L’Alchimie du Jeu : l’envers du décor et des jeux en avant-première (Time stories, Mafia de Cuba, Big book of Madness)

Demandez le programme !

Tout d’abord, j’aimerais revenir sur cette édition du festival en vous montrant l’envers du décor, vous faire toucher du doigt ce que représente un événement comme celui-là d’un point de vue logistique et humain, et vous montrer combien il n’existerait pas sans tous les bénévoles : ceux qui ont organisé l’évènement, mais aussi ceux qui ont installé les affiches, monté les tables, trié les jeux, nettoyé les tables, déposé les cendriers, toutes les tâches que l’on n’imagine pas. Cet article est la pour rendre hommage aux T-shirt Oranges ! Vous verrez tout leur travail dans la partie « Préparatifs ».

Nous nous intéresserons ensuite au déroulement du festival, faisant au passage le point sur l’affluence (dans la partie « Présentation, déroulement et bilan du festival ») avant de faire un petit zoom sur la bourse aux jeux, sur la zone proto (les « Jeux de demain ») et aussi les jeux surdimensionnés.

Et on va aussi parler jeux quand même ! D’autant que j’ai pu découvrir de petites avant-premières bien sympathiques ! Vous découvrirez Mafia de Cuba, Time Stories et The big book of Madness.

Cliquez sur ce qui vous branche ! 

C’est parti !

Préparatifs

Vendredi matin, (photos) il n’y avait rien ou presque… Tout a été monté pour que tout soit opérationnel vendredi soir 18h, pour l’ouverture.

Festival01

On installe les affiches

 

Festival02

Un beau Hall bien vide, qui dans moins de 12 heures sera plein comme un oeuf.

 

Festival03

Ici aussi c’est vide, pourtant ce sera la qu’il y aura tout les jeux d’extérieur.

 

Festival04

Hall 9 ou le Hall dédié aux bénévoles.

 

Festival05

Des chaises vides attendent des fesses joueuses.

 

Festival06

Hall 8 , ici les jeux traditionnels : Echec, Jeux de rôle , les JCC, les figurines et leurs artistes peintres.

 

Festival07

Coin enfant.

 

Festival08

La longue préparation des tables prêtes à jouer.

 

Festival09

Présentation, déroulement et bilan du festival

Vendredi soir, 18 heures. Le 14ème festival Alchimie de Toulouse ouvre donc ses portes.

Un évènement comme ça se prépare longtemps à l’avance. Déjà étaient partis à Cannes en février dernier quelques émissaires qui avaient pour mission de revenir avec de nombreuses boîtes de jeux pour les associations toulousaines. Et oui, histoire que les joueurs des associations concernées puissent appréhender les différents jeux et les différentes règles et être fins prêts le jour J.

Puisque l’on parle des associations, merci à :

 

jocere citeenjeux akrojeux bpsc terredejeu ludimonde

 

 Si j’en oublie, voici le lien de tous les partenaires du festival.

En deux jours et demi le festival a accueilli 18 500 personnes, et plus de 500 bénévoles se sont démenés pour monter puis démonter le festival, vous expliquer les jeux, vous servir à la buvette, encaisser vos achats à la bourse aux jeux… Certains avaient la compétence « langage des signes +1 ». Il y avait beaucoup de bénévoles pour vous accueillir, mais aussi pour gérer tous les petits aléas du direct comme passer des annonces pour les enfants perdus dans le festival (rassurez-vous ils ont tous été retrouvés).

Le Festival se partageait en 3 halls, le premier dédié aux jeux de société, avec des tables prêtes à jouer, mais aussi un stand empli de jeux libres avec toujours des bénévoles pour présenter tout ça et expliquer les règles.

Le deuxième Hall dédié aux jeux de cartes à collectionner et aux figurines et les jeux abstraits, jeux d’échecs, de go, de peinture sur figurines ainsi qu’un stand de jeux coopératifs.

Le dernier était le Hall Bénévoles : chaque bénévole inscrit sur le site web devait venir ici, au pole organisation (voir photo) pour récupérer son T shirt, son petit badge à son nom et ses tickets repas.

