Divinity Derby – Course en hautes sphères

Divinity Derby est un jeu édité par Ares games en financement participatif sur Kickstarter actuellement, et nous en parlions il y a peu. Nous avons eu la chance d’obtenir une boîte du proto pour y jouer. Alors, keskecé, keskeçadonn’ et eskeçavolkou ?

Note : le jeu n’est pour le moment disponible qu’en anglais, mais une fois la règle lue, il n’y a presque aucun effort à faire si vous jouez sans les pouvoirs additionnels. Sinon, il y aura quelques card texts à lire (mais genre, trois-quatre cartes par joueur pour chaque partie).

 

C’est l’histoire d’un dieu…

Dans Divinity Derby, Zeus se sent un peu seul sur l’Olympe (Héra lui aura sûrement mis une chasse à juste titre) et invite donc ses potes d’autres mythologies. Anansi, Horus, Odin, L’Empereur de Jade, Marduk et d’autres (bientôt le Monstre Spaghetti Volant des pastafariens !) le rejoignent pour se pinter la divine trogne. Mais ce n’est pas tout. Au milieu de leur soirée un peu arrosée d’ambroisie, les dieux se prennent le chou pour savoir quelle créature volante va le plus vite. Et… ils organisent un concours.

Divinity-derby-ludovox-jeu-de-societe-bet cards

Les cartes pari, qui s’amenuisent comme peau de chagrin.

 

Vous incarnerez donc un dieu, et parierez sur les créatures qui font du sur-place sur la ligne de départ. Tout d’abord, vous jouerez deux paris (qui sont des cartes de votre main). Ces paris n’impliquent pas nécessairement le podium, mais peuvent également spéculer sur qui sera dernier ou disqualifié…

Une fois ceci fait, la course peut commencer ! Tour à tour, les dieux feront avancer les créatures. Pour ce faire, vous devrez piocher une carte dans chaque présentoir qui se trouve à votre côté. Vous avez bien lu : chaque joueur va partager une main avec chacun de ses voisins. Une fois les deux cartes choisies, on en sélectionnera une qui fera courir (valeur haute de la carte) et une qui fait aller doucement (valeur d’en bas). Sauf que, vous vous en doutez, les dieux — ivres qui plus est — sont des tricheurs. Certaines cartes ont sur leur valeur de course un bonus. Optionnel. Qui permet de tricher.

Divinity-derby-ludovox-jeu-de-societe-card-holder

Chaque joueur dispose de deux porte-cartes (il en partage un avec chacun de ses voisins).

 

Sauf qu’en fin de manche, Zeus viendra punir les tricheurs ! À chaque fois que vous jouez une carte triche, vous la placez sur un paquet de cartes correspondantes. Il existe quatre cartes de protection divine (car Zeus regarde ailleurs) qu’on mélangera au paquet de cartes illégales, et on en tirera deux. Si un monstre apparaît, il est disqualifié…

Lorsqu’arrive le milieu de la course, une certaine ligne est passée, et chaque joueur peut placer un nouveau pari. Mais attention ! On ne pourra jamais parier plusieurs fois sur la même créature. La course s’arrêtera dès qu’une créature passe la ligne d’arrivée et les joueurs révéleront alors leurs paris.

Divinity-derby-ludovox-jeu-de-societe-move cards

Je fais avancer le dragon de 1+3 (valeur de course + triche) et le phénix de 3 (valeur de marche)

 

On s’amuse comment ?

C’est chaotique, mais la mécanique veut ça. Parier veut dire orienter la stratégie d’une créature en particulier, mais, rappelez-vous, on n’a accès qu’à deux mains, et donc pas à la totalité des informations ! Pour autant, tout le monde ne pourra pas parier sur les mêmes créatures et on aura plusieurs manières de contrer les sprints des monstres : en les faisant tricher, par exemple, ou en les faisant avancer au pas pour épuiser leurs cartes.

En fin de partie, il deviendra vite difficile de continuer à faire avancer telle ou telle créature, suivant les cartes restantes… Bref, un bon départ peut être trompeur et cacher une deuxième partie de couse décevante.

On a donc affaire à de la gestion de risque pure et dure. Quant au contrôle qu’on a sur le jeu, on peut le sentir maigre avant de jouer, mais dès qu’on a tâté de cette gestion de main partagée, on revoit son opinion.

Divinity-derby-ludovox-jeu-de-societe-zeus-judgement

Fin de manche ; on tire deux cartes et surprise, le dragon tricheur est disqualifié !

 

Il existe des variantes rendant le jeu plus rejouable et un tantinet plus expert : des pouvoirs de divinité viennent perturber la partie. Je n’ai pas essayé cette version mais si jamais l’occasion se présente de rejouer à Divinity Derby, je les utiliserai. Ils permettent des interactions marrantes, des coups pendables imprévisibles dans tous les sens (mais sans pour autant casser le jeu, à première vue).

 

Paris sur une course, vous allez me dire… Et Camel Up, dans tout ça ? Eh bien, je dirais que Divinity Derby tire mieux son épingle du jeu en ce qui concerne l’accessibilité des mécanismes, et le système de mains partagées est vraiment agréable à prendre… en main. Cependant, Camel Up a un tantinet plus de profondeur si l’on ne joue pas avec les pouvoirs des divinités. La possibilité de « tricher » dans Divinity Derby le rend aussi plus taquin, et force à regarder ce qui se passe autour de la table.

Divinity-derby-ludovox-jeu-de-societe-depart

 

Le jeu est familial, accessible aux non-joueurs, et renouvelle un peu le genre des jeux de course. Je gagerais sur une rejouabilité limitée sans les pouvoirs des dieux, mais avec, on a de longues heures de fun en perspective.
Bien ancré dans son créneau familial-familial +, Divinity Derby a son originalité pour lui, malgré une relative répétitivité de ses trois manches (puisqu’on jouera trois courses, avec à chaque fois moins de cartes pari à jouer).

Le jeu n’est certes pas un casse-tête à se brûler le neurone, mais il serait fallacieux de vous dire que la réflexion n’y a pas sa place. Bref, c’est du bon ? Oui, je dirais ben que oui. Y’a plus qu’à voir les stretch goals s’aligner pour proposer du contenu (oooh les figurines !).

 

Point Kickstarter

Tout le matériel que vous voyez ici n’est que proto, mais on peut imaginer que les figurines sont quasi définitives (mais elles seront colorées, ou peintes à la main dans l’edition collector). Le Kickstarter est financé, et ne manque que quelques centaines d’euros pour que le Flying Spaghetti Monster fasse son apparition au sein des divinités jouables ! Il vous reste très exactement une semaine pour pledger, sachant que le jeu est relativement peu cher : 35€ pour tout ça, avec même un livret qui vous explique tous les ragots divins…

 

 

Divinity-derby-ludovox-jeu-de-societe-depart2

 

Divinity Derby,

Un jeu de Carlo A. Rossi
Illustré par Denis Martynets
Edité par Ares Games
Pays d’origine : Italie
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 09-2017
De 3 à 6 joueurs
A partir de 10 ans
Durée d’une partie entre 45 et 90 minutes

 

Laisser un commentaire