Les belles couleurs de Capital Lux

Capital Lux est un jeu de cartes norvégien signé Kristian Amundsen Østby et Eilif Svensson. Ces noms vous disent peut-être rien, mais si je vous balance Doodle city, Mangrovia, Escape et la Malédiction du Temple, Automania… Là, j’aurais peut-être un peu plus d’attention. Même avec les deux du fond là, près du radiateur. On se tient autrement s’il vous plait messieurs. Kristian Amundsen Østby et Eilif Svensson ont un jeu de cartes à présenter à Essen, et les règles seront – notamment -en français. D’accord, le thème reste un peu obscure, mais le gameplay a l’air fourbe, simple et efficace, à la Harald

capital-lux-cartes-jeu

Chaque tour commence avec les joueurs qui draftent une main de cinq ou six cartes de personnages. Chaque personnage appartient à une profession parmi quatre possibles, mais nous reviendrons sur ce point dans un instant. 

À votre tour, vous devez jouer une carte, soit en face de vous (dans votre « ville natale ») soit au milieu de la table (dans la « capitale »). Lorsque vous jouez une carte dans la capitale, vous bénéficiez de la capacité spéciale de la dite carte.

À la fin d’un tour, vous n’êtes pas autorisé à avoir une valeur totale plus élevée dans votre ville que la valeur totale actuelle dans la capitale, et ce pour chaque profession. Je vous laisse relire cette phrase. Voilà. Continuons. 

Si vous outrepassez cette limite pour l’une des professions, vous perdez toutes les cartes de cette profession dans votre ville. C’est vilain. À la fin du troisième tour, tous les perso restants dans la ville d’un joueur valent des points.

capital-lux-essen

Comme je le disais, chaque personnage appartient à l’une des quatre professions, et leurs capacités spéciales sont :

  • Marchand : Prendre 1 pièce d’or. Les pièces d’or peuvent être utilisées à la fin d’un tour pour augmenter votre propre limite pour l’une des professions.
  • Agent : Piochez une carte de modification secrète (+4, +2, -1, -3) et ajoutez-là (face vers le bas) à l’une des quatre professions de la capitale. Ceci affectera la limite de la profession à la fin de tour.
  • Etudiant : Piochez une carte. 
  • Clerc : Déplacez la carte de la plus basse valeur d’une profession depuis la capitale direction votre ville natale.

 

Chaque carte engendrera un dilemme : l’ajouter à votre ville natale pour les points potentiels, ou l’adjoindre dans la capitale qui non seulement vous donne l’avantage d’une capacité spéciale, mais augmente également les éventuels points pour tous les joueurs.

On joue ainsi jusqu’à ce qu’un joueur n’ait plus de cartes en main : chaque joueur a désormais l’opportunité de jouer un tour supplémentaire où les cartes glissent automatiquement dans votre ville. Pas forcément une bonne idée ! À vous de voir.  

« Étant donné que chaque joueur reçoit cinq ou six cartes au début d’un tour, chaque carte jouée est cruciale » d’après le pitch. « Jouerez-vous des notables dans votre cité pour marquer des points en fin de partie ou les placerez-vous dans la capitale pour bénéficier de leurs capacité spéciales ?
Dans Capital Lux, vous êtes toujours sur le fil du rasoir. Allez-vous prendre des risques ? Allez-vous bluffer ? Ou bien allez-vous suivre un plan finement préparé ?
La décision vous appartient… »

capital-lux

Un eurostyle family game malin de majorité qui se déplie en trois manches (comptez une demie-heure), le tout pour 2 à 4 joueurs. Dernière info notable avant de se quitter : sieur Kwanchai Moriya est le peintre qui a illustré les cartes (voir son site internet), ce qui donne à l’ensemble une patte visuelle pour le moins colorée et originale. La version française sera du côté de Pixie Games puisqu’ils sont co-éditeurs avec Aporta. Rendez-vous au stand 7-C118. 

Capital Lux 

Un jeu de Eilif Svensson, Kristian Amundsen Østby
Illustré par Kwanchai Moriya
Edité par Aporta games, PixieGame
Langue et traductions : Anglais, Français
Date de sortie : 10-2016
De 2 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes

5 Commentaires

  1. Photo du profil de Grovast
    Grovast 26/09/2016
    Répondre

    En effet, ces illustrations me parlent. Comme quoi le choix artistique peut faire la différence pour sortir du lot un jeu qui n’aurait probablement pas retenu l’attention sans cela (et peut être à tort!). En tous cas c’est noté dans mon calepin.

  2. Photo du profil de Dr. Jacoby
    Dr. Jacoby 26/09/2016
    Répondre

    Celui-ci est dans ma wish-list à Essen, ça à l’air de ressembler pas mal à Harald sur le papier et ça, c’est plutôt cool !!!!
    Par contre c’est étrange comme coïncidence car en cherchant ce week end des infos sur le graphiste de Kodama je me suis aperçu que c’était le même gus qui avait fait ce Capital Lux, dans un style radicalement opposé donc (sa version alternative de Miniville est plutôt cool d’ailleurs)

    • morlockbob 27/09/2016
      Répondre

      minivilles alternatif, on peut voir ça où, je suis intrigué? merci

  3. Photo du profil de Dr. Jacoby
    Dr. Jacoby 27/09/2016
    Répondre
  4. Chris Bell 27/09/2016
    Répondre

    Hé oui, la palette de Kwanchai est épatante 🙂

    Et oui, il fait penser de premiers abords à Harald, surtout dans cette idée de la Capitale (commune) et des Cités individuelles, mais en sensations les jeux sont très différents (et je suis fan d’Harald d’ailleurs).

Laisser un commentaire