Decrypto : jeu / devinette / équipe / addictif

Decrypto est un jeu d’ambiance/réflexion, d’association de mots de Thomas Dagenais Lesperance, édité par Le Scorpion Masqué, jeu dont vous avez sûrement déjà entendu parler (notre interview datant de Essen dernier, le Ludochrono par ici).

Il est conçu pour 3 à 8 joueurs, idéalement pour 4 ou  6 joueurs puisque deux équipes vont se confronter. On aura un « décrypteur » et un « encrypteur » par équipe.

Au premier contact, vous vous direz peut-être : « Hmm, encore un jeu de communication et d’association d’idées, mais que va-t-il apporter de plus ? » Surtout que l’explication à la volée fait penser à Codenames. Mais disons-le tout de suite, la comparaison ne tient pas du tout.

Expliquer le jeu est une gageure tellement le système central est contre-intuitif, et pourtant ! C’est tellement simple. Qu’importe, il faudra un exemple pour aider les joueurs à comprendre. 

Decrypto_jeux_de_societe_Ludovox (5)

Tâchons d’expliquer !

Nous allons jouer en 8 manches (ou moins). La victoire est à vous si vous décodez le code adverse deux fois ou si l’équipe adverse se trompe deux fois en faisant une erreur de code.

Chaque équipe à un paravent avec 4 mots secrets et numérotés de 1 à 4 (photo ci-dessous). Ces mots ne changent pas de la partie.

Dans chaque équipe, un joueur va être l’encrypteur (ça change à chaque manche) et devra faire deviner un code aux autres joueurs.

 

Decrypto_jeux_de_societe_Ludovox (3)

Nos mots : Nain – Professeur – Texas – Olympiade

Decrypto_jeux_de_societe_Ludovox (4)

Pour cette manche, j’ai tiré le code : 3. 1. 4., il faut donc que je fasse deviner les mots associés à ces chiffres, dans l’ordre : Texas, Nain, Olympiades

Et je propose 3 indices à haute voix : Instrument, Or, et Anneaux.

“Instrument” fait référence à la fameuse calculatrice Texas que l’on utilisait dans nos années collèges (tout cela ne nous rajeunit pas !). L’“or”, c’est ce qu’aiment les nains par dessus tout, quant aux “anneaux” ce sont les anneaux olympiques. 

Quoi juste 3 mots ?! Mais c’est trop facile, ton jeu !

Ces 3 mots vont faire gamberger l’équipe d’en face en plus de la mienne. L’anneau, ça titille leur fibre de geek, ils pensent immanquablement aux Seigneur des anneaux, mon préciieuuuux… Mais anneaux c’est aussi l’anneau du mariage. « Instrument », il se disent que l’on doit avoir un piano, une trompette ou tout autre instrument de musique. À moins que ça soit des instruments chirurgicaux ? etc. En l’état des choses, il faudra plus d’informations à l’équipe adverse pour intercepter le code, mais déjà des associations d’idées se font et se défont dans leurs esprits tourmentés. Tout le monde a une fiche pour garder traces des mots qui seront énoncés et des codes proposés. 

Il va falloir que mon équipe discute et trouve le code (elle le notera sur sa fiche), mais attention, l’équipe adverse va tenter aussi, au fur et à mesure des manches se succédant, de décrypter, et elle fait toujours sa proposition avant votre propre équipe. Au début, c’est très difficile pour ceux d’en face (d’ailleurs, il n’y a pas d’interception du tout lors de la première manche) mais la partie avançant, ils vont accumuler de plus en plus d’indices autour de chaque mot, et si vous devenez trop évidents dans vos indices, ils finiront peut-être par décrypter un code. Alors, s’ils y parviennent, l’équipe adverse reçoit un jeton interception, et se rapproche dangereusement de la victoire (pour rappel, il en faut juste 2 pour l’emporter).

On essaie donc de lancer des fausses pistes pour nos adversaires, et des bonnes pistes pour nos comparses, tout cela en usant des mêmes mots pour tout le monde. Vous comprenez que des indices très simples évitent que votre équipe se trompe, mais à trop en abuser vous prenez clairement le risque d’être compris par l’équipe d’en face, même s’ils ont pas les mots sous les yeux. À vous de trouver le juste milieu, à labourer le champ sémantique afin que vos adversaires se sentent perdus sans que vos amis le soient aussi. Simple sur la première manche, mais beaucoup moins quand la partie progresse !

decrypto jeu de societe

 

Mon binôme tire une nouvelle carte code et il me propose :

Petit – Grec – Élève

Je tente le code : 1 – 4 – 2 : qui correspond à nain/olympiades/professeur. 

 

Interception !

Decrypto_jeux_de_societe_Ludovox (7)

 

À ce moment, l’équipe d’en face a encore peu d’informations mais va tenter une interception tout de même, et propose le code 2 – 1 – 3 qui échouera. Peu de mots sont découverts pour l’instant, et il n’est pas facile de faire des associations.

