Castles of Tuscany : Voyage en Toscane

Stefan Feld, voilà un auteur qui ne nous laisse pas indifférents, nous vous en parlions récemment dans cet article sur les rééditions de Bruges et Macao chez Queen Games. Castles of Tuscany est annoncé depuis plusieurs mois et sa sortie approchant il attire les convoitises. Il faut dire que son nom rappelle un certain Château de Bourgogne de ce même auteur. En allemand Die Burgen Von Burgund, un nom un peu à coucher dehors, mais qui s’explique par le goût des Allemands pour les allitérations (Mr Hammer nous en parlait dans son podcast). 

 

Tuscany

 

Voyage en Italie

Bienvenue dans la Toscane du XVe siècle ! Une belle région de l’Italie que j’ai toujours rêvé de visiter, mais je m’égare… Dans ce jeu, vous allez construire des villes, livrer des marchandises, agrandir vos terres afin de gagner des points de victoire. Le vainqueur étant celui qui a le plus de points à la fin des 3 manches que comporte le jeu.

Nous avions eu l’occasion, sinon de l’essayer, d’avoir une présentation succincte du jeu au dernier festival de Cannes sur le stand de Ravensburger. Étant donné son homonymie avec les Châteaux de Bourgogne, il est logique de les comparer, mais ce sont deux jeux réellement différents vous allez le voir. Nous ne sommes pas dans un « reskin », on pourrait éventuellement se hasarder à parler ici d’un jeu Express.

 

Comparaison n’est pas raison.

Les deux jeux ont quelques similitudes : tout d’abord, nous avons un domaine constitué d’hexagones. Au début de la partie nous avons notre plateau de jeu personnel et 3 tuiles régions que nous allons placer comme bon nous semble (ou presque) et cela représentera notre domaine. Comme chez son grand frère, nous plaçons aussi notre château de départ. Et vous l’avez deviné, on va devoir ajouter des tuiles à notre domaine, toujours en restant adjacent à une de nos tuiles déjà placées avec la couleur de l’emplacement correspondant à la couleur de la tuile. Voilà pour les contraintes.

 

tuscany01

 

Ah je vous l’avais dit, ça ressemble de prime abord furieusement à Château de Bourgogne, mais (oui il y a un mais) cette fois, pas de dés mais des cartes et comme vous allez le voir, le jeu est simplifié.

À votre tour, vous avez trois possibilités : soit piocher des cartes régions, soit prendre une tuile dans le pool de tuiles disponibles aux joueurs (dans ce cas, vous la placez dans un des trois emplacements de son plateau), soit placer une tuile. C’est là que les cartes régions interviennent. Soit vous avez les cartes de la couleur de la région et cela vous coûtera deux cartes, dans le cas contraire deux cartes d’une autre couleur feront l’affaire, comme dans l’exemple ci-dessous :

tuscany02

 

Chaque type de tuiles va vous offrir un bonus une fois que vous la placez dans votre domaine. Par exemple les tuiles rouges (les cités) nous offrent un bonus que l’on va placer à côté de notre plateau, et désormais quand je piocherais des cartes je pourrais en piocher une de plus, ou bien je pourrais stocker deux tuiles sur mon plateau avant de les placer sur mon domaine, etc.
L’auberge (tuiles bleues) nous permet de prendre un jeton en bois hexagonal bleu et plus tard on pourra le placer sur une case de notre domaine de notre choix sans se soucier de sa couleur (mais il faudra dépenser les cartes malgré tout).
Les tuiles vertes représentent l’agriculture : vous allez marquer des points un peu de la même façon que les tuiles animaux dans Bourgogne, mais avec des raisins, des olives, etc.
Les grises donnent des jetons marbre, les oranges des ouvriers. Ainsi, ces choix donneront une direction stratégique à notre partie.

 

tuscany03

le plateau des joueurs.

 

On retrouve dans cet opus le petit aspect course car le premier joueur à remplir toutes les cases du plateau récupère la carte correspondante et les points qui vont avec. De même on marque des points pour chaque zone adjacente de même couleur, de 1 à 6 points si l’on complète une zone de 3 tuiles.

