Clochemerle, le Spin off de Descendance

C’est le nouvel opus signé Inka et Markus Brandt, dans le même univers que leur carton Descendance, et dans la même catégorie aussi d’ailleurs. En effet, ne vous y trompez pas, malgré la présence de dés, il ne s’agit pas d’une version allégée « dice » ou autre extension, mais bien d’un jeu à part entière, de même calibre (durée, difficulté). Bonne nouvelle pour les amateurs, si tout va bien, Gigamic proposera la version française en avant-première sur leur stand à Essen. 

petit-FACING

Pitchons-nous à l’ancienne !

« Voici venue l’heure d’écrire un nouveau chapitre des chroniques de la province. En prenant la tête de son propre village, chaque joueur tentera de le faire prospérer à partir d’une simple basse-cour et de quelques villageois. Pour cela vous pourrez ériger de nouveaux bâtiments, ensemencer les champs environnants, voyager, faire du commerce, archiver vos exploits… Mais le temps s’écoule inexorablement.

Il arrivera qu’un villageois décède, laissant son poste vacant. Il est possible de lui former un successeur pour prendre la relève, mais il faudra tôt ou tard choisir de négliger certains domaines pour se concentrer sur les autres. Faites les bons choix !

Après plusieurs générations, la partie prend fin. Le joueur qui aura acquis le plus de prestige fera de son village le plus illustre de toute la contrée ! »

On retrouve donc les notions de village, d’artisanats, de générations, de cimetière, tous les ingrédients de leur dernier hit, sauf qu’ici on a des mini-brouettes de dés (12) et des tas de cartes (104). Et aussi des rats qui vont grouiller autour des tombes. Miam. Bref, donc, rien à voir. Presque !

GIGAM_HD

Coup d’oeil au gameplay 

On lancera les dés qui nous permettront d’activer toutes sortes d’action (ces dés seront modifiables dans une certaine mesure) et ces actions (ce sont des « Bannières » qu’on active) vous permettront, notamment, d’ajouter des cartes à votre village, de générer des pièces de monnaie et de produire des ressources. Par exemple, activer la Bannière noire d’une carte disponible au centre de la table vous permet d’ajouter cette carte à votre village. En effet, au cours de la partie, les joueurs développent leur village en ajoutant des cartes sur les côtés de leur plateau personnel : champs, cloître, ateliers, ou des cartes voyages… On va agrandir et développer son espace jusqu’à ce que ça donne par exemple quelque chose comme …

plato-1

Attention, en plus de posséder la bonne valeur de Bannière avec vos dés et de payer les temps et coûts additionnels, les bannières ont généralement des conditions à l’activation que vous devez satisfaire.

Mais elles vous permettent plein de choses, comme par exemple de reprendre la main du 1er joueur, ou d’attirer dans votre village des clients à qui, lors des prochains tours, vous pourrez vendre les ressources que vous aurez fabriquées. 

La principale “ressource” du jeu est le temps et la plupart des actions en consomment. Si un joueur dépense des unités de temps, il avance le marqueur sur sa piste de Temps de vie du nombre approprié de cases. C’est bien gentil, mais à un moment, ça finira par tuer quelqu’un cette histoire ! Et oui, il faudra mettre un de vos villageois au cimetière, direction les tombes communes ou les Chroniques (qui valent des points). Cela vous rappelle quelque chose ? Ha oui, je vous avais prévenu que c’était le descendant d’un autre… Mais là, il y a en plus des rats qui grouillent et qui peuvent venir grignoter votre patrimoine. Rien n’est jamais acquis ma bonne dame !  

Pour en savoir plus rendez-vous sur la fiche du jeu ! 

Un jeu de Inka et Markus Brandt
Edité par Gigamic
Langue et traductions : Anglais, Français
Date de sortie : 10/2015
De 2 à 4 joueurs
A partir de 12 ans

2 Commentaires

  1. Photo du profil de Zuton
    Zuton 21/08/2015
    Répondre

    Intéressant et alléchant, après faut voir si le jeu apporte un ressenti différent de son ainé au niveau des mécanismes.

