Aventuriers du Rail : Londres : She’s Got a Ticket To Ride!

Auréolé d’un Spiel des Jahres en 2004, et de l’As d’or, Les Aventuriers du Rail – ou Ticket to Ride en anglais – est une success story du jeu de société qui fête ses 15 ans.
Le titre de Alan R. Moon est ce que l’on appelle un million seller pour Days of Wonder. Régulièrement, un nouvel opus sort sous forme d’extension ou de boite indépendante avec une nouvelle carte où poser nos locomotives (d’ailleurs cette année on pourra visiter l’Italie et le Japon).

Depuis 2004, l’éditeur a proposé des déclinaisons pour diversifier son public et notamment les plus jeunes avec par exemple Mon premier Voyage qui a connu deux éditions. L’année dernière, coup sur coup (dans un timing un peu étrange), ils ont sorti deux versions plus rapides : l’une appelée Express (logique) avec un look plutôt enfantin, et l’autre appelée New York, dans un style qui parlera aux adultes grâce à ses quelques références bien placées (Coucou Fonzie !). Cette dernière version est annoncée pour se jouer en 10-15 minutes pour les 8 ans et plus. Idéal pour se lancer dans une partie rapide et proposer le jeu aux gens pressés… et séduire tous ceux qui se sont lassés du titre avec les années, distraits par la concurrence de gameplay plus nerveux et plus compact (type Splendor and co).

Ce Londres est donc dans la même veine, même gamme, même taille que le New York.

tt_ln-box-462

Je reviens de l’agence de voyage. J’ai pris un ticket pour Londres, à moi les bus à impériale rouges !

Dans les rues de Londres

Le but du jeu et le mécanisme reste toujours le même, on ne change pas une équipe qui gagne (Ludochrono : Les aventuriers du rail, Les aventuriers du rail Europe).

On va collectionner des cartes de couleur que l’on va dépenser pour poser nos trains bus sur les secteurs pour marquer des points, on marquera aussi des points grâce à nos cartes destinations réussies, et celles que l’on n’aura pas complétées nous feront perdre des points. Qui dit nouvel opus dit petit gimmick, petit changement. Avec New York on pouvait gagner des points de victoire quand on visitait des attractions. Dans ce Londres, on gagnera des points de victoire si on relie un quartier – et selon les quartiers ça peut être entre 1 et 5 points de plus. Soit 15 points si vous reliez tous les quartiers, même si je doute que ça soit réalisable.

 

tt_ln-setup-940

 

 

Under Pressure! 

La partie se termine quand un joueur n’a plus que deux de ses bus en réserve, on réalise un dernier tour de jeu et on passe au décompte.
Le moins que l’on puisse dire c’est que ça traine pas : la boîte affiche un 10-15 mn ce qui est très conforme à la réalité. Autant dire qu’il faudra prioriser en fonction de son ou ses cartes destinations et un objectif personnel. On a peu de temps pour aller chercher des cartes destinations supplémentaires. Relier des quartiers pour marquer des points est intéressant, mais aisément contrable. Si un joueur veut vous mettre des bâtons dans les roues, il suffit de squatter la route que vous cibliez, car oui la concurrence est rude, le plateau est petit et on se marche rapidement sur les pieds !

Qui dit durée courte, dit aussi opportunisme prononcé. Il est difficile de planifier une stratégie à long terme ici. Risqué, et pas vraiment payant. Mais l’avantage c’est que l’on pourra facilement remettre ça pour prendre sa revanche.

ADR_Londres02

 

We’re live in a Yellow Submarine…

Dans ce nouvel opus, nous partons pour Londres, et la règle prend la forme d’un prospectus que l’on nous aurait donné dans une agence de voyage. Nous sommes dans les sixties et le jeu est bourré de clins d’œil que les moins de 20 ans ne peuvent probablement pas connaître. La reine d’Angleterre a subi une cure de jouvence, John Lennon porte un T-shirt Peace & Love, les chapeaux melons et bottes de cuir sont de la partie, etc. Pour les autres je vous laisse le plaisir de la découverte ! C’est plaisant, même si les plus jeunes passeront probablement complètement à côté. Arguons que l’on pourra leur expliquer les références avec plaisir et délectation. Tu vois mon fils, c’était mieux avant …

 

ADR_Londres01

 

La version Premier voyage était intéressante pour faire jouer la fratrie en autonomie, mais les adultes s’y trouvaient un peu à l’étroit. À l’époque de sa sortie, nous avons passé plusieurs heures entres joueurs adultes sur la version classique (Aventuriers du Rail : Europe), opus que l’on a tenté de proposer à nos enfants quand ils ont grandi. Mais l’expérience fut un échec. En effet, le jeu s’avérait un peu long pour eux… et pour nous aussi finalement. Nos goûts ont évolué entre temps, et ce genre de jeux est un peu trop léger pour nous, même pour du estampillé « familial ». Il nous manque quelque chose par rapport au temps passé dessus. Au final ces nouvelles version hypers ramassées représentent le bon compromis pour jouer avec nos minots. Temps compressé, fort opportunisme, et la possibilité d’enchaîner sur une revanche si le cœur y est. À vous de voir, si vous êtes amateur des Aventuriers, si c’est ce que vous recherchez aujourd’hui.
Ajoutons que cette édition s’avère un bon format pour le voyage : elle permet de sortir le matériel sur le coin d’une table ou la tablette d’un train… une belle mise en abyme, non ?

 

 53292   She’s got a Ticket to Ride…   53292

 

   

Laisser un commentaire