Festival10

Le pole accueil des bénévoles où chaque bénévole repartait avec son badge aux 3couleur de son association et un T shirt orange.

 

Puisque l’on parle des repas, de nombreux bénévoles s’occupaient des repas : pas moins de 2 400 repas mangeailles on étés servis aux bénévoles dans ce hall. Avec des poubelles de tri pour réduire les déchets, parce que l’on peut être joueur, on en est pas moins responsable.

C’était aussi ici qu’il y avait un espace Bébénévole qui permettait de garder, surveiller les enfants des bénévoles (les siens mais aussi ceux des autres). Pratique !

À l’extérieur, entre les deux Halls, des jeux d’extérieur du Type Mölkky, ou bulles voyageuses. Il fallait être courageux tout de même puisqu’il faisait pas loin de 27 degrés sous le soleil. D’ailleurs les services de secours ont été à pied d’œuvre pour réanimer les quelques imprudents qui avaient oublié que le corps humain a besoin de cubes de ressource eau + tissu / protection solaire.

 

montage-ok-

 

toile araignée

L’araignée l’araignée !

 

flechesdirectionelles

quidditch

Tournoi de Quidditch Toulousain !

 

La bourse aux jeux

C’est la première bourse au jeux du Festival et ça a été une franche réussite ! Il ne fallait pas arriver en retard, 427 jeux était inscrit sur le site, plus de 200 jeux ont trouvé preneurs en 2 heures de temps, et pas loin de 800 jeux ont été vendus sur tout le festival.

Finalement les jeux qui n’ont pas trouvé preneur ce sont ceux qui était trop chers…

 

Festival11

Avant le top fatidique.

 

A vot’bon cœur Messieurs Dames !!

 

Jeux de demain

Stand jeux de demain :

Pour plus d’informations avec tous les prototypes qui étaient dispo à ce stand  :

 
 
Festival14

Beez beez de Varin Virgile, un jeu où l’on dirige une colonie d’abeilles. (vous pourrez le retrouver à Paris est ludique).

 

Festival15

Toxic de François Xavier Jauze « Un jeu de survie et de gestion, où il vous faudra avoir la plus grande population sur terre tout en gérant la pollution générée. Faites les bon choix politique, technologiques, et militaire ».

 

Festival13

Nid de Vouivre un jeu de 3 à 6 joueurs où vous incarnez des prospecteurs qui descendent dans des grottes pour s’en mettre plein les poches. Malheur, une Vouivre rode et peut vous voler vos trésors ! Un peu de stratégie beaucoup de bluff, une dose d’opportunisme, le jeu s’explique bien et vite, j’avais bien accroché.

 

Festival12

Exile de Benjamin Bidan jeux de gestion de ressources sur le thème de la conquête spatiale.

 

J'ai joué à Mafia de Cuba (édition Lui-même)

Mafia de Cuba de Loïc Lamy et Philippe des Pallières :

mafia1

Mafia de Cuba aux éditions Lui-même, est un petit jeu d’identité secrète pour 6 à 12 personnes, un jeu à la Loup-garou pour une nuit (comprendre, pas d’élimination où vous devez attendre ou faire la vaisselle).

 

Comment ça marche ?

Un joueur joue le Parrain et invite à sa table tous ses partisans. Pour les remercier de leur fidélité, il va leur proposer une boîte de cigares. Mais la boîte présente un faux fond, et dans celui-ci sont cachés des diamants. Serez-vous tentés ?

La boîte va tourner de main en main, et chaque joueur va devoir prendre quelque chose, soit des diamants soit un rôle. Quand la boîte revient au Parrain, il découvre qu’il manque des diamants. Il va questionner chaque joueur pour retrouver tous ses précieux.

mafia2

Les rôles :

– Ma qué Aldo, est-ce que tou m’est fidèle ?
– Oui Parrain, tu le sais bien. Je te dois tout.
– Bien. Alors digame ce qu’il y avait dans la boîte quand elle arrivée à toi.

