zombie-15-VS-escape-up-article3

Pourquoi Zombie 15’ enterre Escape

Zombie 15’ de Guillaume Lémery et Nicolas Schlewitz, chez Ludovox, nous l’attendions depuis un moment. Sur chaque gros salon, on les voyait avec leur version XXL -magnifique- et leur bande son -prenante- crachée par de grosses enceintes. Pour ma part, j’ai eu l’occasion d’y jouer à Cannes et ça m’a donné tout de suite envie d’en voir plus. Je suppose que cette forte présence sur les salons a eu cet effet positif sur beaucoup de gamers.

Mais certains se sont aussi dit « oui, bon, un Escape avec des zombies ». Oui, je le sais, je les ai entendu. Peut-être parce que si on ne fait qu’une partie comme ça, sur un salon, avec une équipe one shot, on ne se rend pas compte de toute la profondeur du jeu. On perd la partie (bien souvent), et on se dit « oui, si on avait pu en refaire une, on y serrait arriver en jouant plus vite ». Hmm, pas si sûr. Car dans Zombie 15’, il ne s’agit pas que de bourrer dans le tas.  

Zombie 15 VS Escape : le NO BRAIN n’est pas celui qu’on croit

C’est de ça dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui, après quelques parties.

Dans Escape, vous devez avancer de pièce en pièce, en restant un peu groupés pour pouvoir aider un camarade s’il se retrouve bloqué. Le temps nous oblige à lancer les dés frénétiquement et certaines malédictions nous balancent des gages rigolos. Grosse ambiance à la table. C’est un party game que nous avons vraiment apprécié, qui est parfait pour faire découvrir aux néo-gamers notre merveilleux monde ludique, et qui donnait un peu une impression de jamais-vu. Mais après quelques parties, force est de reconnaitre que les extensions deviennent nécessaires (c’est pas pour rien qu’il y a eu deux d’éditées). Les parties sont toujours les mêmes. Mais… les extensions, au fond, permettent-elles vraiment de renouveler l’expérience ? Un peu…

Avec une boite de Zombie 15’ vous avez l’assurance de vivre 15 scénarios différents, le tout organisé en campagne, avec une difficulté croissante et des personnages qui vont vivre une histoire et évoluer. Et y a pas de gages rigolos, ici, on sue à grosses gouttes.

« 15 parties et on a fait le tour du jeu ? » demanderez-vous. Je vous voir venir, mauvaise langue. Et bhé, pas vraiment. Je répondrais deux choses à cela :

  • 15 parties, c’est au cas–improbable– où vous parvenez à atteindre les 15 objectifs du 1er coup. Là, je demande à voir. Zombie 15′ n’est pas facile comme Escape !
  • 15 parties, c’est déjà pas si mal, en fait. (Combien de jeux de votre ludothèque sont déjà sortis 15 fois ? La totalité ? C’est bien. Pas moi.)

Le problème d’Escape c’est que s’il s’agit effectivement bien de se coordonner pour être efficace, on peut se tromper volontairement -ou pas- tellement on veut aller vite, chacun est trop concentré sur son jeu pour vérifier ce qu’il se passe autour (personne ne regarde si les combinaisons sont correctes, si le nombre d’émeraudes enlevé est le bon…). On crie, on lance les dés, on appelle à l’aide, on ne s’entend pas vraiment – bien sûr, c’est ça qui est rigolo.

Niveau stratégie, on n’essaie d’isoler personne, on s’organise sur qui va où – mais ça s’arrête là. Le jeu est drôle mais la tactique est très limitée et l’ensemble vite répétitif.

Rien de tout cela dans Zombie 15’.

> Dans Zombie 15’, on joue chacun son tour : personne ne peut tricher volontairement ou non.

