For Sale : À vendre belle maison, bonne plus value

ForSaleElle est belle ma maison, elle est belle ! C’est pas cher !

For Sale est la dernière sortie Iello, dans la gamme des petites boites familiales de jeux de cartes et de plis, rejoignant ainsi le roi des nains, Ghooost, et Pina Pirata (Vous savez, les boites cools avec les bords aimantés).

Iello nous propose ainsi la version française, et redessinée, d’un jeu paru en 1997 en Allemagne, et qui à connu une version US qui s’avère être un énorme succès depuis plus de 10 ans.

Qu’est ce que c’est donc ?

For sale est un jeu mêlant enchères et plis, destiné à un public plutôt familial. Nous incarnons des agents immobiliers qui auront pour mission de gagner le plus d’argent possible en faisant les meilleurs affaires. Là il faut avouer que côté thème, je ne suis pas forcement emballé. L’idée de jouer autour de propriétés n’est pas déplaisante, mais la manière dont c’est amené est un peu extrême. Je vous cite l’accroche de la premiere ligne des règles : « Achetez les meilleures maisons au plus bas prix, forcez les autres joueurs à dépenser trop puis revendez vos propriétés pour faire le plus de profit ». Sans vouloir sombrer dans l’anticapitalisme de base, je trouve que c’est quand même un peu violent comme accroche pour un jeu qui se veut plutôt familial.

Le jeu est annoncé à partir de 10 ans, ce que je trouve plutôt correct, d’environ 30 minutes, pour entre 3 et 6 joueurs. Concernant le nombre de joueurs, je pense que plus on est nombreux, plus le jeu se bonifie. Nous avons joué à 4 pour cette première partie et c’était plutôt agréable, même si je souhaite essayer rapidement à plus de joueurs.

C’est cool c’est de qui ?

L’auteur de ce petit jeu est Stephan Dorra, auteur allemand multirécidiviste, à qui l’on doit entre autres Medina, Intrigues, ou encore Njet, à paraître également chez Iello dans cette même collection d’ici la fin de l’année.

C’est beau, c’est qui qui dessine ?

Iello à choisit Catell Ruz pour cette remasterisation francaise, afin de donner un coup de jeune au jeu. Catell ruzz, c’est l’illustratrice de Crossing et de Maître renard et je pense que ce choix est plutôt très bon, tant le jeu respire la gaieté, avec des dessins colorés et sympathiques.

 

 

En recherchant un peu dans le passif de la version US, j’ai trouvé que les illustrations étaient terriblement proches de cette réédition. Iello ne réinvente pas le produit, il l’actualise. Les cartes sont pratiquement toutes très proches de l’ancienne version, mais avec une patte graphique calibrée dans les standard actuels.

Cela reste du bon boulot car ce sont les illustrations qui m’ont valu de m’intéresser au jeu au premier abord. En tout cas, je me demande si l’ancienne version aurait pu fonctionner sur le territoire français.

pic144058_md

Ancienne version (US 2005)

For-sale-_-eclate

Nouvelle version (Iello 2015)

Y a quoi dans la boite ?

Coté matériel, on est plutôt sur du simple et efficace : des pièces en cartons, et des cartes. Parmi ces cartes, on a 30 cartes uniques représentant les habitations que nous allons tenter d’acheter, qui sont illustrées magnifiquement et donnent l’âme au jeu.

Par contre, ces superbes cartes dénotent terriblement avec les 30 autres cartes du jeu, qui représentent des chèques que nous allons essayer de gagner en échange des maisons. Clairement, on aurait aimé qu’un effort soit fait sur ces illustrations de chèques insipides, qui contre-balancent beaucoup trop les illustrations des maisons.

DSC_0199

Les chèques « un peu moches ». Pas la partie graphique la plus réussie du jeu.

 

Autre petit point, il y a exactement le nombre de pièces nécessaires dans la boite, à savoir 84. Elles sont petites, et il est extrêmement facile d’en perdre, alors qu’elles sont toutes nécessaires pour jouer. Un petit rab de 2 ou 3 n’aurait pas été de refus (il m’en manque déjà hahaha).