Petit à petit comme dans Loup-garou, il va décomposer l’histoire et dénicher les menteurs. Quand il pense avoir trouver un menteur, il va le désigner : celui-ci peut se défendre pour convaincre son parrain que non il fait une grave erreur ! Si le parrain insiste, alors il doit vider ses poches… Dans ce cas plusieurs cas de figure :

  •  Il a des diamants dans les poches : il est éliminé. Le parrain part à la recherche des autres diamants.
  •  C’est un fidèle ? Le parrain et les fidèles sont éliminés (sauf s’il a un joker, donné quand il y a plus de 6 joueurs).
  •  Il a accusé un membre du FBI ou de la CIA ? Il part en cabane, et le joueur FBI a gagné la manche.

 

Ma partie

On peut tour à tour jouer les différents rôles, le plus intéressant étant de jouer le parrain, et dans ce cas là il est bien difficile de savoir à qui faire confiance ! On va essayer d’analyser ce qu’il s’est passé. Dans ma partie, j’avais identifié des propos peu cohérents sur un joueur mais il y avait le risque que ce soit un traquenard pour que je l’accuse. Le joueur à côté aussi se contredisait, et ça m’a mis sur une fausse piste. En fait il s’est bêtement trompé ! Et bien sûr il y avait les arracheurs de dents, les menteurs pathologiques qui essayent de vous manipuler… Et j’ai perdu a un diamant prés.

Une partie plutôt marrante, et comme il peut y avoir des agents infiltrés, on accuse pas sans être un peu assuré du résultat. C’est prenant et c’est court : ça dure 10 à 15 minutes. On rigole bien parce que les voleurs – s’ils sont pris – tentent d’accuser les autres. Quand la partie se termine et que l’on s’aperçoit qu’un joueur a volé 5 ou 6 diamants, on se dit que c’était bien osé. Le gros temps mort se situe quand on se passe la boîte, puisque les autres doivent attendre. Je suppose que c’est un jeu parfait pour l’apéro, ou pendant qu’on discute, grignote, boit un coup, chaque joueur peut faire ses petites affaires.

> La fiche de jeu

 

J'ai joué à Time Stories, le futur Space Cowboys

 work87123_md

Time Stories, sans spoil 

On va finir par l’appeler l’Arlésienne, mais il a enfin une date de sortie et ce sera donc Essen 2015.

Shanouillette vous en parlait ici où l’on peut voir l’incroyable travail de Vincent Dutrait.

Time Stories est un jeu concept, un OLNI narratif, appelez ça comme vous voulez ! Les Space Cowboys étaient dispos à Toulouse et présentaient une petite partie de leur futur jeu à travers un teaser d’une heure, pour nous donner l’eau à la bouche. Rassurez-vous je ne vais rien spoiler car si un jour vous jouez le jeu, moins vous en saurez, mieux l’expérience sera.

La photo juste au-dessous est la disposition de départ dans le premier scénario, qui se joue dans un asile psychiatrique.

article-atom--1

Les lieux

 

Le jeu est coopératif, en tout cas dans ce scénario. Nous jouions des agents spatio-temporels qui allaient s’incarner dans des corps « hôtes », tous des personnages particuliers avec leurs spécificités.

On a un plateau de jeu avec une frise temporelle au centre, et en-dessous, des cartes qui représentent la pièce où l’on se trouve. Au-dessus de chaque emplacement de cartes : des cases où l’on se positionnera avec nos pions. En haut à gauche, on a le plan du lieu (ici celui de l’asile). Et enfin, en haut à droite se trouvent des emplacements qui permettent d’ajouter les règles spécifiques à chaque scénario.

On peut choisir d’aller sur la case de son choix, et à moins d’être tous dans la même partie de la pièce, on va prendre la carte correspondante, la lire secrètement, et ensuite raconter aux autres joueurs ce que l’on a découvert. Les autres vont faire de même sur ce qu’ils ont découvert de leur côté. Bien entendu il va falloir être attentif, car comme vous le savez le diable se cache dans les détails, et si on ne fait que survoler, on peut rater quelque chose d’important. Parfois on va avoir des décisions à prendre, des actions à faire, qui nous feront occasionnellement lancer des dés pour les réussir… ou pas.

