Top Jeux de rôles 2019 !

Comme en jeu de société, le crowdfunding a en 2019 une place importante dans la manière de proposer les jeux de rôles aujourd’hui.
Dans la liste qu’on va vous proposer ci-dessous, plusieurs projets sont nés grâce au financement participatif. Sachez que pour retrouver l’actu participative du jeu de rôles, suivez le guide de FX publié chaque mois dans la rubrique « Les Foulancements JDR » !

Voici sans plus tarder son top JDR pour l’année 2019 ! 

 

the forge

Comme le cinéma, le jeu de rôles a connu sa nouvelle vague, avec les courants narratifs dont la plupart sont nés sur le forum The Forge. Vincent Baker a toutefois tellement bouleversé le paysage rôliste avec Apocalypse World que tous les auteurs indés se sont mis à faire des hacks dans les univers qu’ils aiment, en personnalisant les mécaniques premières selon leurs besoins.

En France, l’éditeur indèp 500 Nuances de Geek essaie depuis des années de promouvoir ces jeux différents où l’on joue avec des livrets de personnage plutôt que des feuilles. Son auteur principal, Khelren (Dungeon World, Berlin XVIII) est l’un des seuls à essayer de vivre de sa plume en écrivant uniquement pour ces gammes « propulsées par l’Apocalypse ». Avec son Tipeee, il essaie en parallèle de proposer ses propres jeux.

The Sprawl est le premier jeu de ce top. Traduction d’un des meilleurs hacks pour Apocalypse Worlds, le bébé de Khelren a bénéficié d’une version française très largement augmentée par de la création française, grâce à un financement participatif qui a très bien fonctionné. The Sprawl plonge des personnages dans un univers de futur proche, sombre, qui accomplissent des missions pour des corporations ou des intermédiaires qui peuvent se payer des shadowrunners.

the sprawl

 

Comme le système utilise la création partagée pour créer l’univers de jeu, vous pourrez facilement émuler vos jeux de rôles favoris sur ce thème (Cyberpunk, Shadowrun…). Sa structure narrative sous le principe des missions est idéale pour un maître de jeu « traditionnel » qui déciderait de faire le pas vers des jeux narratifs. Les règles s’appliquent uniquement au récit et sont facilement assimilées par des novices en jeu de rôles. Enfin, le travail de Khelren a été livré sur lulu.com, vous pouvez donc vous offrir la gamme sans même sortir de chez vous !

► Si vous avez des enfants, et que vous désirez jouer aux jeux de rôles avec eux, trouver un jeu édité en français est difficile, encore plus difficile si vous souhaitez esquiver l’exploitation des peurs enfantines (Tiny, petits détectives de monstres). Black book Editions a eu la très bonne idée de traduire Tails of Equestria, une adaptation en jeu de rôles de la série animée à succès « Mon petit poney« . Avant de rire, regardez le matériel, et vous comprendrez pourquoi c’est notre coup de cœur cette année.

my-little-pony-tails-of-equestria-le-jeu-de-role ludovox

Le texte du livre est lisible par des enfants, et les valeurs en jeu, certes caricaturales, permettent aux enfants de questionner les adultes sur des concepts telles que la bonté, la générosité, l’amitié ou encore la loyauté.

Le jeu prévoit également la personnalisation du personnage par des dessins, notamment via la marque de beauté, sorte de blason qui doit résumer le personnage par l’image. Le système, très fluide, reprend les grands axes chers à ses illustres modèles, telles que les caractéristiques, les talents, les défauts ou l’équipement. Avec les types de dés (d4, d6, d8, d10, d12, d20) qui augmentent à mesure du jeu et les cristaux d’amitié qui permettent d’influencer l’histoire dans le sens des joueurs, nous sommes vraiment sur une version enfantine de Savage Worlds, si bien que le passage plus tard au système générique du même éditeur se fera très naturellement.

