Seafall – qui fera l’histoire ?

Moussaillons, vous qui vous embarquez dans cet article, vous allez vivre notre partie de Seafall en une chronique (je l’espère) aussi régulière que passionnante. Nous introduirons petit à petit les concepts du jeu mais attention ! Si vous craignez les spoilers, gare à vous : on ne va pas absolument tout vous révéler, mais on ne rechignera pas à vous déballer des choses ! Il est également à noter que je n’expliquerai pas les mécanismes qui régissent le jeu pour me concentrer sur l’histoire de nos parties. Ainsi, si vous voulez en savoir plus sur le fonctionnement d’une partie de Seafall, je vous invite à en lire le Just Played (ou, si vous êtes vidéo, à voir l’explication qu’on nous a faite en convention).

[NDLR : L’article sera mis à jour au fur et à mesure des parties jouées.]

Il était une fois

Dans Seafall, les joueurs incarnent les héritiers de deux à cinq provinces de l’empire de Cernos. 

Quinze ans avant cette chronique, les meneurs des provinces, qui commençaient à explorer les mers, ont tous disparu sans laisser de trace. Nous jouons ici leurs héritiers : quatre meneurs qui tentent de récupérer toute la gloire qui leur est due en explorant l’Occident salé, l’océan inconnu. Sachez donc que celui qui sera reconnu comme le meilleur pionnier des mers aura sa place sur le trône de l’Empire, laissé vacant il y a quelques saisons de cela…

seafall-jeu-de-societe-ludovox-famille-portraits

De gauche à droite, nous avons Alienor Prat, de la grande lignée des Forecaster. Constructrice émérite d’édifices, Aliénor s’est démarquée de sa famille nombreuse par son talent sans faille.
À côté, dans une robe verte à faire pâlir les comédiens, Magdalena Costa de Concordia se présente ici sous son plus beau jour. Sa famille semble maudite depuis des générations, et le pays tout entier s’en trouve affecté. La jeune fille saura-t-elle saisir le destin en main pour le faire changer de cap ?
Vient ensuite Marisa de Torresueños. Ambitieuse, Marisa a très vite compris qu’il fallait provoquer la chance pour qu’elle sourie, et c’est ainsi qu’elle se démarque dans la vie. Cependant, dans son propre pays, on murmure que la jeune femme est une parvenue incompétente.
Vient enfin le puissant souverain de Batanbang, Putois Blagueur. Sous ce surnom peu digne se cache un homme à la poigne de fer. Il est déterminé à tout pour faire de son pays le plus fameux… 

 

Partie 1 – Gloire aux nouveaux meneurs !

La province de Torresueños, la cité-état des Forecaster, la république de Concordia et le royaume étrange des Batanbang ont pleuré la disparition de leurs meneurs pendant de longues saisons mornes.

Leurs héritiers sont prêts à hisser les voiles et se laisser porter vers l’Ouest. C’est à l’Occident que la terre est encore inconnue, et les quelques îles découvertes quinze ans plus tôt laissent présager de nombreuses richesses.

On pense que les épices y poussent en abondance ainsi que de nombreuses essences de bois précieux. Pourquoi priver la noblesse et la bourgeoisie montante de denrées qui rapporteraient des deniers si précieux pour la voie vers la suprématie ?

seafall-jeu-de-societe-ludovox-blasons

Batanbang [aigle gris] a choisi une option jugée intéressante par toutes les puissances du monde : l’exploration. D’île en île, ils vont à la recherche de ressources précieuses, mais leurs embarcations prennent l’eau à de multiples reprises : il leur aura fallu réparer les esquifs pour parvenir à avancer correctement sur des eaux pourtant très clémentes pour la saison. Malgré la mer d’huile vécue lors de l’été, il faut se rappeler que l’océan est une force capricieuse, et si les marins le savent depuis les débuts de la navigation, les monarques, eux, tendent un peu trop à l’ignorer.