Là, ils pourraient être tentés d’associer instruments et élèves, ou Grec et anneaux s’ils pensent aux Jeux Olympiques.

Vous le voyez, plus on avance et plus on a de mots de l’équipe adverse, plus ou sent qu’on se rapproche du but et cette sensation est assez indescriptible. Chaque mot entre en résonance avec les précédents cités, ainsi, chaque choix a toujours un impact fort sur les prochains mots ce qui nous pousse à penser long terme. Parfois il faut savoir se garder des cartouches, parfois il faut se jeter à l’eau.
Dans une autre partie, pour le mot « Parc » on a successivement donné les mots : Enfant, balançoire, ballon. Pour perdre l’équipe adverse, on peut tenter de dire “voiture” ou “informatique”, en voulant évoquer un parc de voitures ou un ensemble d’ordinateurs, mais c’est un peu quitte ou double !

 

Decrypto_jeux_de_societe_Ludovox (1)

 

Une erreur de code de la part de votre équipe ? On prend un jeton “malentendu”. On perd quand on en accumule deux, du coup, lors de la manche suivante, on jouera probablement de façon moins risquée, mais on pourrait bien se faire décrypter ! À l’inverse, si l’équipe adverse a intercepté notre code, on va prendre plus de risques, ce qui peut noyer nos partenaires : on est de plus en plus sur la corde raide.

Il est à noter que l’on peut utiliser un sablier pour mettre la pression sur l’autre équipe. On le déclenche quand on fini de proposer des mots. Pour le moment, chez nous, on a fait le choix de ne pas l’utiliser, on préfère prendre son temps, ça offre des parties bien plus mémorables.

 

Codenames-iello-eclate

 

Codenames Vs Decrypto ? 

Si l’on pense immédiatement à Codenames en voyant le pitch de Decrypto, les deux jeux sont vraiment différents. Certes, ce sont des jeux d’associations d’idées mais si Codenames est plus facile à expliquer, il est bien plus intimidant à jouer, on a souvent vu des joueurs bloquer sur la grille de 25 mots, pendant que tout le monde attend, joueurs adverses et coéquipiers. Pire : à force d’attendre, les joueurs se déconcentrent discutent, perturbant le pauvre maître-espion qui finit, agacé, par dire un mot en 2 occurrences pour se débarrasser de ce poids.

Decrypto n’a pas ce problème : d’abord nous n’avons que 4 mots devant les yeux, mais en plus tout le monde joue en même temps. Le seul temps mort est la phase d’encryptage, et même pendant cette phase, les binômes peuvent réfléchir aux mots clés de l’équipe adverse.

 

Fraise = rouge / cueillir / dentiste / Henri IV

Côté édition : wahou. Le matériel est excellent, les paravents avec fonds rouges ne servent foncièrement à rien, mais ils posent le thème et donnent envie de jouer, les vieilles disquettes 5 pouces un quart qui servent pour le code, le personnage qui ressemble à Apple 2, tout cela favorise grandement l’immersion et le plaisir de jeu. L’idée du thème du décryptage colle vraiment bien à la sensation de jeu, ce qui est à souligner car rares sont les jeux à associations d’idées qui parviennent à faire exister leur thème. Là, on ressent bien cette idée de « capter » au vol un message secret et de le décoder, tout comme l’idée de faire passer un message à ses partenaires en faisant en sorte de pas être intercepter. 

Decrypto_jeux_de_societe_Ludovox (6)

Lors d’une partie, on passe par des ascenseurs émotionnels mémorables, on jubile de semer le doute dans l’équipe adverse, et puis on hurle quand on voit qu’on a mystifié jusqu’à notre équipe ! Pendant la phase de décryptage, nos neurones se mettent sur le qui-vive et tentent de déchiffrer ce qui se dit, on énumère les synonymes, on explore le réseau analogique de chaque terme, on recense les mots communs, les signifiés, les signifiants, on croise les concepts que l’on a en main, on déterre les cadavres exquis, bref on se retourne littéralement le cerveau avec bonheur. Dénicher les double sens cachés et passer en revue toutes les allusions, références, idées utiles est un exercice à la fois prenant et délicat. Autant le dire, quand on réussit à décrypter le code adverse, on se sent totalement euphorique.

Decrypto_jeux_de_societe_Ludovox (2)

 

Le seul point sensible du jeu : attention au moment où vous constituez les équipes. Jouer avec son partenaire de vie (dans la même équipe) par exemple, oui, pourquoi pas, mais attention aux références trop « private » qui excluent les autres ! De même, jouer à 4, en 2 vs 2, et se retrouver en binôme avec une personne avec qui vous avez peu d’atomes crochus peut s’avérer plus difficile (problème que l’on retrouve dans un peu tous les jeux d’associations d’idées). Des fois, pour trouver le code il faut partager les mêmes codes ! Faire des références culturelles est toujours un pari risqué, mais des fois, on a plus tellement d’autres idées… 

 

logo decrypto

 

En termes de progression dans la partie, Decrypto génère une tension incroyable : plus l’on avance et plus l’étau se resserre. Si on se trompe, on se met en danger et on va être tenté d’être plus lisible, tout en risquant l’interception. J’ai souvenir d’une partie où j’étais totalement perdu, tout ce que je pouvais dire était trop transparent : on allait se faire avoir d’un instant à l’autre. Ma binôme est partie sur des signifiants vraiment différents, et on est revenus dans la partie. Second effet Kiss Cool, les joueurs d’en face ont complètement perdu le fil. Rebondissement jouissif !

