upremede

Pandémie, le remède – Soignons le monde

Je continue vaille que vaille mon petit tour des nouveautés Pandémie, et après le Contagion (à lire ici), voici le Remède. Parce que l’humanité est bienveillante, elle veut sauver le monde de 4 vilaines épidémies qui ne portent pas leur nom, en tout cas, pas dans le jeu.

 

Allez, approchons nous !

« Une bien grosse boîte pour un jeu de dés ! » fut ma première exclamation. C’est un petit-gros jeu quoi. Le prix aussi d’ailleurs, puisque 40€ le jeu de dés, ça peut faire grincer. Surtout pour un jeu de dés, tiré… d’un gros jeu. Autant prendre le vrai Pandémie alors ? Pas du tout.

openthebox

Ouvrons voir !

 

Le Remède fait partie de ces émanations qui, bien qu’elles fussent commanditées par l’éditeur pour capitaliser leurs franchises, ont su développer leur propre identité. On sent que les choix de game-design ont été murement réfléchis, longuement testés. L’iconographie, l’équilibre de la répartition dans les dés, l’évolution du tracker, le coup de main des Événements, la vitesse croissante de propagation, l’importance des spécificités des médecins – tout est millimétré pour redonner le goût équilibré d’un Pandémie en version short.

Quelque part, il est presque meilleur que Pandémie. Tout le monde ne sera pas d’accord avec ça mais oui, il est plus rapide et surtout plus tactique, hasard oblige. Seul bémol, deux parties jouées, deux parties gagnées. Bon, on s’est pas encore confrontés au mode difficile, ni n’avons essayé tous les personnages, donc il y a encore de l’espace.

desdes2

Dédé !

 

Et quand on ouvre la boite, on remarque le nombre de dés spéciaux, gravés, colorés, agréables à manipuler, en tout pas moins de 85 cubes mats (médecins) ou translucides (maladies), un petit peu en dessous du standard en terme de taille (12 mm) et aux arêtes doucement arrondies pour bien rouler. Bref, quand on voit ça, on comprend le prix. Mais ce n’est pas tout. Attendez de voir le Centre de Traitement. Bhé, il est juste là en fait :

Le centre de traitement, lecteurs, lecteurs, le centre de traitement.

disc1

Zoom sur le centre de traitement

 

Vous pouvez voir en bleu la piste des éclosions, et en vert celle des propagations et deux picots verts sont là pour gérer leur progressions – en forme de seringue.

C’est au centre du cercle qu’on va poser les dés Maladies en cours de traitement.

Remédions, remédions  !

4 maladies mortelles infectent le monde. Pour remédier à cette situation, chaque joueur incarne un médecin avec son set de dés personnalisés et ses deux pouvoirs (un passif et un qui s’active avec les dés). Tous les personnages pourront se déplacer (avion, bateau, hélico parfois) de région en région afin d’essayer de sauver l’humanité, sans oublier personne.

perso5

Du côté des héros

 

Comment ça marche ? On lance d’abord les dés maladies, qui selon leurs valeurs, vont infecter différents lieux de la planète (représentés par des tuiles). Pour traiter une maladie, il faudra avoir le symbole « seringue » sur vos dés. Cela vous permettra d’envoyer des dés maladie vers le centre de traitement, puis de les renvoyer dans le sac en tissu d’où ils viennent.

On peut lancer autant de fois les dés qu’on le souhaite, sauf que – parce qu’il faut toujours un sauf que – si on tombe sur le symbole « contagion », la seringue contagion avancera d’une case et le dé en question sera bloqué.

Quand la seringue arrive sur une case « épidémie » alors tous les dés présents au centre de traitement sont lancés et posés sur les régions correspondantes (en plus d’un nombre de dés « de base » qui apparait sur la piste). Bref, un bon coup de stress pour les médecins.

matos1

Dés Maladie, aide de jeu à droite et devant, carte personnage

 

 

Dès que 3 dés d’une même couleur se côtoient dans une région, pouf, éclosion. Ça sent mauvais ça. La seringue des éclosions avance d’un cran et les dés surnuméraires vont infecter les régions voisines. Attention, aux éclosions en chaîne ! Si votre seringue avance jusqu’à la tête de mort (comptez 8 éclosions), c’est terminé, rideau.

regles6

Les règles de 8 pages sont clairement écrites, et illustrées.

 

 

Contagions, épidémies, éclosions, tout ça c’est déprimant, alors comment qu’on gagne à la fin ?

monde6

le monde

En trouvant le remède, bien sûr !

Pour cela, il faut récolter des échantillons : prendre un dé depuis le centre de traitement et le poser sur un de nos dés qui affiche le symbole Échantillon.

Attention, ce dé sera bloqué tant que vous ne déciderez pas de trouver le remède. Récolter est une chose, tenter de trouver c’est l’étape d’après. C’est le moment où on lance tous les dés Echantillons sagement prélevés en espérant que leur total fasse 13 ou plus. Il est donc important de prélever au bon moment et si possible, par la bonne personne – le généraliste à plus de dés que les autres, il est donc clair que ce rôle lui va bien. Après, il est toujours possible de se filer des échantillons.

Peut provoquer des sensations d’excitation et/ou d’anxiété

Et puis on a parfois des coups de pouce du destin. Aaaah, que la vie peut être merveilleuse ! Chaque fois qu’on lance un dé Maladie et qu’il donne une « croix », on met le dé de côté, sur la tuile CDC (ne me demandez pas ce que ça veut dire). Ces dés permettront d’acheter des cartes Événements, à n’importe quel moment.

evenement

CDC et cartes Evénements

 

Tous les événements sont positifs, pour une fois, profitez-en !

En résumé, le jeu est clair, intuitif, rapide, surprenamment fidèle au Pandémie de base mais ne vous y fiez pas, il ne s’agit pas d’une version de voyage ! Peut-être la sortiront-ils plus tard ? En effet, la boite est quand même grande – mais joliment comblée par des composants de hautes qualité. L’expertise de Matt Leacock est au rendez-vous. Même si c’est pas le jeu du siècle, il offrira un bel apéro à vos soirée jeux (à vous d’adapter le niveau de difficulté à vos joueurs).

> La fiche

Un jeu de Matt Leacock
Illustré par Chris Quilliams, Philippe Guérin
Edité par Filosofia, Z-Man Games
Langue et traductions : Anglais, Francais
Date de sortie : 10/2014
De 2 à 5 joueurs
A partir de 8 ans
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes

Laisser un commentaire