Zoom sur Minecraft : extension « Farmer’s Market »

Voici donc que nous vous parlions il y a de cela quelques mois du jeu de base Minecraft: Builders & Biomes. Et voici donc qu’une extension sortait quelques mois plus tard, Farmer’s Market Expansion. Bien sûr, votre humble serviteur voulait en faire le Just Played dans la foulée. Oui mais voilà, confinements et couvre-feux ont fait que, ayant moins d’opportunités de jouer, le temps est passé (un peu de procrastination aidant) sans que je puisse revenir vers vous sur ce sujet. Alors, est-il nécessaire de rajouter des légumes à nos cubes ? Voyons désormais cela sans tarder ! 

Petit retour sur le jeu de base

Souvenons-nous : Minecraft : Builders & Biomes nous proposait d’explorer un petit monde (4 piles de tuiles sur 4), de récolter des ressources, de construire des bâtiments, de les agencer habilement sur son espace de jeu pour en tirer le maximum de points de victoire lors de trois décomptes et de taper sur des monstres inoffensifs par le truchement d’armes glanées au fil de vos pérégrinations. 

Le jeu était léger, rapide, adapté à des publics variés, sans aucun doute idéal pour découvrir le jeu de société moderne (en plus vous avez même un Tutovox pour prendre les règles en main), plutôt malin et, comme il se doit, basé sur la frustration. « Comment ça, je ne peux pas attraper une arme, me déplacer et taper sur un monstre ? Ah oui, c’est vrai, deux actions par tour… ».

 

 

Une extension était-elle nécessaire ?

Non ! Le jeu était équilibré et se suffisait en lui-même.

Oui ! C’est toujours rigolo de rajouter des choses pour pouvoir explorer d’autres voies vers la victoire.

Voyons donc ce qu’apporte cette extension et si elle ne fragilise pas l’équilibre délicat qu’est toujours celui d’un jeu.

 

Qu’apporte l’extension ?

Des légumes !
Sous la forme de cubes jaunes, ils vont proliférer sur de nouvelles tuiles et permettent d’acheter des objets lors d’une sixième action. 
Ces objets quant à eux ont des effets variés, permettant d’améliorer les autres actions déjà présentes ou de gagner plus de points.

Le contenu de la boîte d’extension semble relativement modeste en tas… mais, une fois étalé et bien aligné, il occupe pas mal de place :

 

Nous pouvons donc être rassurés sur un point : les tuiles s’alignent toujours parfaitement, et ça, ça n’a pas de prix.

Et, surtout, les modifications apportées au jeu ne le complexifient que peu (pourquoi « surtout » ? C’est quand même vachement important que les tuiles s’alignent toujours bien !).

Ah ! L’extension apporte aussi de nouveaux « skins » comme on dit dans le milieu de Minecraft. Vous ne serez plus obligés de dessiner les vôtres sur les cartons blancs présents dans le jeu de base.

 

Jeu dans la chronique : les sept différences

Même si le jeu des sept différences n’est pas le plus stimulant ni le plus passionnant du monde, je vais vous laisser trimer un peu sur cet habile photo-montage pour identifier les différences entre l’installation du jeu de base et l’installation avec la totalité des éléments :

Le jeu de base

Le jeu de base avec l’extension

 

 

J’espère que vous vous êtes bien amusés.

La nouvelle action disponible

Ce qui est bien avec ce Minecraft, c’est que vous pouvez, pour en expliquer les règles, donner la menue aide de jeu à vos convives et leur dire : toutes les règles tiennent là. L’observation minutieuse des deux photographies suivantes nous indiquera rapidement qu’outre la nouvelle action disponible, le troisième décompte est légèrement modifié, en introduisant le nouveau type de structure amené par l’extension, à savoir les champs (ceux sur lesquels poussent les légumes). Ils rapportent peu, mais ils permettent d’acheter des objets.

 

Aides de jeu du jeu de base

Aides de jeu de l’extension

 

Cette action consiste à payer des cubes-légumes de son plateau pour acheter un objet. Avant le premier décompte, quatre seront disponibles et quatre seront rajoutés consécutivement à chaque décompte. Les coûts et les effets vont, évidemment, croissant. Chaque rangée peut accueillir quatre objets parmi six, ce qui fait que nous n’aurons pas les mêmes combinaisons d’une partie à l’autre (sauf à faire 46 656 001 parties si je ne me suis pas trompé).

Au début de la partie, nous commençons avec une tuile de forêt qui contient deux légumes (un seul à jeux joueurs). Une des premières actions possibles sera donc de dépenser ces légumes pour acheter un objet qui n’en nécessite que deux (ou un à deux joueurs). Les ouvertures de jeu sont donc renouvelées : investir tout de suite ou pas ?

 

Les légumes primordiaux

 

Si on veut se lancer dans une stratégie légumes-objets, il faudra donc renouveler ce cheptel (si tant est que ce terme s’applique à des légumes, ce qui me semble douteux). Comment faire ? Première solution, construire des tuiles qui en contiennent : elles viendront en effet avec ces précieuses ressources. Deuxième solution : attendre les décomptes à l’issue desquels des légumes réapparaîtront pour remplacer leurs augustes prédécesseurs. Attention, les légumes ne se rajoutent pas, ils remplacent ceux qui ont été utilisés, ce qui pousse à la consommation (cinq légumes par manche semblent permettre une bonne hygiène de vie).

En se lançant à la recherche des tuiles-jardins (appelons-les ainsi), on se lance donc du même pied dans une nouvelle stratégie qui du reste aura bien payé avec le joueur qui l’a tentée sur notre dernière partie, puisqu’il a gagné : la stratégie dite du légume.

 

Que font ces objets ?

L’image ci-dessous montre la disposition de quatre objets sur les six possibles ainsi que l’aide de jeu qui explicite l’effet de chacun d’entre eux. J’en profite au passage pour pinailler un peu : l’aide de jeu met tous les objets à la suite, sans distinguer clairement ceux qui peuvent arriver après tel ou tel décompte. Il me semble que la même aide de jeu éditée en format paysage se serait très bien acquittée de cette mesure de bon sens. Mais las.

 

 

Nous pouvons voir sur l’image ci-dessus que les objets améliorent les autres actions : elles permettent de plus se déplacer, de gagner plus de points, de construire plus facilement, de combattre les montres, de mieux valoriser des éléments de jeu restant en fin de partie, voire de faire plus d’actions ou de gagner 20 points. Du grand classique, simple et efficace.

 

Alors, heureux ?

L’extension Minecraft : Farmer’s Market permet de rajouter une stratégie efficace au jeu de base sans le complexifier outre mesure, ni l’alourdir.

Si vous n’avez pas apprécié le jeu de base, il y a à mon avis assez peu de chances que l’extension vous réconcilie avec lui (et il y a sans doute aussi assez peu de chances pour que vous lisiez ceci), à moins qu’une passion pour les légumes ne vous dévore.

Si au contraire vous aviez aimé Minecraft: Builders & Biomes et que vous n’ayez rien contre rajouter un peu de piment (et de fibres) dans vos parties, vous feriez bien de jeter un œil attentif à cette première extension.

 

   

Laisser un commentaire