up-orcs-3-ok

[Just played] Orcs Orcs Orcs

Que fait la Société Protectrice des Orcs ? !

Bienvenue au tournoi annuel des lanceurs de sorts ! Bon, on ne va pas se mentir, le contexte est un peu barbare : on est des magiciens et on adore casser de l’orque, alors on se met en haut d’une tour et on rotobourre tout ce qui passe ! La collection de têtes d’orque fait tellement joli dans le salon ! Question thème, ça se pose là, régressif, fun, traditionnel (et oui, il y a une grande tradition de carnage d’orque, il faut le savoir).  

Look at this !

Nous avons du très beau matériel ! Je trouve la boite assez laide personnellement, mais à l’intérieur c’est bonheur. J’entends déjà les nez qui reniflent devant le fait qu’on a des silhouettes en carton au lieu de figurines, mais là, je vous arrête tout de suite : il y a 6 types de créatures en grand nombre, pour que cela soit lisible avec des figurines il aurait fallu qu’elles soient pré-peintes. Imaginez le prix de la boite. Là, ils la sortent pour environ 45 € et vu la qualité du matériel et le fait que tout soit éco-conçu (vu le logo de l’arbre vert même si on ne sait pas exactement ce que ça signifie), il n’y a pas grand-chose à dire !

Vous avez donc un grand plateau bien épais qui représente les environs de votre tour de mage – tour de mage (en 3D) qu’il faudra monter avec vos petits doigts et qui sera du plus bel effet. Ajoutez à cela des cartes de belle qualité et des silhouettes en carton très épais. Le champ de bataille se compose donc de six voies, chacune avec trois secteurs, rayonnant jusqu’à la tour. Les hordes orques vont essayer de charger vers la tour en passant par ces chemins. A vous de les en empêcher. Mais seul le meilleur mage l’emportera !

La version originale et la version censurée du shaman !

L’iconographie et l’ergonomie sont très bien pensées, ce qui rend le tout très accessible. Vous avez même une tuile (bien épaisse elle aussi) qui vous récapitule le tour de jeu, pourtant pas très compliqué mais ça aide au début, ainsi qu’un petit tableau pour le comptage des points (facilitant les opérations du décompte final). Bref, question matos, c’est bien ficelé, abondant et attrayant.

Question gameplay, nous avons découvert le jeu autour d’une partie à deux, et faut reconnaître que ça tourne au poil (de kobold).

Le tower-defense, mon zom s’y entraîne à longueur de journée sur son PC, et « deckbuilding » c’est son 2e prénom, du coup, je n’imaginais pas avoir une chance de gagner… Et pourtant. smiley

 

Comment ça poutre ?

C’est ton Destin

A chaque tour, nous retournons d’abord une carte Destin qui va nous indiquer quel type d’orque va progresser (selon la couleur) et éventuellement ajouter une règle spéciale pour le tour (interdiction de se servir de ses pouvoirs bonus, les orques ont un point de vie supplémentaire, interdiction de se téléporter, etc). En général, c’est plutôt des trucs pas cools qui nous compliquent la vie et ajoutent du challenge.

Pop

Ensuite, on va faire poper des orcs : si un quartier est complètement vide,  alors le joueur actif devra y révéler un des marqueurs créatures pour en faire apparaitre un aléatoirement dans cette section. En plus de ça, on en fait toujours venir un, en procédant de la même façon, sur un quartier de notre choix (c’est possible partout sauf juste devant soi).

Situation de départ

On commence la partie, et des monstres verdâtres, il y en a de partout. Des petits, des gros, des faibles, des forts, des puissants. Et oui ça prolifère ces bestiaux et ça se déplace en horde, c’est bien connu. Mais ça va, pour le moment, ils sont loin. Nos mages, en haut de leur tour, frétillent d’impatience (« j’ai hate de balancer une grosse boule de feu sur le Shaman gobelin ! – Ha pourquoi lui ? »).

Action !

Le joueur actif à son tour peut réaliser au départ 2 actions parmi :

  • téléporter son personnage sur n’importe quelle case de la tour de mage
  • lancer un sort sur une section du quartier devant lui

ou passer.

L’aspect deckbuilding est à la fois facile et malin. On a des cartes sorts d’Attaque, des sorts de Savoir (qui servent à acheter d’autres cartes), et des sorts de Soutien. Chaque carte peut être utilisée de plusieurs façons mais cela est rendu très compréhensible par l’iconographie.

cartes de base

Les cartes sort ont des symboles (type de magie) et si on parvient à poser plusieurs cartes de notre main, on peut accroître la puissance d’un sort et faire plus de dégâts. Oui mais attention, il faut faire les combinaisons requises. Et un joueur ne peut lancer des sorts que contre les créatures situées dans le même quartier que son mage (c’est-à-dire toute la zone qui s’étend à ses pieds).

