Space Explorers : Course spatiale chez Blam

Space Explorers est un jeu russe de Yuri Zhuravljov (Viceroy, The Golden Sails), prochainement localisé par Blam et présenté à Cannes. Voici un jeu dit à moteur, dans la catégorie des Splendor, Century, Majesty ou bien encore Ganymede, Gizmos, Orbis et consort. Si certains savent apporter le petit truc en plus sans renouveler le genre, d’autres fleurent bon l’opportunisme. Mais alors Space Explorers ça apporte quoi ?

Space Explorers_Jeux_de_societe_Ludovox (1)

 

À la conquête de l’espace

Nous allons gérer un centre de recherche en recrutant des spécialistes qui vont nous donner des points de victoire, mais aussi des bonus ou/et des réductions pour les futures cartes que nous rajouterons dans notre zone de jeu. Un peu à la manière de Splendor avec les tuiles nobles, quand on obtiendra un certain nombre de symboles on pourra s’accaparer les tuiles projets. D’abord, ce sont des points de victoire, mais quand elles ont toutes étés prises, la partie se termine.

 

Space Explorers_Jeux_de_societe_Ludovox (5)

 

Chaque tuiles projet demande à avoir dans sa zone de jeu un certain nombre de symboles. Par exemple avec 2 bleus et 3 violets je peux prendre la toute première sur l’image ci-dessus.
La partie s’achève aussi quand un joueur a ajouté la 12e carte spécialiste dans sa zone. On termine le tour et on passe au décompte.

 

Twist dans la course

Chaque joueur commence avec une réserve de jetons qui peuvent être utilisés pour engager une des 6 cartes spécialistes qui sont au milieu de la table. Une autre action permet aussi de piocher une carte spécialiste. Quand on engage un spécialiste, on paye le coût, les cartes dans notre main peuvent être défaussées et remises au centre de la table, elles comptent pour deux symboles de notre choix.

Space Explorers_Jeux_de_societe_Ludovox (6)

 

Space Explorers_Jeux_de_societe_Ludovox (3)

Si on paye avec des jetons, on les transmet à notre voisin de gauche, et se faisant on lui offre des opportunités. Et croyez-moi c’est souvent un crève-cœur ! La carte ainsi achetée est placée dans son hub (à sa couleur), et si elle a un pouvoir on va en profiter dès le prochain tour. Par exemple tel spécialiste me donne 2 jetons virtuels verts, cela veut dire que j’ai cette réduction tant que le symbole est apparent. Car oui si je place une nouvelle carte dans ce même hub je recouvre ce bonus et je ne peux plus en bénéficier. Space Explorers est un jeu à moteur où l’on doit détruire son moteur pour avancer.

 

Par contre, si je place une carte dans le même hub, je bénéficie aussi d’une réduction par symbole correspondant à ce spécialiste. C’est un peu abstrait ? Dites-vous juste que plus vous posez de mêmes cartes dans le même hub et moins les cartes sont coûteuses. Bien sûr cela se combine avec les effets présents dans les autres hubs.

Chaque action que l’on fait est un tiraillement. Je vais poser cette carte, mais est-ce qu’elle correspond aux projets ? Convient-elle à ma stratégie ? Quelle partie de mon moteur va-t-elle casser ? Puis-je m’en passer ? Là ça devient vraiment génial en termes de dilemmes.  

Si je paye avec mes cartes en main pour ne pas donner de jetons, avec quelles cartes vais-je payer ? Sachant que je ne les défausse pas, mais je les place dans le centre de recherche à disposition de tout le monde… et que l’on est engagé dans une course. Vous avez compris, c’est tendu !