► Si vous avez été élevé.e avec Donjons et Dragons et que vous avez passé des nuits blanches sur Baldur’s Gate, les deux premiers tops ne s’adressaient pas à vous. Avec son système Fuzion utilisé par Talsorian Games depuis 30 ans, le système de The Witcher ravira en revanche celles et ceux qui ont besoin de chiffres sur une feuille de personnage et de bonus d’armes pendant les combats pour s’amuser. 😉 

L’ajout au système des carrières, à la manière d’un Warhammer première édition, continue de laisser planer une odeur d’un chez soi dans lequel on n’a pas ouvert les fenêtres depuis longtemps. Mais comme c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures sauces, vous pouvez être sûres que vos vétérans de jeu vont rapidement trouver leur repères et minimaxer leurs statistiques pour impressionner le reste du groupe en exploits de combat. 

the-witcher-livre-de-base

À moins que la technique ne vous rebute, The Witcher est une porte d’entrée dans un monde d’une richesse peu commune, assise sur une déclinaison transmédia parfaite : des romans à l’origine, qui ont débouché sur trois jeux vidéo acclamés par la critique, un jeu de plateau qui ne démérite pas, des comics et dans quelques jours une série qui pourrait selon les rumeurs détrôner Game of Thrones.

Les héros aux capacités souvent rares doivent évoluer dans un monde hostile, entre monstres transplanaires, malédictions faites homme et guerres de royaume. Si on y trouve des nains ou des elfes, c’est pour aborder les thèmes du racisme ou de l’injustice sociale. Les défauts humains, trop humains, servent la plupart du temps les ressorts du scénario et les personnages-joueurs préfèrent souvent leurs quêtes personnelles à toutes sortes de missions de groupe.
Si D&D5 vous donne des boutons et que vous n’avez pas l’âme gothico-tragique pour un Gods, investissez dans The Witcher !

► Notre top il est bien joli là, mais ce ne sont que des traductions ! Quid de la création française, de notre exception culturelle diantre ! On ne peut pas faire plus français avec le Nautilus, une campagne clé en main proposée par le Studio Deadcrow pour XII singes en édition. Voici des spécialistes dans les univers prêts à jouer, très pratiques pour les MJ pressés ou les joueurs qui cherchent plus une aventure bien huilée que des histoires à rallonge.

nautilus Couverture_Standard

Ici, c’est bien dans le sous-marin extraordinaire des histoires de Jules Verne que les PJ navigueront, héritiers du capitaine Némo dans un XIXème siècle très immersif, c’est le cas de le dire. La campagne participative terminée en avril 2019 a débloqué une belle orgie de matériel, qui devrait offrir aux MJ des arguments pour convaincre les plus réticents aux jeux de rôle de s’asseoir autour de la table et de plonger dans cet univers de science onirique à la française…
Oui bon, le jeu sera livré en 2020, par contre. 

 

► Concluons alors avec un dernier nom. Déjà dispo, et tout aussi made in France, voici OresteOreste un est jeu de rôles de science-fiction qui place l’humanité à l’aube de son entrée dans la plus grande coalition de l’univers connue. Tielcalys vous en parlait en détail par là.

oreste-livre-jdr

Parmi les 25 millions d’habitants de la station Oreste, différentes races coexistent et gèrent les aspects politiques, économiques et militaires, chacune avec ses spécificités. Chaque zone de la station, dont Oreste est la capitale, a ses propres fonctions, mais aussi son propre écosystème… Un jeu SF riche qui est parvenu à se donner les moyens de ses ambitions via un projet participatif qui a dépassé les espoirs en obtenant plus de 61 000€ pour 10 000€ demandés. La version Découverte mise à disposition gratuitement par l’éditeur Elder Craft et l’auteur Sébastien Moricard vous permettra de voir si vous êtes prêts pour le grand saut dans l’espace !

 

Et vous, avez-vous des coups de cœur rôlistiques à partager ? 

Bonne fin d’année pleine de bons moments autour d’une table !