Le meneur de la maison à l’Aigle d’argent, pourtant réputé pour son sourire éternel et ses traits d’esprit, se méfiait des autres meneurs. Il fit sans doute un peu trop étalage de sa puissance, gaspillant ainsi quelques ressources qui lui auraient permis de prendre l’avantage. Mais qui sait, cette défiance lui sourira peut-être par la suite…

Les Forecaster [tour violette], eux, ont misé sur le commerce, pensant – sans doute avec justesse – que le continent avait une grande influence sur la conquête des mers. Mais qui dit commerce dit avance de fonds, et ces fieffés à la morale changeante n’ont pas su résister à l’attrait du pillage. En fait de négociation avec les natifs des îles, les Forecaster firent tâter du fer aux tribus, qui finirent par en retirer une certaine inimitié envers les porteurs de la bannière de la tour de pourpre. Leur fortune leur permit d’entamer d’importants travaux dans le duché, sans pour autant parvenir à faire fructifier leur plan jusqu’au bout.

 

seafall-jeu-de-societe-ludovox-capitaine

Sacrée héroïne de cette saison d’explorations, la capitaine ne sortit pas indemne de ses périples.

 

La belle république de Concordia [navire vert] fut menée par un dirigeant souffreteux. Non content d’administrer son royaume avec la rigueur d’un fonctionnaire corrompu, il fut frappé d’infortune lors de ses expéditions maritimes. D’aucuns blâment la gestion du souverain, mais je sais que la vérité est toute autre : il s’agit de la bonne fortune de la famille. Les cales percées des navires concordiens aboutirent à la perte de nombreuses marchandises et le dirigeant de la république fut alors saisi d’une crise de rage qui se mua peu à peu en silence mutique. Peu après, le meneur devait succomber d’une fièvre maligne, à cause de sa faible santé, de ses fréquentations douteuses ou, plus simplement, à cause de l’infortune qui frappait sa famille. Qu’avaient donc fait ses ancêtres pour être si malchanceux ?

Eux aussi intéressés par la découverte des îles et leur cartographie, les ressortissants de l’alcazar de Torresueños [licorne rouge] furent confrontés à des dilemmes moraux, et parvinrent à pactiser avec les tribus, petit à petit. Mais il était difficile de savoir quand les natifs pouvaient être fiables et quand il valait mieux décider de dépasser leurs tabous. Cependant, leur principal succès fut de retrouver, dans le discours d’un des locaux, la trace du passage des meneurs disparus ! L’information fit sensation sur le continent, roulant à la vitesse du tonnerre, de tripots en marchés, de nobles demeures en tribunaux. Cela, et la prestance soudaine de la meneuse Marisa de Torresueños, revenue au continent porter la nouvelle. Couverte de gloire, elle entreprit d’importants travaux dans sa province, refondant les installations agricoles et réformant la conscription des paysans.

Résultat de la partie : Torresueños (11) > Forecaster (6) > Batanbang (5) > Concordia (3)

seafall-jeu-de-societe-ludovox-sceau

 

Partie 2 – Mers et moralité

Forts de leurs découvertes, les dirigeants ont passé l’hiver à ourdir des plans qui ne devaient arriver à terme que l’année suivante. Le dégel arrivé, ils s’apprêtèrent à reprendre la mer. Pour remplacer le vieux dirigeant de Concordia, on trouva un membre de sa famille éloignée (un cousin au second degré, plus jeune et vif), qu’on fit élire par le peuple à l’aide d’un scrutin tout à fait démocratique. Le nouveau président parviendra-t-il à renverser la mauvaise fortune et à faire taire l’opprobre qui gronde contre sa famille ?

 

La province de Batanbang marchanda ses ressources, sans oublier de piller quelque peu. Cette année-là aura été un catalyseur pour nombre de rancoeurs, mais aura déterminé quelque peu la moralité des souverains et dirigeants. Le surnommé Putois blagueur, dirigeant de la province, aura démontré son inconstance, et s’est prouvé indigne de confiance.

