Saint Seiya : Album panini de Luxe ?

Quand j’étais petit, le soir en rentrant de l’école, je n’avais qu’une envie : me coller à mon écran cathodique pour regarder les aventures de Seiyar, Shiryu, Hyoga et les autres chevaliers du zodiaque. En grandissant j’ai même découvert les mangas avec tout ce qui n’était pas traité dans l’animé, Asgard et les chevaliers d’Odin et surtout la série Hadès. Bref on peut dire que je suis un mordu.
Alors quand j’ai découvert qu’un jeu de société allait sortir avec cette licence, sous forme de deck-building en plus (genre que j’apprécie beaucoup) j’étais partagé par l’envie de découvrir le jeu et la peur de ce qui pouvait en sortir, car on a tous en mémoire des licences incroyables qui donnent des bouses infâmes.
Alors ce saint Seiya cache-t-il un excellent jeu ou est-ce une licence plaquée sur un jeu moyen ?

 

Saint Seiya_jeux de societe_Ludovox (1)

 

Que brûle ton cosmos !

Saint Seiya est-ce que l’on appelle un deck building avec une rivière. C’est pour ma part ce que je préfère, certes nous allons subir le hasard du tirage de la rivière, mais c’est bien plus immédiat qu’un Thunderstone où l’on doit placer un marché. Ici on sort la boite on déroule le tapis et en avant chevaliers en avant !

Parlons quand même du matériel, une fois n’est pas coutume, un tapis en néoprène, des cartes épaisses, avec effets foiled (en français on dirait brillant ?), les illustrations originales de l’animé qui a bercé notre enfance, et surtout l’horloge où l’on aimante les flammes, élément super bien vu et immersif. On est gâtés.

 

Saint Seiya_jeux de societe_Ludovox (2)

Les chevaliers ont deux valeurs, l’attaque et le cosmos, je combine la valeur d’attaque et je vais taper un des chevaliers présents et je l’ajoute à ma défausse, en payant en cosmos (car oui on achète des cartes dans la rivière ni plus ni moins) je l’ajoute directement à ma main. et je peux l’utiliser immédiatement.

pic4304520

Certaines cartes ont des effets que l’on peut déclencher au lieu d’utiliser le cosmos, ce qui permet entre autre chose de blesser des cartes adverses. Ces cartes sont mises de côté et ne peuvent plus être ajoutées à la défausse jusqu’à ce qu’elles soient soignées. Certains Chevaliers donnent aussi des blessures quand on les combat. Souvenez-vous des litres de sang perdu…

 

saint_seiya_jeux_de_societe_ludovox13

 

Notre héros est un peu nu, mais en l’équipant de son armure on peut détruire deux de nos cartes héros pour ajouter à notre défausse un héros avec un chevalier. Très facile de nettoyer sa main.

Les armures d’or des chevaliers nous donnent souvent soit du cosmos soit des effets.

Une fois que l’on a fini notre tour on choisit si on garde nos cartes non utilisées ou si on les défausse pour accélérer son jeu.

 

saint_seiya_jeux_de_societe_ludovox12

 

Nous allons donc enrichir notre main avec des armures et des chevaliers, chaque fois qu’un chevalier d’or est acheté ou qu’il est défaussé (chaque tour on défausse la dernière carte), une flamme s’éteint sur l’horloge c’est ce qui fait office de compte tour. Quand toutes les flammes sont éteintes vient le moment du décompte et à la manière d’un Ascension on comptabilise les points de victoire sur les cartes. Certaines donnant des points de victoire en fonction d’une condition (avoir le plus de cartes chevaliers d’argent, ou avoir le plus de cartes pour Mlle Saori Kido alias Athéna).

 

Shut up et take my money !

Passé l’effet nostalgie et l’effet waouh du matériel on se demande si on est pas un peu passé à côté. Déjà le jeu est très (trop ?) opportuniste et dépend de la rivière, ce qui est le défaut classique des deck-buildings à rivière je le répète, mais ici, il est difficile de maîtriser sa partie, il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir de hautes valeurs en cosmos et de ne pas avoir un seul chevalier achetable avec du cosmos, et de réaliser plusieurs tours à vide sans rien pouvoir faire. Un peu frustrant…

Le thème nous est rappelé par les illustrations et le matériel, mais en jeu on se bornera à acheter des cartes et faire des points de victoire, même les chevaliers d’or sont assez anecdotiques, si ce n’est qu’ils donnent du cosmos.

Puisque l’on parle du thème c’est un peu étrange d’enrichir son deck avec des chevaliers, j’aurais plutôt pensé que l’on aurait des attaques des héros de notre enfance, les Pegasus Ryu sei ken (le météore de Pégase) ou la poussière de diamant de Hyoga. C’est ce qui fait que l’on sort vite du thème et que l’on achète des cartes, à aucun moment on parle de combattre.

 

Shut-up-and-take-my-money

 

Je trouve le système de blessures un peu étrange, c’est sensé nous handicaper, en tout cas thématiquement c’est le cas, mais finalement si on a un peu de chance on blesse des cartes de base et ça accélère notre jeu, étant donné qu’elles ne reviennent pas dans notre deck.
Finalement quand Saori arrive dans la rivière et qu’elle soigne tous les chevaliers ça ne nous rend pas tant service que cela. On est loin des blessures d’un jeu comme Mage Knight où elles pourrissent notre main ou des jeux comme Legendary (Marvel ou autres).

