Quand Essen n’est pas à la fête

Essen est un salon majeur dans la vie d’un éditeur et de ses jeux. Ne pas vendre assez de boîtes peut être difficile à remonter pour la trésorerie d’une petite entreprise mais il peut y avoir pire : se faire voler sa caisse. Et cette année c’est apparemment ce qui est arrivé à plusieurs d’entre eux, dont Ludicreations. 

Cet éditeur finlandais (Redacted, Pocket imperium, Crisis, Essen, And Then we held hands…) a vu tout le cash de sa caisse de samedi s’envoler : « Un coup énorme pour un petit éditeur de jeux, financièrement et émotionnellement » témoignent-ils sur leur FB. Mais heureusement, l’histoire ne s’arrête pas là. Ils ont décidé d’essayer de retourner la situation en étant hyper (c)réactifs.

Ainsi, un auteur et ami, David Turczi (responsable de Anachrony ou Days of Ire, et que vous pouvez voir sur notre interview tournée l’an dernier de Redacted par exemple) a conçu un jeu sur le tas, inspiré de ce qu’ils étaient en train de vivre : Steal this Game. Ce nano-jeu fut playtesté toute la nuit sur place par l’équipe de Drawlab (que vous pourrez bientôt voir dans l’interview de When I Dream), Paul Grogan (qui nous explique Adrenaline à la Gencon) a imaginé l’édition, et Rahdo est venu tourner une vidéo dans la foulée. Tout ça pour faire un Kickstarter de soutien qui a déjà rassemblé près de 2 000 contributeurs. 

« Imaginez une seconde que vous vendez votre dernier jeu de société à Essen. Vous recrutez des bénévoles, mettez en place des tables de démonstration, et construisez votre stand. Vos jeux se vendent comme des petits pains en carton. Tout va bien jusqu’à ce que vous tourniez le dos… et soudain votre nouvelle caisse brillante a disparu !

Il s’agit de Steal this game, basé sur une histoire vraie. »

steal-this-game

Ce jeu asymétrique est jouable par deux joueurs en cinq minutes ou moins, il tient sur une carte postale (avec deux dés fournis par les joueurs). Un joueur campe le rôle d’un éditeur de jeux lors d’une grande convention. L’autre joueur est un voleur, mué par l’intention de voler le stand de l’éditeur. Lancez les dés, mentez, devinez, mélangez les cartes, embrouillez votre adversaire. Ce n’est pas pour rien s’ils ont pris des cartes de Netrunner pour créer le prototype !

Voici donc la bonne action ludique du moment. La campagne dure jusqu’au 31 octobre (ils envisagent un Backerkit après le financement afin que vous puissiez aussi les soutenir plus tard si vous le souhaitez).

Moralité, quand Essen n’est pas à la fête, on fait quand même des jeux ! 

 

Le KS

8 Commentaires

  1. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 19/10/2016
    Répondre

    Et paf deuxième projet soutenu!

  2. Photo du profil de atom
    atom 19/10/2016
    Répondre

    On en parlait avec quelqu’un qui revient d’Essen. Et elle me disait qu’elle était mal a l’aise car souvent on se retrouve avec pleins de sous dans les poches (elle bossait pour un éditeur). ça pourrait être une piste pour l’année prochaine, une banque ou on peut déposer l’argent des ventes.

  3. motlockbob 19/10/2016
    Répondre

    Même retour. Il y a pas mal de vol. Les éditeurs intègrent bien sur cela dans leur prix, surtout qu’ il n y a pas d intermédiaires. Mais surtout certains ont pensé leur espace en terme d endroit défendable. L amour du jeu mais aussi la conscience de la réalité

    • Photo du profil de Wraith75
      Wraith75 20/10/2016
      Répondre

       
      Chez Geek Attitude Games, ils privilégient les sacs banane, il vaut mieux avoir l’air ringard que d’être sans le sou  😉
       
      En même temps, ça n’empêche pas de pouvoir être agressé, mais c’est moins discret que de voler la caisse.
       
       
       
      Chez Stronghold, qui portait du coup bien son nom, à l’arrière du stand, il y avait une sorte de « rempart » fait de carton et de boîtes de jeux, et il y avait toujours au moins Stephen Buonocore ou un de ses employés qui montait la garde devant la seule issue.

  4. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 19/10/2016
    Répondre

    C’est la réalité des salons. Les boites disparaissent, les pions marrants, et meme les sous…

    Le Messe a-t-il une assurance ? ça se passe comment quand on passe contrat avec eux pour un espace ?

    Courage a tous ceux a qui c’est arrivé et la honte sur les voleurs. Ça va nous donner un essen plus sécurisé, et maintenant on voit ce que donne la sécurité en France notemment a Cannes.

  5. Photo du profil de eolean
    eolean 19/10/2016
    Répondre

    Les vols ça a toujours existé, et il y a vraiment des éditeurs qui ne s’embarrassent pas avec la sécurité. Plus d’une fois cette année, nous étions à un stand et il n’y avait personne ! Que ça aurait facile de glisser un jeu dans un grand sac. En plus, quasiment personne ne donne de ticket de caisse… Même quand on vit du jeu, on ne vit pas dans un monde de bisounours…

    Cela étant, je trouve la réaction communautaire vraiment sympa et solidaire ! Un grand bravo à tout ce petit monde !

  6. Photo du profil de Dr. Jacoby
    Dr. Jacoby 20/10/2016
    Répondre

    je me fais l’avocat du diable mais ce genre d’actes est prévisible et tristement inévitable dans ce genre de manifestations brassant autant de thunes et de gens, je ne connais pas les tenants et les aboutissants de l’histoire mais à moins qu’il y ai une agression ou un délit caractérisé, les assurances remboursent que dalle pour un « vol par négligence ».
    Je ne pense pas non plus que le gouvernement allemand va déclencher un état d’urgence de plusieurs mois après ces actes, du coup la dérive sécuritaire ne devrait pas être aussi absurde qu’à Cannes par exemple

  7. Nicholas 23/10/2016
    Répondre

    Nous étions à côté d’eux, comme l’année dernière. Nous n’avons évidement rien vu.
    Ils nous ont directement averti du méfait.

    Chaque année, il y a des vols.

    Le pire moment c’est le rangement de fin de sallon, suivit du rangement de fin de journee.

    Bon courage

Laisser un commentaire