Via Magica : 100% des gagnants ont tenté leur chance

Qui ne s’est jamais laissé traîner dans une salle des fêtes ou dans le loto de l’école ? Assis sur votre chaise pliante, posant des grains de maïs sur des plateaux numérotés, surveillant les gamins qui ne trouvent rien de plus drôle et intéressant à faire que de se jeter les grains de maïs au visage… Pour faire bonne figure, vous les réprimander, alors qu’en réalité vous les enviez ^^. Jusqu’au moment extatique où vous criez “quiiiiine !!” et repartez avec une magnifique voiture 5 portes bouilloire, objet que vous avez déjà et qui va encombrer votre grenier, cave, débarras (rayez la/les mentions inutiles), mais avec le sentiment d’avoir contribué pour le voyage scolaire du petit dernier. 😉

Augustus (sorti en 2013) de Paolo Mori, c’était le pari osé de rendre cette opération de fin d’année obligatoire en jeu familial simple, mais pas simpliste pour autant, et fun (Ludochrono). C’est comme si quelqu’un se disait en se réveillant le matin : hey j’ai une idée je vais faire un jeu avec la mécanique de la bataille ! Il vaut mieux se recoucher non ? Non. Parfois on tient un truc et ça vaut le coup d’insister (cf le Just Played de Tea for two paru hier). Et en effet, Augustus ne manquait pas de qualités (cf Test).

Quand Via Magica est apparu sur les étals, je me disais bien ça me rappelait quelque chose… et pour cause, c’est tout simplement une adaptation d’Augustus mais dans un univers de magie ! Ne croyez pas que le jeu renie ses origines, au contraire il y fait directement référence dans la règle puisque c’est le mage Augustus qui nous les explique. C’est ce que l’on appelle un passage de relais.

 

 Via Magica_01

Incantatum !

Le grand Mage Augustus vous rassemble tous dans son bureau :

– Bienvenu apprentis Magiciens ! Il est temps de passer votre diplôme de magie pour devenir le meilleur des petits mages ! Il faudra pour cela ouvrir des portails grâce aux animus et ramener des ingrédients magiques, comme le feu du phoenix, la bave du crapaud, de la poussière des fées, des écailles de sirènes, de la racine de Mandragore, du sang de chauve-souris… ah non celui-la peut-être pas ! 

Comme l’a dit ce cher Augustus avec panache, nous allons donc ouvrir des portails magiques en plaçant des cristaux sur des animus, puis, quand on complète un portail on gagne une récompense (ou des points en fin de partie) et on en choisit un nouveau.
La partie se termine quand un joueur a ouvert 7 portails (on termine néanmoins le tour en cours).

 via-magica04

Bingoo !

La mécanique du loto (ou bingo en fonction des régions) n’est pas des plus affriolante, mais ici et là résident des petites touches “gamer” plus enrichissantes. Certes, on pioche les jetons des différents animus, mais ceux-ci ne sont pas présents en même quantité et il faudra donc jouer avec les probabilités.

 

via-magica03

 

Il faut réfléchir aux cartes portails que l’on va prendre, une carte avec des Ombres (1 seul jeton dans le sac) sera plus compliquée qu’une carte avec de l’Eau (en fonction du nombre de jetons présents dans le sac). Attention, car on n’a que 7 cristaux à poser sur nos animus, on se retrouve assez rapidement limité ! Quel crève-cœur de devoir enlever un cristal déjà placé pour terminer un portail… Bien sûr il existe des cartes qui vous donnent de nouveaux cristaux, ce qui facilite la vie.

Mais ce n’est pas tout, certaines cartes nous offrent quelques pouvoirs. Ainsi une fois la carte ci-dessous réalisée, chaque fois que l’on piochera un jeton “vent” on pourra décider de placer notre cristal où on le souhaite.

 

viamagica02

 

Le système de scoring est classique. Soit nous avons des points directement sur notre carte portail, soit nous en aurons selon une collection, pour chaque animus présent (par exemple pour chaque animus de type feu). Du coup on ne prend plus les cartes au hasard mais en fonction de nos objectifs.

Ne croyez pas que l’interaction n’est pas présente ! D’abord nous sommes dans une course, le jeu se termine quand un joueur réalise sa 7e carte portail souvenez-vous. Mais à tout moment on peut revendiquer une carte bonus si on a le prérequis et elles vont crescendo en termes de récompense, mais attention on ne pourra en avoir qu’une seule ! Cela demande de prendre un risque. Si vous visez la récompense supérieure mais qu’un joueur vous la chipe vous ne pourrez pas réclamer la précédente… Mine de rien ce petit dilemme génère une petite tension, on se surveille, et on réfléchit à prendre ou non le risque (un tiens vaut toujours mieux que deux tu l’auras … pas). 