 

Space Explorers_Jeux_de_societe_Ludovox (8)

 

L’espace c’est So Youz

Comme expliqué dans l’introduction, Splendor a lancé un système de jeu qui a maintes fois été copié, mais finalement sans doute jamais égalé dans son épure. Si Space Explorers reprend ce qui a fait le succès du jeu de Marc-André, il réussit néanmoins à ajouter une légère surcouche avec ses combos, ses effets bonus ou gains de points de victoire qui va flatter le joueur plus chevronné. Il est aussi beaucoup plus dynamique et combinatoire. L’interaction est plus directe, au lieu de priver un joueur d’une carte ou de certains jetons, on va surtout les dépenser pour les donner à notre voisin. Sans oublier ce moteur de jeu que l’on met en place et détruit pour tenter de construire autre chose ou de gagner un des jetons projets…

Les cartes fourmillent de petits symboles pour les effets bonus et sur une première partie, nous risquons d’être pris en défaut par l’iconographie. Sur une deuxième partie, on commence à prendre ses marques et cela va de suite mieux.
Son esthétique désuète digne des illustrations de propagande russe lui donne un certain cachet qui ajoute à l’expérience, on croirait avoir trouvé une boite perdue dans le grenier d’un lointain parent.

Nous y avons joué à deux joueurs, configuration idéale pour ce type de gameplay, néanmoins il devrait fonctionner aussi bien à quatre joueurs.

Space Explorers sort chez Blam courant mai 2019 pour un prix annoncé de 22 € et devrait être disponible en démonstration sur le Festival de Cannes. Je vous recommande d’y jeter un oeil, voire deux !

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

 

5 Commentaires

  1. Photo du profil de Zuton
    Zuton 16/02/2019
    Répondre

    Un jeu sympatique, le parti pris graphique assumé est original et nous transporte bien dans l’épopée spatiale russe des années 60-70.  Un peu comme à Gizmos, j’ai l’impression qu’il y a comme un effet win to win (et du coup lose to lose) surtout sur une première partie découverte, les suivantes devraient être plus équilibrées. J’ai bien aimé notre duel malgré la bonne fessée qu’Atom m’a donnée !

    • Photo du profil de atom
      atom 18/02/2019
      Répondre

      La fessée comme tu dis, c’est surtout parce que j’avais déjà fait une partie d’initiation au petit matin, donc j’avais un avantage.  Je pense que l’effet win to win est moins fort que sur Gizmos, par contre c’est clair qu’un joueur qui connait le jeu part avec un avantage.

  2. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob il y a 20 jours
    Répondre

    je suis beaucoup moins enthousiaste; il y a du win/win et ce jeu est déséquilibré (on peut être auto suffisant et ne pas donner de ressources à son voisin. Et faire du blocage est difficile) . En plus, des mecs qui sortent un jeu sur l’Urss et qui traduisent leur explorateurs par Astronautes et non cosmonautes ne méritent pas qu’on s’attarde.

    • Photo du profil de atom
      atom il y a 20 jours
      Répondre

      Le win to win je ne peux pas juger sur une premiére partie (2 en fait), mais grosso modo à 2 oui c’est compliqué de se refaire, mais c’est le cas de beaucoup de jeux à moteur puisque si ton moteur est enclenché et que celui de l’adversaire peine à démarrer tu va creuser l’écart. J’ai plus l’impression qu’au bout de quelques parties tu va jouer plus en fonction des joueurs. Oui on peut être autosuffisant, mais ça prend du temps et utiliser les ressources nous permets un coup de boost. Si tu mets pas des ressources au centre de la table, cela veut dire que tu va devoir mettre des cartes et est ce que c’est mieux ? Ben ça dépend je pense.

      • morlockbob il y a 20 jours
        Répondre

        auto suffisant a été assez rapide avec une carte qui te permet de prendre gratos les mecs a 2…Chance de la pioche peut être mais le joueur a pas eu de soucis pour monter en puissance tout seul. Peut être est ce un jeu qui se mérite, mais au bout de 2 parties à 4, il ne donne pas envie de recommencer. Contrairement à Res Arcana où malgré les défaites tu sens que tu pourrais mieux maîtriser la chose. Après c ‘est pas grave, on fera autre chose…

Laisser un commentaire