 

   

3 Commentaires

  1. Khelren 20/12/2019
    Répondre

    Merci beaucoup pour le coup de projecteur sur The Sprawl! Le financement participatif de la VF a en effet permis la publication d’un supplément de 400 pages, Métapole, qui vient enrichir des différents sous-genres du cyberpunk le jeu de base, proposer deux campagnes, et fournir plein de conseils. C’est du matos de qualité 🙂

    Néanmoins, je vais devoir apporter quelques petits correctifs sur cet article 🙂

    Si j’ai bien écrit Berlin XVIII et Tschaï: une planète d’aventures pour 500 nuances de geek, je n’ai pas participé à Dungeon World. (En fait, si, j’ai traduit un supplément, Class Warfare). Pour information, le traducteur de la seconde édition française du livre de base de Dungeon World est Magimax.

    Si j’ai travaillé plusieurs fois pour 500NDG, je ne suis pas lié pour autant à cette structure. J’ai le sentiment qu’à la lecture, on pourrait croire que c’est le cas. En tant qu’éditeur, ma propre structure s’appelle studio Absinthe. C’est par ce biais que j’ai porté le projet The Sprawl et que je publierai prochainement Dominion: Jeux de pouvoir et Maisons nobles (https://fr.ulule.com/dominion/), dans lequel les joueurs prennent la tête d’une maison noble et intriguent pour asseoir leur pouvoir au sein d’un empire féodal galactique..

    Enfin, je me permets de donner des liens fonctionnels pour les lecteurs qui voudraient soutenir ma production ou se procurer The Sprawl.

    Mon Tipeee, sur lequel je propose des jeux courts et innovants : https://fr.tipeee.com/khelren
    Ma boutique Lulu : http://www.lulu.com/spotlight/khelren
    Et j’ai même un itch.io (https://khelren.itch.io/), si vous voulez vraiment mettre le doigt sur une plate-forme où énormément d’innovations dans le domaine du jdr se font actuellement! 🙂

    • FX 20/12/2019
      Répondre

      Bonjour Khelren, merci d’apporter toutes ces précisions !

      Initialement, la sélection devait être intégrée à un autre article, et j’ai donc essayé de faire le plus synthétique possible, je comprends tout à fait que les approximations que les raccourcis engendrent puissent en énerver certains. Du prisme de la communauté j2s qui regarde le jeu de rôles de loin, les distinctions entre studio et éditeurs ne me paraissaient pas gravissimes, mais soit. Même chose pour Dungeon World, l’idée était surtout de trouver des références en ptba qui puissent parler à des joueurs qui suivent peu l’actualité ludique jdr.

      Il y a bien sur d’autres auteurs qui travaillent pour 500NDG, mais il me semble que tu es le plus récurrent, et le plus impliqué dans des productions ptba en VO ; donc iconique. Un peu le Croc du jdr nouvelle vague 😉 Si cette mise en avant te paraît démérité, je te prie de bien vouloir m’en excuser.

      Je crois que les lecteurs voudront avant tout qu’on leur donne envie de jouer à The Sprawl, ce pourquoi il est fait, plutôt que d’ergoter sur ses coulisses, donc n’hésitez pas, ruez vous dans la boutique lulu et sortez les dés ! 😉

  2. Nicolas « Gulix » Ronvel 23/12/2019
    Répondre

    Deux gros coups de cœur cette année.

    Le premier, c’est For the Queen, qui offre une nouvelle vision de ce que peut être le JDR. Et qui via son ouverture amène un foisonnement super créatif de jeux qui suivent son format sur forthedrama.com. Des jeux dans des tons, des ambiances très différentes, mais qui partagent cette facilité d’accès que sont les cartes.

    L’autre, c’est un PBTA made in France : Libreté. J’en parle dans mon calendrier de l’avent car il s’agit d’une excellente itération de ce « système ». Le jeu propose un cadre fort et tout est lié, au niveau du système comme de l’univers. C’est violent, dur, beau et ça donne envie de le poser autour de la table.

    Et pour finir, y a le foisonnement créatif sur itch.io autour des jams, notamment. Le futur du JDR se trouve peut-être là-bas …

Laisser un commentaire