Participatif, la sélection naturelle du 9 octobre 2018

 

 

separateur-1

N° 90

 

 Salutations ludico-participatives !

► Ça y est, la vraie rentrée sur Kickstarter est arrivée, avec son lot de projets plus ou moins intéressants, plus ou moins bien ficelés, plus ou moins originaux voire loufoques parfois. Le terme de sélection dans le titre de cette rubrique va désormais prendre tout son sens, au moins jusqu’à la trêve de Noël. Et ne vous étonnez pas si dans cette sélection je privilégie régulièrement les petits projets plutôt confidentiels au détriment des grosses campagnes, ces dernières n’ayant le plus souvent guère besoin d’être mises en avant pour réussir.

 

Je vous souhaite une bonne lecture, vous dis « À la semaine prochaine ! ».

 

 

separateur-1

Évolution des campagnes en cours

 

Highway to Hell jeu de societe the red joker ludovox

lockup-a-roll-player-tale-box-art

fr  Highway to Hell par The Red Joker a passé une semaine plutôt faiblarde, avec même une journée en négatif. La campagne est malgré tout financée à plus deux fois et avec un peu de chance le rappel des 48 heures pourrait permettre d’atteindre au final les 500 soutiens (actuellement 16 900/6 000 € et 400 soutiens. Fin le 10 octobre).

► La campagne de Lockup : A Roll Player Tale par Kate Matejka (Thunderworks Games) est sur le point de se terminer et ce sera avec plus de 2 000 soutiens, qui l’auront financée à plus d’une fois et demi (actuellement 76 200/40 000 $ et 2 210 soutiens. Fin le 09 octobre).

 


hero-master-an-epic-game-of-epic-fail-box-artthe-stygian-society-box-art► À une grosse semaine de la fin, la campagne de Hero Master : An Epic Game of Epic Fails par The Noble Artist progresse lentement vers les 1 000 soutiens, lesquels devraient être atteints au final si le rythme ne faiblit pas (actuellement 33 650/9 000 £ et 835 soutiens. Fin le 17 octobre).

The Stygian Society par Advanced Primate Entertainment a continué à perdre des soutiens tout le long de la semaine passée mais sauve les meubles en gardant son financement au même niveau. Mais il reste encore plus d’une semaine à tenir (actuellement 72 700/38 000 $ et 860 soutiens. Fin le 17 octobre).

 

 

set-a-watch-box-artheroes-of-tenefyr-box-art Set A Watch par Rock Manor Games a continué sur sa lancée la semaine passée avec un rythme d’une grosse quarantaine de soutiens par jour. À l’orée du rappel des 48 heures, les 4 000 soutiens sont largement dépassés et le financement est à quasiment 7 fois (actuellement 126 000/17 700 $ et 4 290 soutiens. Fin le 12 octobre).

Très belle semaine pour Heroes of Tenefyr par Broken Mill, désormais financé à presque 4 fois par plus de 700 soutiens. Le rythme est tombé à une vingtaine de contributeurs quotidiens mais s’il se maintient, au final les 1 000 sont assurés (actuellement 20 800/5 500 € et 720 soutiens. Fin le 24 octobre).

 

viceroy-times-of-darkness-box-art

waters-of-nereus-box-artViceroy : Times of Darkness a tenu son rythme d’une cinquantaine de soutiens quotidiens en moyenne durant toute la semaine dernière. Les 1 900 contributeurs sont dépassés et la campagne financée à près de 12 fois. À une semaine de la fin, je me laisse aller à qualifier ça de très beau résultat (actuellement 60 000/5 000 $ et 1 910 soutiens. Fin le 15 octobre).

► Le financement de Waters of Nereus par Dr. Finn’s Games n’est toujours pas financé à 9 jours de la fin de campagne. C’est encore jouable, mais il ne va pas falloir que le (maigre) rythme baisse (actuellement 12 700/18 000 $ et 250 soutiens. Fin le 19 octobre).