DSC_0198

Les pièces « à ne pas perdre » (environ 1cm de diamètre)

 

Et la petite note geek râleur ultime, les chèques ont beau avoir des valeurs différentes, ils ont tous le même numéro. On a envie de crier « Au faussaire ! ». Mais je dois être le seul à m’arrêter à des détails pareils…

Comment on joue alors ?

Pour l’explication complète, je vous renvoie vers le ludochrono, mais pour les grandes lignes, vous pouvez rester ici !

Nous sommes face à un jeu qui mélange plusieurs concepts éprouvés pour n’en faire qu’un seul, à savoir un jeu d’enchères, suivi d’un jeu de plis. En effet, le jeu se joue en deux phases.

Une première phase d’enchères, où il y a autant de maisons à acheter que de joueurs, et chacun monte les enchères pour tenter de remporter la meilleure. L’astuce du jeu réside dans le fait que dès qu’un joueur sort de l’enchère, il récupère la maison la moins intéressante restant en jeu ET la moitié des pièces qu’il proposait à l’enchère ! Il faudra donc être malin pour sortir au bon moment. À répéter jusqu’à ce que toutes les maisons soient achetées.

La seconde partie du jeu consiste en un jeu de plis simultané, où l’on dévoile autant de chèques que de joueurs, et chaque joueur mise secrètement l’une de ses maisons (ayant toutes une valeur différente), pour remporter l’un de ces chèques. La plus grosse maison remporte le plus gros chèque et ainsi de suite. À répéter jusqu’à ce que toutes les maisons soient vendues.

DSC_0200

Les joueurs posent simultanément une maison. Les chèques sont attribués par valeur croissante de maison. Ici la maison 4 récolte le chèque refusé, alors que la maison 17 gagne le chèque de 15000€

 

Puis on compte l’argent de chacun pour déterminer le plus riche.

Des règles simples et efficaces, que tous les joueurs assimilent très rapidement autour de la table dès la première partie. Et c’est la l’une des forces de For Sale, c’est qu’on est directement lancé dans le jeu, avec peu d’explications et n’importe quel type de joueurs.

Et bien jouons maintenant !

Après cette rapide explication, nous nous sommes donc rapidement lancés dans la partie. Après un petit doute en cours de partie sur les règles, à savoir est-ce qu’on reprend sa pièce quand on en mise qu’une, (on pense que oui), les joueurs s’approprient facilement le jeu, et il devient immédiatement plaisant.

Lors d’une première partie, on est un peu dans le flou, car on ne sait pas jusqu’à quel montant il faut enchérir sans se mettre dans le rouge, est-ce qu’on aura assez de pièces pour faire toute la partie… Ambiance un peu flottante et hésitante.

Les tours s’enchaînent vite, et nous consommons les 7 tours de cette première manche du jeu rapidement.

Avant d’entamer la deuxième manche nous étudions un peu les valeurs des chèques que nous allons essayer de récupérer avec nos maisons, pour ne pas être complètement dans le flou. Les valeurs s’étalent de 0 à 15 000€, donc des gaps assez importants qu’il va falloir gérer suivant sa main.

Les tours s’enchaînent là aussi facilement et rapidement, et on arrive vite à la fin de nos cartes.

On totalise notre argent, et l’un d’entre nous ressort largement gagnant de la partie (80 000€ contre 55 000€ pour le deuxième). Petit sentiment d’incertitude à la table, où nous n’avons pas eu l’impression de tellement pouvoir contrôler notre jeu et de comprendre un tel écart.

Nous décidons immédiatement d’un commun accord de refaire une partie maintenant que nous connaissions un peu mieux la mécanique du jeu.

La deuxième partie fut beaucoup plus tendue, plus serrée, et nous nous rendions beaucoup plus compte des moment cruciaux du jeu, à savoir une bataille pour la carte de valeur 30 (la plus forte), un loupé avec une grosse carte dépensée pour un tout petit chèque… Bref, ces moments décisifs deviennent visibles, excitants, tendus, et source de confrontation entre les joueurs, et c’est très plaisant. La table est animée et nous prenons beaucoup plus de plaisir.

Les scores se tiennent, mais je remporte la partie avec 10 000€ d’avance, mon honneur est sauf !

