► E.D.I.T.O. Le jeu de société draine plus d’argent que le jeu vidéo sur Kickstarter

C’est le moment de sabrer le champagne !

La plateforme de financement participative Kickstarter est le premier endroit où les jeux de société battent les jeux vidéo en termes de chiffre d’affaire. 

Reprenons.

Selon diverses études faites entre 2012 et aujourd’hui, le marché du jeu de société oscillerait entre 10 et 15% de ce que génère le secteur du jeu vidéo (sachant qu’une grosse majorité de ces revenus est représentée par les Risk, les Monopoly and co).  Incroyable mais vrai, sur la plateforme de financement KS, le jeu de société passe pourtant devant le jeu vidéo, drainant une somme totale de 196 millions de dollars (pour 179 millions dans le jeu vidéo).

Mieux que ça, sur les 196 millions, il s’avère que 93% (contre 85% pour les jeux vidéo) de tout cet argent est réellement allé jusqu’au bout des projets – sachant que le reste est retourné dans la poche des backers. C’est indéniable, le jeu de société sur KS est devenu monnaie courante (100 projets par mois environ), une vraie tendance est née dans notre domaine, parce qu’ils sont potentiellement plus accessibles, plus maîtrisés (qu’avec le numérique) et parce que le gamer répond indéniablement présent. En tout cas, ces stats semblent dire qu’une confiance s’est installée.  

 

edito graph'-feature-kickstartergames (1)

 

Et pourtant, c’est pas gagné. Réunis, jeux de société et jeux vidéo sont encore à un taux de réussite d’un petit tiers (en dessous de la moyenne de 37.4%). Autrement dit, sur 3 projets, il y en a quand même deux qui n’aboutissent jamais. Oui, mais finalement ces deux-là ne représentent que 7% de l’investissement des souscripteurs. Cela signifie que le « tiers qui marche » est donc rondement mené.

Si pour beaucoup de jeunes auteurs l’appel de L’Eldorado-KS fonctionne à plein régime, il faut bien être réaliste : tout le monde ne peut pas s’appeler Exploding Kittens (8.8m$), ni même Zombicide: Black Plague (4.1m$). En fait, 48 projets ont accumulé plus d’un million de dollars. Mais 48, c’est même pas un pourcent de tout ce qui passe. La majorité des réussites se situe dans une fourchette beaucoup plus modeste (la foufourche entre 1 000 et 10 000$). Bref, c’est les petits – moyens projets qui cartonnent. D’ailleurs, c’est plutôt chouette, puisque ça signifie qu’il n’y a pas d’effet d’écrasement des petits par les gros ici.

Kickstarter preview-620

Mais devant la quantité de jeux qui tentent leur chance, il est certain que bon nombre d’entre eux passent tout simplement inaperçus, faute d’une communication adaptée à ce monde devenu hyper concurrentiel. C’est là qu’on voit nettement l’importance des reviews (Dice tower, Radho…), de la multiplication des supports de com’ et des coups de projecteurs des médias spécialisés. Et on sait de quoi on parle : Aujourd’hui, sur Ludovox, environ un quart des clics sortants sont des lecteurs qui vont depuis un de nos articles sur KS…

> Sources : stats de KS et article de fivethirtyeight

 

 

UP-review

 

 

  • Parce que tout le monde se demandait ce que c’était, on a présenté Welcome to Antartica ! 
  • On lâche aussi de la belle info sur le devenir du Colt express, pas prêt de s’arrêter en gare.  
  • Clochemerle, c’est le spin off de Descendance, et ça sent bon le terroir ma ptite Lucette !
  • La nouveauté du moment sur le Vox, c’est deux nouvelles séries de podcasts complètement Bad, complètement Good, complètement Meeple : avec tout d’abord la saison 2 de la Minute Lugeek qui s’attaque aux prix internationaux depuis 2008, et le tout nouveau format qu’est le Lugeek News. 5 minutes d’actu ludique à écouter, sur pad ou à emporter. 
  • Et pour les lecteurs qui en redemandent, ne ratez pas les Poilus 2e édition, ou encore l’incroyable article dont Vous êtes le héros !

 

 

7 Commentaires

  1. Photo du profil de yannibus
    yannibus 26/08/2015
    Répondre

    Merci pour ces stats ! J’étais loin de me rendre compte du volume de J2S qui sortent (successfully backed)…en 2014 > 1000 Jeux. Il y aurai donc plus de jeux qui sont éditées via KS que dans le circuit « standard » et c’est une découverte pour moi.

    Après sur l’accroche J2S>JV, sur KS, il y a quand même la facilité relative pour les J2S du fait de son support physique à proposer rapidement des choses qui donne envie, des add-on et des éléments « aboutis/fini ».

  2. Photo du profil de SleuthGames
    SleuthGames 26/08/2015
    Répondre

    C’est im-pré-ssion-nant !

  3. Photo du profil de BabyAzerty
    BabyAzerty 10/09/2015
    Répondre

    Dans une époque où tout est numérisé, il fait bon de retrouver le bonheur des jeux sans écran 🙂

    J’étais un (assez gros) gamer sur console/PC. Puis j’ai découvert l’univers du boardgaming. Depuis, je retourne sur console/PC principalement pour faire des jeux « couch Co-op » (donc en split screen) ou des (MMO)RPG.

    Le gros point fort du jeux de société d’après mon expérience, ce sont les joueurs. Je n’ai – jusqu’à présent – pas rencontré de gens désagréables au point de vouloir les mettre en cube et les enfoncer dans un cachalot. Et ce sont malheureusement ces mêmes gens qui peuplent les jeux vidéo online en général (League of Legend, Smite, Counter Strike, etc).

    Il suffit de comparer une convention jeux de société avec une convention jeux vidéo… Le tableau est tout de suite dressé.

Laisser un commentaire