Les foulancements JDR : la rentrée 2019

Ah… La fin de l’été… On arrête les journées pique-nique et le calfeutrage millimétré dans nos appartements surchauffés, on se remet à bosser, et surtout on se demande avec quoi on va bien pouvoir jouer cet automne !
Nos éditeurs jdr favoris ont bien fait leur devoir de vacances et nous ont préparé des événements alléchants… pour que nos doigts nos bourses délient.

 

Pas de répit pour les tentacules

Chtulhu est partout.
Depuis que H.P. Lovecraft est tombé dans le domaine public, on peut dire que les amateurs de coins sombres et d’Anciens baveux ont vraiment l’embarras du choix. C’est d’ailleurs avec une sombre nouvelle que j’attaque ce paragraphe : la campagne de traduction de Choose Cthulhu, qui avait rassemblé sur Ulule un peu plus que 50 000 euros pour décliner les mythes en aventures dans des livres à jouer, a tourné court.
Rapidement après sa mise en ligne, Chaosium Inc (Runequest, Pendragon…) a décidé de contacter Ulule pour bloquer le projet des éditions Sans Détour. Le passif entre les deux éditeurs remonte à l’année dernière, lorsque l’éditeur du Basic Roleplaying System avait décidé de clore son partenariat avec son traducteur français. Celui qui avait redonné en France ses lettres de noblesse à l’Appel de Chtulhu (AdC), vingt ans après l’historique Jeux Descartes, va devoir définitivement tourner la page sur cette licence et recadrer son activité.
Pour les amateurs de ce jeu de rôle, leur déstockage des éditions VI et VII à petit prix devraient permettre de compléter les collections.

Bitencule-light

Le poulpe a trouvé d’autres cieux pour faire vivre le mythe en ce début d’automne 2019.
Après une campagne Runequest héroïquement réussie, les éditions Deadcrows offrent aux investigateurs un billet aller simple pour le Japon : « Cthulhu no kami propose une expérience nouvelle et dépaysante mêlant le mythe lovecraftien et le folklore japonais à différentes époques emblématiques permettent des styles de jeu différents allant de l’aventure épique aux récits les plus sombres et obscurs. »

Le foulancement s’est effectué le 27 septembre sur gameontabletop, avec un pledge d’entrée à 45 € jusqu’à l’orgie de goodies à 190 euros (175 euros si vous êtes sur la ligne de départ).

Des règles spécifiques pour favoriser l’immersion dans la vie japonaise vont être entremêlées avec plusieurs systèmes de jeu, puisque des adaptations pour Chroniques Oubliées ou le Basic RPS sont déjà annoncées. Si vous aimez l’AdC et la Légende des 5 Anneaux (L5R), jetez-y un globe.

Ecran_illustration-Finale-light

 

Ambiances fin de monde

En parlant de fin du monde, je suis aux anges !
N’apportez pas vos fourches pour brûler du nihiliste tout de suite, je voulais parler de la fin d’UN monde, celui de la civilisation thermo-industrielle dans laquelle nous vivons. Point de prosélytisme racoleur dans ce paragraphe, mais une joie toute particulière de voir que les éditions Posidonia ont décidé d’intégrer les réflexions du moment sur les rapports du GIEC, la collapsologie et les guerres pour les ressources dans leur dernier né : 2103, la fin d’un monde.

2103-la-fin-d'un-monde

Avec The Witcher, le studio CDProject Red a maintenant de l’or dans les mains. Leur annonce en 2016 de s’attaquer au genre Cyberpunk par le biais du jeu de rôles du même nom édité par Talsorian Games va certainement voir de nombreux joueurs relancer les d10 pour un futur sombre entre cybernétique et bataille de gangs. Mais cette approche du futur m’apparaît, à l’heure de Greta Thumberg, plus comme une dystopie que d’une anticipation crédible… Je désespérais de voir un jour les analyses factuelles sur les crises venir bousculer un jour la vision transhumaniste des jeux de rôles de SF / Post-Apo. Merci 2103

Les contreparties de la campagne participative sont assez claires : pdf ou papier, particulier ou boutique, pas de chichis compliqué.
Par contre, à la lecture du descriptif autant qu’à l’analyse de la durée de la campagne de financement (trois mois environ), des doutes légitimes sur la clarté du livre et sur la modernité des règles s’allument dans ma caboche. Le système de jeu semble également s’inspirer du Basic RPS. Les PJs seront quant à eux restreints aux rôles d’agents de sécurité. Le choix éditorial de l’auteur laisse imaginer une part belle aux combats, surement assez tactiques puisque la gestion des actions de mouvement est décrite dès la page d’accueil du projet. L’angle narratif ne semble clairement pas remettre en cause les logiques de l’ultra-libéralisme, et j’ai peur qu’on soit dans un jeu d’auteur très peu playtesté qui soit incapable de séduire une table de jeu classique. Dans la zone des commentaires, on apprend également que la campagne a débuté sur Ulule avant de se retrouver sur Game on Tabletop, pourquoi ?

feu_sous_la_glace-1.2_3D-635x824

Heureusement, une autre locomotive embarquant des rebelles luttant pour leur survie va surgir sur Ulule : Le feu sous la glace. Cette grande campagne pour Shaan : Renaissance débute aujourd’hui, ce 30 septembre et tease avec une bande-annonce de qualité sur Youtube.

Shaan est un univers magistral, que vous pouvez découvrir sur le site officiel ou dans notre article signé Tielcalys. Pour qui aime la richesse sociale, les races non-humaines, les environnements fouillés et très descriptifs, Shaan est un incontournable, avec une très belle édition Renaissance. Des règles imposantes peuvent malheureusement empêcher les moins intrépides d’entre vous de sauter le pas. J’espère que le lancement de cette campagne sera également l’occasion de pouvoir obtenir la gamme à prix préférentiel.