Chez nous, on a pris une habitude dans nos parties : ceux qui ne jouent pas comptent à voix haute les actions du joueur actif pour être sûr de ne pas en faire trop. D’ailleurs, à son tour, on a 4 actions et si vous voulez la preuve que bourrer dans le cas n’est pas la réponse à tout, apprenez que nous avons commencé à gagner en comprenant qu’utiliser nos 4 actions systématiquement était en fait une grossière erreur.

Les cartes équipement de Zombie 15′ : le plein d’humour et de clins d’oeil à la culture zomb’

> Dans Zombie 15’, on ne crie pas quand on joue, simplement car on est concentrés sur la stratégie à suivre. On écoute la bande-son avec attention car on sait que lorsque les violons arrivent, la fin approche. Si la coordination de l’équipe est là aussi la clé, elle ne s’improvise nullement comme dans Escape. Non, là, il s’agit de réfléchir ensemble, avant de se lancer, sur qui fait quoi.

Qui fait quoi ?

En effet, nos personnages ont des spécialités qui vont aller – si on trouve des objets – grandissantes. Il faudra tirer parti de ces spécificités intelligemment. [Rappel : pour avoir des personnages dans Escape, il faut acheter l’extension n°2.] Quelques exemples :

– Vance ne peut pas utiliser d’armes à feu – l’avantage c’est qu’il sera discret (car le bruit attire les zombies), mais il faudra jouer avec cette contrainte (il ne pourra pas s’équiper avec n’importe quoi). Par contre, il fouille et se faufile mieux que les autres. Cela engendre un certain gameplay, un rôle à jouer dans l’équipe.

– Hazel a toujours de la place sur elle pour un défibrillateur : voilà notre infirmière du groupe. Par contre, du coup, elle ne peut pas porter d’objet lourd (et sauf le respect que je vous dois, votre corps inanimé, c’est lourd).

– Severity, que j’aime beaucoup, doit être témoin de Jéhovah. Elle ne veut pas soigner, ni être soignée. Par contre, elle peut maintenir les zombies à distance mieux que les autres. (Elle doit leur faire peur je pense). Il faudra peut-être hésiter à l’envoyer devant quand la horde approche…

– Sai Fon peut éliminer 2 zombies à mains nues (merci au passage avec Sai Fon d’avoir créé un personnage féminin classe qui donne envie – perso, les deux autres fifilles me branchent moins -). Parce qu’elle a un peu le même jogging qu’Uma Truman, elle fait pas rire. Mais il faudra s’organiser pour qu’elle trouve de l’équipement – car elle est la seule à ne pas pouvoir effectuer de fouille minutieuse.   

> Dans Escape, le story-arc est toujours le même : on est coincés, on cherche à sortir. Dans zombie 15’, chaque scénario propose un contexte, un plateau, un objectif propre et des petites règles spéciales.

> Pourquoi sommes-nous les seuls survivants ? Quel rôle avons-nous à jouer dans cette apocalypse ? Les 15 missions forment une histoire (ce qui veut aussi dire qu’on va parfois chercher de l’équipement pour le scénario suivant par exemple) et le tout est un peu romancé, ce qui nous immerge encore plus dans le thème. La bande-son est à ce propos, d’une grande qualité. Les gémissements de zomb’, la musique qui monte en puissance, les sirènes de police – c’est pas juste un timing audio agrémenté, là, on est dans World War Z.

Ainsi, plus que de proposer seulement des objectifs différents, le jeu offre une expérience suivie (vaudra mieux jouer avec les mêmes joueurs, voire ci-dessous) avec des personnages auxquels on a envie de s’identifier, bref, on n’est pas si loin du cousin jeu de rôle. Sauf que là, la partie, on sait qu’elle dure 15 minutes (comptez un peu plus tout de même avec la mise en place, et surtout, pensez au fait que vous risquez d’avoir envie d’en refaire une, ou plus). En tout cas, c’est très facile de s’organiser une campagne d’une semaine à l’autre. C‘est d’ailleurs ce qu’il se passe chez les gamers qui ont déjà le jeu.  