Si les Forecaster avaient déjà brillé par leur caractère sanguinaire, cette nouvelle année en mer le confirma. La dynastie des Prat s’abattit sur les indigènes comme un véritable fléau, récupérant épice et métaux sans discrimination. Bien entendu, la populace des îles en garda un souvenir amer. Les Forecaster utilisèrent le fruit de leurs viles rapines pour se constituer un arsenal impressionnant et être enfin reconnus comme une puissance militaire.

seafall-jeu-de-societe-ludovox-meneurs-disparus

Trois des meneurs disparus. Forecaster, Batanbang et Torresuenos, de gauche à droite. Gloire à leur nom.

 

Concordia, malgré un début d’année ensoleillé, connut des achoppements peu reluisants – le scorbut ! – et perdit du temps à bien apprendre à naviguer dans des eaux à l’hostilité croissante. Cependant, ils parvinrent à vendre de nombreuses ressources (comme Batanbang et Torresueños !) aux nobles et aux bourgeois émergents de leurs terres respectives.

En parlant de Torresueños, la province, toujours connue pour son comportement débonnaire, s’intéressa à la vente de marchandises afin d’acquérir de superbes trésors. Il en résulta une gloire rayonnante qui conduisit à des festivités si intenses que l’empire tout entier eut un lendemain difficile… une demi-lune durant. La prospérité ainsi acquise par la province à la bannière d’unicorne ne leur permit cependant pas d’éclipser la terreur inspirée par les Forecaster.

seafall-jeu-de-societe-ludovox-fortune

Dame Fortune sourira-t-elle aux Forecaster ?

 

Cette année vit les différentes maisons se concentrer sur un conseil réduit, et pas nécessairement par méfiance. Simplement, il paraissait nécessaire d’aller à l’économie pour se concentrer sur le commerce avec les indigènes. Il est à noter que les dirigeants ne jugèrent pas bon de poursuivre l’exploration une fois l’automne passé. L’hiver s’installa donc, et tout un chacun se barricada chez lui, craignant le prochain mouvement des Forecaster. En ce qui concerne les meneurs disparus… Rien de plus que des murmures.

 

Scores : Forecaster (12, total 18) -> Torresueños (9, total 20) -> Batanbang (4, total 9) -> Concordia (3, total 6)

 

Partie 3 – Conflit ouvert.

Les chantiers navals finissent à peine d’améliorer les navires-amiraux des royaumes que leurs dirigeants sont prêts à en découdre. Frustrés de voir leurs concurrents mettre voile à l’Ouest, ils se sont tous déclarés la guerre.

seafall-jeu-de-societe-ludovox-meneur-batanbang

Le meneur de Batanbang.

 

Concordia commence par acheter quelques ressources aux îles proches du littoral, sûrement pour vider ses coffres, sachant que le roi des pirates maraude et louvoie près des rivages, mais son prédateur ne sera autre que le saigneur aigri des Batanbang, Putois Blagueur. Sans doute pour surpasser la prouesse des Forecaster et faire étalage de son pouvoir militaire, le seigneur de Batanbang sema la terreur sur les mers en coulant le navire-amiral concordien. Après un temps de récupération certain, Concordia parviendra à repousser les limites de la cartographie en découvrant une île et en passant le plus clair de son temps à l’explorer.

Deuxième victime de la folie meurtrière des Batanbang, la Serenissima, le plus beau des trois-mâts de Torresueños, est également victime d’une attaque qui le coule, alors même qu’il était plein de bois précieux. Cela n’empêchera pas les braves au blason de l’unicorne d’explorer et commercer pour rapporter du lin au bercail, pillant au passage pour rapporter une véritable fortune, changeant le cours du commerce pour le reste de l’année. Oui, le grand Occident inconnu regorge de trésors !

Le Forecaster, malgré un pouvoir militaire bien affirmé sur terre ferme, se garde bien de pavaner, et grand bien lui en a pris : découvrant une île paisible et paradisiaque in extremis, il est attaqué par les Batanbang qui, par pure rancœur, se mettent en devoir d’être la terreur des mers. Les anciens prophètes pillent et explorent tour à tour, finissant par avoir une quantité de ressources décente – assez pour s’acheter quelques marques de prestige.