 

 

separateur-1

Les projets qui ont le plus attiré mon attention (en bien comme en mal)

 

hollywood-death-race-box-art

►  fr Phil Vizcarro, en plus d’être extrêmement sympathique (aux dires de tous ceux qui l’ont rencontré) est un nouvel auteur de jeux qui s’annonce assez prolifique. Son premier jeu vient d’être proposé sur Kickstarter par Mangrove Games, la société de Julien Charbonnier, lui aussi fort sympathique et pour qui la notion de participatif a encore tout son sens (et non, ce n’est pas du léchage de bottes malgré les apparences).

Voici donc Hollywood Death Race par Mangrove Games. Disons-le tout de suite, ce jeu est une ode à la geekitude en plus d’être une parodie du dessin animé préféré de mon enfance, Les Fous du Volant (« Diabolooooo, fait quelque-choooose !! »). Ceux qui connaissent ce dessin animé l’auront compris : HDR est une course délirante d’engins motorisés divers et variés. Et c’est là que les références pleuvent, tant pour les véhicules que pour les personnages. À titre personnel, je me dis que lesdites références sont parfois un peu trop appuyées et que cela pourrait froisser la susceptibilité de quelques ayants droits outre-Atlantique. On les connaît assez chatouilleux de l’avocat dans ces contrées. Mais il paraît que tout est bien carré et que rien ne peut prêter le flanc à une quelconque action en justice, dont acte. 

Et sinon, comment ça marche HDR ? Comme une course à la Mario Kart. On construit un circuit plus ou moins long en assemblant des plateaux ayant chacun un univers différent, avec ses pièges et particularités. On peut ajouter des virages, histoire de ne pas se balader sur une bête ligne droite. Chaque joueur choisi ensuite deux couples véhicule/pilote, bien entendu tous avec des caractéristiques et « pouvoirs » différents, et c’est parti mon kiki !
À son tour de jeu un joueur a 3 actions possibles (parmi 5) : bouger, utiliser l’un de ses effets particuliers, percuter un autre véhicule (avec des résultats différents selon la classe des véhicules concernés), klaxonner (ce qui déclenche des trucs sur certains plateaux) ou réparer son véhicule (lorsque celui-ci a perdu son dernier point de « vie »).
En plus de ces 3 actions, il est possible de faire jouer l’atout de chaque véhicules, avec des résultats aussi divers que rigolos.

hollywood-death-race-batmobileComme vous le voyez, les règles sont simples et avec 8 véhicules et 10 plateaux de circuit (hors départ et arrivée) les parties ne risquent pas de se ressembler. D’autant moins que les stretch goals vont encore amener véhicules et plateau en supplément. Pour ma part, le seul petit truc qui me gêne est l’obligation de prendre 2 véhicules par joueur. Mais peut-être ce point de règle est-il aisément contournable. Vous pouvez vous faire une idée du jeu via le Ludochrono de Mat. 

Hors son thème et sa geekitude assumée, l’atout principal du jeu est à mon sens sa direction artistique. En plus de coller parfaitement au thème du jeu, celle-ci est absolument magnifique. Les illustrations des personnages, véhicules et plateaux de jeu sont colorées et donnent envie et les figurines sont au top (en tous cas, ce que l’on nous en montre). Le tout étalé sur la table de jeu »en jette un max' ».

Sans être dans une dynamique extraordinaire, la campagne marche plutôt pas mal. Elle a mis un peu de temps à financer, mais c’est fait depuis peu, et c’est sur un rythme ma foi correcte d’une quarantaine de soutiens quotidiens que la chasse aux stretch goals est lancée (actuellement 39 500/35 000 € et 810 soutiens. Fin le 26 octobre).

 

mezo-box-art

Kolossal Games a relancé la campagne de Mezo suite à son arrêt la semaine passée, après l’avoir revue et corrigée. Les changements concernent uniquement les pledges. Apparition d’un pledge à 55 $ sans plastique, les figurines sont remplacées par des meeples et des standees, mais l’extension Souls for Xibalta est incluse ainsi que l’accès aux stretch goals. Vient ensuite le « vrai » pledge, à 80 $, le même que le précédent mais avec les figurines. Enfin le all-in passe de 130 à 125 $.