 

pic3677484

 

Tension, jubilation, suspense, voilà ce qui résume une partie de Decrypto. Et le plaisir advient quand on code, quand on décode, quand on décrypte, peu importe en fait, il est là et nous lâche pas. D’ailleurs, un Decrypto se continue après la partie : souvent, un long debriefing a lieu ensuite, au cours duquel on adore expliquer ce que l’on a voulu dire, on aime décoder les mots adverses même après coup, accéder à la compréhension de leur logique, voir les allusions insensées prendre soudain sens. Passer du temps à refaire la partie est toujours signe que l’on a vécu un moment fort.

Fichtrement addictif, ce Décrypto. Depuis que j’ai ramené le mien à mon association locale, 3 autres adhérents l’ont acheté et on organise des mini-tournois. Ici, il a relégué Codenames au fond de l’armoire.

Il fonctionne à merveille avec tous les publics, même si l’explication des règles est un peu absconse tant il est contre-intuitif au départ. Avec un exemple en revanche, cela vient tout seul et on en redemande. Decrypto est sans conteste le meilleur jeu d’association d’idées sur le marché actuellement. En tout cas, comptez sur sa présence dans la sélection des coups de coeur 2018 Ludovox. 

 

 

 

Atom & Shanouillette

 

Pub Tipeee grand format copie

 

12 Commentaires

  1. Photo du profil de Grovast
    Grovast 15/06/2018
    Répondre

    Je le trouve moi aussi supérieur à CodeNames, pour les raisons bien identifiées dans cet article. Son seul « défaut » est la difficulté à le pitcher.

    A voir sur la durée mais pour le moment c’est du bonheur.

  2. Photo du profil de steeve
    steeve 15/06/2018
    Répondre

    le jeu le plus abouti dans sa catégorie ++

  3. Isa il y a 29 jours
    Répondre

    C’est exactement ça … tout est dit ! Ce jeu est magique pour qui aime les mots. Mais effectivement, expliquer les règles n’est pas du tout intuitif. Un premier tour et le problème est résolu.

    Et à la fin quel plaisir d’annoncer les mots que l’on a deviné! C’est la cerise sur le gâteau ^^

  4. Photo du profil de Zuton
    Zuton il y a 29 jours
    Répondre

    Le jeu où il est plus facile de jouer que d’expliquer comment ca marche ! Très bon dans sa catégorie !

    • Photo du profil de atom
      atom il y a 27 jours
      Répondre

      à l’asso quand des joueurs veulent y jouer on leur propose d’intégrer une équipe et on leur explique en jouant, la premiére manche ils ne saisissent pas tout, mais ensuite c’est eux qui veulent se lancer dans le rôle d’encrypteur.

  5. Photo du profil de Liopotame
    Liopotame il y a 29 jours
    Répondre

    Je souhaitais acquérir l’un des 2, cet article m’a définitivement convaincu de prendre Decrypto, merci 😉 (je le préfère mais je pensais Codenames plus facile à sortir, finalement tes arguments ont fait mouche)

    • Photo du profil de atom
      atom il y a 27 jours
      Répondre

      Cet article à été écrit à 4 mains avec Shanouillette, c’est donc nos arguments 🙂
      Sinon concernant Codenames, les deux sont biens, et intéressants dans une association, mais Decrypto est moins déstabilisant passé le coté peu intuitif de l’explication. et beaucoup moins de temps morts.

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette il y a 26 jours
      Répondre

      Codename est plus simple à expliquer, et n’a pas besoin d’une config particulière pour être joué, en ce sens il est plus facile à sortir. Mais Decrypto est plus intense 🙂

  6. zango il y a 28 jours
    Répondre

    Il faut juste se mettre sur la même longueur d’onde que son ou ses partenaires !!!!!!

  7. Photo du profil de snaketc
    snaketc il y a 27 jours
    Répondre

    Tout à fait d’accord. J’ai été très surpris de voir des enfants de 11-13 ans s’éclater à ce jeux. Pour ma part je préfère code name duo à code name car il y a moins de temps d’attente.

  8. Photo du profil de Flemeth
    Flemeth il y a 18 jours
    Répondre

    A fond d’accord avec toi Atom, notre dernière partie a été mémorable en terme d’émotions fortes et restera un grand moment ludique 😀

Laisser un commentaire