 

seafall-jeu-de-societe-ludovox-exploration

L’exploration a encore de beaux jours devant elle !

 

Cette exploration sera la seule, à date, à connaître un hiver de repos. Les provinces en profiteront pour repartir de plus belle et finir leur lutte dès la fin du printemps : satisfaits du sang versé ou de l’argent accumulé, ils sont poussés par les marchands à une solution plus stable que l’exploration : pourquoi pas établir comptoirs et colonies ?

Scores : Batanbang (13, total 22) -> Torresueños (10, total 30) -> Concordia (9, total 15) -> Forecaster (8, total 26)

 

Partie 4 – Les terres d’or

Les provinces semblent s’être bien assagies : après les frasques de Concordia, les ardeurs guerrières de Batanbang et les pillages ignominieux des Forecaster, il n’y avait plus que Torresuenos pour remonter la barre. Les plans de la maison à la licorne restent encore bien nébuleux, mais les natifs des îles semblent leur faire confiance. Sur le continent, c’est bien eux que l’on donne pour assurer la gouvernance de l’empire. Marisa de Torresueños a encore fait face à des propositions de mariage outrecuidantes proposées par de grossiers courtisans.

seafall-jeu-de-societe-ludovox-inconnu

Tant d’inconnu !

 

Cette nouvelle saison d’explorations débute paisiblement avec des achats en pagaille : les natifs apprécient le commerce et commencent à goûter aux plaisirs du continent. De quoi faciliter la construction de nouvelles structures ! Seulement, les eaux s’agitèrent et un des bateaux concordiens coulés par Batanbang émergea des vagues. Des fantômes aux envies vengeresses attaquèrent les natifs, et menaçaient qui passait à portée avec des coups de semonce bien sonnés. Finalement, ils s’en prirent à leur agresseur initial : Putois Blagueur vit ses bâtiments couverts d’avaries et fut obligé de remettre à plus tard ses envies de destruction. Il lui fallut retourner au bercail pour remettre ses bateaux en l’état.

Ensuite survint le roi des pirates. Assoiffé de gloire, le ruffian vint jusque dans la salle du conseil de Torresueños pour kidnapper un conseiller. Pendant ce temps, les bateaux des provinces, plutôt que de défendre l’empire et les prétendants au trône, pillaient sans vergogne.

 

seafall-jeu-de-societe-ludovox-conseillers

Des conseillers précieux, de tous bords.

 

Peu après, le roi des pirates devait revenir, cette fois-ci avide des ressources rares. Torresueños est épargné, mais c’est Batanbang qui subit les affres des malandrins.

Torresueños explore une île bien dangereuse et découvre des épices qui donnent des visions d’un avenir étranges au capitaine du bateau, au risque de se se fâcher avec les indigènes pour qui les champs odorifères sont sacrés.

On pourrait penser que les Forecaster sont en reste, mais il n’en est rien : ils parviennent à vendre suffisamment de choses précieuses pour soulever un véritable élan populaire. On couvre le nom des Prat de gloire, et l’hiver qui s’abat sur le continent oblige les bâtiments à rentrer au chantier naval pour révision de leur carène. La neige s’abat sur le continent et pendant que les souverains se préparent pour le printemps, les rumeurs enflent. On craint les pirates, les indigènes.

 

Les Forecaster ont de beaux navires, c'est incontestable.

Les Forecaster ont de beaux navires, c’est incontestable.

 

Le printemps venu, tout le monde se rue sur ce qui lui semble bon : tous parviennent à accomplir leur but. Concordia est forcée de construire une deuxième salle des coffres, puisque la première ne pouvait contenir que cinquante coffres. Batanbang, après avoir terrorisé les mers, se tourne vers le continent et achète des ornements pour sa province. Acculé par le temps, Torresueños dévoile son grand plan : sur l’île tranquille de Long Beach, ils fondent la première ville coloniale de l’empire, Parana, avant de découvrir une île des plus dangereuses ; mais tout cela ne suffira pas à éclipser la gloire des Forecaster, visionnaires comme jamais.

