journeejeuxoplak

[Journée Jeux Opla] Et tout savoir sur le futur Bois de Couadsous

Aujourd’hui, une petite preview sur ce petit jeu malin-comme-tout s’imposait d’elle même. Quel jeu malin comme tout ? Le bois de Couadsous bien sûr.

Hop hop hop tous au Ludopole

Pourquoi elle s’imposait ? Parce que demain, si vous êtes sur Lyon, vous pourrez y jouer en compagnie de Florent Toscano (à la tête des Jeux Opla) et de l’illustrateur Jonathan Munoz, la talentueuse griffe du jeu (et des BD Les Dormants ou Un léger bruit dans le moteur) : rendez-vous de 14h à minuit, au Ludopole (Centre Confluence, Lyon) pour une grande journée ouverte au public, entrée libre et gratuite ! J’y reviens en fin d’article.

Parlons d’abord des petits écureuils de Blaise Muller. Oui Blaise Muller, auteur du célèbre Quarto édité il y a 25 ans ! Il revient avec Le bois de Couadsous, édité chez Opla donc, prévu pour avril 2015.

The Animals of Farthing Wood

J’ai eu la chance de jouer au Bois de Couadsous au salon lyonnais d’Octogône il y a peu, et je dois dire que la simplicité apparente du principe m’a laissée silencieuse. Comment personne n’avait eu l’idée avant ? Tout simplement parce que pour arriver à une épure pareille, il faut commencer par ce genre de choses :

L’auteur raconte sur le site des Jeux Opla toute sa démarche de créateur (comment naissent certains écureuils), étape par étape, comment il s’est imposé des contraintes drastiques, comment il a comparé les mérites de différents mécanismes, et nous pouvons nous rendre compte, concrètement, pourquoi toucher une telle simplicité du doigt nécessite des heures de travail. Certains gamers aiment les jeux complexes qui offrent des millions de façons de marquer des points. Mais finalement, n’est-ce pas plus fort de proposer une règle qui tient en deux phrases et qui laissent les joueurs s’arracher les cheveux ensuite ? Je vous le demande mais vous n’êtes pas obligés de me répondre. Je le sais déjà.

Ze Couadsous effect

Le Bois de Couadsous provoque cet effet. Quand vous êtes devant, ça a l’air tout bête et les illustrations gracieuses et inventives de Sieur Munoz ajoutent à cet aspect naïf. Heinhein, vous perdez rien pour pleurer votre mère comme diraient les règles de Dragon run.

Les recherches de l’auteur

Le principe ?

Vous avez une forêt a traverser pour retrouver des tas de noisettes. Miam noiseeeeeettes.

Le 1er joueur a avoir 5 noisettes a gagné la partie.

Sur la table vous disposez une « grille » de 3×3 cartes forêt : elles représentent toutes recto et verso des éléments différents : 3 motifs: « champignon », « feuille » et « caillou », en trois couleurs : jaune, rouge et bleu.

version quasi définitive des cartes forêts

Au bord de cette grille, 12 emplacements, dans le prolongement des rangées, recevront les cartes noisettes ( représentant 1, 2 ou 3 noisettes ) : votre precieuuux.

Chaque joueur possède sa carte écureuil, qui symbolise son personnage.

Un joueur commence : il pose sa carte écureuil devant une rangée/colonne de son choix et va devoir la « traverser » en annonçant à haute voix ce qu’il y a aux dos des cartes forêt de cette rangée en commençant par la première, devant son écureuil.

Il annonce par exemple « feuille » ou  » jaune », selon s’il joue avec les éléments ou les couleurs, puis retourne la carte forêt en question, et vérifie ce qu’il y a. Au début, on découvre, donc on annonce au hasard bien sûr.

Si on a bon, on continue son petit chemin, tout droit, et qui sait, peut-être qu’on ira jusqu’aux noisettes qui nous attendent de l’autre côté ! Mais si on se trompe, on arrête là, et c’est au voisin de jouer. J’espère pour lui qu’il a bien regardé ce qu’il s’est passé avant.

Et oui, car s’il s’est placé sur la même rangée/colonne, il sait désormais ce qu’il y a sur le recto et le verso de cette carte-là. Il pourra dire ce qui est face cachée à son tour, sauf s’il s’en souvient déjà plus et oui dommmaaage c’était visible au début de la partie… Et peut-être que lui joue avec les couleurs tandis que le joueur précédent jouait avec les éléments. Peut-être qu’il ne prend pas le même chemin et qu’il a une, ou deux, autres cartes à annoncer d’abord. S’en souviendra t-il le moment opportun ? La carte aura changé combien de fois de côté d’ici là ?

Tu me cherches des noises ?

C’est bleu ? Ho nooon c’est jaune, mais je le savais en plus, c’est pas vrai mais je suis à la masse moi…

Oui, comme je le disais, les joueurs jouent soit avec les couleurs soit avec les éléments : au départ c’est eux qui choisissent librement, et ils mettent leur carte écureuil du côté qui annonce leur décision.

Mais dès qu’un joueur a atteint un tas de noisettes, tout le monde change : ceux qui jouaient sur les éléments passent aux couleurs et inversement. Il faut donc être attentif à tout et bien se souvenir de ce que les autres dévoilent, car des changements de situation peuvent arriver à tout moment !

On a vu des cartes être retournées 10 fois, 15 fois, 20 fois et les joueurs continuer de se tromper en annonçant pas la bonne couleur ou le bon élément. Oui, ce jeu rend fou. On observe pourtant ce que font les autres tout en essayant de retenir uniquement les informations qui nous intéressent, mais il suffit qu’un joueur atteigne un tas de noisettes pour que tout s’écroule. Vous connaissiez les couleurs par coeur de votre rangée ? Pas de bol maintenant faut annoncer les éléments. Et puis on se mélange les pinceaux et on s’énerve « comment j’ai pu me tromper, grmpff, je le SAIS qu’il y a un champignon ici bon sang, pas un fichu caillou, je le SAIS ! ». Simple et vicieux à souhait, le memory n’a plus qu’à aller se rhabiller.

Si tu veux m’essayer

Si vous voulez essayer le Bois de Couadsous,

– ou découvrir tous les autres jeux Opla et notamment leur deux sorties du mois ; Hop la puce (avec un matériel en buis du Jura je vous en parlais par ici) et Myrtille (jeu coopératif développé pour La Salamandre, plus d’infos ),

– mais aussi des prototypes bien avancés comme Pollen d’Alexandre Droit,

– si vous voulez voir une expo des dessins originaux de certains de leurs jeux,

– si vous rêvez de discuter avec Denis Grange (directeur de Wild-Touch, l’association fondée par Luc Jacquet, coproductrice du film Il était une forêt) ou Olivier Jouvray (scénariste de bandes dessinées -dont la série Lincoln-, cofondateur de La revue Dessinée, professeur à l’école Emile Cohl)

– ou si vous voulez parler de la démarche éco-friendly des Jeux Opla avec Florent Toscano himself,

>> alors allez demain au ludopole !

Et pour tout savoir sur cette journée on tripatouille sa souris par là. Valaaa.

1 Commentaire

  1. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 07/11/2014
    Répondre

    Et si vous voulez soutenir Florent Toscano dans sa démarche d’éditeur eco friendly, il y a actuellement un grand concours ouvert aux créateurs d’entreprise, allez voter pour lui !

Laisser un commentaire