Imaginez (je prends des exemples fictifs, toujours pour ne rien révéler) que le carte Dortoir soit une porte vers un monde macabre façon Silent Hill : si l’on ouvre la porte, on va remplacer sur le plateau la carte Dortoir par une autre carte qui nous montrera ce qu’on voit derrière la porte.

J’en viens à la frise temporelle (ou time line de 1 à 40 unités de temps) : au début de ce teaser, on commençait à 8 unités de temps – dans le « vrai » jeu je suppose que cela dépendra des scénarios, mais on devrait en avoir bien plus. Chaque action que nous allons faire va nous rapprochera de la fin de la Timeline et une fois revenus à 0 on est re-téléportés dans la base. Concrètement dans le jeu, cela signifie qu’on recommencera l’histoire du début tout en perdant les objets que l’on aura récupéré. Dans le teaser que j’ai expérimenté, l’aventure se terminait et on laissait la place à un autre groupe de joueurs.

Pour la coopération, on est libres, on peut se partager le travail, aller voir chacun une partie de la pièce, ou aller tous dans la même, la seule différence c’est que l’on va grappiller notre temps précieux. On peut aussi tous quitter la pièce pour aller dans une autre, par contre tout le monde doit quitter la pièce, ou personne. Va t-on aller à l’infirmerie ? Aux cuisines ? Au dortoir ? Il va falloir se mettre d’accord, et une fois ceci fait on retire des cartes (dans ce cas, on avait la chance d’avoir Croc pour le faire) et à nouveau chacun va décider ce qu’il va faire dans la nouvelle pièce, toujours sans oublier que le temps s’égrène à chaque action.

article-atom--2--1

Le jeu nous raconte une histoire. Bon, en une heure de temps on a surtout pu découvrir le mécanisme central, visité deux pièces, trouvé des indices, puis on est tombés dans un piège et ça s’arrêtait là.

 

Une boîte et des scénarios

Apparemment une partie complète durerait 3 à 5 heures. Si l’on ne fait pas toute la partie d’un coup, la boite serait prévue afin de pouvoir sauvegarder notre position, en rangeant d’une certaine manière les cartes pour pouvoir recommencer le soir suivant. 

La boite serait vendue « vide » (avec les règles et le plateau de jeu) dans les 30 €, et ils proposeraint des packs à 45€ avec un scénario. Ensuite chaque scénario coûterait dans les 20 €. À la sortie du jeu, pour Essen, 3 scénarios seraient prévus. On aurait le choix entre du Médiéval-Fantastique, une histoire dans l’espace si je ne me trompe pas, et bien sûr, celle sur l’asile.

Bref, c’est une sortepomme de jeu de rôle sans maître de jeu où chaque scénario représentera une à trois sessions. L’expérience est intéressante bien qu’un peu déroutante, parce qu’on avance librement, séparément ou ensemble, dans l’histoire… Déconcertant, surtout quand on nous laisse sur notre faim ! Visuellement, c’était le proto quasi définitif. Globalement, c’est assez sobre, blanc, épuré, transparent, afin de s’adapter à toutes les histoires. Si vous aimez le style « pomme » ça devrait vous plaire.

À découvrir !

> La fiche de jeu

J'ai joué à The Big book of Madness (futur Iello)

bbom01

Passons maintenant au jeu coopératif à base de deckbuilding du Nancéien Maxime Raimbourg, illustré par un inconnu du nom de Naïade – oui, inconnu, vous disais-je. 😉

Dans The Big book of madness vous jouez des étudiants qui sont à l’école de magie mais qui s’ennuyant ferme avec la théorie, ont décidé de passer à la pratique. Une nuit, ils se faufilent dans l’université, pour ouvrir le fameux Big book of Madness, histoire d’apprendre quelques sorts plus conséquents. Bien mal leur en a pris : le livre est une prison pour monstres, et ils viennent de leur donner leur liberté. Ils vont donc devoir combattre les monstres et refermer le livre rapidos.