Scores : Forecaster (14, total 40) -> Batanbang (13, total 35) -> Torresueños (12, total 42) -> Concordia (10, total 25)

 

Partie 5 – Eaux troubles

Dès le début de cette saison d’explorations, c’est Concordia qui s’attire les foudres du roi des pirates ! Les ruffians s’intéressent aux entrepôts du royaume, fort heureusement vidés par tous les projets de construction de l’hiver. C’est ainsi qu’ils repartent les mains bredouilles, un peu honteux d’avoir perdu trois hommes et une chaloupe face aux Concordiens, qui n’ont défendu que mollement, hésitant même à faire péter un canon pour semonce. Si les dirigeants se gaussent face à cet échec des bandits, la populace, elle, s’interroge. Est-elle en sécurité ? Ne faudrait-il pas exterminer ces pirates une bonne fois pour toute ? Bref, on s’interroge sur le bien-fondé de la soif d’Occident de ses leaders.

 

Alors que Concordiens, Forecaster et Torresueños vont d’île en île pour commercer avec les natifs — que plus personne, la providence en soit louée, n’appelle sauvages –, le seigneur de Batanbang avance à vers le couchant pour trouver une île où s’installer. Sans surprise, l’horizon ne s’avère pas vierge : une terre accueillante s’offre aux équipages fatigués. Cette nouvelle île sera surnommée “île du Tourteau” à cause de l’abondance de délicieux crabes, dont Putois Blagueur est friand.

 

seafall-jeu-de-societe-ludovox-colonies

L’empire colonial de Torresuenos.

 

Pendant que les navires concordiens sillonnent les mers à la recherche de parchemins relatant l’expansion et l’extinction des civilisation de jadis, Forecaster et Torresueños établissent tous deux une colonie. Ces villégiatures plaisent : on s’y sentira à l’abri, on y déposera marchandises et y installera des plantations d’épices. Ah, l’épice, on voit déjà les nobliaux se perdre dans ses vapeurs, des prophètes naître d’en avoir trop consommé. Heureusement qu’elle se fait rare : autrement, s’il était aussi facile d’en consommer qu’un pichet de vin, plus personne ne pourrait travailler, trop embrumé.

 

Le premier coup d’éclat de cette saison d’exploration arrive pendant son automne : Concordia déniche un tombeau lugubre après de longues marches dans une forêt dense. Les navires aux bannières vertes n’en sortiront pas indemnes, et personne ne tentera d’explorer les tombes. Sans doute nos meneurs sont-ils trop pieux ou trop respectueux des morts pour cela. Cependant… N’y aurait-il pas des trésors ? Quitte à explorer, pourquoi ne pas le faire à fond ? La convoitise exsude de l’âme encore bienveillante des dirigeants… Qui cédera le premier ?

 

seafall-jeu-de-societe-ludovox-tombeaux

Ah, les tombeaux… ne sentez-vous point ce vent froid et délétère sur votre nuque ?

 

L’hiver s’abat sur l’eau et le continent de façon surprenante. Personne n’a l’impression d’avoir accompli grand-chose, sauf Concordia qui se pavane (après avoir dépensé la moitié de son trésor, si ce n’est plus, à remettre sa flotte en état). Cependant, c’était sans compter sur Dame Fortune : les navires concordiens coulés surgissent à nouveau des flots et, plutôt que de se venger comme la fois précédente, attaquent leur ancienne bannière ! Sur ces entrefaites, Magdalena, la meneuse concordienne, eut un accès de rage si violent que l’on l’entendit crier depuis les faubourgs de sa capitale. Quelques jours plus tard, elle passa d’ailleurs de vie à trépas d’une fièvre maligne que d’aucuns attribuent à ses mœurs dissolues.

 

C’est au final Batanbang qui use habilement des ressources pillées ou marchandées pour entreprendre l’acquisition de nombreux objets de prestige, et pour rayonner plus fort que les autres. Forecaster aura suivi, mais avec un peu de retard, et quant à l’alcazar de Torresuenos, il n’aura pas eu le temps de bâtir sa troisième colonie. Bien dommage pour cette province, qui perd peu à peu de sa superbe, à la manière d’une falaise majestueuse qui s’effrite !

