Museum : prenez votre billet

Il y a un ou deux ans, Mr Olivier (aka Olivier Mélison, co-auteur avec Eric Dubus) vint présenter au club de jeu un prototype se nommant Muséum. Il y avait un grand plateau, de belles cartes, le tout dans une qualité quasi professionnelle. Le jeu possédait déjà certains de ses mécanismes actuels. Il y avait une volonté de faire naître un vrai univers lié aux musées et aux collections. La partie terminée, j’avoue n’avoir pas été spécialement conquis. Il y avait de bonnes idées mais le jeu manquait de clarté.

Fin novembre (je vous raconte ma vie), le Kickstarter venant d’être lancé 5 jours avant, Mr Olivier faisait son grand retour avec le jeu quasi fini. Quasi car il restait encore des illustrations à terminer. Nouveau test avec l’aide de l’auteur et de l’un de ces testeurs, Mr Eins…

 

Muséum ça parle de quoi ?

Muséum est un jeu de 2 à 4 joueurs dans lequel vous endosserez le rôle d’un conservateur de musée. Il vous faudra explorer les 4 continents pour trouver des reliques à exposer dans vos galeries. Chaque objet que vous exposerez vous fera gagner des points, et à la fin de la partie vous récolterez des points supplémentaires si vous parvenez à faire des Collections. Ces collections peuvent être basées sur une Civilisation ou sur un Domaine (navigation, religion …). Cependant, l’acquisition d’artefacts et leur exposition dans vos galeries pourront être contrariées par l’apparition d’événements mondiaux et les effets parfois dévastateurs de l’opinion publique.

Votre Musée deviendra-il célèbre ? That is the question !

 

Museum-Box-art

 

Le jeu a changé, évidemment. Nous avons maintenant un long plateau central représentant les différentes zones géographiques (les continents), un plateau externe pour les personnalités (des jokers) que nous pouvons récupéré afin d’améliorer l’ordinaire et, surtout, un grand plateau personnel (un par joueur) représentant le musée dont nous sommes le conservateur (pour l’instant les musées sont identiques mais si certains paliers sont débloqués ils auront chacun leur propre plan). Une extension est d’ores et déjà offerte avec la boîte de base : les crânes de cristal et son mystérieux collectionneur. Une autre est disponible en addon, moins historique mais qui ouvre des perspectives plus… fantastiques et tentaculaires, si vous voyez où je veux en venir.

Je m’attarde cinq minutes sur le décor. Il est magnifique ! Chaque carte relique (objet/lieu) – il y en a environ 300 – a été redessinée par Vincent Dutrait, illustrateur qu’on ne présente plus, toujours à l’aise dans ce type d’univers.
Les reliques existent réellement et sont le fruit de recherches afin de coller au plus près de la réalité. Chaque relique se voit gratifier d’un petit paragraphe informatif, ce qui manque souvent dans ce type de jeu. Le soin apporté permet une véritable immersion dans ce voyage au quatre coins du monde.

Ces cartes, à quoi servent–elles ?

Elles sont le cœur du jeu et sont parties intégrantes du mécanisme principal, ce sont elles qui créent l’interaction entre les joueurs.
Prendre une relique et la placer dans son musée se passe en deux temps. On choisit d’abord une carte sur le plateau central, cela ne coûte rien (cela peut même rapporter des points de prestige), puis on l’expose dans son musée (plateau personnel). Placer cette carte va alors coûter des sous.

Comment faire ?
Chaque carte a une valeur qui symbolise à la fois des points de victoire, le coût d’achat (ou de pose, c’est pareil) de la carte mais aussi la monnaie qu’elle vous octroie. Exemple : une carte de valeur 5 rapporte 5 points de victoire et vous permet, si vous la dépensez, d’acheter pour 5 points de valeur (deux cartes à 2 et une carte à 1).

Si elle sert de monnaie, cette carte va alors dans votre fond commun, vous pourrez la reprendre selon le même principe (en payant 5) mais les autres joueurs pourront également la prendre !

Le fait de n’avoir pas de cartes écartées du jeu est un vrai plus. C’est une mécanique à intégrer qui permet des échanges de cartes avec soi même quand on a un peu l’habitude.

 

Museum-Civilisation-cards

explication d’une carte – the mask of sargon. Il vaut 4 pts de victoire et a une valeur monétaire de 4. Il fait partie de la civilisation mésopotamienne et affiche le symbole du domaine guerrier.

 

 

Au niveau mécanique de jeu, j’ai pu lire que Muséum était un jeu familial de collection. Généralement, ces termes m’évoquent un petit jeu sympa d’une vingtaine de minutes qu’on peut faire le dimanche après-midi à l’heure du goûter. Ce qui est un peu caricatural, j’avoue.

