In the Steam Park !

In the Steam Park !

Steam Park (de A. Buonfino, Lorenzo Silva, Tucci Sorentino édité chez Cranio et Iello chez nous) propose un matériel des plus extraordinaires avec des illustrations par Marie Cardouat (qu'on ne présente plus !) et forcément, nous qui aimons les beaux jeux fringants, nous sommes attirés par cette boite comme des abeilles par un pot de miel de Sauge Noire Sauvage.

Et oui, le miel de Sauge Noire Sauvage est rarissime. La production est possible en moyenne 4 ans sur 10 ans dans l’ état de Géorgie. Presque blanc, fondant en bouche, liquoreux. Superbe. Mais absolument aucun lien avec notre sujet.

Aucun car ici, nous sommes en plein parc d'attraction : des montagnes russes, des châteaux de la trouille, des stands d'informations ou encore des casinos, voilà le genre de construction que vous aurez entre les mains.

Au menu ce soir : des lancés de dés frénétiques, de la programmation tactique et des objectifs secrets modifiables. Veuillez me suivre, si vous le voulez bien, nous allons ouvrir cette très jolie boite carrée…

On ouvre !

y a de quoi dépuncher … prévoyez un petit cutteur pour faire ça propre, car des fois, c'est chaud patate.
 

Oui on ne va pas s'ennuyer question dépunchage, ça envoie de la ponette ! Des tuiles "billets" (les sous-sous sont appelés des "Danaris"), des tuiles "terrains" (pour installer vos attractions), des tuiles "ordre du tour", mais aussi des petits plateaux "cochon" (cochooooon!), ou encore des Meeples en 6 coloris m'ssieurs dames… et enfin, at last but not least, des attractions et des stands qu'il faudra monter soi-même avec ses petits doigts agiles (une fois que c'est fait, ce n'est plus à faire).

L'ensemble du matériel est plus que de belle facture. Il donne envie, et nous, on aime l'envie d'avoir envie. Les attractions ont bien sûr une mention spéciale mais les stands, les plateaux "cochons" et la boite elle-même sont des réussites.

Dommage pour les cartes (les objectifs) : si elles avaient eu chacune leur dessin, ça aurait eu un autre cachet, au lieu de ça, on a un tableau mathématique un peu sévère.

N'oubliez pas d'y aller en douceur ou en cutteur pour dépuncher car ça se déchire parfois…

 
Tout est en place !

c'est du joli

Les boites de chez Iello sont bien conçues car elles permettent d'avoir toutes les infos clés grâce à des petits pictos et ce, sur toutes les tranches ("Steam Park ; 2/4 joueurs ; 10 ans et + pour une durée de 60 min" si vous voulez tout savoir). Toujours pratique pour ranger dans la ludo.

A l'intérieur, pas de thermoformage, mais les petits stands et attractions auront la place d'être rangés sans avoir à être démontés, ce qui est bien appréciable parce qu'on est un peu des légumes des fois, on n'a pas envie de faire des travaux manuels pendant des plombes avant de se mettre à table.

La boite sera bien pleine une fois que vous aurez tout dépunché, tout monté. Ils ont bien calculé leur truc et ça fait toujours plaisir.

Petit + : une aide jeu format carte qui rappelle tout ce qu'il faut savoir. Merci.

 
stands et attractions illustrés par Mamzelle Cardouat, les stars du jeu

Parc à thème

Oui le thème est présent grâce à ce joli matériel en 3D : on voit notre petit parc s'ériger sous nos yeux et c'est très sympathique.

Le jeu aurait pu s'appeler "Theme park" franchement (mais oui, dommage, c'était déjà pris par un jeu vidéo) du coup ils se sont dit que, comme le steampunk était à la mode, ils allaient faire ça chez les robots, et appelé ça "Steam park" (c'est mon interprétation personnelle de l'histoire – je sais qu'ils voulaient l'appeler "Pimp my park" et c'était pas mal honnêtement, ouaiiis c'était un peu bad-ass. Sinon vous auriez pu l'appelez "Luna Parc" c'était tout choli comme les dessins).

Bref, Steam Park, pourquoi pas, mais au final, le coté steam de la chose, on le sent pas vraiment, à part les allusions dans les règles et les quelques nuages de fumée ici et là… Bref.

Le jeu n'est pas compliqué, et il y a même des règles simplifiées pour les Nuls. Oui c'est comme ça qu'elles s'appellent. Le livret fait 11 pages mais un joueur comme vous lira ça très vite. ;)

But !

Le but du jeu est simple : gagner plus d'argent que les autres. Pour cela, il faut attirer le chaland. Notons qu'ici, nous sommes dans la cité de Robobourg : c'est une commune de robots et vous y avez votre petit terrain vague.

C'est là que vous allez devoir attirer, "aimanter" si j'ose dire les robots à vos attractions et pour cela il faut proposer des aménagements qui leur parlent. C'est simple, par exemple, les Meeples rouges aiment les attractions rouges. Et cela sera régi par vos objectifs secrets, modifiables si besoin.

Comprenez ? Oui mais c'est pas tout. Des fois les robots ont besoin de se vidanger, si vous voyez ce que je veux dire. Pourtant il est important que votre parc reste propre en toutes circonstances, même si vous avez plein plein de visiteurs ! Et bien, installez des toilettes, déjà ça peut aider par exemple…

Fast and fear house

Petits plateaux, tuiles… tout est à la hauteur sauf les cartes qui sont un peu tristounettes et uniformes.
 