Si les enjeux sociaux vous barbent, l’univers Survival horror de Vermine est de retour ! Ce mois-ci, le site dédié a vendu des précommandes du jeu dans sa nouvelle formule en avant-première, avec une sortie définitive annoncée en novembre 2019. Cette fois, on ne vous parlera pas d’anthropocène ni de toute puissance de l’homme. Vermine désigne les humains comme un cancer qui aurait frappé la planète, et d’autres espèces animales vont se charger de nous éradiquer. Le contre-pied de cet univers face à la 6ème extinction de masse offre des réflexions miroir instructives. Ce jeu imaginé par Julien Blondel (Backstab, Prophecy, la caste des Meta-Barons…) a connu plusieurs éditeurs : Yeti Entertainment, 7ème Cercle (Qin, Kult), et maintenant Agathe Editions (7ème Mer). Foncez défendre votre vie contre le vivant !

vermines_640_08

 

Luttes en langue de Mickey

Les suédois sont passés maîtres dans l’art des thrillers glauques.
Seuls des suédois pouvaient créer Kult, un jeu d’horreur contemporaine qui mêle folie, religion et occultisme. La campagne Divinity Lost sur Kickstarter a marqué le retour de cette licence dans le paysage ludique de belle manière. Cette quatrième édition est donc disponible en anglais dans leur boutique.

KULT jdr 2019
Le passage du système aux principes d’Apocalypse World (système créé par Vincent Baker qui a créé une longue lignée de hacks) a dérouté les habitués, mais peut apporter beaucoup plus d’ambiance autour de la table. À réserver toutefois à des joueurs qui n’ont pas de problématiques avec les thématiques spirituelles. La traduction en français a été annoncé par Arkhane Asylum Publishing (Vampire, Witcher, Tales from the Loop…), et devrait logiquement naître via un financement participatif pour la France, puisque l’éditeur use largement de ces levées de fonds publics. 

 

savage worlds

Kickstarter fourmille de petits projets, surtout dès qu’on entre dans des univers pour des systèmes génériques. À l’heure où les pledgeurs de la dernière édition de Savage Worlds (deuxième système de jeu aux Etats-Unis après le d20) reçoivent leur colis, la plateforme de crowdfunding lance régulièrement des projets d’univers ou d’adaptation pour ce système générique. Ce mois-ci, c’était le tour de Crown and dragons, adaptation des livres de Stephen Hunt (que je ne connais pas). Le Triple Monde, lieu de vos aventures, s’inspire des forces du Nord de l’Europe au Moyen-âge. Religion et magie s’y marient avec des combats d’armées utilisant des armes à feu primitives. Le jeu a réussi à trouver son financement, mais n’a pas communiqué sur sa commercialisation future (à l’achat en late pledge).

Mais si vous n’aimez vraiment pas les bigots et que la simple idée de Dieu vous horripile, exit le vieux monde, et place à la démesure américaine violente et amorale comme on l’aime : n’ont-ils pas inventé les punks ?
Avec le projet de jdr Punkapocalyptic, on peut découvrir une vidéo de présentation dans un style mi-Fallout, mi-Foutraque qui sait donner le ton : ok c’est l’apocalypse, mais on peut aussi se marrer, et mettre le dawa tant qu’on est encore vivant. Le jeu devrait trouver son financement, les visuels claquent et le système semble réfléchi. Si le wasteland à l’américaine, celui qui sent le mutant et le bidon d’essence, excite vos bas instincts, surveillez ce Kickstarter qui prend fin le 10 octobre.

punk-apo-jdr

 

Et voilà !

C’en est fini de ce premier petit tour d’horizon des projets collaboratifs autour du jeu de rôles pour cette fin d’été.
Le mois prochain, les guerriers par paquet de douze seront encore à l’honneur, car JDR Editions nous emmènera dans la Rome antique avec Imperator, sur la plateforme Ulule.
D’ici là, restez sur vos gardes, ne faites confiance à personne, et laissez votre carte bleue à portée de main.

 

NewbanniereTipeeeV2

3 Commentaires

  1. Photo du profil de Gougou69
    Gougou69 il y a 17 jours
    Répondre

    Bien que les jeux de rôles ne m’intéressent pas du tout (mais pas du tout, du tout…), cet article m’a été tout de même très agréable à lire. Ah si, une grosse erreur : les punks n’ont pas du tout (mais pas du tout, du tout…) été « inventés » par les américains. C’est du pur british comme concept : « God save the Queen, the fascist regime… No future, no future… ». Toute ma jeunesse !
    Edit : J’ai failli oublier : excellent le « foulancement » ! J’en serais presque jaloux de ne pas l’avoir trouvé moi-même.

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette il y a 16 jours
      Répondre

      Hahaha je lui ai sorti la même chose pour les punks ! mais apparemment, on a wiki contre nous !

      Bon je ne suis pas tout à fait objective mais j’ai beaucoup aimé le ton de cet article, je suis l’actu jdr d’un peu loin, mais c’est vraiment intéressant de voir ce qu’il s’ y passe et notamment ce questionnement, de quoi parlent les univers imaginaires et comment se réinvente le post-apo à l’heure des rapports du GIEC. Une question qui me taraude aussi pour un Edito.

    • Photo du profil de FX
      FX il y a 15 jours
      Répondre

      je n’ai qu’une chose à répondre : protopunk ! 😉 Je suis étonné que tu ne connaisses pas le terme foulancement, il me semblait que c’était assez courant pour traduire crowdfunding (financement participatif étant plus long d’une part, et n’intègre pas l’idée de foule d’autre part). En tout cas, je n’ai fait que répéter ce que j’ai entendu ailleurs. Merci !

Laisser un commentaire