 

bbom05

Chaque joueur choisit un des personnages parmi les 8 (4 filles et 4 garçons, pour ne pas faire de jaloux). Chaque personnage a une capacité particulière et est spécialiste dans un élément. Cela fait, il prend les cartes indiquées sur la fiche personnage pour en faire son deck.

 

bbom02

Chaque sort a 3 niveaux.

 

Chaque joueur dispose de 4 sorts (communs à tous les joueurs) : Croissance, Combustion, Télépathie et Glace.

Il peut ensuite en avoir d’autres plus puissants, avec un maximum de 5 sur la table. S’il en veut un 6ème, il devra se séparer d’un des anciens…
Le livre est ouvert, un monstre est en passe de s’échapper… S’il s’échappe, vous avez un malus, mais dans le cas où vous arrivez a le contenir, un petit bonus vous récompense.

Chaque fois qu’un joueur termine son paquet, il prend une carte folie qui encombrera son deck. On peut aussi acquérir des cartes folie à cause des malédictions des monstres que l’on n’aura pas réussi a repousser.
Bien entendu, si un joueur n’a que des cartes folies en main il devient fou. La partie est alors terminée. Elle s’achève aussi de manière prématurée s’il n’y a plus de cartes folie, ou bien encore si l’on n’arrive pas à fermer le livre.

Chaque monstre libéré amène donc des malédictions qui vont s’appliquer quand le marqueur livre arrivera dessus. À nous de choisir si l’on veut les détruire ou prendre la malédiction. Cette dernière peut être par exemple, prendre une folie, mais aussi défausser une carte élément (dans ce cas-là on peut gérer sa main de sorte à que l’on n’ait pas de carte de cet élément en main au moment où la malédiction va s’appliquer). Pour éradiquer une malédiction, il faudra être capable de jouer un certain nombre de cartes éléments bien précis.

bbom03

Version Prototype : la figurine livre n’est pas la définitive, celle-ci vient d’un autre jeu.

 

 

Une fois que l’on a composé son équipe il faudra profiter des différentes capacités des autres joueurs et de leurs spécificités. Le sort magique Glace permet par exemple de mettre en soutien une carte (c’est-à-dire mettre une carte élément sur la table pour qu’elle puisse être utilisée par un autre joueur comme si elle était de sa main), il faut en user et en abuser ! Je le répète c’est un jeu coopératif avec une dimension deckbuilding, il va falloir épurer son deck, éviter d’avoir trop de folies et faire des combinaisons… On peut vider sa main en un seul tour, par contre c’est à double-tranchant puisque vous aller rajouter une folie dans votre deck à chaque fois.

Dans les sorts de base on peut mettre en soutien une magie mais on peut aussi décider de faire jouer une action à un autre joueur (avec le sort Télépathie) si bien que parfois il faudra réfléchir sérieusement : vais-je donner la main à Untel pour qu’il rajoute une énergie de feu en soutien ? Ou plutôt à Machin pour qu’il détruise une de mes folies avec un de ses nouveaux sorts (parce que là, j’en ai déjà 4 en main et ça devient un peu tendu, surtout si j’en récupère un 5éme, gloups !).

Le point négatif du jeu ?  Il n’évite absolument pas l’effet leader, donc si vous avez une âme de dictateur passez votre chemin, bien que ça soit une bonne occasion de vous soigner de cette vilaine maladie. Est-ce un défaut de jeu ou un défaut de joueur ? Je vous réfère à cet article d’Umberling sur la coopération

Le jeu est plaisant à jouer. Pour s’en sortir il va falloir beaucoup discuter, et enchainer aussi des bonnes combinaisons. Dans notre partie, outre que je sois tombé sur un gros lourdaud (on oublie vite que ça peut arriver quand on a l’habitude de jouer avec des gens respectueux) on s’en est sortis sur le fil avec un peu (beaucoup ?) de chance : je pense que si l’on avait vraiment coopéré on s’en serait sortis tranquillement.