 

viamagica01

 

Papy Augustus

Exit aussi les légions et les provinces romaines illustrées par le talentueux Vincent Dutrait, nous avons cette fois un univers magique et c’est une myriade d’artiste qui donnent vie aux cartes portails et leurs occupants : Biboun, Paul Mafayon, Camille Chaussy, Jeremy Fleury, Mathieu Leysenne, Régis Torres, Djib dans des teintes plus flashy et un style plus manga.

Mais ce n’est pas la seule des différences. Augustus proposait une interaction un peu plus directe, certaines cartes objectifs permettaient d’enlever une ou plusieurs légions sur les cartes des joueurs, voire même de détruire un objectif validé, on pouvait aussi piquer un objectif ! C’est que chez les romains ça ne rigole pas… Dans Via Magica on reste gentil, il n’y a pas ce type d’entourloupe, pour toucher un public sans doute plus large. Si besoin, les amateurs d’interaction plus cinglante connaissent le chemin pour Rome 😉 (c’est facile, ils y mènent tous). 

 

viamagica05

 

Alors la magie opère ?

viamagica04

On a trouvé l’édition plutôt jolie, même s’il manque un petit carnet pour compter nos points et en garder une trace. Le décompte n’est pas aisé, entre les cartes à points immédiats, ceux qui en donnent selon une condition il faut du silence et de la concentration pour y arriver surtout quand on a 7 ans. Dans Augustus on avait des jetons pour matérialiser la réussite des objectifs et récompenses, dans Via Magica ce sont des cartes de la même taille que celles que l’on a déjà devant soi. Un peu dommage, car ça prend un peu de place sur la table.
Dans le même ordre d’idée, le choix graphique de ces cartes récompenses n’est pas très lisible, un peu too much, étonnant pour un jeu familial.
Par contre, tout tient dans une petite boite que l’on peut emporter partout, exit le gâchis d’espace qu’était Augustus à sa sortie (une extension aurait été prévue mais jamais sortie ; depuis l’éditeur a corrigé le tir).

Ayant deux enfants d’âge différents il se crée souvent un petit fossé entre le grand qui veut jouer à des jeux plus corsés avec nous (L’âge de Pierre, Istanbul) et sa petite sœur qui sait compter, mais n’a pas un raisonnement mathématique et stratégique aussi poussé. Pour nous, Via Magica fait un peu office de jeu rassembleur. On y joue régulièrement ensemble, les parties sont rapides et sont intéressantes même pour des joueurs habitués. Via Magica est clairement le jeu du moment de ma fille (7 ans) avec lui elle commence à intégrer les principes de scoring, le stop ou encore des cartes récompenses, et c’est un excellent moyen de lui apprendre à compter en s’amusant.

Certes, je conserve personnellement une légère préférence pour Augustus et son interaction plus chafouine, mais pour jouer ainsi en famille (avec une mauvaise perdante en plus), finalement c’est un meilleur choix ! Via Magica a obtenu son diplôme haut la main.

 

 

   

3 Commentaires

  1. Anko 24/06/2020
    Répondre

    Et est-ce que la boîte de Via Magica rentre dans celle d’Augustus, hein ? (mais j’en ai de ces questions !).
    J’aime beaucoup Augustus, mais j’ai une chafouine-tricheuse-mauvaise foi-mauvaise perdante, alors je ne suis pas prête de la faire jouer avec la boîte Romaine, pas assez girly pour elle, du coup je m’interroge…

    • Photo du profil de atom
      atom 24/06/2020
      Répondre

      Ma boutique à les deux et la nouvelle version de Augustus est plus petite, mais elle reste un petit peu plus grande que celle de Via Magica. Pour donner une idée, on a peu prés dans la même taille qu’un Caverna 2 joueurs, Mandala, cette gamme de jeu 2 joueurs  de chez Funforge.  Sinon, le jeu a été expurgé de toute son interaction agressive, du coup ça devrait mieux se passer je pense. l’interaction de Via Magica est uniquement de course. le premier à faire telle chose ou telle autre. le théme de Via Magica convient trés bien pour des enfants. En un week end j’ai duy en faire pas loin d’une dizaine de parties, ma fille est à fond 🙂

  2. Anko 25/06/2020
    Répondre

    Merci pour le retour… je vais certainement me laisser tenter 😛 Ce qu’on peut être faibles parfois face à des boîtes de jeux ^^’

Laisser un commentaire