Si Kolossal espérait mettre un gros coup de boost a sa campagne en la relançant, c’est un peu raté. Malgré les baisses conséquentes de prix des pledges, la dynamique de la campagne actuelle est quasiment calquée sur celle de la précédente. Elle n’est d’ailleurs pas mauvaise dans l’absolu, si elle se maintien les 2 000 soutiens sont assurés ce qui est un score fort honorable. Le seul point noir de ce reboot est le nouveau pledge de base. Ce n’était ni fait ni à faire, il était couru d’avance que les backers ne le prendrai pas (c’est TOUJOURS comme ça que cela se passe) et Kolossal va devoir faire fabriquer des boîte à part pour même pas 100 soutiens. Je serais curieux de savoir de combien ils vont en être de leur poche (actuellement 162 000/120 000 $ et 1 370 soutiens. Fin le 22 octobre).

 

dragon-boats-of-the-four-seas-box-art►  fr Dragon Boats of the Four Seas est le premier jeu de Maple Games, toute nouvelle société d’édition créée par Peter Wocken et Daryl Andrews, deux canadiens respectivement auteurs et illustrateurs de Sagrada. Et pour leur premier jeu, ils ont tapé dans l’auteur reconnu avec Michael Schacht, vainqueur du Spiel des Jahres 2007 avec Zooloretto (ça ne nous rajeunit pas tout ça).

Dragon Boats of the four Seas est un Eurogame familial (mais bon, pour une famille qui a déjà depuis un moment dépassé l’étape du Monopoly et de La Bonne Paye hein…) dans lequel chaque joueur est le chef d’une maison noble chinoise qui doit envoyer ses sbires s’installer sur une île centrale en voyageant sur des bateaux décorés de dragons. Le jeu est mû par des mécaniques de contrôle de zones, d’enchères et de collection de sets.

La direction artistique est parfaitement dans le ton « Empire du milieu » et l’ensemble est très agréable à l’œil si vous voulez mon avis. Si la campagne a pas trop mal démarré en finançant dès le premier jour, elle est rapidement tombée à une quinzaine de contributeurs par jour, puis à peine 4 ou 5. Il ne faudrait pas que cela continue par trop (actuellement 26 000/12 808 CA$ et 325 soutiens. Fin le 22 octobre).

 

 

separateur-1

D’autres projets qui méritent le coup d’œil

 

owly-tribe-box-artfr Vous aimez les jeux dans lesquels on peut pourrir la vie des adversaires ? Vous aimez aussi les jeux de placement d’ouvriers ? Et si le jeu est tout ça à la fois et simple d’accès en plus, ça vous tente ? Parce que j’en ai un sous la main qui correspond à tous ces critères : Owly Tribe par Ludovic Mahieu. Qui plus est, il est disponible en français, l’auteur étant originaire d’outre-Quiévrain (Mons, pour être plus précis).

Owly Tribe vous met à la tête d’un clan d’indiens hiboux (ma foi pourquoi pas…?) et vous allez devoir envoyer vos fidèles guerriers accomplir des hauts faits afin d’accumuler les points de prestige qui vous permettront de remplacer à son poste le Grand Hiboux, lequel est en passe d’aller rejoindre le territoire de ses ancêtres. Bien entendu, les autres chefs de clans ont sensiblement le même objectif dans la vie (paraît que le poste a pas mal d’avantages) et n’ont pas l’intention que la votre ne soit qu’un long fleuve tranquille.

Les mécaniques sont à base de majorités et de pose d’ouvriers, ici matérialisés par des dés (les dés reviennent en force et ce n’est pas moi qui m’en plaindrai). Le jeu n’est composé que de tuiles de cartes et de dés et je trouve, à titre personnel à moi tout seul, que les illustrations sont magnifiques et les personnages extrêmement bien rendus. On dirait ceux d’un film d’animation de Disney. À noter que le jeu est disponible dans 4 langues, dont le français comme mentionné plus haut (actuellement 16 800/10 000 $ et 425 soutiens. Fin le 14 octobre).

