La rentrée Ankama : Trool Park & Tales of Glory

En juin dernier, juste après Paris est Ludique, j’avais l’opportunité de jouer aux jeux de la rentrée de Blackrock et PMWD. J’ai donc pu tâter les Baïam et autres qui me faisaient bien de l’œil, et dans le radar, on avait les sorties prochaines d’Ankama, Trool Park et Tales of Glory. Les deux titres pourraient se ressembler à vue de nez (sélection simultanée, même gamme de prix), mais l’univers et le déroulé global du jeu démentent – un peu – cette affirmation.

 

Trool park-Materiel-Jeu de societe-ludovox

► Trool Park

Trool Park donc, imaginé par Christian Martinez (Inis) et Frédéric Vuagnat (Maître Renard) devrait sortir pour environ 35€ d’ici la fin septembre. Dans ce jeu, il s’agit de construire son propre parc d’attractions dans l’univers de Dofus : il conviendra alors de faire grimper ses scores de Fun, de Terreur et de Gourmandise, qui sont autant d’axes de développement pour notre parc (tout ça pour compléter des objectifs qui nous donnent des points).
À chaque tour, on sélectionnera secrètement un emplacement grâce à notre petite roue/mouton et hop, tout le monde révèle son choix en même temps avant de récupérer l’attraction associée pour la mettre dans son parc. En cas de bisbille, un joueur prendra un bonus, l’autre prendra la tuile d’attraction ! Une piste d’égalités viendra trancher qui est l’heureux gagnant et qui prend le pis-aller (qu’en fait on convoite parfois secrètement).

Jeu de développement clair et précis, Trool Park peut impressionner par son matériel foisonnant, par l’étendue vastes des possibilités que l’on a en début de partie, mais aussi par la simplicité finale de ses mécanismes. Beaucoup de choix doivent être faits, jamais (trop) frustrants cela dit.

trool park

Amateurs de parcs à thème, il est temps de grimper les montagnes russes du jeu de développement !

 

 

 

► Tales of Glory

Tales of Glory, de Romain Chastan, nous mettra dans la peau d’un valeureux héros que nous ferons traverser les terres sillonnées de monstres et d’amis à rencontrer. On sélectionnera des cartes qui composeront le trajet de la vie de notre aventurier. À nous de savoir quoi faire, comment combiner et connecter ces cartes qui deviennent au final notre plateau personnel.

Le développement se gère ici beaucoup plus sur le tuilage des différentes cartes que sur la planification mathématique (souvent vicelarde) que propose Trool Park. Pour autant, on retrouve le même genre de programmation/sélection : on s’arrache la carte qui sied à notre style de jeu, on veut récupérer le gros monstre qui nous permettra de nous en mettre plein les fouilles, ou la carte qui nous permettra d’ouvrir des sacro-saints coffres et d’acquérir des pouvoirs sur le long terme.

Jeu à dilemmes forts, Tales of Glory compile mécanismes du puzzle et de gestion/planification. Et pourquoi pas, après tout ? Pour celui-ci, point d’univers Dofus, et une sortie qu’on attend fin octobre – on doit pouvoir tabler sur une pré-sortie à Essen, pour les Frenchies qui auront la chance de s’y rendre.

 

Pour plus d’infos et d’opinion, je vous dirige vers mon compte-rendu de la journée pro Blackrock/PMWD !

 

 

Laisser un commentaire