Grand Austria Hotel : hôtel de luxe ?

N‘avez vous jamais rêvé de devenir tenancier d’un hôtel, d’accueillir vos clients, de les servir et de les installer dans les jolies chambres apprêtées de votre hôtel ? C’est tout le pitch de Grand Austria Hotel.

Aux manettes de cet Hôtel Autrichien initialement édité en 2015 par Lookout Games, Simone Luciani et Virginio Gigli : On connaît le premier pour des œuvres comme Tzolkin ou Les voyages de Marco Polo (avec Daniele Tascini) ou encore Barrage (avec Tommaso Battista), quant au second on sait qu’il travaille souvent avec sa compagne Flaminia Brasini (Coimbra, ou Egizia conçu avec Stefano Luperto & Antonio Tinto). Les trois ont collaboré notamment sur Lorenzo le Magnifique et Golem qui arrive bientôt en VF.

Si j’évoque Lorenzo ou Coimbra c’est que l’on retrouve des mécaniques chères aux deux auteurs, à savoir du draft de dés avec du hasard entrant et d’autres menus éléments, comme une piste qui nous permettra de gagner des bonus ou d’en perdre si l’on n’atteint pas des seuils (un peu à l’instar de Lorenzo et sa piste d’excommunication).

A-t-on encore envie de séjourner dans cet hôtel qui a plus d’une demi-douzaine d’années maintenant ? Voyons voir…  

 

La façade

Je sais que nous sommes dans un jeu dit à l’allemande, mais un petit mot tout de même de cette cover. Si le fond de l’image reste assez classique, au premier plan le serveur semble souffrir d’un strabisme divergeant. Le tout manque de vie, de perspective. Plus triste, l’édition Deluxe arrivée dernièrement reprend ce même personnage pour le coller sur un fond marron (ci-dessous)… 

C’est quand même dommage d’avoir un bel hôtel mais d’être accueillis ainsi. On pourrait passer à côté. Les illustrations en jeu sont du même acabit, mais cela reste peut-être moins dérangeant car le tout s’avère très fonctionnel à l’usage.

 

Poussons les portes de l’hôtel…

Grand Austria Hôtel est ce que l’on peut appeler un Eurogame : vous avez 7 tours de jeu pour marquer le plus de points de victoire et pour ce faire il va falloir produire des ressources et les servir à vos clients qui une fois contents de votre service impeccable vous gratifient de leurs petits bonus. 

Nous avons des dés. Oui. Ils sont placés en fonction de leur valeur sur le plateau, les dés 1 sur l’action 1, etc. Quand vient votre tour de jeu, vous allez pouvoir prendre un des dés et réaliser l’action de la zone en fonction du nombre de dés présents. Chaque tour, on jouera successivement deux dés.

 

14 actions au total donc pour accueillir des clients, récupérer des ressources, servir vos clients, ouvrir des chambres, sans oublier de monter sur la piste de l’empereur sans quoi vous pourriez subir quelques blâmes.

14 actions c’est bien peu, mais rassurez-vous, il existe quelques moyens d’en glaner quelques-unes de plus. Une fois que vos clients sont servis, ils rejoignent leur chambre, et vous rapportent des points de victoire, mais aussi des bonus : gain de ressources, argent, piste de l’empereur, etc même recruter du personnel. C’est cette mécanique de combos qui donne tout son sel au jeu.

 

Une main-d’œuvre hautement qualifiée

En début de tour, vous allez pouvoir accueillir un des clients présents sur le plateau (une rivière de cartes qui défilent), si le premier présent sur le plateau est gratuit, pour les suivants il faudra mettre la main à la poche. On pourrait être tentés de prendre le premier venu, surtout qu’il est gratuit, mais il y a quelques contraintes, les clients bleus vont dans les chambres bleues, les rouges dans les rouges, etc. Seuls les verts sont versatiles et peuvent être logés n’importe où.

Mais ce n’est pas tout, si vous complétez une zone dans votre hôtel, vous gagnez des points, des sous ou une petite avancée sur la piste de l’empereur. La encore on ne fait rien au hasard, on planifie mé-tho-di-que-ment les choses. Et si ça ne suffisait pas, vous pouvez engager du personnel et bénéficier de leurs compétences. Là encore, à ne pas prendre à la légère : untel pour du scoring en fin de partie, un autre offre tel bonus, etc.

Comme Lorenzo le Magnifique, par trois fois dans la partie il faudra atteindre un seuil sur la piste de l’empereur, et si vous y arrivez c’est la fête car l’empereur vous octroie un bonus ; mais sinon c’est au contraire un blâme, ce qui peut tourner à la punition.

 

 

Hôtel de luxe ou Formule 1 ?

