Winter Kingdom la suite autonome de Kingdom Builder

Le retour de Kingdom Builder, près de 10 ans après sa sortie initiale, qui l’eut cru ?

Le second grand jeu de monsieur Donald X. Vaccarino (après Dominion évidemment, le Spiel des Jahres 2012) est en effet en ce moment sur la plateforme de financement Kickstarter, sous l’appellation Winter Kingdom.

winter kingdom

Dans ce titre, vous jouez des cartes de terrain pour ajouter des colonies au plateau central et étendre ainsi votre royaume progressivement. Mais Winter Kingdom modifie un peu la donne par rapport à Kingdom Builder, heureusement. Dans cette version, les joueurs reçoivent en début de partie des cartes de capacités spéciales, et peuvent ensuite gagner des pièces en fonction de la carte Economie en cours – une autre nouveauté de cette suite – et les dépenser pour acheter d’autres pouvoirs. On ajoute à cela des cartes qui vont modifier les règles de jeu et vous comprenez pourquoi l’éditeur, Queen Games, assure que le jeu peut proposer plus de 800 combinaisons de règles différentes. 

winter kingdom

Nous avons un nouveau plateau hexagonal composé de sept tuiles de terrain qui peuvent être réorganisées pour une disposition différente à chaque partie.

 

Dans ce « Royaume d’hiver » vous aurez sept tuiles de carte hexagonales à double face, disposées au hasard pour créer la zone de jeu. Ensuite, trois conditions de scoring, une carte Economie (montrant comment les joueurs gagnent de l’argent) et une carte twist sont distribuées, ce qui donne les caractéristiques uniques de la partie. Chaque joueur reçoit aussi cinq cartes de capacité et une carte de terrain.

winter kingdom cartes de jeu ludovox

À votre tour, vous devez placer trois Maisons dans le terrain représenté sur votre carte terrain. Si cela est possible, vous devez placer les Maisons à côté des Maisons déjà placées. (Si ce n’est pas possible, elles peuvent être placées à n’importe quel endroit correspondant au terrain indiqué sur la carte). Vous commencez également avec un nombre limité de Forts, qui peuvent remplacer n’importe quelle Maison et qui comptent pour deux Maisons sur l’hexagone.

Après avoir placé des Maisons, vous pouvez utiliser votre or pour faire un achat, soit en payant le coût de mise en jeu d’un pouvoir, soit en payant un coût supplémentaire sur un pouvoir précédemment placé pour l’améliorer.
Une fois achetée, la capacité peut être utilisée une fois par tour pour le reste de la partie. Vous commencez avec un peu d’or pour acheter des capacités et vous pouvez gagner plus d’or en fonction de la carte Economie en cours.

05b77cca0938b3421e356b616219c6e3_original

La partie se termine lorsqu’un joueur n’a plus de Maisons et des Forts. Les joueurs marquent alors des points sur la base des critères des cartes de scoring en jeu et celui qui a le plus de Maisons à côté de chaque château marque aussi 3 points supplémentaires. Et chose inouïe, le joueur qui a le plus de points gagne.

Si l’on devait noter les différences notables le démarquant de Kingdom Builder, on soulignerait le fait qu’ici chaque joueur a 4 Forts (rappelons que les Forts peuvent être placés à tout moment à la place d’une Maison et comptent pour deux Maisons sur un même hexagone, mais ne peuvent pas être déplacés par les capacités) mais surtout l’ajout de l’économie qui génère des pièces permettant d’acheter des pouvoirs (améliorables) ainsi que les cartes Twists qui modifient les règles de base. Un ensemble devrait augmenter considérablement la rejouabilité du jeu. 

La campagne se déroule donc actuellement sur KS, et prendra fin le 10 avril. Elle rassemble aujourd’hui plus de 1 080 contributeurs et l’objectif fixé à 9024€ a bien entendu été largement atteint. La principale différence avec la future version retail tient dans le fait que les Maisons ont ici plusieurs visuels. Le jeu n’est pas proposé entièrement en français, mais ils proposent tout de même les règles traduites et un index pour les cartes (seul élément du jeu nécessitant une traduction).
Pour en savoir plus c’est par ici que ça se passe. 

   

Laisser un commentaire