Fertility : recommandé par le planning familial ?

           Fertility c’est le nouveau jeu de Cyrille Leroy, l’auteur de Sapiens (également édité par Catch Up Games). D’ailleurs, comme dans ce dernier, Fertility utilise une mécanique de dominos, mâtinée cette fois-ci de gestion de ressources. Un jeu relativement familial pour 2 à 4 joueurs qui a bien trouvé son public par chez nous.
Voyons de quoi il retourne. 


Dans l’Égypte ancienne…

Fertility quel drôle de nom pour un jeu ! Et non, ce n’est pas un jeu sponsorisé par le planning familial. Ici  nous parlons de la vallée du Nil, miraculeuse aire fertile dans une vaste étendue désertique.

Nous allons en 9 tours de jeu cultiver du papyrus, du raisin et produire de l’albâtre pour construire des boutiques sur notre plateau métropole et les approvisionner, mais aussi ériger des monuments et glorifier les dieux. Tout cela dans le but gagner le plus de points de victoire (ici des debens, la monnaie égyptienne).

 

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (8)

 

 

C’est la tuile !

Le tour de jeu est très simple : à votre tour, vous choisissez une tuile « domino » parmi 3 tuiles, et vous la positionnez sur le plateau centrale. Cela doit correspondre avec au moins une ou plusieurs tuiles déjà placées, comme dans un domino classique : au moins un côté doit être identique, cela permet de récolter les cubes de ressources représentées (bovin, papyrus, raisin et albâtre).
On ne peut pas construire sur l’eau (ça parait logique non ?) ni sur les champs de blé, par contre être adjacent à un champ de blé permet de monter son marqueur sur sa piste « grenier » personnelle.

 

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (9)

 

Ensuite nous pouvons construire une boutique sur notre plateau joueur : elles coûtent entre 0, 1 et 2 ressources. Nous pouvons utiliser notre blé pour payer si on le souhaite car les ressources nous servent aussi et surtout à approvisionner nos boutiques, dans le but de marquer des points de victoire. Hormis le blé, les ressources ne sont pas stockées d’un tour sur l’autre, elles sont perdues et ça fait toute la différence.

Enfin, nous terminons notre tour en prenant une des 3 tuiles vallées disponibles, et l’on passe au joueur suivant.

 

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (5)

 

Bonus : Si l’on ferme une zone mais que l’on laisse un espace vide (d’une case) au centre, on peut y déposer notre monument ou bien prendre une ressource de notre choix. À la fin, les deux joueurs majoritaires sur les monuments gagneront des points (15 et 7 pv).

Au bout des 9 tours, on comptera les debens gagnés, le nombre de dieux différents présentes sur notre plateau (c’est l’aspect « collection ») et les majorités sur les monuments. La piste du blé peut être aussi très lucrative.

 

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (1)

 

 

Un monument du jeu familial ?

Avec Fertility nous sommes dans un jeu plutôt familial, avec une belle édition, des illustrations lumineuses de Jeremy Fleury avec des couleurs un peu acidulées mais à la fois chaleureuses. Fertility est un jeu qui pétille. Pour ne rien gâcher, nous avons de petites ressources en forme de raisin, bovin, etc. On regrettera juste la boite bien trop grande pour le matériel. Dommage, car l’on ne pourra pas la glisser dans un sac à dos par exemple. Je ne jette pas l’albâtre à l’éditeur, je sais bien que c’est un sujet complexe (prix psychologique du consommateur), mais je me dis que les mentalités peuvent changer …

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (10)

Une iconographie impeccable.

 

Revenons à nos Pyramides

Qui dit familial dit accessible et ici les choix sont simples, poser un domino, prendre les ressources et construire une boutique, ou la ravitailler. Oui mais voilà : comment je place mon domino, et quelles opportunités vais-je laisser à mes adversaires ? Est-ce que je construis un monument ou prendrais-je une ressource ? Mon blé, je l’utilise pour construire, ou j’essaie de remplir mon grenier à fond pour gagner un max de points ?

 

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (6)

 

Les dilemmes sont légions comme vous le voyez, mais le jeu reste étonnamment fluide, même avec des joueurs atteints de cette maladie, dite analysis paralysis (lire ou relire la BD de Nem sur le sujet).

Fertility est ce que j’appelle un jeu opportuniste, il reste compliqué de planifier une stratégie, elle sera conditionnée par les boutiques présentes, la configuration sur le plateau, le tirage des dominos. Il faudra s’adapter. Ce qui donne un jeu familial et fluide où tout le monde à sa chance mais où il faut éviter la dispersion (c’est bien beau d’avoir construit cette boutique, mais si elle n’est pas achalandée, point de debens) et savoir mettre des bâtons dans les pattes des autres en prenant « la tuile » qui convenait à votre adversaire (oui, celui qui commençait à trop rouler sur le jeu).  

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (2)

 

Ah mais nos fils aiment beaucoup !

Fertility s’adapte au niveau des joueurs. Mon fils de 8 ans adore, de son aveu il perd souvent, mais il s’en moque et en redemande justement parce que le jeu est gratifiant, on construit son plateau personnel, on agrandit le paysage central et cela a toujours quelques de chose de satisfaisant. Si on y réfléchit bien c’est une salade de points, avec plus d’un chemin vers la victoire. Il voit des jolis coups, les réalise et se fait plaisir (il parle encore de la fois où il a placé deux monuments avec un seul domino).

 

Fertility_jeux_de_societe_Ludovox (7)

 

Par contre si on joue avec des joueurs un peu plus habitués il va falloir hausser son niveau. Comme rien n’est caché, que l’on connaît les tuiles des adversaires mais aussi les tuiles au centre, on peut se faire quelques petits nœuds au cerveau, et le jeu gagne en profondeur.

À 2 et 3 joueurs on ne verra pas passer tous les dominos, cela peut poser problème si par un malheureux hasard il sort peu de dominos avec la ressource sur laquelle vous misez. Je conseille vigoureusement surtout à 2 joueurs la variante où l’on débute avec plus de dominos dans la réserve, mais à chaque tour en plus de prendre un des trois dominos il nous faut aussi en exclure un, cela rend le jeu plus contrôlable.

Sapiens du même auteur ne m’avait pas fait une forte impression, si je trouvais sa mécanique intéressante, je l’avais aussi trouvé un peu alambiqué, trop complexe pour du familial malgré une approche faussement accessible. Si Fertility reprend la même mécanique pour moi la comparaison s’arrête là. Fertility est beaucoup plus épuré et reste frais.
Nous avons déjà pas mal arpenté les bords du Nil, à la maison et au club, et l’envie d’y rejouer est toujours là. Dans ma ludothèque il est en train de prendre la place du jeu familial de référence. Une vraie bonne surprise. 

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

Laisser un commentaire