Clairement, Grand Austria Hotel est un jeu que j’apprécie et que j’ai beaucoup pratiqué. La mécanique de draft de dés force à s’adapter constamment, mais surtout entre les clients, les employés, c’est la fête de la combo. On peut joyeusement combiner nos actions pour déclencher un feu d’artifice d’actions et de points de victoire. Cette mécanique fait tout le piment du jeu ; comment faire avec seulement 14 actions pour ne pas subir l’ire de l’empereur tout en fermant les chambres adéquates sans oublier de réaliser les objectifs de la partie (les cartes politiques) ? Quand tout s’enchaîne, c’est un tel plaisir !

Grand Austria Hotel n’est pas exempt de défauts pour autant. Le principal réside dans sa séquence de tour, il faut être fou ou courageux (je n’ai pas encore tranché) pour y attabler quatre personnes ici, car le premier joueur va réaliser une action et sa suivante sera effectuée quand tout le monde aura réalisé ses actions. Étant donné le type de jeu, l’attente consiste à aller faire autre chose ! Il est impossible de planifier quoi que ce soit tant que ça ne revient pas à vous, ou au moins au joueur juste avant vous, car vos options seront probablement anéanties. À trois joueurs le défaut perdure, mais on peut l’accepter si on tolère un peu de temps morts. Finalement c’est bien à deux joueurs qu’il est le plus agréable, quand on connaît bien le jeu, une partie peut se jouer en 1 heure (on peut enchaîner et prendre sa revanche et puis la belle si le temps le permet !). 

La rejouabilité est quant à elle exceptionnelle : les plateaux Hôtel sont asymétriques, vous avez pléthore de cartes clients et personnels. Les parties se suivent mais ne se ressemblent pas, vous allez planifier en fonction des tuiles empereurs, des cartes politiques, etc. De quoi penser vos combos différemment. 

Grand Austria Hotel reste pour moi une référence dans son genre ; une mécanique simple, des combos jouissifs, de la planification, une excellente rejouabilité et surtout – ce qui m’importe le plus – une excellente profondeur de jeu. Mais attention, à réserver aux configurations deux joueurs à cause de sa séquence de tour.
Reste à voir si le prochain Golem (des mêmes auteurs) ne va pas l’éclipser puisqu’il semble reprendre notamment le même système de draft mais cette fois avec des billes de couleur. À suivre…

 

LUDOVOX est un site indépendant !

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don sur :

Et également en cliquant sur le lien de nos partenaires pour faire vos achats :

acheter grand austria hotel sur magicbazaracheter grand austria hotel sur philibertacheter grand austria hotel sur espritjeu

7 Commentaires

  1. Salmanazar 29/01/2022
    Répondre

    Tout pareil ! Le draft de dés….

    j’aurais aimé des ressources moins cubiques sans avoir à acheter un pack hors de prix !

  2. Phoebus77 30/01/2022
    Répondre

    Même analyse sur ce jeu que j’apprécie beaucoup. Mais qu’apporte la version de luxe? J’avais été très déçu le la version deluxe des Châteaux de Bourgogne. Un choix graphique plus coloré mais discutable, du matériel un brin amélioré sur l’épaisseur des tuiles mais des pictos quasi illisibles sur les tuiles monastères…. Monsieur Feld, please, confiez vos jeux à des éditeurs français comme Super Meeple ou Iello qui savent embellir ces belles mécaniques……

    • atom 30/01/2022
      Répondre

      C’est étonnant, mais quand c’est comme ça, ça peut me pousser à passer à autre chose. D’autant que l’extension est intéressante, mais au final elle ajoute beaucoup d’éléments qui prennent beaucoup de place et qui finalement permettent de jouer autrement, mais n’offre pas vraiment de profondeur. Je vais essayer de mettre la main sur Golem (dans mon asso doit bien y avoir quelqu’un qui l’as pris à Essen) pour voir ce qu’il a dans le bidou car j’y vois beaucoup de similitudes, le systéme d’ordre du tour plus flexible peut être.

  3. ihmotep 31/01/2022
    Répondre

    J’avais essayé à 4 et j’avais trouvé cela sympathique mais pas exempts de défaut ^^ (comme dit avec justesse dans l’article). je ne pensais pas qu’à 2 il tournait bien, faudrait que je l’emprunte pour tester ca :).

    Chaque test d’Atom nous coûte des sous, ma femme souhaite te dire 2 mots 🙂

    • atom 01/02/2022
      Répondre

      À deux joueurs, j’ajoute une petite modification légère, à chaque fin de manche on enlève la premiére carte client de la riviére si elle n’a pas été prise, car ça permet de faire tourner les clients et évite qu’une couleur ne soit jamais ou rarement présente.  J’espère que tu est rarement déçu car c’est pas forcément notre objectif 🙂
      Pour info si tu veux essayer ce jeu, il est disponible sur le site de yucatan.de.

  4. Haro Sebastien 07/02/2022
    Répondre

    Très bon article, ça donne envie !
    Savez-vous s’il est prévu que le jeu (de luxe ou pas) revienne en boutique ?

    • atom 08/02/2022
      Répondre

      Il est sorti en français chez Funforge mais n’a pas connu un grand succès, donc je doute un peu qu’il ressorte en boutique.

Laisser un commentaire