Castles of Tuscany ne propose pas un nombre de tours défini, mais un mécanisme déjà éprouvé : quand nous prenons une des tuiles centrales, on en ajoute une de notre tas de tuiles. Quand on vide sa pile de 7 tuiles la manche se termine, et l’on passe au décompte, ainsi il faudra surveiller le tempo du jeu. Pourquoi pas, ça apporte une interaction intéressante sur le papier.

Un petit twist malin : nous avons deux pistes de score, la verte et la rouge. Quand nous marquons des points c’est sur la verte qu’on le matérialise, et en fin de manche on reporte les points de la verte vers la rouge, mais on ne redescend jamais sur la verte, il y a donc un effet d’accumulation et il faudra en tenir compte pour faire plus de points à chaque manche pour l’emporter.

 

tuscany_score

 

 

Stéfan Feld cède-t-il à la mode de l’Express ?

Selon Stefan Feld lui-même, il s’agit bien d’un jeu passerelle et il est moins compliqué que son aîné. Néanmoins, il propose un gameplay différent. il semblerait que nous soyons dans un jeu plus rapide, il est estampillé 2 à 4 joueurs et pour une durée de 45 à 60 minutes. Pour autant peut-on parler de version « Express » ? N’est-ce pas déjà l’objectif de la version cartes ou la version dés à cocher ?

Pour ma part j’ai l’impression qu’il est plus pêchu que son grand frère. Je sais qu’il ne faut pas toucher aux idoles sacrées, et j’adore les Châteaux de Bourgogne à qui il faut reconnaître de grandes qualités, mais soyons honnête, il y a peu de chance de le sortir avec un nouveau public aujourd’hui. Si la mécanique est toujours aussi excellente et finalement assez simple, la mise en place du jeu est longue, le jeu aussi. Nous avons des tas de tuiles différentes avec des effets tout aussi différents, résultat on se plonge dans la règle à chaque nouvelle tuile (valable aussi si l’on n’a pas rejoué depuis un certain temps). L’iconographie et l’ergonomie ne sont pas exemptes de défauts, d’ailleurs la nouvelle édition, bien que plus colorée, ne corrige pas totalement cela (un comble).

On peut aussi regretter les plateaux joueurs différents qui ajoutait de l’asymétrie, même si en réalité dans ce Castle of Tuscany on compose notre plateau, en effet on pioche 3 tuiles (A, B et C) et on les dispose comme on le souhaite, pouvant se construire des zones plus ou moins grandes. Il se pourrait que cela détermine notre stratégie. 

Pour l’heure pas de date officielle pour ce Castles of Tuscany 

Cette année Mr Stefan Feld revient en force, entre ce Castles of Tuscany, les jeux de la Stefan Feld city Collection de Queen Games (Hambourg, Amsterdam et New York, sans oublier l’intrigant Bonfire chez Pegasus Spiele…) ! Et vous que pensez-vous de cette nouvelle version ? Trahit-elle l’esprit des vénérables Châteaux de Bourgogne ou propose-t-elle un nouveau souffle ?

   

3 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 21/08/2020
    Répondre

    Franchement, je le trouve interessant de loin, n’etant pas trop fan des chateaux de bourgogne pour le placement de des. Ici, il y a des subtilite et de la simplicite, ca me parle

  2. Sylle 24/08/2020
    Répondre

    Je suis très fan des Chateaux de Bourgognes, un des meilleurs Feld à mon avis… J’ai fait de nombreuses parties,  je ne le trouve pas si compliqué que ça à expliquer mais comme je connais toutes les tuiles par coeur, je ne me rends pas compte… Il faut juste faire un recap des tuiles jaunes quand elles sortent, (ce sont les plus compliquée à interpréter). Quand on propose ce jeu à des nouveaux joueurs, en général ils font un peu la tête en voyant le design vieillot mais au final, ils apprécient toujours le jeu !  Je hâte de découvrir ce nouveau « Châteaux » qui semble bien s’inspirer de son aîné en changeant suffisamment de choses pour faire un jeu bien différent.

  3. Photo du profil de RoulioLombric
    RoulioLombric 24/08/2020
    Répondre

    C’est un fait : oui, les châteaux de Bourgogne (ou Burgund pour les intimes), c’est assez long, surtout à 4 joueurs. Donc ce « nouvel opus » semble être une excellente nouvelle. On va patienter !

    (je précise que Burgund est proche d’être mon jeu préféré… donc c’est mon propos est une « critique lucide »)

Laisser un commentaire