 

« Approchez je vais vous fumer ! »

Nous avons tous un tableau avec un récap’ (appelé tableau de chasse) des différentes créatures. Elles n’ont pas toutes les mêmes points de vie. Si vous parvenez à exploser un tout petits gobelin, vous gardez son pion vers vous et vous augmentez d’un cran votre cube sur la jauge de crâne correspondante de votre tableau de chasse. Quand le cube atteint la plus haute case, vous gagnez un pouvoir intéressant qui restera actif jusqu’à la fin. Par exemple, avec le petit gobelin, vous pourrez avoir une action supplémentaire !  

tableau de chasse

Au départ, j’essaie justement de smasher les petits gobs qui permettent d’augmenter mon nombre d’actions et les orques basiques, qui permettent à terme de booster la taille de ma main. Zom se rabat sur les shamans, et sur les cavaliers orques. Si on ne parvient pas à tuer un monstre d’un coup, il ne peut pas être éliminé. Il faut donc amasser suffisamment de puissance…

 

Certains sorts vont plus loin que les dégâts, ils ajoutent des effets fortement appréciables, comme par exemple la capacité d’attaquer des quartiers entiers, ou de viser une créature n’importe où sur le plateau. Les sorts de Soutien vont justement dans ce sens : ils permettent d’augmenter vos possibilités en vous permettant de vous téléporter, d’inverser ou d’avancer des monstres, de piocher, ou de faire défausser les autres mages…

On va donc progressivement passer de « je joue 2 pauvres cartes et colle 2 petits points de dégâts au minus là-bas» à « je jette une méga boule feu qui tue le chef orque, je me téléporte, je pioche deux autres cartes et là je brule tout le quartier. Après, je vais acheter un autre sort et utiliser ma capacité de tableau de chasse pour t’empoisonner. A toi. ».

Empoisonner ? Oui, cela permet de pourrir le deck des copains (ces cartes ne servent à rien pendant la partie et valent 2 points de pénalité au final). Heureusement, un des pouvoirs du tableau de chasse permet aussi d’épurer son deck ! Encore faut-il massacrer suffisamment de Golems pour pouvoir l’activer, et c’est pas simple… Quoiqu’il en soit, la montée en puissance de nos possibilités est vraiment plaisante.

Zom mise sur les sorts qui explosent des quartiers entiers et fait entrer pas mal de créatures fortes dans son tableau de chasse, mais il peine à faucher les plus gros loustics. Moi je me concentre sur les petits lascars et je parviens de temps à autre à foudroyer des big boss.

Il faut donc tenter d’acheter les cartes intelligemment pour que les gros sorts puissent se lancer (en misant sur des types de magie) tout en visant les bonnes créatures au bon moment. Si des monstres nous passent sous le nez et atteignent la tour, leurs valeurs pour le décompte final diminuera. Ainsi, par exemple, si vous parvenez à maintenir tous les gros chefs à distance, ils vous rapporteront chacun 7 points, mais si vous en avez tué un seul et que 4 autres de son espèce passent tout droit jusqu’à la tour, sa tête ne vaudra plus que 3 points ! On pourrait croire que c’est complexe mais tout ça est magnifiquement lisible grâce à un compteur de créatures…

Les cadavres ramenés par zom : un seul big boss (en rouge), les autres sont chez Bibi

L’archimage c’est moi

Les créatures vaincues vous rapporteront donc des points en fonction de ce qu’indique le compteur, certains sorts de soutien rapporteront 2 points, et on pensera à déduire nos cartes poison pour connaître les totaux. Au final, c’est moi qui ai fauché les orques les plus bankables ! Et j’ai une bonne envie d’y revenir parce que c’est léger et fun cette histoire.

Du coup !

Concernant la ressemblance avec Castle Panic, j’ai envie de dire oui et non : bien sûr, ça y ressemble malgré un certains nombres de subtiles nuances dont tout d’abord le fait que Castle Panic est coop’ tandis que celui-ci, absolument pas ! Inspiré, oui, copié-collé non.

L’extension 1 que nous avons également achetée permet l’ajout d’effets de terrains (modifiant la vitesse ou le nombre de points de vie des créatures), ainsi que de nouveaux types de monstres (plus difficiles à vaincre) et de nouvelles cartes Destin qui font notamment progresser les orques par sections et non par couleur.

A voir maintenant sur le long terme, comment tout cela garde son attrait !

>> Fiche du jeu

8 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 22/10/2014
    Répondre

    Gros potentiel selon moi. Simple efficace, plein de confrontation pas trop méchante, pas mal de combo, beaucoup d’orcs coupés en rondelle !

    Loufoque et FUN !

  2. Photo du profil de Antony
    Antony 22/10/2014
    Répondre

    Ça a l’air bon tout ça ! Comme une envie soudaine de dégommer de l’orc moua 😉

  3. Photo du profil de Nelijah
    Nelijah 23/10/2014
    Répondre

    vu l’iconographie le fait que ce soit en anglais n’a pas l’air dérangeant mais les règles seront elles traduites ?

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 23/10/2014
      Répondre

      les règles sont traduites, le jeu est distribué par Asmodée. En effet, il n’y a pas besoin de parler en anglais pour y jouer car tout est basé sur de l’iconographie.

  4. Photo du profil de eolean
    eolean 23/10/2014
    Répondre

    Je suis passé devant plusieurs fois à Essen, me disant à chaque fois : « tiens, ça a l’air sympa ça » et je ne me suis pas arrêté. 

    Est-ce qu’on a vraiment le sentiment d’un tower defense ? 

    • Photo du profil de Sha-Man
      Sha-Man 23/10/2014
      Répondre

      Non. On a le sentiment, de magiciens débiles qui font un concours du plus gros chapeau à poutrer des hordes d’orcs.

      Moi j’ai adoré, c’est pour le moment un de mes coups de coeur dans ce que j’ai essayé, avec brave rats qui n’est pas nouveau mais testé hier soir et qui m’a éclaté.

      • Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
        TheGoodTheBadAndTheMeeple 24/10/2014
        Répondre

        Pas mieux, on défend pas, on POUTRE ^^ et on pouillote un peu aussi.

        • Photo du profil de eolean
          eolean 24/10/2014
          Répondre

          Argh ! C’est malin vous m’avez donné envie avec vos bêtises !!! Bon, va falloir le trouver maintenant ^^

Laisser un commentaire