 

Scores : Batanbang (15, total 50) -> Forecaster (12, total 52) -> Concordia (11, total 36 mais abandon par désamour du jeu) -> Torresueños (8, total 50)

 

 

À suivre – partie 6 : La pénombre de l’âme

… Prochain épisode la semaine prochaine, même lieu, même heure ! 

 

11 Commentaires

  1. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 21/02/2017
    Répondre

    chapitre 2 en ligne, l’aventure continue !

  2. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 21/02/2017
    Répondre

    Super idée. Mais j’aimerais biens avoir qui joue qui, et surtout si la « maladie et le mutisme » du leader de Concordia est un aspect du jeu ou bien que l’un des joueurs était malade.

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 21/02/2017
      Répondre

      Chaque joueur choisit une amélioration de leader ou un titre. Tous les leaders ont choisi un titre, sauf Concordia qui a choisi un point de chance supplémentaire à chaque partie.

  3. Photo du profil de Umberling
    Umberling 28/02/2017
    Répondre

    Chapitre 3 en ligne !

  4. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 07/03/2017
    Répondre

    Partie 4 à découvrir !

  5. Photo du profil de Umberling
    Umberling 14/03/2017
    Répondre

    Partie 5 : c’est fait ! (et les choses bougent beaucoup)

  6. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 14/03/2017
    Répondre

    Oulà, déja un abandon? C’est pas embêtant pour la suite?

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 16/03/2017
      Répondre

      Non, ce n’est pas grave. Par contre, on s’est aperçu que ça changeait beaucoup les configurations de jeu : ainsi, le pillage se fait plus rare. C’est cependant tout aussi intéressant car on est obligés de plonger dans la stratégie des autres joueurs et quand à 4 (ou 5, j’imagine) c’est relativement difficile, à trois ça passe tout seul. Et les tours sont plus rapides. Vraiment le sweet spot du jeu est à 3-4. Plus c’est longuet, moins c’est trop duel, trop clivant.

  7. Photo du profil de PrimeSinister
    PrimeSinister 15/03/2017
    Répondre

    Ah les abandons dans Seafall.

    Il faut avouer que rapidement un gap s’est créé chez nous aussi.

    Nous en sommes à 7 parties, 5 coffres ouverts et les scores sont les suivants :

    Pandolie (les verts) 97

    Tortuga (gris) 89

    Lee Corn (rouge) 76

    Vévé (bleu) 59

    Vert et gris tiennent le haut du tableau avec un moteur à PV bien rodé et redondant (activation de 2 colonies dès les début de la partie et obtention de bâtiments/trésors/améliorations qui rapportent des PV supplémentaires grâce à des bonus de modification permanente : ils sont quasiment à 8 PV au 2e/3e tour).

    Rouge décroché mais qui limite la casse (se tire la bourre avec vert pour les explorations et les étapes).

    Bleu quasiment à deux parties du leader qui se dit qu’il ne pourra jamais prétendre à la victoire finale (ne quitte pas la campagne, mais joue sans espoirs).

  8. Photo du profil de Galuf
    Galuf 24/03/2017
    Répondre

    Es ce que prendre le point de chance est si pénalisant que ca ou alors c’est juste un coup de mal chance ?

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 24/03/2017
      Répondre

      Les points de chance sont toujours utiles. En partie, pour transformer les dés en succès, et en fin de partie, pour retirer l’hostilité. Par contre, la malchance aux dés peut frapper assez sévèrement, car les échecs peuvent s’avérer punitifs…

  9. Photo du profil de Galuf
    Galuf 26/03/2017
    Répondre

    Garde t’on les ressources argent et tresors d’une partie sur l’autre ?

    Les regles sont vraiment pas clair quand meme…

    J’ai beau regarder c’est marquer que ont garde pas les ameliorations des bateaux et des batiments mais pour les tresors ressources et argent c’est inscrit nul part…

Laisser un commentaire