous donne envie d’y jouer. Une partie dure moins de 10 minutes, on s’amuse entre le bon placement optimal et la prise de risque. On y retrouve le plaisir d’un Qwinto, mais ici c’est une course, et l’interaction tient aussi dans les tuiles que l’on va laisser à ses adversaires. N’a pas pris une ride !
Il existe en plus une version solo, un mode réussite en quelque sorte.

Un jeu de Michael Schacht
Illustré par Christine Alcouffe
Edité par TIKI Editions Inc.

 

 MIDNIGHT EXCHANGE ⭐⭐

Par Natosaurus

Quoi ? Du cambriolage rapide et futé !

Midnight Exchange wip

Comment ?  Vous aurez deux phases de jeu. Dans la première, les joueurs retournent frénétiquement les tuiles sous lesquelles ils trouveront des objets de valeurs, ou des clés qui leur permettront d’ouvrir la porte du bureau. Puis une fois dans le bureau, d’ouvrir le coffre.
Les plus rapides se serviront en premier pour la seconde phase du jeu. Lors de cette seconde phase, les éléments piochés et stockés vont pouvoir être échangés contre des collections d’objets de valeur qui rapporteront des points de victoire en fonction du nombre de ces objets en fin de partie, ou des objets avec une valeur immédiate.

Alors ?  L’alternance de la phase frénétique et de la phase placement à tour de rôle donne un rythme intéressant. La première phase fait appel à la rapidité, la chance, le choix et un peu la mémoire, et la seconde au calcul de rentabilité et surtout nécessitera de savoir se placer avant les autres pour prendre les choses intéressantes. Ne prenons pas ce titre de Wilfried et Marie Fort pour un jeu pour les plus jeunes, c’est un jeu dit Tout Public. Même si  l’âge donné sur la boîte est 7 ans, faisons leur confiance !

Un jeu de Marie FortWilfried Fort
Illustré par Sylvain Aublin
Edité par Blue Orange Games
Distribué par Blackrock Editions

 

QUETZAL  ⭐⭐

Par Natosaurus

Quoi ? Vous êtes à la tête d’un groupe d’aventuriers et d’archéologues en expédition dans les ruines du temple de Quetzal. Voilà du placement de meeples bifaces et de la collection. Jeu encore en cours de développement au moment de la partie. 

Quetzal jeu

Comment ? 5 manches pour scorer de plein de façons sur deux pistes. En atteignant certains seuils sur ces pistes-là, vous débloquerez des bénéfices. Chaque tour, on place un ou plusieurs de ses meeples sur une action (fouiller, acheter, vendre…) : Soit l’action n’a qu’une place, soit c’est pour tout le monde, soit il faut être le plus nombreux. Certaines actions sont réservées à des meeples noirs, d’autres à des blancs, parfois c’est le joueur qui a placé ses meeples en premier qui en décide… Et c’est le twist du jeu : au début de la manche, on lance nos meeples qui ont une face noir et une face blanche, et on fait avec. Pour payer toutes ces actions il faut des sous (des Quetzal), qu’on obtient en vendant des collections de trésors archéologiques, mais oui, en toute impunité !

Alors ? Que du très classique au final si ce n’est ces pauvres petits meeples que l’on lance comme des petits cochons. Bonus si le petit cochon tombe sur la face groin, on gagne un sou. Le jeu reste agréable, et ce tirage aléatoire de début de manche pourrait se transformer en vraie particularité intéressante du jeu, c’est à espérer, en tout cas au moment où ces lignes sont écrites, il est encore en équilibrage et ne sortira qu’à la rentrée chez Gigamic.

Un jeu de Alexandre Garcia
Illustré par Nastya Lehn
Edité par Gigamic

 

RAMEN INK

Par Natosaurus

Quoi ? Un roll and write (oui enfin presque) avec un thème de cuisine japonaise (encore !).

RAMEN INK

Comment ? Pas vraiment un « Roll », en fait, puisque c’est une carte que l’on doit choisir sur un marché et non un dé qu’on lance. Sur cette carte, les ingrédients que l’on devra servir sur l’un de ses 8 bols. « Write » par contre c’est vrai, avec très peu de place pour faire ses petits dessins de petits plats qui se ressemblent tous d’ailleurs (une gidouille pour l’oeuf ou pour le bacon, une pseudo-gidouille nuageuse pour la poitrine).
Au troisième tour, on va commencer à scorer le bol 1 (et on ne le scorera plus après), puis le bol 2. Au sixième et dernier tour, on scorera les cinq autres bols. Pour certains bols, il nous faut les mêmes ingrédients, pour d’autres une variété de choses.

RAMEN-INK--jeu-de-societe-

Alors ? Ce n’est pas un roll and write, puisqu’on n’a pas les mêmes contraintes. Certes, on a un choix à faire, cependant quand on est le dernier joueur, le choix s’avère restreint. Même si on n’a pas tous les mêmes contraintes à chaque table, il en ressort un sentiment de frustration du fait de ce marché aléatoire. Et en dehors de ce marché le jeu n’a rien d’original. En résumé, le twist qui le distingue des autres jeux du même type réside en un déséquilibre frustrant. Du même auteur, Daryl Chow, et chez le même éditeur, Jumbo, j’ai infiniment préféré Overbooked.

Un jeu de Daryl Chow
Illustré par Markus Erdt
Edité par Jumbo

 

__

À lire aussi

Pour nos retours sur Hades Trap, ClipCut: Parks, Dust in the Wings, Nineteen, Undercover Turbo Duckies, Goryo, Carro Combo, Les dents de la mer, Paris New Eden et Top Ten, c’est tout dans l’épisode I.

Et nos avis sur MuseSalineMaster wordGhost adventureLes petites bourgades, Hadara, Marauders de Midgard, Idus Martii, Dreamscape, et Taco chat bouc cheese pizza direction l’épisode II.

Ainsi que sur Daimyo, Imagicien, Kosmopoli:t, La Marche du Crabe, Marvel united, Meeple Land, Nidavellir, NorthGard : Uncharted Lands, Wild Space, foncez sur l‘épisode III.

Dans l’avant-dernier volet de cette série FIJ nous vous parlions aussi de : Magnum Opus, Poisons, Cowboy bebop Space Serenade, Aquatica, Demeter, Association 10D, Escape The Dark Castle, Dream Runners, Klimato et Valentine’s Day. Pour l’épisode 4 suivez les flèches  >>>> l’épisode IV 😉 

 

   

Laisser un commentaire