    Le titre français est bien trouvé et sent bon la campagne de nos contrées (titre plus sympa que la version anglaise : « My Village »).

    Pour la partie graphique et le matériel, la ressemblance est criante avec Descendance en ré-utilisant des pictos identiques (comme le sablier, PV) et le même illustrateur aux pinceaux dont on reconnait bien le style : Dennis Lohausen… le résultat est en tout cas plaisant pour les yeux… qui trahissent mon envie de jouer à ce nouvel opus !

  2. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 04/12/2015
    Répondre

    C’est le nouvel opus signé Inka et Markus Brandt, dans le même univers que leur carton Descendance, et dans la même catégorie aussi d’ailleurs. En effet, ne vous y trompez pas, malgré la présence de dés, il ne s’agit pas d’une version allégée « dice » ou autre extension, mais bien d’un jeu à part entière, de même calibre (durée, difficulté). Bonne nouvelle pour les amateurs, si tout va bien, Gigamic proposera la version française en avant-première sur leur stand à Essen. 
    petit-FACINGImage Enlarger

    Pitchons-nous à l’ancienne !

    « Voici venue l’heure d’écrire un nouveau chapitre des chroniques de la province. En prenant la tête de son propre village,…

  3. Photo du profil de bryce974
    bryce974 11/06/2016
    Répondre

    J’ai fait l’acquisition de Clochemerle il y a quelques temps et j’ai donc 2 parties à 4 joueurs comme recul.

    J’aime beaucoup lejeu, moi qui suis amateur amateur des jeux de gestion et d’optimisation.

    Je regrette juste le peu d’intérêt des voyages et des champs voir même de l’église

    En fait la grosse stratégie gagnante ce sont les livraisons. J’ai passé 1 parties à engranger un maximum de cartes de livraison et à les réaliser. Je n’ai fait aucun voyage et je n’ai pris aucun champs. Puis à la suivante j’ai simplement pris ttes les cartes de livraison qui rapporte 4/5 points puis je les ai réservées pour les réaliser plus tard dans la partie. Je n’ai toujours pas fait de voyage ni d’église ni de place du marché ni tenté de récupérer un maximum de points d’histoire.

    Pourtant je gagne assez facilement les 2 parties. Les livraisons sont simplement trop déséquilibré et les champs pas assez rentables. J’ai donc modifié les règles avec mes camarades pour en arriver à:

    – À la fin de la partie chaque duo de pièces rapporte un point de victoire. Histoire de motiver l’acquisition de champs.

    – Pour les livraisons: vous ne pouvez détenir que 4 cartes de livraisons non réalisées à la fois (sauf si vous détenez l’église qui permet d’augmenter le nombre de cartes). De plus lorsque vous prenez des cartes livraisons vous leur attribuer un dé de valeur 3 (ce qui signifie que vous aurez maintenant  3 tours pour les réaliser) à chaque début de tour vous diminuer la valeur de 1. (en effet en bon commerçant vous devez satisfaire le client en réalisant la livraison le plus vite possible ce qui supprime la possibilité aux joueurs de faire un monopole sur les livraisons et de se les garder au chaud pour plus tard)

    A la fin de ce décompte (du dé si la livraison n’est pas réalisé vous devez remette dans la pile de cartes du marché toutes les livraisons que vous n’avez pas réalisé et en plus votre client étant mécontent vous perdez une pièce par livraison non réalisée. Si vous ne pouvez pas payer ces pièces prenez un jeton malus de -1 PV dont vous ne pourrez pas vous débarrasser. (on va devoir bien y réfléchir à 2 fois avant d’aller au marché et il faudra bien préparer ses coups à l’avance. D’autant plus que cela rajoute une dimension stratégique aux autres joueurs qui vont pouvoir surveiller les dès à ne pas transmettre pour retarder l’adversaire au maximum)

    On peut étudier la possibilité de pouvoir modifier la valeur du dé compte tour des livraisons en payant une pièce pour remonter le dé de 1 valeur sans jamais pouvoir dépasser la valeur 3.

    Voilà plus qu’à tester

    Ludiquement bryce974

Laisser un commentaire