Mécaniquement on est très proche d’un jeu comme Ascension, mais si celui-ci peut avoir des tours à vide, on a toujours les moyens de taper le cultiste, c’est pas terrible mais au moins ça permet de compenser. Les combos d’Ascension sont aussi bien plus élaborées, effet de purge, de combos suite à  une carte de même faction, effet d’accélération, etc. Avec Saint Seiya on reste un peu sur sa faim.

La sensation de ne pas maîtriser son jeu ne serait pas gênante si le jeu ne durait pas trop longtemps, même à deux on joue une bonne heure avec la sensation de faire un peu la même chose de tour en tour.

Je suis un peu circonspect d’avoir fait du thème des Chevaliers du Zodiaque un jeu à points de victoire, j’aurais plutôt imaginé un jeu coopératif où l’on doit combattre des chevaliers pour sauver Saori Kido.

 

fleche

 

Ne pas jeter Saori avec l’eau du bain

Que l’on ne se méprenne pas si Saint Seiya risque de laisser un peu froid les connaisseurs, sa simplicité en fait un bon deck-building pour débuter. Pour autant je ne regrette pas mon achat, c’est un jeu que je ressors souvent avec mon fils, il a toutes ses chances et il est complètement absorbé par l’univers, ce qui est plutôt étonnant car l’effet de nostalgie chez lui n’a pas prise.

Au final si on accepte ses errements, Saint Seiya n’est pas désagréable, il parait que des extensions doivent sortir dans les mois à venir, peut-être qu’elles combleront les défauts.

Enfin, cela dépend du type de joueurs, de votre connaissance des deck-buildings, tous les joueurs chevronnés à qui j’ai présenté Saint Seiya l’ont trouvés un peu léger, une fois le côté fan service dissipé. Pour les autres sa simplicité peut faire une bonne entrée dans le genre en attendant de s’attaquer à du plus consistant. Le matériel par contre est véritablement époustouflant et tout cela pour une trentaine d’euros.
À vous de voir si cela mérite l’investissement.

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

7 Commentaires

  1. Photo du profil de Djinn42
    Djinn42 il y a 10 jours
    Répondre

    Même avis ici. Nostalgie + Matériel extra + Faible profondeur + Espoir dans les extensions.

    L’opportunisme est fort à 4 ou 5 joueurs, beaucoup moins à 2 ou 3 joueurs.

    Je m’attendais justement à l’apprécier à 2 mais c’est trooooooooooop long.
    J’adore Race for the Galaxy pour ses parties ultra rapides et nerveuses à 2 joueurs. Moins de 10 minutes avec quelqu’un qui connait le jeu. Et on enchaîne avec l’espoir de se refaire.
    Il n’y a rien de pire que de se voir distancé d’un ou deux chevaliers / armure en or tôt dans la partie avec le « sentiment » de ne pas pouvoir revenir. Aucun catch-up dans ce jeu.
    Ce qui ne serait pas un mal si le jeu n’était pas si long.

    J’ai peur qu’une extension ne permette pas de rehausser le jeu. La base est un peu molle.

    Beau, bien mais pas top.

  2. Photo du profil de eolean
    eolean il y a 10 jours
    Répondre

    Même sentiment chez moi, le jeu est vraiment beaucoup trop lent et trop mou. Le matos est sympa, mais bon, décevant quand même

  3. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob il y a 10 jours
    Répondre

    excellent titre qui résume bien le produit

  4. mattintheweb il y a 10 jours
    Répondre

    De notre côté, on a pas réussi à finir la partie tellement la police sur les cartes est petite… Insupportable. 🙁

    • Photo du profil de TSR
      TSR il y a 3 jours
      Répondre

      C’est clair, au fur et à mesure que les soirées avancent, les polices de caractères diminuent…

      Ou bien l’alcoolémie monte.

      Non, ce sont les polices.

  5. Alexandre P. il y a 8 jours
    Répondre

    Acheté dès que j’ai pu, j’attends avec impatience l’extension qui permettra les modes solo et co-op.

  6. Photo du profil de Sedenta
    Sedenta il y a 6 jours
    Répondre

    Je suis d’accord avec cet article, moi aussi j’attends l’extension coop, bien plus thématique. Est ce que je suis le seul qui a été choqué par l’encart OBJECTIF des livres des règles ? Il n’a rien a voir avec le but du jeu, pour rappel le but du jeu est Avoir plus de Points de victoire que les autres joueurs

    Objectif des règles :
    Athéna est menacée par le grand Pope et les Chevaliers soumis à son pouvoir sont
    prêts à en découdre !
    5 Chevaliers de Bronze (Seiya, Shiryū, Hyōga, Shun et Ikki) doivent mettre fin à cette
    menace avant l’extinction de la dernière flamme de l’Horloge.
    Au cours de la partie, les joueurs incarnent chacun un des cinq Héros disponibles.
    Ils devront faire face aux autres Chevaliers qu’ils devront affronter ou rallier à leur
    cause.
     

Laisser un commentaire