 

the-towers-of-arkhanos-box-art►  The Towers of Arkhanos par Creative Games Studio est le nouveau jeu de Daniel Alves et Eurico Cunha, ci-devant auteurs de Masmorra : Dungeons of Arcadia. Mais ici, point de souterrains à explorer. C’est même carrément l’inverse puisqu’il va falloir construire des tours à grand renfort de pierres magiques. Pierres symbolisées par des dés (tiens, encore ?) qu’il faudra drafter en début de tour et qui vont servir, ainsi que les meeples, de supports physiques aux étages des tours qui vont être élevées. Les mécaniques semblent bien malignes et à la fois simples d’accès, ce qui est plutôt un bon point pour un jeu qui s’annonce familial et aux parties courtes (20-30 minutes).

L’ensemble visuel est agréable même s’il n’y a pas non plus masse de graphismes. À part les tuiles rondes des étages des tours, il n’y en a pas en fait. Mais ces tuiles rondes sont bien sympathiques et les dés translucides ajoutent encore une petite touche colorée bienvenue.

Si le prix du pledge de base est plutôt correct (35 $), il est malheureusement encore une fois plombé, pour une livraison par chez nous, par des frais de port lesquels, dans leur fourchette haute, augmentent le prix final de 50%. Autre point plutôt négatif, le jeu n’est qu’en anglais et même s’il y a peu de texte sur le matériel, cela peut être bloquant dans un contexte familial. La campagne est financée depuis peu et la chasse aux stretch goals est ouverte, les deux premiers laissant entrevoir d’intéressantes variations de gameplay (actuellement 30 700/25 000 $ et 470 soutiens. Fin le 1er novembre).

 

Mais aussi :

rise-to-nobility-beyond-box-artRise to Nobility : Beyond par Final Frontier Games est une extension pour le jeu éponyme qui apporte une nouvelle façon de marquer des points et modifie la mécanique de réputation ainsi que l’aspect de construction de tableau d’origine. Bien entendu, la boîte de base de Rise to Nobility est également disponible lors de cette campagne, en version Deluxe et avec des règles légèrement revues dans leur forme. Ces règles seront gracieusement envoyée avec l’extension à tous les soutiens de la première campagne, ainsi que la mini extension « Night Mode Character Pack ».

Mais pour en bénéficier, il faut passer outre un détail hautement discriminant : RtN Beyond n’est disponible qu’en anglais. Ceux qui, comme moi, sont propriétaires du jeu de base en français qui désirent cette extension devront accepter du matériel en deux langues ou passer leur chemin (perso, j’ai opté pour la deuxième solution et je remercie au passage FFG de me forcer à faire des économies) (actuellement 97 300/25 000 $ et 1 580 soutiens. Fin le 1er novembre).

 

 

separateur-1

Ils débarquent cette semaine

 

tinderbox-tales-box-art►  Tinderbox Tales par Red Genie Games – Le 9 octobre

Un ensemble de 3 jeux dans l’univers de The Brigade, présentés dans un coffret de 3 boîtes « livre » : un jeu social, un de gestion de ressources et le troisième est un jeu de stratégie pour 2 joueurs.

 

 

born-to-serve-box-art►  Born to Serve par Shoot Again Games – Le 9 octobre

Des Super-Héros de seconde zone sont en compétition pour obtenir un boulot de serveur dans un restaurant : lequel obtiendra le plus de pourboires et donc le job ?

 

wardens-box-artWardens par Raven Tales – Le 9 octobre

Jeu d’aventure « Chtulho-Steampunk » (on nous l’avait pas encore faite celle-là si ?) jouable en 1 vs all, solo et coopératif.

 

barrage-box-art►  Barrage par Cranio Creations – Le 12 octobre
Dans un monde dystopique des années 30, les joueurs doivent construire des barrages hydrauliques, désormais seuls sources d’énergie disponible, à travers des mécaniques de gestion de ressources et de placement d’ouvriers.

 

neon-dawn-box-art►  Neon Dawn par Caldwell Games – Le 12 octobre

RPG sur table dans un univers post-apo dans lequel les joueurs vont vivre une aventure tout en améliorant les caractéristiques de leur personnage au gré des trouvailles et des rencontres. Annoncé comme bénéficiant d’une très forte rejouabilité.

 

 

 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge : Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu : Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr : Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

€ : Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2 : Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

Laisser un commentaire