Magic Arena : entrée du vénérable dans l’ère moderne

Magic avait déjà essayé de se moderniser et de passer au tout digital. Magic Online : Magic Duels of the planeswalkers, mais… si Magic Online sert au pro-players, il n’est pas pour autant satisfaisant pour le profane : un peu cryptique, peu accessible d’accès, moche… Bref, c’est utile, mais pas non plus destiné au grand public. Et les Duels, qui sortaient chaque année ou peu s’en faut, étaient bien pratiques sous conditions d’accepter l’interface minimaliste et le contenu bloqué (seules certaines cartes étaient introduites). Bref, encore une fois, tout cela n’était pas du meilleur aloi et ne promettait pas monts et merveilles malgré des succès commerciaux décents.

Magic-arena-ludovox-jeu-de-societe-dreamcaller

Des effets visuels pas dégueu.

 

Mais Wizards of the Coast a fondé un studio digital pour développer… un Magic online réinventé, bien nommé Magic Arena. Ici, point de tergiversations : on sent clairement que l’on est dans du Hearthstone-like, que l’on cherche à rendre le jeu visuellement attractif, avec des effets graphiques uniques pour les grosses cartes. De quoi rendre le jeu attirant online, pour profiter de l’effet de bord qu’apportent Hearthstone, Gwent, Duelyst et autres Elder Scroll Legends. En revanche, côté gameplay, pas de nouveautés. Le studio a d’ailleurs tenu à proposer des modes assez légers en règles et d’autres plus pointus (le full control mode) qui permettront de mesurer le timing de ses effets avec l’efficacité d’une montre suisse.

Voici un stream d’informations qui montre de quoi il retourne, mais dans la langue de Marlowe uniquement.

Pour l’instant, on nous promet l’expérience totale Magic : draft, scellé, construit, mais seul le Construit Standard (comprenez là le jeu avec les toutes dernières éditions) sera disponible lors de la phase de bêta test.

D’ailleurs, parlons bêta ! Vous pouvez vous inscrire à la bêta fermée (sur invitation donc) ici.

Sinon, un éditeur tiers est toujours en train de développer un MMORPG Magic, mais ça, c’est une autre affaire… À suivre. 

 

Laisser un commentaire