space-cadet-upok

Space cadet – Duel Dice : Leçon de management dans l’espace

Je suis un passionné de jeu de société.

Mais j’ai aussi un vrai métier ! Et pas seulement un métier qui me permet d’acheter des boîtes de jeux à la fin du mois

Non, mon métier, c’est le management de projet. Et sans management de projet, croyez-le, croyez-le pas, on n’a aucune chance de survivre dans l’espace.

 

Un projet est une organisation temporaire, créée en vue de livrer un ou plusieurs produits d’entreprise conformément à un cas d’affaire convenu

Ça, c’est de la définition qui déchire et qui se doit d’être dans tout bon manuel  pour apprenti enseigne de croiseur interstellaire. Essayons d’y mettre un peu de sens.

  • Le cas d’affaire :  C’est notre but ultime. Ce qu’on veut absolument avoir à la fin. Ca sera donc exploser le vaisseau ennemi, éparpiller dans les étoiles les morceaux de l’équipe d’en face, et les renvoyer aux confins de l’espace
  • Organisation : On sait ce qu’on veut, mais qui va le faire. On va donc constituer une équipe avec des rôles. Dans un combat spatial, comme après une soirée au spacioport du coin, piloter ou lancer des roquettes, il faut choisir.

  • Temporaire : Il faut une date de début et une date de fin. On commencera donc quand on lancera les gaz. Et on terminera avec l’élimination pure et simple du vaisseau adverse avant que ce dernier fasse de même sur vous! (Ça c’est un risque du projet.)

C’est très important de bien savoir QUAND  débute et se termine le projet. Si vous lancez les moteurs de votre vaisseau alors que l’ennemi est devant vous, prêt à faire pleuvoir le feu, vous avez loupé votre début de projet (et la fin de projet risque d’arriver assez rapidement)

  • Créer un ou plusieurs produits d’entreprise : pour dégommer le vaisseau adverse, il va falloir des « produits d’entreprise ». Dans notre cas,  ca sera à minima 4 roquettes nucléaires à portée courte.

Et c’est là que votre  énergique et talentueuse équipe va faire des miracles

 

Organisation

 
Pour mener à bien notre « cas d’affaire », on va devoir mettre un place un minimum d’organisation et définir des rôles. Construire une équipe, une vraie, soudée, travaillant en harmonie avec des processus. On distinguera donc :
  1. Le chef de projet
  2. les fournisseurs
  3. Le support projet

 

Le chef de projet

C’est le capitaine. C’est celui qui n’en fout pas une, à part observer la situation et donner des ordres, parce qu’il maîtrise tous les processus.

Par contre, c’est lui qui porte la responsabilité du projet.

En résumé, si on perd, c’est de sa faute et on pourra lui taper dessus.

 

 

 

 

 

Les fournisseurs

C’est les petites mains. Ceux qui vont jeter frénétiquement les dés afin pour pouvoir construire les roquettes, charger les boucliers, préparer les contre mesures.

Ce sont les experts.

 

Parce que faire 50 lancés de dés à la minute, c’est une vraie expertise et il n’y a que eux qui savent faire.

 

 

 

 

Le support projet

Ce sont ceux qui doivent aider le chef de projet pour appliquer correctement les processus, c’est à dire appliquer convenablement les règles du jeu. Dans la vraie vie, le chef de projet n’en fait qu’à sa tête.

Plan et activité

 

Un plan ne peut démontrer sa faisabilité ultime de ses objectifs que si les activités sont réunies dans un calendrier définissant le déroulement de chaque activité

Une fois dans la bataille, il faut un plan clair, défini et partagé pour que le projet soit une réussite. Sinon, c’est direct dans les astéroïdes, les trous noirs, pire, louper le tir d’une roquette. On va donc définir des séquences de management.

Il s’agira de s ‘assurer que tout ce qui était prévu dans la séquence a été mené à bien, et qu’il n’y a pas d’écarts. Le seul hic est que le vaisseau adverse a un plan à peu près similaire au vôtre

 
 

Maintenant, vous avez bien compris que, sans un projet bien défini, vous n’avez aucune chance de survivre dans l’espace.

 

Je vous suggère donc la lecture de la méthodologie de gestion de projet Prince2 (Project In controlled environment) , au lieu de potasser les livres de règle du prochain jeu de Cathala.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a enfin quelque chose qui est souvent oublié dans les projets : les leçons tirées de l’expérience, qui permet de capitaliser son savoir faire. Tant qu’à avoir réussi à détruire le vaisseau adverse, autant le faire la prochaine fois encore plus vite, avec moins de roquettes et avec une meilleure optimisation des séquences
 
 

Épilogue

 

Space cadet – The duel dice, est un jeu coopératif de  Geoff Engelstein et  Sydney Engelstein, qui se joue en 2 équipes qui vont s’affronter. Chaque équipe devra diriger un vaisseau afin de le déplacer, charger les boucliers, monter les roquettes et tenter de dégommer le vaisseau adverse. Tout se fait par des lancés de dés en temps réel. C’est complètement chaotique.  Il faut donc une bonne organisation d’équipe pour s’en sortir
 
Pour 4 à 8 chefs de projets certifiés PRINCE2, pour des parties de 30 minutes environ

9 Commentaires

  1. Photo du profil de Fred la loutre
    Fred la loutre 16/09/2014
    Répondre

    Pour moi qui cherche a me lancer dans le serious game, c’etait très instructif.

    Merci beaucoup

  2. Photo du profil de Meeple_Cam
    Meeple_Cam 16/09/2014
    Répondre

    Mais cet article est on ne peut plus sérieux

    On parle beaucoup ici et là de l’apprentissage des enfants par le jeu de société. Mais cela peut aussi s’appliquer aux adultes ! La preuve par ces leçons de management et leur mise en pratique sur un cas concret.

    De plus, la méthodologie est très claire sur ce point : « Prince2 présente l’avantage d’être une méthode de management de projet universelle qui peut être appliquée indépendamment du type de projet, de l’organisation, du territoire géographique ou de la culture. »

    Donc pourquoi pas les jeux ? (d’autant plus les jeux coopératifs 🙂 )

  3. Photo du profil de ziold
    ziold 16/09/2014
    Répondre

    Une belle illustration ! J’ai beaucoup aimé la partie sur le chef de projet…

     

    Par contre, étrange ce jeu avec des meeples, des dés et des chasseurs cylons…Le principe fait également penser à Space Alert (pour le côté appro, gestion des ressources et attribution des actions), la bande son en moins et les dés en plus !

    • Photo du profil de Meeple_Cam
      Meeple_Cam 16/09/2014
      Répondre

      C’est une adaptation libre, propre aux articles « Meeple toi-même » : Proposer des articles décalés, où je n’hésite pas à mettre mes petits meeples partout, ou faire du crossover entre plusieurs jeux. Dans le jeu original, il n’y a ni meeples, ni, evidemment, de raiders cylons (hummm… dommage 🙂 )

  4. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 18/09/2014
    Répondre

    M’enfin ce n’est pas jeu chaotique ! C’est un jeu de pure confrontation, rempli de nawak. Ca se controle, ca se maitrise ca s’apprend ! Comme un projet a gérer oui.

  5. Photo du profil de Totosky
    Totosky 22/09/2014
    Répondre

    Avec une bonne méthodologie Scrum, jamais le meeple bleu ne se serait planté…

Laisser un commentaire