Le jeu m’intéresse, mais la prochaine fois je le ferais avec mon groupe habituel et en mode hard, un coopératif ça se joue en hard ou ça se joue pas (sauf pour les parties d’initiation) !

>> La fiche de jeu

Jeux 3D, jeux surdimensionnés

 

Voici des photos de Chevaliers de la table ronde, Claustrophobia et Tikal surdimensionnés.

festichevasurdim

festichevasurdim02

festichevasurdim03

festiclaustro01

festiclaustro02

festiclaustro03

festtikalsurdim

 

Photo de fin :

 

Photo finish

A l’année prochaine !

 

Disclaimer : rendre à César ce qui appartient à César !
  • Les photos proviennent de mon appareil photo – pour certaines. Cependant, je me suis aussi aidé des photos disponibles sur le facebook du Festival.
  • Merci aussi à Emilie qui a pris les photos pour le festival de me donner l’autorisation de les utiliser.
  • Merci aussi à Alstar, membre Toulousain de Ludovox, pour ses photos (n’oubliez pas de lire son futur compte-rendu sur Iello et Funforge).
  • Merci aussi à ma petite femme pour son soutien, et pour avoir su gérer nos gosses pour que je puisse faire ce reportage !
  • Merci à Shanouillette, la Rédac’ Chef, pour la mise en page dynamique, et avoir subi mes différentes demandes et mails. Et toutes ses modifications, toujours pour le mieux.
  • Enfin, très soucieux, des droits à l’image, je me suis évertué, dans la mesure du possible à ne pas mettre de photos identifiables. Toutefois si jamais vous vous reconnaissiez et que vous ne souhaitiez pas apparaître ici, veuillez m’en excuser et me le signaler.

 

Alchimie

 

 

20 Commentaires

  1. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 25/05/2015
    Répondre

    Merci à toi Atom pour cette contribution ! un reportage de festoche super complet et de beaux retours sur des jeux attendus…Que demande le peuple ?

  2. Amandine Du Lac 25/05/2015
    Répondre

    Vous faites de beaux reportages ^^

  3. Photo du profil de Cormyr
    Cormyr 25/05/2015
    Répondre

    Très beau festival. On y est allé sur une journée et on a pu échanger avec les organisateurs pour essayer de progresser dans l’organisation du notre. Super sympa, excellent état d’esprit et philosophie, organisation impressionnante et efficace. Bref un super festival où j’ai pu également essayer Time Stories mais aussi Discoveries ainsi que quelques autres jeux déjà publiés

    Bravo à l’alchimie !

    • Photo du profil de atom
      atom 26/05/2015
      Répondre

      @Cormyr, tu veux organiser un festival ou ? sur la région Toulousaine ?

      • Photo du profil de Cormyr
        Cormyr 26/05/2015
        Répondre

        Sur Montpellier. On essaie de voir avec les associations de Montpellier et alentours si on peut faire grandir un peu le festival de Montpellier

  4. Photo du profil de Zuton
    Zuton 25/05/2015
    Répondre

    Merci et bravo Atom pour ce compte-rendu très vivant et qui fait la part belle aux bénévoles + futurs nouveautés ludiques : Time Stories est très intriguant, voir attirant… 🙂

    • Photo du profil de atom
      atom 25/05/2015
      Répondre

      J’y pensais une fois que Shanouillette a  validé, dans les remerciements j’aurais pu mettre tes articles et celui de Meeple Cam qui ont été une inspiration pour moi. celui de Grovast aussi et je dois en oublier, je les ai lu et relu pour m’inspirer et avoir une trame. Mais si je demandais a  Shan de remodifier elle allait se faire des cheveux blancs et allait sortir le Katana lol.

      • Photo du profil de Umberling
        Umberling 26/05/2015
        Répondre

        Je ne l’ai jamais vue passer au katana. De mémoire, Sha-man m’a parlé de martinet, je l’ai vue sortir le knout une fois (yummy), mais c’est tout.

        • Photo du profil de Shanouillette
          Shanouillette 26/05/2015
          Répondre

          Mon préféré c’est le martifouette à pics. Mais faut vraiment faire beaucoup de fautes pour ça.

