Transatlantic, Mac Gerdts mène la barque

Mac Gerdts (le papa de Concordia) travaille sur un nouveau jeu depuis deux ans. L’opus devait sortir à Essen 2016 et son auteur a préféré le reporter pour le peaufiner. Cette année, c’est la bonne ! Le jeu (dans sa première version anglais/allemand) est édité dans la maison d’édition de l’auteur : PD Verlag (hall 2 à Essen). 

Transatlanctic_Jeux_de_societe_Ludovox (2)

 

Transatlantic propose de revivre la période du développement des bateaux à vapeur.

 

Moteur

Warning : Si vous avez joué à Concordia, ça y ressemble furieusement !

Chaque joueur commence avec un bateau à voile ainsi qu’un bateau à vapeur. Félicitations, vous avez constitué votre flotte (oui à partir de deux vaisseaux, c’est une flotte ^^).

Transatlantic_Jeux_de_societe_Ludovox (3)

 

Dans l’ordre du tour, chaque joueur joue une carte de sa main et réalise l’action correspondante.

Ces actions vous permettront de faire du commerce ou de déployer vos vaisseaux sur le planisphère, ou encore de produire du charbon (et oui ces bateaux tournaient au charbon souvenez-vous).

Vous pourrez acheter de nouvelles cartes pour enrichir votre main d’actions.

money

 

Petit à petit, votre main de cartes s’amenuise et vous devrez jouer le Directeur pour reprendre vos cartes en main (comme la carte Tribun dans Concordia).

Il vous faudra donc construire votre flotte qui sera votre moyen de gagner de l’argent (le nerf de la guerre) et les déployer sur le planisphère. À noter : certains bateaux vous donneront des points de victoire pendant la partie.

 

Et le scoring puisqu’on en parle ?

Le jeu se termine quand le dernier bateau est acheté. Vous gagnerez des points de victoire avec un multiplicateur (comme dans Concordia), cependant, cela sera en fonction de vos vaisseaux et non grâce aux cartes comme dans le jeu sus-cité.

bateau

Il existe 5 types de navires ; plus vous avez de navires d’une même couleur et plus vous marquerez de points grâce à ce type de vaisseau. Il faudra donc acheter les navires pour les points qu’ils vont vous faire gagner, mais aussi pour leurs capacités (les bunkers à charbon par exemple me semblent plutôt indispensables). À savoir : Ce sont tous des bateaux historiques, vous pourrez jouer le « Cutty Sark », même le « Titanic », etc. Un petit livret est présent dans la boite pour ceux qui aiment se cultiver un peu !

plateau

 

Le jeu est dispo à Essen pour 45€. Pour le moment pas de traduction annoncée cependant le texte me semble assez limité. Comme Concordia, la règle est réduite à sa plus simple expression, 6 pages avec moult détails et exemples, on peut dire sans crainte qu’il est épuré. Quant à savoir s’il ne fait pas doublon avec Concordia difficile à dire, mais il présente tout de même beaucoup de similitudes. Nous reviendrons dessus prochainement à n’en pas douter !

 

La fiche de jeu

Un jeu de Mac Gerdts
Illustré par Dominik Mayer
Edité par PD VerlagRio grande Games
Langue et traductions : Allemand, Anglais
Date de sortie : oct 2017
De 2 à 4 joueurs 
A partir de 12 ans 
Durée d’une partie entre 60 et 120 minutes 

3 Commentaires

  1. Damien Andre 24/10/2017
    Répondre

    Plus excitant que Concordia dans le thème.

  2. Dylan Maillard 24/10/2017
    Répondre

    A noter que le planisphère présent sur la dernière image n’est plus à l’ordre du jour, il a été remplacé par 5 zones du monde (ou des USA sur leur face B) qui supprime du coup la présence de plateau central.
    Mais que ce jeu fait furieusement envie (chez l’amoureux transi de Concordia que je suis).

     

  3. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 16/06/2018
    Répondre

    joué hier…du lourd… l impression qu une erreur a plombé la partie avec un effet win/win : plus tu as d ‘argent, plus tu achètes des gros bateaux qui te donnent plus d ‘argent (ça m’ étonne que l auteur ait pu faire une erreur aussi grave).  Clair après une première partie qui a duré 3 h le temps de comprendre. En suis sorti lessivé.

Laisser un commentaire