"Comment qu'on joue ?"
Vous allez lancer vos dés simultanément (oui genre Escape) et aussitôt qu'un dé vous plait, vous le bloquez en le plaçant sur le plateau "cochon". C'est la partie "furious" du jeu car le premier joueur qui bloque tous ses dés récupère la tuile "1er joueur", ce qui lui donne un avantage concret (il pourra défausser des marqueurs Saletés – qui sont un vrai problème).

Les dés vont ensuite déterminer vos actions possibles parmi : construire des attractions, construire des stands, attirer les visiteurs, nettoyer la saleté, jouer vos cartes objectifs, ou agrandir votre terrain (dans la limite de 2 tuiles par tour).

Comme à Du Balai!, il vous faudra peut-être un peu d'entrainement visuel (ici pour associer facilement les symboles avec les actions). Entrainez-vous deux minutes si besoin. Parce qu'après, c'est simple : soit vous visez la tuile "1er joueur" et vous lancez vos dés comme un guépard, soit vous prenez votre temps pour programmer… et jouerez probablement en dernier !

 
j'ai mis mes actions de côté dans ma tirelire

Dirty Robot !!

"Ensuite, une fois que tous nos dés sont bloqués et que l'ordre du tour à venir est défini, ben, qu'est-ce qu'il se passe ?"

Alors on passe à la phase Saleté. Si vous avez choisi des actions salissantes (un petit symbole présent ou non sur vos dés) et si vous avez des visiteurs dans votre parc (ce que je vous souhaite), vous allez recevoir des vilains marqueurs Saleté. Houuu les cracras. Il va falloir nous nettoyer tout ça hein ! Sinon, il faudra payer… et comme vous êtes là pour vous faire un petit pécule…

Après avoir reçu vos marqueurs, on passe à l'Action ! Vous utilisez vos dés pour effectuer vos actions, dans l'ordre que vous voulez. Si vous construisez des bâtiments il faudra respecter des règles simples de placement. Quand vous avez un dé "attirer des visiteurs" vous prenez un meeple de votre choix et vous le mettez dans le Sac en tissu.

Puis vous remuez tout ça et piochez un visiteur. Vous pourrez le faire venir chez vous si vous avez une attraction à sa couleur. Si vous n'avez rien à lui proposer, il retourne dans la réserve.

Il y a toujours 6 meeples dans le Sac en tissu. On commence avec 1 de chaque couleur et les dés permettent d'en rajouter autant qu'on en pioche. Ce qui ramène toujours le contenu à 6.

J'ai trouvé ce système sympa du fait qu'on gère un peu notre chance de choper la couleur qu'il nous faut.

 
le joli parc tout rose de mon zom

Phase sous-sous

Après vous êtes agité comme un exalté avec vos dés, après avoir mûrement réfléchi chacune de vos actions, vous allez toucher des sous-sous. Et oui, vous êtes là pour ça, vil petit robot cupide !

Vous toucherez 3 sous-sous par visiteur. Ensuite, si vous avez joué des cartes "objectifs" pendant votre tour, vous en repiochez, histoire d'en avoir toujours 3 en main. Et hop, on repart, sachant qu'on va faire tout ça 6 fois (puisque le jeu se termine à la fin du 6e tour).

Les objectifs en gros, ça donne des choses comme :
Plus vous avez de stands d'un même type…
Plus vous avez de couleurs d'attractions différentes…
Plus vous avez de dés avec tel symbole ce tour-ci…
…et plus vous gagnez des sous-sous.

Remarques en passant après une partie

Mon manège à moi c'est ça
 

Nous avons joué à deux, contrairement à ce qu'on nous avait dit, c'était rapide.
A voir comment tourne le jeu à 3 ou 4, si les tours gardent leur rythme et si la partie tient toujours en une heure.

Le matériel est attractif, le mélange des mécanismes (un peu de placement, un chouïa de gestion, de la programmation, du random avec le sac et les dés) fait de Steam Park un jeu malin tout en restant très léger…

La question qui tue :
Trouvera t-il son public ?

Family+ Eurogame –

Certains indices pourraient faire croire à un jeu axé "fun" :
– l'éditeur, Cranio qui est aussi celui de Dungeon Fighter,
– le thème,
– le fait que Steam Park démarre sur une phase super nerveuse où il faut lancer ses dés le plus vite possible (pour dégoter les actions que l'on veut);

Or… Steam Park propose après ça une phase de gestion (légère -quoi que, on n'est pas à l'abri d'attendre longuement qu'un joueur joue ses actions-) qui pourra dérouter certains.

Les core-gamers élevés au grain façon Myrmes ou Die Burgen von Burgund ne trouveront pas ici la profondeur qui leur sierra. Steam park s'adressera plutôt à un public de "casual" gamers, limite familial même (pour ce que ça veut dire).

En tout cas, le thème, le mélange des rythmes et des mécanismes ainsi que le chouette matos en font indubitablement quelque chose d'assez original.

Quant à dire si Robobourg gardera un goût de reviens-y… Il est urgent d'attendre (et d'y rejouer!) pour le savoir.

Laisser un commentaire