        • Photo du profil de Shanouillette
          Shanouillette 26/05/2015
          Répondre
          • Photo du profil de atom
            atom 26/05/2015

            mdr, la pub avant la vidéo c’était pour une marque de dentifrice, je me suis dit :
            ah tiens, sont fort ils utilisent une fausse pub en vidéo des inconnus avant la vidéo (je pensais a Toniglandyl).

             

  5. Photo du profil de eolean
    eolean 26/05/2015
    Répondre

    Merci pur cet article ! Il avait effectivement l’air très bien ce festival !

    Je suis envieux ! Je suis impatient d’essayer Time Stories et Discoveries ! 🙂

  6. Photo du profil de atom
    atom 26/05/2015
    Répondre

    Petite rectif et Mea culpa : Comme quelqu’un le dit sur Fb, Mafia est un jeu a élimination, puisque lorsque l’on joue le parrain on va éliminer chaque voleur pour retrouver ses diamants. Je pense que ma méprise est du au fait que pour moi que je fais un distingo avec  Loup Garou ou il y a des éliminations au cours du jeu, qui font que l’éliminé peut aller faire autre chose, pour tout le reste de la partie. Dans Mafia ces temps morts ça reste limité, en tout cas de ce que j’ai pu constater en jouant.
    Pan sur le bec ou Martifouette.

    • Photo du profil de Lordsavoy
      Lordsavoy 27/05/2015
      Répondre

      35e la boite vide 45e 1 scenar : les cowboys nous prennent pour des vaches (à lait). Perso avec toutes les sorties d Essen, je risque pas de lacher 80e pr jouer à leur jeu.

      • Photo du profil de Cormyr
        Cormyr 27/05/2015
        Répondre

        Ce n’est pas tout à fait ça. D’après ce que Croc m’a dit, c’est environ 30€ la boite de base et environ 20€ le scénar avec probablement une offre à 45€ boite de base + 1 scénar, soit le prix d’un gros jeu à l’heure actuelle. Loin des 80€ que tu annonces.

        L’idée, louable, est de ne pas imposer le premier scénario mais de laisser le joueur choisir entre les 3 premiers selon l’univers, l’ambiance qu’il préfère/recherche. D’où la séparation boite de base/scénario. C’est pour moi un excellent point. En revanche, les boutiques risquent de s’arracher les cheveux pour expliquer au client qu’il faut acheter 2 boites pour pouvoir jouer.

      • Photo du profil de atom
        atom 27/05/2015
        Répondre

        Comme dit Cormyr : 30 ou 29 € une boite seule
        19 ou 20 € un scénario
        et des packs a 45 € dans les boutiques avec la boite seule (plateau de jeux et jetons + pion) et un scénario au choix.

        Sachant qu’un scénario ça serait dans les 3 a 5 heures. Et que la rejouabilité d’un scénario me semble difficile.
        je n’y ai pas pensé en l’écrivant mais ça me fait un peu penser au prochain jeu de Sérious Pulp, le 7éme continent, ou la par contre (si c’est vrai), tu peux refaire un scénario en allant découvrir une toute autre zone.

      • Photo du profil de eolean
        eolean 27/05/2015
        Répondre

        Time stories doit être l’un des jeux qui a demandé le plus de travail éditorial. Si le ramage vaut le plumage, alors peut-être que le prix le vaudra. Et puis on a tous dans notre ludothèque des jeux a 50 euros qu’on a joué 2 fois. On veut pas se l’avouer, mais on en a.

        Maintenant, il faut vraiment que le ramage vaille le plumage… En gros, à tester avant d’acheter.

        • Photo du profil de atom
          atom 01/06/2015
          Répondre

          Je verrais bien un système de location pour ce jeu. Vu qu’après a moins d’être collectionneur, le jeu ne se refait pas, ou alors faut pas avoir de mémoire du tout. humm jeux a 50 € pas beaucoup sorti, je pense a l’année du dragon, personne veux y jouer snif (en même temps c’est tellement frustrant).

Laisser un commentaire