Et au final ? 

Et bien bilan plutôt positif sur ce petit titre, forsale_dossans non plus apporter de grosse surprise.

Le jeu est beau, simple à expliquer, et on l’apprécie rapidement. Passé la première partie d’initiation, le jeu prend une saveur vraiment différente et l’envie d’y rejouer est clairement là.

Envie également d’essayer à 5 et 6 joueurs pour voir si les tours de jeu ne sont pas trop chaotiques.

Il est un peu dommage que l’on ne profite finalement pas tellement des illustrations. On se concentre uniquement sur les valeurs des cartes, même si le jeu serait quand même un peu fade sans les dessins, il marcherait tout aussi bien.

For Sale me rappelle le 6 qui prend, avec cette gestion de main par rapport aux autres et cette pause simultanée que l’on trouve dans la deuxième manche. Efficace, mais déjà vu.

Et c’est peut-être là le défaut du jeu, à savoir qu’on voit pas mal qu’il s’agit d’une réédition. Le tout est bon, sans pour autant apporter vraiment grand-chose à ce que l’on connait déjà. On sent que la méca est éprouvée, qu’elle date un peu (15 ans déjà), et dénote finalement avec les productions actuelles qui ont souvent des twists ingénieux venant casser la routine, ce qui manque peut-être un peu à ce For Sale.

 

> Fiche du jeu : For Sale

Un jeu de Stefan Dorra
Illustré par Ruz Catell
Edité par Iello
Distribué par iello
Langue et traductions : Français
Date de sortie : 09/2015
De 3 à 6 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 20 minutes
Disponible pour 15 €

6 Commentaires

  1. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 19/10/2015
    Répondre

    Je l’avais testé une première fois, à 3 et j’avais adoré. J’y ai rejoué une seconde fois à 6, et là par contre c’était vraiment très fade, notamment la phase d’enchères. Du coup j’aurais tendance à penser que 3 ou 4 c’est pas mal.

  2. Photo du profil de Meeple_Cam
    Meeple_Cam 19/10/2015
    Répondre

    Même avis que Fouilloux. A 6, on ne contrôle absolument rien. Mais à 3/4, c’est pas mal.

  3. Photo du profil de El Gringo
    El Gringo 20/10/2015
    Répondre

    Merci de votre retour.

    Je n’ai pas encore eu l’occaz de tester à 5/6, (cela sera fait d’ici quelques temps) et cela me permettra de voir ça.

  4. Photo du profil de zedzed
    zedzed 22/10/2015
    Répondre

    J’ai découvert le jeu hier soir via une partie à 5. On a douté sur un point de règle pour la 1ere phase, à savoir, doit-on obligatoirement miser si on en a les moyens au premièr tour ou peut-on passer dès le départ ? On est partie du principe que oui, il faut au moins miser une fois, du coup c’était laborieux pour le dernier joueur qui se retrouvait obligé de miser une grande quantité de pièces. Quand dès le 1er tour on dépense 10 pièces pour une carte alors qu’on en a que 16 au départ, on sent que ça va être compliqué pour les 5 tours restants !

    Donc première phase un brin laborieuse pour certains qui se sont vite retrouvés à faire des tours où ils passaient dès le début, faute d’argent.

     

    Celui qui nous a présenté le jeu jouait ainsi mais n’avait que des parties à 3 à son actif. Configuration qui du coup change complètement la donne vu que la mise grimpe moins du fait du nombre de joueurs et en plus on commence avec beaucoup plus d’argent !

    Et vous, comment jouez-vous ça ?

  5. Photo du profil de El Gringo
    El Gringo 23/10/2015
    Répondre

    Je pense que l’on peut passer dès le départ. Rien ne doit empêcher le 1er joueur de ne pas enchérir, et de prendre la petite maison.

  6. Photo du profil de atom
    atom 23/10/2015
    Répondre

    J’ai beaucoup aimé.on l’a testé a 4 joueurs. ça c’était joué a peu. Pour le jeu de mot je dirais que c’est un jeu fort sale, car faut pourrir l’adversaire. ce n’est pas l’auteur de Médina pour rien.

Laisser un commentaire