Quand on fait découvrir le jeu à des néophytes, on se rend compte du chemin qu’on a nous-même parcouru. Des automatismes tactiques s’installent, pour la survie du groupe. On a donc une véritable courbe de progression, c’est indéniable, ce qui fait aussi qu’on aura plus envie de rejouer avec les mêmes joueurs, même si cela n’a rien de rédhibitoire.

Escape empêchait le « leader speaking » (puisque tout le monde speakait en même temps), et il en va de même sur Zombie 15′. En fait, les choses vont bien trop vite pour qu’un joueur dise aux autres quoi faire. On fait des erreurs, on tente des actions, on s’en mord parfois les doigts, et c’est tout le monde qui trinque, mais c’est comme ça quand on a la mort aux trousses. Au moins, on a ni dieu ni maître.

Bref !

Si Escape apportait quelque chose de frais et d’original qui malheureusement s’épuise vite, Zombie 15’ vous offre une vraie montée en puissance ludique. Le zombie Alpha, boss final, vous attend, et vous vous rendez vite compte qu’il va falloir être bien rodés pour lui mettre les 25 dégâts (en un tour !) nécessaires à son trépas.

Pour sûr, la boite de base d’Escape coûte deux fois moins cher que Zombie 15′, ceci dit, question durée de vie et qualité du matériel, les 60 euros de Zombie 15′ sont justifiés – tandis qu’Escape nécessitera qu’on rachète une ou deux extensions (sachant qu’elles coûtent chacune dans les 25/30 euros…).

Nul doute que vous trouverez prochainement sur le web des astuces pour rejouer le jeu en mode hardcore (en effet avec certaines combinaisons de personnages, le jeu monte déjà d’un cran) et peut-être de nouveau scénarios… En tout cas, ici, on attend le site internet de Iello avec impatience.

Voilà pour cet article comparatif – et concernant ce que vaudra le futur Escape from Zombie city, c’est une autre histoire !

Et comme vers chez nous, on aime les zombies…

J’en profite pour vous dire qu’il y a une zombie parade qui s’organise à Lyon et dingue, ils font un concours Zombie 15′ voici le lien ! 

6 Commentaires

  1. Photo du profil de TSR
    TSR 30/08/2014
    Répondre

    Je plussoie tous tes dires chère Shanouillette 🙂

  2. Photo du profil de Grovast
    Grovast 01/09/2014
    Répondre

    Merci pour cet article, je confirme ce qui est dit sur Escape (sympa en première approche mais on s’en lasse assez vite) Ca donne presque envie pour Zombie 15′, mais bon, j’ai l’impression qu’il y a de la violence dans ce jeudevil.

    Le compteur de vues est buggé non ?

  3. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 01/09/2014
    Répondre

    Lol ! oui ! il y a un peu de violence – moins que dans un Zombicide mais plus que dans un Escape pour sur ^^

    Oui le site rencontre quelques difficultés actuellement, ça va passer ! De toutes façon le compteur des vues n’est jamais juste – puisqu’il ne prend jamais en compte tous les arrivants de l’extérieur (ceux qui ont cliqué sur un lien facebook, un flux rss etc) mais bon là oui il y a un problème ^^

  4. Photo du profil de Sha-Man
    Sha-Man 01/09/2014
    Répondre

    Le compteur de vues ne compte que les clics sur l’article, donc en gros ne veut rien dire, on essaie de le changer mais de gros chantiers actuellement… Par exemple là tout de suite il y a eu 452 consultations de l’articles en réalité en se basant sur Google Analytics ^_^

  5. Photo du profil de Krissou
    Krissou 01/09/2014
    Répondre

    Y a du vrai là dedans :p … Mais… Je n’aime quand même pas Zombie 15 :p

  6. Photo du profil de tartopom
    tartopom 14/09/2014
    Répondre

    Ca y est j’ai lu l’article ^^

    Du coup j’ai plus qu’à tester. 

Laisser un commentaire