Muséum peut donc être un jeu familial et se jouer avec des enfants de 8 / 10 ans si on s’en tient à « récupérons des objets de la même zone géographique ou du même type (poterie, religion) », il peut devenir bien plus touffu lorsqu’on ajoute des modules ou des règles supplémentaires : « pour scorer il faut que vos symboles soient en contact les uns les autres » ou « qu’une des allées transversales de votre muséum soit alignée sur la galerie centrale qui ne présentera qu’un seul domaine d’objets ou d’une même civilisation ». Car dans Muséum, on ne place pas ses reliques n’importe comment sur son plateau personnel, il faudra les agencer selon certaines contraintes.

Il faudra aussi se battre contre les événements et surtout contre l’opinion publique qui, vous montrant du doigt, donnera des malus sur certaines cartes de votre fond commun (votre stock) en fin de partie. Ajoutons à cela des objectifs (cartes mécènes) et des pouvoirs à effets uniques (cartes notoriété).

 

Muséum se joue donc en plusieurs étapes : prendre une (plusieurs) relique(s) sur le plateau central puis payer avec d’autres reliques pour placer celle de votre choix dans votre musée. Les cartes ayant servi de monnaie vont dans votre fond commun où vous, ou un autre, pourra les récupérer.

Dans la version avancée, on ne regarde plus les cartes de la même façon et Muséum devient un jeu exigeant où les salles du musée sont les pièces d’un puzzle géant qu’il va falloir optimiser.

 

Museum-player-board

Une idée de l’étendue du jeu : le long plateau central des continents, des évènements et de l’opinion. Les 4 plateaux personnels.

 

 

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment été conquis par ma partie de Muséum et pour plusieurs raisons.

La première, vous vous en moquez éperdument, mais jouer et discuter avec Mr Olivier est une expérience chaleureuse et moi je suis toujours sensible à « l’homme derrière le jeu ». Voilà quelqu’un de passionné qui n’hésite pas à vous raconter les tours et détours qu’il faut entreprendre pour parvenir au but, les échanges complexes avec les différents éditeurs des autres pays, les anecdotes auxquelles on n’aurait jamais pensé (l’édition coréenne refusant de voir des cartes japonaises dans le jeu), etc. 

 

20171122_224815

en direct live du muséum et fin de partie… Pas très optimisé niveau occupation de l’espace.

 

Plus ludiquement parlant, Muséum est un très beau jeu (son matériel est superbe), immersif (de par le soin apporté aux recherches sur les différentes reliques), instructif (les lignes explicatives sur les cartes), aux mécanismes malins (la façon de payer et récupérer ou se débarrasser de ses cartes, le système de placement des pièces dans le musée) et enfin, agréable à jouer. Niveau prix, le rapport est donc tout fait correct.

Muséum ne se livrera pas en une partie, c’est ce qui pourra rebuter un certain public qui attend un jeu très familial. J’avoue que d’avoir joué avec l’auteur m’aura montrer les possibilités du jeu, plus que si j’avais dû chercher moi-même. Il est d’ailleurs certain que j’aurai été moins emballé si j’avais dû décrypter tout, tout seul.

De ce fait, certains trouveront peut-être que je m’emballe un peu vite sur un jeu dont je n’ai pas fait le tour. Je le sais. C’est le principe des KS, biais qui me laisse plutôt sceptique habituellement, mais sur celui-là, je n’y vais pas les yeux fermés. Je ne vous demande pas non plus de me suivre aveuglément d’ailleurs. En revanche, si vous pensez que ce jeu peut coller avec vos attentes, je vous encourage à visiter leur KS, en cours jusqu’à au 15 décembre

museum

 

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

 

3 Commentaires

  1. Photo du profil de Filoulab66
    Filoulab66 02/12/2017
    Répondre

    C’est le premier KS pour ma part. La profondeur du jeu, l’interaction light, la beauté de l’ensemble ont fait que j’ai craqué. Et je suis content pour toute l’équipe quelle jeu rencontre un tel succès

  2. Photo du profil de Gougou69
    Gougou69 02/12/2017
    Répondre

    C’est aussi mon tout premier KS.

    Chez Holy Grail 😉

    Sérieusement, c’est ce côté jeu familial qui devient un peu plus « sérieux » avec quelques règles additionnelles qui m’a séduit. Et le thème. Et les illustrations. Et les add-ons, sur le prix desquels Morning a fait un véritable effort financier (trop peut-être).

    • Photo du profil de eins
      eins 02/12/2017
      Répondre

      Même si Les Morning (enfin… surtout Nicholas) ont participé au développement du projet, ils n’ont plus rien à voir.
      On parle bien de Holy Grail Games.

Laisser un commentaire